Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeOrcet – Rue des Vergers

2016
63 – Puy-de-Dôme

Orcet – Rue des Vergers

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Dorian Pasquier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

038114

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Pasquier D. 2019 : Orcet, Puy-de-Dôme, rue des vergers, fouille archéologique préventive, rapport final d’opération archéologique, Balma, Hadès.

Texte intégral

1Les investigations archéologiques menées à Orcet, sur le projet de lotissement rue des vergers, mettent en évidence une forte densité de vestiges sur une surface d’environ 7 600 m2 : plus d’une centaine d’occurrences (fig. 1). Les lieux sont donc utilisés sur une période allant de 5000 av. J.‑C., avec un premier hiatus situé entre le Néolithique moyen II et le Bronze ancien, période durant laquelle la fréquentation du site est faiblement marquée, et un second hiatus entre le Bronze ancien et le Bronze final. L’occupation débute dès le Bronze final III jusqu’à la fin de La Tène ancienne. À partir de ce moment, nous constatons son déclin : seules quelques fosses sont datées de La Tène moyenne et finale. Enfin, un chemin impactant la zone fouillée connaît une première phase d’aménagement tardo-laténienne, puis il subit des réfections durant les premiers siècles de notre ère. Une dizaine de vestiges (creusements, fosses d’équarrissages) postérieurs à l’Antiquité et/ou remontant au xxe s. apr. J.‑C. complètent l’inventaire archéologique.

Fig. 1 – Plan masse

Fig. 1 – Plan masse

Échelle : 1/500.

DAO : J. Ducreux, D. Pasquier (Hadès).

2Le Néolithique moyen II est attesté par 31 entités archéologiques. Cette occupation se répartit en grande majorité dans la moitié ouest de la fouille. Les faits archéologiques mis au jour témoignent d’activités domestiques, vivrières et funéraires appartenant à la culture chasséenne (4000-3600 av. J.‑C.). De nombreuses fosses offrent des contours, des profils irréguliers et peu profonds, tandis que d’autres évoquent des négatifs de trou de poteaux (23 fosses ou/et trou de poteaux). Parmi ces excavations, quelques-unes se distinguent par une forme allongée, et, malgré un comblement de faible épaisseur, elles livrent des lots de tessons céramiques particulièrement bien fournis. Les silos, six au total, sont assez érodés mais certains conservent un profil piriforme.

3Ces creusements côtoient des niveaux de sol, avec deux zones d’épandage de mobilier archéologique. Ils sont assez érodés, souvent sous la forme de lambeaux piégés dans le substratum, et remaniés par les occupations postérieures : des percements sont opérés durant l’âge du Bronze et le premier âge du Fer. Leur interprétation demeure compliquée, au point de laisser subsister la question consistant à savoir s’il s’agit de niveaux de sols érodés ou de couches de rejets domestiques.

4De plus, « les épandages » abritent des restes humains, dont une inhumation primaire (un adulte) et des dépôts secondaires (un individu adulte et un immature). Cette dernière constatation ajoute un second niveau de lecture pour définir ces « aires d’épandages » de mobilier, reliées de prime abord à la sphère domestique, le témoignage funéraire étant plus classiquement représenté rue des vergers par la sépulture appartenant à un individu adulte en position fœtale, partiellement fouillée en diagnostic.

5D’un point de vue général, la répartition spatiale des vestiges attribués à la période néolithique révèle peu de cohérence. Toutefois, il est possible de distinguer quatre concentrations composées indistinctement de fosses simples à plan circulaire, de fosses oblongues, de silos, de niveaux de sol et de dépôts funéraires. Il est évident que cette répartition nous parvient de façon biaisée, mais il est possible d’en proposer une lecture de plans quadrangulaires ou ovales. Ces plans hypothétiques font écho aux bâtiments mis en évidence par la fouille de Beaumont, Champ Madame. En l’état, il est difficile de conclure à un type d’architecture standardisée ou de voir dans les vestiges de la rue des vergers un mode d’habitat groupé tel qu’il est connu sur d’autres sites chasséens en Auvergne.

