Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeClermont-Ferrand – Rue Rabanesse

2016
63 – Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand – Rue Rabanesse

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Claire Mitton

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1La fouille, qui s’est déroulée entre les mois de mai et juillet 2016, est d’une surface contrainte à 400 m2.

2Le premier aménagement reconnu sur le site est daté des iiie-iie s. av. J.‑C., et correspond à la mise en place d’un cheminement de bois de type ponton dans un secteur alors très humide (phase 1). Il faut ensuite attendre le deuxième tiers du ier s. pour voir une première occupation se développer en partie sud (phase 2). Il est difficile d’en connaître la vocation précise. Il s’agit d’un habitat, doté d’un sol en béton au sud (salle B4), et d’un sol en terre en salle B2. Le mobilier découvert n’indique aucune fonction particulière ; on peut toutefois noter qu’il n’y a aucun élément lié au stockage. L’humidité du secteur est perceptible, car, plus au nord, on observe un vaste amas de pouzzolane, installé, très certainement, en vue d’assainir le terrain (US 1213). Une phase d’inondation bien marquée est calée au milieu du ier s. Il est impossible de constater si cela entraîne un abandon momentané de la parcelle. Si c’est le cas, ce serait bref, car, dès le dernier tiers du ier s., les parcelles sont loties plus densément, avec une rue décumane (VOI 57) qui pose la trame d’un parcellaire septentrional (phase 3). Cette rue borde, au nord, une pièce (D1) comprenant un foyer (chauffage ? artisanat ? cuisine ?), et, au sud, un bâtiment (bâtiment A) composé d’une galerie en façade (A3) ouvrant sur deux pièces (A1 et A2). Le plan du bâtiment D est très lacunaire et difficile à appréhender. Le matériel est, encore une fois, peu parlant, mais il témoigne de l’absence de mobilier de stockage et d’indice d’activité artisanale ; ce bâtiment semble être avant tout dédié à un usage domestique. Le plan du bâtiment A, pour sa part, se distingue par la mise en place de deux pièces contiguës, desservies chacune par le couloir A3, sans communiquer l’une avec l’autre. En partie ouest, se développe une grande pièce, C1, dont les accès ne sont pas visibles et comprenant un niveau de sol en terre associé à un foyer. Ce secteur est très perturbé, car les fondations d’une maison contemporaine prenaient place dans les niveaux antiques, altérant dès lors une bonne partie de ces derniers. Enfin, au sud, le bâtiment B se voit privé d’une cloison et se dote ainsi d’une grande pièce, B6, constituée d’un plancher en bois communiquant avec un vaste espace B1, qui, pour sa part, correspond à un espace extérieur durant cette phase (aucun niveau de sol n’a pu être identifié ; cette zone ne possède que très peu d’aménagements).

3Les deux murs 100 et 104 sont également construits durant cette phase. Parallèles au cardo, ils correspondent à une zone bordière (trottoir), communiquant très certainement avec les trois grandes pièces B6, C1 et D2. La phase 4, très largement datée du iie s., est constituée de quelques réaménagements, mais les plus gros changements interviennent en phase 5, datée de la fin du iie s. et du iiie s. La pièce B1 est transformée en cuisine, avec un foyer qui devient un plus grand four, en forme de fer à cheval, avec un massif maçonné accolé (table de cuisson ?). La rue décumane se décale vers le sud, faisant ainsi disparaître une partie de l’ancien couloir B3. La rue ne mesure plus que 4 m de largeur, et se voit bordée, au nord, d’une nouvelle pièce, D1, correspondant à un petit cellier doté d’un escalier construit dans le mur 6, à l’est. Ce cellier donne accès à la rue décumane qui, à ce niveau, pourrait ouvrir sur une petite place ? Le bâtiment A est remodelé par la perte d’une partie de sa surface au nord et la création des murs 1 et 2. Le dernier réaménagement majeur est la transformation de la zone bordière en portique. Des plots en arkose, sur lesquels devaient se dresser des poteaux, reposent sur une fondation conséquente, formée d’une alternance de lit de briques et de terre. La fondation des plots atteint environ 0,90 m de hauteur et atteste la nécessité d’un support massif, probablement pour réceptionner les étages des bâtiments qui devaient former une avancée en façade du cardo. Le mobilier, pour chacun des états, ne permet guère, hormis pour la cuisine B1, de cerner les fonctions des différents espaces identifiés. Aucun artisanat ne peut être mis en évidence pour le moment. On signalera la présence, dans un puisard du iie s., d’un modèle de chaussure en bois, qui permet de s’interroger sur l’existence d’une activité de cordonnerie dans le secteur.

4Le site est ensuite peu à peu abandonné dans le courant du iiie s., en raison de remontées d’eau conséquentes, liées à la proximité de la Tiretaine sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Mitton, « Clermont-Ferrand – Rue Rabanesse » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107805

Haut de page

Auteur

Claire Mitton

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claire Mitton

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search