Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeVic-le-Comte – Enval : nouveau gi...

2016
63 – Puy-de-Dôme

Vic-le-Comte – Enval : nouveau gisement du Magdalénien moyen

Sondage (2016)
Responsable d’opération : Frédéric Surmely

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Surmely F. 2016 : Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme) propriété Moliard, rapport de sondage et d’expertise, Clermont-Ferrand, Drac, SRA.

Texte intégral

1Enval est un village installé sur un escarpement gréseux, à moins de 2 km à vol d’oiseau du Val d’Allier, couloir naturel de circulation nord-sud. L’escarpement rocheux, haut de plus de 40 m et long de plus d’1 km, comprend plusieurs lignes étagées de petits abris sous roche. Malheureusement, la topographie originelle a été fortement transformée par l’urbanisation. La première mention de découverte de vestiges préhistoriques date de 1877. Une des dernières découvertes, localisée dans le fond d’un ancien abri sous roche, appelé abri Durif et amputé par la construction d’une grange, fut le cadre d’une fouille programmée sous la direction d’Y. Bourdelle.

2En 2009, nous entreprîmes un programme de recherche destiné à permettre l’étude complète du mobilier issu des fouilles Bourdelle et à évaluer le potentiel du lieu. Des sondages ont révélé l’existence de petites poches de remplissage témoignant d’une occupation magdalénienne tout le long de l’escarpement principal.

3Le nouveau locus décrit ici se situe à l’extrémité nord du village, à une centaine de mètres des lieux de découvertes antérieures. C’est à la suite de travaux de terrassement à la base de l’escarpement rocheux jusqu’à lors recouvert par des colluvions que, en mars 2016, le propriétaire du terrain a mis au jour des vestiges préhistoriques emballés dans un sédiment argilo-sableux rougeâtre. Il a alerté immédiatement le SRA et une opération de nettoyage et d’expertise du site a pu rapidement se mettre en place, grâce à son accord.

4Cette tâche a été réalisée sur une dizaine de jours, grâce à la participation d’une équipe d’étudiants d’East Tennessee University (États-Unis), et avec le soutien de la municipalité, du propriétaire, de riverains et de l’association Terre Ancienne. Nous avons effectué la mise en sécurité provisoire du site, le tamisage des déblais du terrassement, deux sondages manuels en avant de l’escarpement, le redressement et le relevé de la coupe frontale, le relevé topographique et le prélèvement d’échantillons.

5Le site correspond à un abri sous roche, s’ouvrant à la base d’un banc rocheux gréseux. La présence de gros blocs dans le remplissage témoigne de l’effondrement du toit rocheux, et, donc, de son recul depuis l’époque magdalénienne. Il est également très probable que le surplomb ait été retaillé partiellement, à une époque historique indéterminée. Le redressement de la coupe frontale principale a permis de montrer que la puissance des niveaux archéologiques avoisine les 140 cm à cet endroit, avec au moins quatre niveaux sédimentaires distincts (US 40, 70, 80 et 100), renfermant de très nombreux vestiges en lien avec une occupation magdalénienne. La présence de nombreuses connexions osseuses laisse penser à une absence de remaniement important post-dépositionnel du remplissage, mais ces premières observations devront être confirmées par les études micromorphologiques.

6Le mobilier lithique et osseux est extrêmement abondant et dans un très bon état de conservation.

7Les matières premières lithiques allochtones sont très fortement représentées, avec une proportion toujours supérieure à la moitié du poids total de l’industrie lithique taillée, et qui atteint 73 % dans l’US 40. Outre les habituels silex « blonds » de la craie du Turonien inférieur, qui forment la composante principale de l’approvisionnement, et les silex du Turonien supérieur et moyen du secteur du Grand-Pressigny, on note la présence, inédite à ce jour en Auvergne, de silex crétacés bariolés provenant du secteur de Fontmaure (Véllèches, Vienne), situé à une distance à vol d’oiseau de 260 km ! Il faut également souligner la présence de plusieurs petits éclats de cristal de roche (quartz hyalin), dont l’origine est probablement alpine.

8L’objectif général était la recherche d’une production laminaire de qualité, avec des préparations soignées comme les talons en éperon. On observe la mise en œuvre de chaînes opératoires différenciées, ce qui était habituel dans le Val d’Allier (Surmely 2002 ; Surmely 2008). Les silex allochtones ont été introduits sous la forme de préformes. La gestion de ces matériaux est orientée vers la production de supports allongés, mais, en y ajoutant, à la différence des silex locaux, la recherche d’une rentabilité maximale, ce qui se traduit par un très fort taux de transformation des supports bruts et des ravivages d’outils menés jusqu’à exhaustion totale. C’est assurément de ce même souci d’économie que découlent certaines caractéristiques « typologiques » de l’industrie lithique, notamment l’assez fort taux d’outils mixtes et multiples et la morphologie des burins.