6L’intérêt de ces vestiges réside également dans le nombre significatif de restes céramiques, fauniques et lithiques. La vaisselle céramique (467 NR, 42 NMI) est composée par des coupes à profil infléchi, à carène surbaissée ou encore à sillon interne, mais aussi par des jarres de stockage, des bouilloires (notamment attestées par nombre de préhensions à perforations sous-cutanée), des bouteilles et enfin par les restes de « plat à pain ». Les tessons de vases possèdent une finition (polissage et lissage) aboutie ainsi qu’une argile finement dégraissée et bien cuite ; qualités que l’on retrouve également dans le gisement de Beaumont, Champ Madame. Le mobilier lithique, assez rare, est essentiellement constitué d’outils lamellaires à retouches latérales et d’éclats retouchés. Les données archéozoologiques confirment la consommation des trois espèces composant la triade domestiquée (bovin, ovin, porcin, en majorité des adultes). L’espèce bovine est largement consommée, à hauteur de 84 % de la triade. Le site de la rue des vergers, à l’instar de ceux de Champ Madame et d’Artières-Ronzière, partage le même dénominateur culturel néolithique consistant en un lien étroit entre les aires domestiques et les aires sépulcrales.

7Les vestiges du Bronze ancien (1850-1600 av. J.‑C.) se résument en un dépôt de vases emboîtés, similaire à celui des dépôts funéraires en urne connus pour l’âge du Bronze, et de deux fosses livrant également du mobilier céramique datable du Bronze ancien A2.

8L’occupation se confirme à partir du Bronze final III et au premier âge du Fer (950-525 av. J.‑C.) : deux silos, quatre fosses, une batterie de fours à pierre chauffantes (composée de cinq foyers, du même type que ceux découverts à Clermont-Ferrand-La Pardieu ou encore dans le bassin de la Morge) et, enfin, une sépulture (un sujet adulte reposant sur le ventre portant à son poignet droit un bracelet en alliage cuivreux de type « armille », et accompagné d’un dépôt de faune : fig. 3). Le mobilier associé à cette phase, et retrouvé en position détritique, reflète la sphère domestique : vases de stockage mais aussi service de table composé de coupes carénées, coupes coniques à lèvre facettée, et, enfin, une forme basse ouverte peinte qui peut être associée à la consommation de liquide (vin ?). Les activités vivrières sont attestées par la découverte de fusaïole en terre cuite et d’une table de mouture en grès (arkose). Les carporestes notamment retrouvés dans les foyers prouvent l’existence du taxon amidonnier/épeautre. Les résultats archéozoologiques sont plus prolixes et démontrent une consommation carnée basée sur la triade domestiquée (bovins, ovicaprins, porcins, à dominante bovine). Quelques individus de volaille (poule) complètent ce cheptel, ce qui est assez rare pour la période.

Fig. 2 – Détails des profils et des faces supérieure et inférieure de la table de mouture en basalte (fait 59)

Fig. 2 – Détails des profils et des faces supérieure et inférieure de la table de mouture en basalte (fait 59)

Clichés : D. Pasquier (Hadès).

Fig. 3 – Sépulture F36 (en pleine terre) appartenant à un individu allongé sur le ventre, portant à son poignet droit, un fin bracelet en alliage cuivreux

Fig. 3 – Sépulture F36 (en pleine terre) appartenant à un individu allongé sur le ventre, portant à son poignet droit, un fin bracelet en alliage cuivreux

Clichés et DAO : A. Chen, J. Viriot (Hadès).

