Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeMurol – Le Margelet

2016
63 – Puy-de-Dôme

Murol – Le Margelet

Sondage (2016)
Responsable d’opération : Nominoë Guermeur

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Rennes 2

Guermeur N. 2016 : Rapport d’opération archéologique : montagne de Margelet.

Texte intégral

1Les tras désignent des structures semi-enterrées, spécifiques au Puy-de-Dôme, et qui se rencontrent dans le massif du Sancy, sur un espace délimité au nord par le Puy de Dôme et au sud par Égliseneuve-d’Entraigues. Ces installations semblent, à première vue, rudimentaires. Les cabanes sont excavées sur les flancs des montagnes et recouvertes de mottes de gazon, dotées de parois de terre ou de bois. De la Scandinavie jusqu’en Océanie, en passant par l’Islande, il est possible de trouver des aménagements, temporaires ou pérennes, présentant des caractéristiques similaires à ceux observés en Auvergne : des habitats semi-enterrés, à toit végétalisé, construits à flanc de colline, employant des matériaux locaux. Le fait de s’enterrer permet avant tout d’assurer une bonne stabilité thermique renforcée par le parti pris d’un toit végétal, le tout dans l’esprit d’une économie de matériaux et de temps. Ces occurrences exogènes devaient correspondre à des pratiques techniques communes, sinon prioritairement montagnardes, au moins relatives à l’exploitation de terres soumises à des climats pénibles. Actuellement, les maisons écologiques, autonomes en énergie, reprennent d’ailleurs ce type de pratique en proposant des élévations en terre et des toitures végétalisées, qui se trouvent être particulièrement efficaces.

2Les tras sont installés à une altitude constante comprise entre 1 100 et 1 400 m d’altitude.

3L’emprise sur le territoire est variable selon les sites, allant de plusieurs centaines d’individus comprenant chacun de deux à dix cellules, à seulement quelques dizaines d’excavations. Certains semblent relatifs à de petites exploitations mineures, tandis que d’autres impressionnent par leur développement et la surface qu’ils couvrent. On pourra noter l’occurrence du site de Servière présentant plus de 200 tras sur seulement quelques centaines de mètres. Des centaines de sites sont observables sur les montagnes du Puy-de-Dôme, faisant du territoire d’étude une zone à la fois vaste et resserrée.

4L’inventaire en est malheureusement compromis par les campagnes de reboisement des années 1950 : les forêts de pin couvrent un grand nombre de tras, qui ne sont observables que grâce aux photographies aériennes résultant des campagnes de survol de l’Après-Guerre. Une infinité d’individus supplémentaires apparaissent sur les clichés de 1946 et 1947.

5Il est pour l’instant impossible de conclure sur cet aspect hétérogène sans une étude couvrant l’ensemble des massifs concernés.

6Ils méritent une description précise afin de poser les bases nécessaires à l’appréhension de cette originalité auvergnate. Ce type de structure présente une organisation bien définie : un tras se compose de plusieurs cellules, d’environ 4 m de large, creusées à une profondeur variant de 1,70 à 2 m, alignées les unes contre les autres et séparées par des talus latéraux. À l’avant, du côté de la pente, deux petites buttes de terre encadrent un chemin d’accès (d’environ 50 cm de large) vers l’intérieur d’une cellule, chacune d’elles étant indépendante des autres. Un talus supérieur, commun à l’ensemble du tras, referme chaque cellule et sert de soutien à la toiture, de même que les mottes inférieures. Ces alignements, généralement rectilignes quelle que soit la quantité de dépressions, pourraient indiquer que les cellules sont creusées lors d’une seule et même tranche de travaux.

7Les tras de la commune de Murol sont installés sur les versants nord et est de la montagne de Margelet, abrités du vent par la pente et l’à-pic du rocher de Sautet constituant le prolongement du col de la Croix Morand. Nous pouvons dénombrer 46 structures visibles à partir des photos aériennes contemporaines.

8Le sondage opéré cette année est implanté au sein d’un tras de dimension moyenne, sur une superficie de 40 m2, couvrant les deux dernières cellules septentrionales de l’ensemble, ainsi que les différents accès et talus supérieur et inférieur. Cette opération a permis d’obtenir une vision d’ensemble de ce type de structure, et ce dans des conditions optimales.

Fig. 1 – Vue aérienne du site

Fig. 1 – Vue aérienne du site

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 2 – Planches de bois mises au jour dans la seconde cellule

Fig. 2 – Planches de bois mises au jour dans la seconde cellule

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 3 – Plan général du sondage figurant les différents éléments de mobilier et structurels mis au jour

Fig. 3 – Plan général du sondage figurant les différents éléments de mobilier et structurels mis au jour

Clichés et DAO : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne du site
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 2 – Planches de bois mises au jour dans la seconde cellule
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 3 – Plan général du sondage figurant les différents éléments de mobilier et structurels mis au jour
Crédits Clichés et DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nominoë Guermeur, « Murol – Le Margelet » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107949

Haut de page

Auteur

Nominoë Guermeur

Université Rennes 2, LAHM

Haut de page

Responsable d’opération

Nominoë Guermeur

Université Rennes 2, LAHM

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search