Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeLa Roche-Blanche – Site de Gergovie

2016
63 – Puy-de-Dôme

La Roche-Blanche – Site de Gergovie

Fouille programmée (2016)
Responsable d’opération : Peter Jud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Aoroc (UMR 8546)

Jud P. 2016 : La Roche-Blanche (63) Gergovie, rapport de fouille.

Texte intégral

1La campagne de fouille de Gergovie a duré six semaines. Elle concerne deux zones : d’une part, nous avons repris les fouilles dans le secteur près de la bordure du plateau, entamées en 2013, et, d’autre part, engagé un nouveau secteur au centre du plateau.

2Les objectifs formulés à l’occasion de la reprise des recherches sur le site de Gergovie en 2013 étaient doubles : les fouilles devaient constituer un apport supplémentaire dans la connaissance de l’organisation spatiale de la ville, et, en même temps, éclaircir d’avantage les différentes étapes de son développement au fil du temps. La recherche sur la chronologie devrait cibler particulièrement la première phase de l’existence de la ville, juste avant et pendant la guerre des Gaules.

3Les campagnes de fouilles réalisées entre 2013 et 2016 ont permis la découverte de la porte principale de la ville, élément clé de la structuration de toutes les villes fortifiées. La porte, située à peu près au milieu du rebord sud du plateau, est protégée par un bâtiment de porche en bois et une tour construite de façon massive en pierre sèche. La voie passant par la porte est formée de plusieurs couches de gravier fortement damé, recouvertes plus tard par un dallage en dalles basaltiques. Cette voie pavée « à la romaine » se prolonge tout droit vers le centre du plateau, et représente sans doute l’axe de circulation principal nord-sud de la ville. En bordure de la voie et directement derrière la porte, un petit fanum construit en bois sur une plate-forme dallée complète l’aménagement de l’entrée principale de la ville gauloise. Porte, voie pavée et temple constituent un ensemble urbain très cohérent d’une qualité surprenante. La façon de construire reste cependant dans les limites de l’architecture indigène, et aucune construction en mortier n’a été rencontrée dans le secteur de la porte. Tandis que les bâtiments en bois, érigés sur des poteaux plantés directement dans le sol, s’inscrivent dans la pure tradition gauloise, une forte influence de la Gaule méridionale se manifeste dans l’emploi de la pierre sèche pour la construction du rempart et de la tour de la porte.

4En dessous du rempart et de la porte, les vestiges d’une occupation plus ancienne ont été découverts. Ils appartiennent à l’époque de la fondation de la ville gauloise, jusqu’à présent non reconnue dans le cadre des fouilles anciennes.

5En 2016, un deuxième chantier de fouille a été entamé dans le milieu du plateau. Les recherches ont révélé la présence d’une large place dallée, longue de 120 m et large de 22 m. La vaste place, reliée à la porte par la voie pavée, matérialise sans doute le cœur du centre monumental de la ville, lieu de rassemblement social, politique et mercantile. Cette construction, large de 3 000 m2, unique dans le monde gaulois, a certainement été réalisée avant la période augustéenne. Elle a certainement été commandée par un pouvoir politique particulièrement ambitieux et orgueilleux.

6Les fouilles menées à Gergovie depuis 2013 ont enrichi considérablement nos connaissances sur l’ancienne capitale des Arvernes. Le site n’était pas, comme on l’a longtemps cru, un modeste village gaulois se développant peu à peu pour ne devenir une ville qu’au début de l’époque gallo-romaine.

7Dans les faits, la réalisation d’un projet urbain important a été entamée dès la fondation de Gergovie au cours des années précédant la guerre des Gaules, en employant des techniques de construction insolites en dehors de la zone méditerranéenne.

Fig. 1 – Vue sur l’angle formé par le rempart en pierre sèche et l’aile ouest de la porte

Fig. 1 – Vue sur l’angle formé par le rempart en pierre sèche et l’aile ouest de la porte

À l’intérieur de cet angle, la tour TR 26/27 de forme trapézoïdale.

Cliché : D. Corgiat.

Fig. 2 – Vue zénithale sur une partie des vastes dallages dégagés au centre de l’oppidum

Fig. 2 – Vue zénithale sur une partie des vastes dallages dégagés au centre de l’oppidum

La largeur de la zone dallée est de 60 m environ.

Cliché : D. Corgiat.

Haut de page

Bibliographie

Jud P. 2013 : Gergovie, La Roche-Blanche (63), sondage 2013, rapport de fouille programmée.

Jud P. 2014 : Gergovie, La Roche-Blanche (63), rapport de fouille 2014, rapport de fouille programmée.

Jud P. 2015 : Gergovie, La Roche-Blanche (63), rapport de fouille 2015, rapport de fouille programmée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue sur l’angle formé par le rempart en pierre sèche et l’aile ouest de la porte
Légende À l’intérieur de cet angle, la tour TR 26/27 de forme trapézoïdale.
Crédits Cliché : D. Corgiat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Vue zénithale sur une partie des vastes dallages dégagés au centre de l’oppidum
Légende La largeur de la zone dallée est de 60 m environ.
Crédits Cliché : D. Corgiat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Jud, « La Roche-Blanche – Site de Gergovie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108114

Haut de page

Auteur

Peter Jud

Aoroc (UMR 8546)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Peter Jud

Aoroc (UMR 8546)

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search