9L’intensification de l’occupation du secteur de la rue des vergers se manifeste aux travers des restes d’un habitat, établi aux alentours de la transition de la fin du Hallstatt (Ha D3) et de La Tène ancienne (LT A1), et qui perdure durant La Tène ancienne (A et B). Les vestiges sont de diverses natures : un reste de fossé peu profond, une batterie de sept silos, et seize fosses dont la fonction secondaire est celle de dépotoir à une exception près, avec une fosse à inhumation animale. Quatre fosses de forme subrectangulaire, datées de la période Ha D3-LT A, sont liées à une fonction domestique ou artisanale (fond de cabane ? dont un exemple avec un trou de piquet en fond du creusement). Elles sont comblées par des sédiments dont certains correspondent à de la purge de foyer domestique. Leurs caractéristiques morphologiques ainsi que le mobilier étant associé (céramique, parure et outil métallique) sont en adéquation avec les découvertes de Grande Limagne (Pontel à Lempdes et du Pâtural à Clermont-Ferrand). Mais aussi, ces aménagements excavés et subrectangulaires évoquent les exemples prestigieux du Port Sec Sud à Bourges. Ce type de découverte soulève la question de la nature et du statut de l’habitat d’Orcet au début du second âge du Fer. La fosse à inhumation de caprinés (neuf individus conservés) présente une troublante similitude, dans l’ordonnancement des animaux, avec les tombes à inhumations humaines et animales de L’Enfer et de Gondole. L’acte de ce dépôt s’inscrit, avec de fortes probabilités, dans un processus rituel qu’il reste encore à préciser, étant donné la précocité (analyse radiocarbone) de cet exemple par rapport aux exemples similaires connus en terre arverne, et, plus largement, gauloise.

10Les données céramologiques, associées aux vestiges les plus anciens, mettent en évidence un faciès correspondant à l’étape 1 du second âge du Fer en Auvergne (Ha D3-LT A). L’intérêt de cette collection céramique réside, entre autres, dans une belle série de profils façonnés au tour. Les analogies s’effectuent avec les collections de sites princiers des régions limitrophes (Bourges, Mont Lassois), ce qui soulève à nouveau la question du statut social de cette occupation. La vaisselle provenant des ensembles de La Tène ancienne présente un faciès commun aux sites limagnais des étapes 2 et 3 du second âge du Fer. Les restes fauniques provenant de ces fosses et silos sont des rejets de consommation confirmant la prédominance du bœuf domestiqué au sein de la triade classique. Les taxons des équidés, des canidés et de la poule apparaissent de manière marginale dans le cortège faunique. Le cerf est attesté par des restes de ramure (artisanat ?). Les activités vivrières sont mises en évidence par la découverte de fusaïole (filage ?), d’éléments de mouture (table et molette), et de nombreux restes de sole de foyer. Le mobilier métallique est le plus intéressant à l’échelle du site, avec notamment la découverte de deux restes de fibules proches du type Mansfeld F4, et un fragment de couteau en fer. Les données carpologiques révèlent la présence des taxons de céréales cultivées, telles que le millet, l’orge vêtue, l’amidonnier/épeautre, et le blé vêtu. Cette occupation ne subsiste pas à la période de La Tène moyenne, pour laquelle seules deux fosses livrent du mobilier céramique (rejets domestiques).

11Pour La Tène finale et le début de l’Antiquité, le secteur de la rue des vergers ne présente que peu de vestiges, deux fosses à rejets domestiques, qui ne peuvent attester tangiblement d’un habitat in situ. Un axe de circulation est aménagé selon une orientation sud-est – nord-ouest. Il est dans un premier état, tardo-laténien, aménagé de façon carrossable (empierrement et drains bordiers), puis, dans un second état, au cours de l’Antiquité, il adopte l’aspect d’un chemin que l’on renforce ponctuellement par des remblais de démolition. L’axe routier de la rue des vergers est localisé au sein d’une organisation « proto-urbaine » et politico-économique du territoire, au centre d’un triangle dont les sommets correspondent aux oppida de Gondole, Gergovie et Corent, mais surtout à proximité directe du camp césarien. Il est possible que ce chemin ait joué un rôle dans les relations terrestres entretenues à l’époque, entre les oppida de Gondole et de Gergovie, et, pourquoi pas, au vu de son orientation et sa localisation, avec le camp césarien (colline de La Serre d’Orcet).

