Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeClermont-Ferrand – 75 rue de Neyrat

2016
63 – Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand – 75 rue de Neyrat

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Sébastien Gaime

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Gaime S. 2016 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) 75 rue de Neyrat, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique réalisé dans l’enceinte des archives départementales, au 75 rue de Neyrat à Clermont-Ferrand, a permis de mettre en évidence quatre occupations humaines, échelonnées entre le Bronze final IIIb et la période contemporaine.

Fig. 1 – Plan d’ensemble de la zone sondée

Fig. 1 – Plan d’ensemble de la zone sondée

DAO : P. Combes, S. Gaime (Inrap).

Deux phases d’occupation protohistoriques : sondages 6, 7, 8 et 10

2Une occupation attribuable à deux phases de la Protohistoire a pu être mise en évidence dans les sondages 6, 7, 8 et 10, sur une surface d’environ 60 m de côté, soit près de 3 600 m2.

Protohistoire ancienne : une fréquentation

3La plus ancienne occupation du lieu est datable, grâce à 42 tessons de la Protohistoire ancienne, peut-être de la fin de l’âge du Bronze (Bronze final IIIb). Il s’agit de mobilier essentiellement résiduel, découvert dans les colluvions du sondage 6, ou de manière résiduelle du comblement du silo médiéval Sl801. Ces céramiques caractérisent, semble-t-il, une simple fréquentation du lieu, perceptible toutefois dans les sondages 6, 7, la moitié sud du sondage 8. Des traces de cette époque sont corroborées par du mobilier céramique, une épingle en bronze et une meule qui ont été découverts par le passé à proximité.

Site 1 : Protohistoire récente : une occupation bien attestée

4Localisé sur la même surface que les éléments résiduels précédents, suggérant sans doute une certaine pérennité spatiale, une occupation laténienne est révélée par 131 tessons de céramiques variées et deux fragments de plaques foyers. Ces éléments mobiliers proviennent de niveaux de sols bien en place, retrouvés dans les quatre sondages 6, 7, 8 et 10.

5Le sondage 7 est même assez exceptionnel de ce point de vue, puisque le palimpseste des occupations successives est perceptible sous la forme d’une succession de sols et couches microlitées, qui forment au final une épaisseur de plus de 0,40 m. Des analyses géomorphologiques sont d’ailleurs en cours afin de documenter au mieux ces niveaux. Dans le sondage 6, un niveau de sol (US 616) est associé à deux aménagements, l’un en pierres, l’autre en terre, restes probables d’un édifice (sondage 6 : M612, M630).

Une zone funéraire protohistorique : sondages 6 et 7

6Deux structures protohistoriques caractérisent une zone funéraire. Ainsi, dans le sondage 6, l’inhumation d’un adolescent (Sep615 : fig. 2) montre la présence d’une zone funéraire proche des habitats. Bien qu’un doute subsiste pour son attribution chronologique exacte, et en attendant les résultats de l’analyse 14C (laboratoire de carbone 14 de la Doua : analyse sur un os humain en cours), nous resterons prudent et considérerons la période laténienne comme un terminus vraisemblable. Cette première sépulture est sans doute à mettre en lien avec la structure 701 du sondage 7.

7Cette deuxième tombe, située 21 m à l’ouest de la première, qui bien que non fouillée, est identifiable grâce à sa couverture de basalte, qui paraît donc typologiquement proche de Sep615. Ces deux sépultures permettent d’envisager l’existence d’une zone funéraire plus vaste, et ce d’autant plus qu’il est tentant d’y rajouter les deux sépultures retrouvées dans la parcelle adjacente au nord (Baucheron 2005).

8Au final, il paraît donc possible d’envisager une occupation importante aux alentours des iiie-iis. av. J.‑C., comprenant un habitat et une zone funéraire, et ce sur une zone assez vaste, incluant toute la partie centrale de la zone sondée, mais aussi les alentours comme l’attestent les nombreuses découvertes dans les parcelles contiguës ou un peu plus éloignées.

Fig. 2 – Coupe et plan de la sépulture Sep615

Fig. 2 – Coupe et plan de la sépulture Sep615

DAO : I. Thomson (Inrap).

Site 2 : occupation d’époque romaine ?

9Ensuite, après un hiatus de quelques siècles, une occupation s’installe à la période romaine, dans la partie septentrionale de la zone étudiée, associant au moins deux bâtiments construits sur solins de pierres (bâtiment 4, bâtiment 6). Répartie sur plus de 100 m de long pour environ 30 m de large dans les quatre sondages 8, 9,12 et 15, il s’agit d’une occupation dont la vocation nous échappe complètement à l’heure actuelle. Malgré une relative indigence numérique, la vaisselle découverte permet de fixer un terminus post quem pour l’occupation vers la fin du ier s. (US 821). De plus, le mobilier résiduel découvert mélangé avec des céramiques médiévales n’est absolument pas roulé, ce qui montre ainsi un déplacement limité suggérant plutôt des creusements médiévaux perforant des niveaux antiques.

10Une canalisation en terre cuite orientée est-ouest complète l’ensemble et traverse, semble-t-il, la totalité de l’emprise, puisqu’elle se retrouve dans la parcelle occidentale sous le no F33 (Baucheron 2005).