9L’outillage est dominé de façon écrasante par les burins. Sont aussi présents les armatures microlithiques (lamelles à dos simple), les grattoirs et les pièces esquillées, mais selon des proportions moindres et qui varient selon les niveaux. Enfin, on peut observer que, là encore, les quatre niveaux individualisés présentent des caractéristiques assez proches, qui plaident en faveur d’une étroite proximité fonctionnelle et chronologique.

10La faune est extrêmement abondante (environ 10 000 pièces) et bien préservée, ce qui est plutôt rare dans la région. L’analyse des vestiges a été menée sur l’ensemble des os déterminables d’un point de vue taxinomique, soit environ 2 800 restes osseux.

11Le spectre faunique est relativement homogène sur toute la séquence avec quatre taxons prédominants : renne (Rangifer tarandus), bovinés, cheval (Equus ferus) et lagomorphe (Lepus cf. timidus). Le renne, espèce majoritaire dans toutes les US, représente entre 49,5 et 89,4 % des restes déterminés. On note la présence de fragments de bois, dont certains correspondent à des déchets d’extraction de baguettes et d’autres à des produits finis, principalement des fragments de baguettes. Quelques fragments osseux portent des traces de rainurage et un fragment de diaphyse d’ongulé de grande taille a été utilisé comme retouchoir.

12Une autre caractéristique originale du site est la présence de nombreux objets d’art et de parure.

1347 objets ont été recueillis sur l’ensemble du locus, qui se partagent en plusieurs catégories : coquillages fossiles (provenant probablement des faluns de Touraine), dents animales (renne, cerf, bouquetin, marmotte, bovinés), perles et lignite et petits objets insolites (rognons de silex aux formes suggestives). S’y ajoutent deux fragments de plaquettes gravées de figures animales non identifiables.

14Sept datations 14C ont été faites sur les différents niveaux. Toutes se situent dans la plage de 13 800 BP, soit 16 400-17 000 av. J.‑C.

15Ces résultats placent l’occupation du site dans une fourchette assez restreinte, à la fin du Magdalénien moyen, selon la chronologie établie par Langlais.

16Le gisement Enval-Moliard peut être considéré comme majeur et d’intérêt exceptionnel pour la connaissance du peuplement du Val d’Allier au Paléolithique supérieur. Les premiers résultats du nettoyage réalisé en 2016 demandent à être affinés et confirmés par la mise en œuvre d’une fouille véritable, qui permettra de réaliser une vraie analyse spatiale et mobilisera une équipe pluridisciplinaire, avec des moyens adaptés.

Fig. 1 – Plan général du site

Fig. 1 – Plan général du site

DAO : F. Surmely (SRA).

Fig. 2 – Éléments de parure de types divers provenant de l’US 80

Fig. 2 – Éléments de parure de types divers provenant de l’US 80

1 : 11, incisive de cheval tronquée et perforée ; 2 : 17, incisive de cerf tronquée et perforée ; 3 : 18, coquille de Natica percée ; 4 : 20, rognon de calcaire silicifié, possible FFS ; 5 : 20, petit nodule de calcaire silicifié ocré avec trou naturel ; 6 : 15, fragment de perle en lignite.

Clichés : F. Surmely (SRA).

Fig. 3 – Vue du site à l’achèvement de l’opération

Fig. 3 – Vue du site à l’achèvement de l’opération

Cliché : F. Surmely (SRA).

Haut de page

Bibliographie

Surmely F. 2008 : La diffusion des silex crétacés dans le centre du Massif central durant la Préhistoire (Paléolithique, Mésolithique, Néolithique), Paléo, 20, p. 115-144.

Surmely F. 2009 : Rapport sur le programme de recherches sur le site magdalénien d’Enval, Clermont-Ferrand, Drac, SRA.

Surmely F. 2010 : Rapport sur le programme de recherches sur le site magdalénien d’Enval, Clermont-Ferrand, Drac, SRA.

Surmely F. 2011 : Rapport sur le programme de recherches sur le site magdalénien d’Enval, Clermont-Ferrand, Drac, SRA.

Surmely F. 2012 : Rapport sur le programme de recherches sur le site magdalénien d’Enval, Clermont-Ferrand, Drac, SRA.

Surmely F. 2013 : Rapport sur le programme de recherches sur le site magdalénien d’Enval, Clermont-Ferrand, Drac, SRA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du site
Crédits DAO : F. Surmely (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2 – Éléments de parure de types divers provenant de l’US 80
Légende 1 : 11, incisive de cheval tronquée et perforée ; 2 : 17, incisive de cerf tronquée et perforée ; 3 : 18, coquille de Natica percée ; 4 : 20, rognon de calcaire silicifié, possible FFS ; 5 : 20, petit nodule de calcaire silicifié ocré avec trou naturel ; 6 : 15, fragment de perle en lignite.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 3 – Vue du site à l’achèvement de l’opération
Crédits Cliché : F. Surmely (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Surmely, « Vic-le-Comte – Enval : nouveau gisement du Magdalénien moyen » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108194

Haut de page

Auteur

Frédéric Surmely

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Frédéric Surmely

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search