12La richesse des découvertes archéologiques mises au jour sur la parcelle de la rue des vergers démontre que le vallon de l’Auzon et la commune d’Orcet forment un territoire occupant une place privilégiée dans l’organisation de l’occupation humaine, au sud du bassin clermontois, aussi bien pour la période néolithique que pour la période protohistorique.

Haut de page

Bibliographie

Alfonso G., Blaizot F. 2004 : La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme) : habitat et ensemble funéraire de nourrissons, Dara, 27, Lyon, Alpara, p. 124-136.

Augier L., Pauly S., 2014 : Les productions céramiques du site princier de Bourges (dép. Cher) entre la fin du vie et le début du ive siècle av. J.‑C. Identification des techniques de façonnage au tour lent, caractérisation pétrographique et interprétation des modes de production, Archäeologisches Korrespondenzblatt, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 44 (2), p. 195-214.

Augier L. 2012 : Un complexe princier de l’âge du Fer : le quartier artisanal de Port Sec sud à Bourges (Cher), suppl. à la RACF, 41, 2012-1.

Baucheron F. 2005 : La Roche-Blanche - Orcet : « L’Enfer », rapport final de fouille, Clermont-Ferrand, Inrap, 2 vol.

Deberge Y., Collis J., Dunkley J. 2007 : Le Pâtural à Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme, un établissement agricole gaulois en Limagne d’Auvergne, DARA, 30, Lyon, Alpara.

Loison G. 1997 : RN 89, sortie ouest de Clermont-Ferrand. Beaumont - Le Colombier, une occupation stratifiée du Chasséen récent, rapport complémentaire au document final de synthèse, Afan.

Saintot S. 2004 : Beaumont Champ Madame et Artière-Ronzière (Puy-de-Dôme), document final de synthèse, Clermont-Ferrand, Inrap, 2 vol.

Saintot S. 2005 : Beaumont Les Foisses (Puy-de-Dôme) document final de synthèse de fouille, Clermont-Ferrand, Inrap, 2 vol.

Thirault É. 2014 : Le Petit Beaulieu, Clermont-Ferrand, Auvergne, Puy-de-Dôme. Opération d’archéologie préventive du 17 mai 2010 au 18 mai 2011, rapport final d’opération, Paléotime, 5 vol.

Vernet G. 2015 : Orcet, Puy-de-Dôme, Auvergne, rue des Vergers, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Vialet P., Vital J., Sidi Maamar H. 2004 : « Deux ensembles de fours à pierres chauffantes du viiie s. av. J.‑C. en basse-Auvergne : Clermont-Ferrand, La Pardieu, et Saint-André-le-Coq, Les Nugérades (Puy-de-Dôme), in Dartevelle H. (coord.), Auvergne et Midi, actualité de la recherche (actes des 5e rencontres méridionales de Préhistoire récente, Clermont-Ferrand, novembre 2002), Préhistoire du Sud-Ouest, supp. 9, Cressensac, p. 215-244.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan masse
Légende Échelle : 1/500.
Crédits DAO : J. Ducreux, D. Pasquier (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 2 – Détails des profils et des faces supérieure et inférieure de la table de mouture en basalte (fait 59)
Crédits Clichés : D. Pasquier (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Fig. 3 – Sépulture F36 (en pleine terre) appartenant à un individu allongé sur le ventre, portant à son poignet droit, un fin bracelet en alliage cuivreux
Crédits Clichés et DAO : A. Chen, J. Viriot (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107964/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorian Pasquier, « Orcet – Rue des Vergers » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107964

Haut de page

Auteur

Dorian Pasquier

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dorian Pasquier

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search