Site 3 : occupation médiévale

11Bien qu’il soit difficile de saisir la teneur exacte de l’occupation avec ces sondages, il s’agit de l’occupation la plus structurée retrouvée sur le site.

12Cette occupation est très bien répartie sur toute la moitié nord de la zone étudiée, soit plus de 8 000 m2 (106 m est-ouest par 78 m nord-sud). Ce site est très bien daté entre le xie et le xiiis. apr. J.‑C. par le mobilier assez abondant (275 tessons). Il correspond à une zone d’habitat comprenant au moins six édifices, dont certains excavés, construits sur solin de pierres avec, comme l’attestent les sondages 6, 14 et 15, des élévations probablement en terre.

13Quelques tessons retrouvés dans les sondages 8 et 10 permettent d’évoquer les prémices du site aux viie-xs. apr. J.‑C., corroborant ainsi les découvertes de la parcelle voisine.

14Les stratigraphies des sondages 8, 9 et 15 montrent que cette occupation se subdivise en au moins deux phases médiévales successives :

  • Une première occupation, parfois assez profonde (2 m environ), paraît caractérisée par des creusements comblés de charbons de bois et d’éléments rubéfiés, et des couches charbonneuses et cendreuses. En l’absence de fouille exhaustive (seule la fosse subcirculaire Fs901 a été fouillée : fig. 3), il n’a pas été possible d’en saisir les fonctions. S’agit-il de structures de combustion ou de couches d’incendie ?
  • Ensuite, on assiste à la construction de bâtiments sur solins dessinant ainsi un véritable hameau. Au niveau architectural, les solins sont assez similaires à ceux retrouvés dans la Limagne à la même époque, comme sur le site voisin de Croix de Neyrat-poste EDF 2001 ou encore La Mouraude à Beaumont. Le bâtiment 1 possédait avec certitude une élévation mixte, mêlant terre et ossature bois. Un espace étroit entre des murs, large d’un mètre et orienté nord-sud, a été retrouvé dans le sondage 8, sur plus de 10 m de long. Il pourrait s’agir d’une ruelle entre deux édifices ou d’un aménagement spécifique qui nous échappe. Un aménagement similaire a été retrouvé sur le site de la Mouraude, commune de Beaumont en 1999 sur un site du xiiis. (Gabayet 2000). Aucune structure artisanale n’a été mise au jour.

Fig. 3 – Détail de la fosse Fs 901 après fouille

Fig. 3 – Détail de la fosse Fs 901 après fouille

15Enfin deux fosses-silos, Fs 801 et Sl 1401, viennent compléter l’équipement agricole.

16Dans le cadre de ces sondages, la structuration de l’ensemble n’apparaît pas de manière évidente, tout au plus peut-on remarquer une disposition qui semble plutôt nord-sud. L’élément le plus structurant est un long mur évoquant une limite parcellaire ou une clôture.

17Bien qu’il soit difficile d’extrapoler à partir des seules données d’un diagnostic, l’étude d’archives très complète effectuée par Emmanuel Grélois et Fabrice Gauthier permet d’échafauder quelques hypothèses : ainsi, la présence d’au moins six bâtiments peut sans doute être mise en rapport avec le terme « ayzes » mentionné plus haut et qui évoque la présence d’habitations, ce qui relance quelque peu la notion archéologique d’écart ou d’habitat intercalaire.

18La datation retenue pour cette occupation n’est pas la même que celle retrouvée dans la parcelle contiguë occidentale. Cette chronologie un peu différente laisse percevoir une évolution spatiale, avec une première implantation médiévale à l’ouest durant la période carolingienne, entre les viiie et xs. composée de deux ou trois bâtiments, sept fosses, un silo et un fossé (Baucheron 2005). Puis on assisterait à un déplacement vers l’est au cours des xie-xiis. Cette phase comprendrait alors un bâtiment et un silo (Baucheron 2005), auquel s’ajoutent les six bâtiments que nous avons retrouvés.

Site 4 : occupation contemporaine

19Le site parait ensuite abandonné jusqu’à l’orée du xxs., où le bâtiment 3, retrouvé dans le sondage 1 et que l’on peut sans doute associer au foyer aménagé St 106, est peut-être à mettre en lien avec la culture de vigne attestée par les archives.

Structures non datées

20Outre deux fosses non datées dans le sondage 1 et un petit fossé rectiligne, l’imposant fossé curviligne Fo 107/201/301, présent sur plus de 25 m linéaires, est difficilement attribuable à une des périodes chronologiques retrouvées.

Haut de page

Bibliographie

Baucheron F. 2005 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne) chemin de Fontbelloux, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Gabayet F. 2000 : Beaumont, bassin d’orage aval de Pourliat. Lieu-dit La Mouraude, document final de synthèse, Afan, Clermont-Ferrand.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble de la zone sondée
Crédits DAO : P. Combes, S. Gaime (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 2 – Coupe et plan de la sépulture Sep615
Crédits DAO : I. Thomson (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 3 – Détail de la fosse Fs 901 après fouille
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108275/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Gaime, « Clermont-Ferrand – 75 rue de Neyrat » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108275

Haut de page

Auteur

Sébastien Gaime

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Gaime

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search