Navigation – Plan du site
1988

Saint-Jean-de-Laur

Camp de Monseigne
Responsable(s) des opérations : René Padirac

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1988 - 1991 (SU)
Inventeur(s) : Padirac René

1Cette opération de sauvetage est la résultante de travaux d'édilité qui ont entraîné la destruction d'un tumulus sur près des deux tiers de sa surface, aggravée par des fouilles clandestines. Grâce à Michel Lorblanchet qui est à l'initiative de cette intervention, les éléments restant du tertre (15 m de long, 6 m de large, pour une hauteur d'environ 1 m) ont pu être étudiés,d'abord par le tamisage des déblais restés sur place, ensuite par un dégagement extensif des structures encore apparentes.

2D'un diamètre évoluant, sans doute,autour d'une quinzaine de mètres, ce tumulus était établi sur une surface plane probablement aménagée, sur laquelle ont été amoncellés des blocs calcaires. Aucune structure intentionnelle n'est perceptible sauf peut-être sur la bordure nord-est, où des dalles de volume important, inclinées et superposées, semblent marquer la bordure du tumulus.

3Dans la partie centrale presque au contact du substrat, ont pu être dégagésl es restes très perturbés d'une inhumation orientée nord-ouest–sud-est (tête au nord-ouest). Aucun aménagement particulier n'a pu être observé à ce niveau et il semble bien qu'aucune offrande ne lui était associée. Postérieurement, sur un remblai composé d'un mélange de terre et de cailloutis (0,20 m environ d'épaisseur), une seconde inhumation en décubitus dorsal a été mise en place. Orientée de façon aberrante (la tête est à l'est–nord-est, les pieds à l'ouest–nord-ouest), elle la recouvrait partiellement avec un point de superposition situé au droit du bassin de l'inhumation initiale. La plupart des ossements sont en connexion anatomique ce qui a permis de confirmer que le défunt ou la défunte a été inhumé avec ses pièces d'habillement et la totalité de ses objets de parure (Fig. n°1 : Sépulture à inhumation de la fin du Premier Âge de fer) : torques creux en tôle de bronze fermé par emboîtement, décoré d'une suite de bourrelets formant « échelle », ornementation qui se retrouve identique sur une paire de boucles d'oreilles (bronze creux) aux extrémités effilées ; bracelet en bronze rectiligne (intentionnellement ?) orné de motifs complexes associant des alternances d'arceaux et de cercles pointés, avec des zones hachurées ; cinquante armilles en bronze à section quadrangulaire, à profil cintré et à format décroissant enfilées sur chaque avant-bras ; sur la poitrine, fibule en bronze à ressort débordant, à fausse corde à bouclettes et à pied vertical ; bague en bronze (spirale ?) sur le côté gauche au niveau de la main, avec une fibule en fer à proximité ; le niveau correspondant à la partie inférieure des fémurs et des genoux était recouvert par une très forte densité de petits anneaux (mille cinq cent soixante-quinze) en tôle repliée (diamètre : 5 mm à 6 mm) sans doute jointifs, dispersés sur une bande de 0,35 m de long sur 0,10 m de large, associés à quarante-quatre boutons-appliques coniques (diamètre : 18 mm), ce qui avec les deux anneaux plats retrouvés au niveau des rotules, peut être interprété comme les éléments disjoints d'une ceinture-plastron, etc., mais également deux céramiques modelées dont un bol apode. Deux dépôts alimentaires retrouvés l'un au pied, l'autre sur le côté gauche du crâne complètent ce dispositif funéraire extrêmement complexe.

4La mise en conjonction de l'ensemble des données typochronologiques recueillies par association et par restitution morphologique (pour la ceinture-plastron) conduisent à établir provisoirement la date d'inhumation de cette sépulture dans une phase de transition comprise entre la fin du Premier et le début du Second Âge du fer.

5L'absence de matériel caractéristique concernant l'inhumation primitive, nécessairement antérieure, doit ici être interprétée avec prudence compte tenu des limites de destruction du tumulus ; l'engin mécanique étant passé au ras de la sépulture.

6Les résultats de cette fouille qui doit se terminer en 1992, restent donc exceptionnels puisqu'il s'agit d'un contexte peu connu de la protohistoire régionale, mais aussi d'inhumations complexes par leurs rites funéraires associant offrandes alimentaires et riche mobilier métallique.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Sépulture à inhumation de la fin du Premier Âge de fer

Fig. n°1 : Sépulture à inhumation de la fin du Premier Âge de fer

Auteur(s) : Padirac, René. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Sépulture à inhumation de la fin du Premier Âge de fer
Crédits Auteur(s) : Padirac, René. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Saint-Jean-de-Laur », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10811

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals