Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeRiom – 4 impasse des Roseaux

2016
63 – Puy-de-Dôme

Riom – 4 impasse des Roseaux

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Fabrice Gauthier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Gauthier F. sous presse : Riom (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) 4 impasse des roseaux, rapport de fouille, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1La campagne de fouille 4 allée des Roseaux est située au nord-ouest du centre historique de Riom, à proximité de la sortie Châtel-Guyon de l’actuelle voie de contournement. La chapelle romane de Saint-Don jouxte l’emprise de fouille côté est. Les deux parcelles au nord-ouest et au nord de l’emprise ont fait chacune l’objet d’une fouille (Gauthier 2014 ; Gauthier 2017) qui a permis d’étudier un habitat rural du haut Moyen Âge, comprenant du parcellaire, des bâtiments et des structures agraires, essentiellement de l’ensilage (fig. 1). Cette troisième intervention archéologique concerne une superficie d’environ 2 000 m2, soit le double des deux interventions précédentes. L’emprise est située plus bas dans la pente que les précédentes et a révélé un recouvrement important. La nouvelle campagne a permis de mettre en évidence, en plus de la poursuite de l’occupation précédemment identifiée, des séquences tardo-antique et du Moyen Âge central, ce qui permet de faire le lien à la fois avec les vestiges antiques découverts à l’est à l’occasion d’une évaluation (Vernet 1995) et avec la chapelle Saint-Don.

Fig. 1 – Plan des trois fouilles archéologiques sur fonds de cadastre ancien

Fig. 1 – Plan des trois fouilles archéologiques sur fonds de cadastre ancien

DAO : Inrap.

Période 1

2La fenêtre d’étude est située en périphérie de l’établissement rural antique. Il s’agit une probable villa de rang A ou B, comme le suggèrent la présence de matériaux de qualité, l’existence d’au moins une salle sur hypocauste et un aménagement hydraulique monumental de type fontaine. À cette époque, l’espace qui constitue notre emprise pouvait être occupé par des champs ou des prés. De rares structures en creux sont conservées et il n’est pas exclu que le mur orienté nord-sud, présent dans l’angle sud-est de l’emprise, soit le mur de clôture de l’établissement antique. La chronologie de cet établissement est largement méconnue en l’absence de fouille au cœur du domaine. Néanmoins, le mur de clôture date du iiie s. et n’appartient pas à la phase d’installation de la « villa ». Quelques bâtiments de la « pars urbana » ont été dégagés dans le cadre du diagnostic des années 1990 (Vernet 1995). Ces quelques vestiges attestent par ailleurs de remaniements (chronologie entre sols en béton et murs), impliquant plusieurs périodes dans la vie de cet établissement.

Période 2

3Le secteur continue d’être occupé, après l’abandon de l’établissement antique, comme le montrent les nouvelles structures agraires et la récupération de matériaux antiques : deux grands fossés de drainage, approximativement perpendiculaires à la pente, correspondant à une nouvelle trame, sont alors creusés. Un bassin monolithe (fig. 2), appartenant à l’ancienne villa, est récupéré et réutilisé pour une petite installation de fortune, qui semble se raccorder avec le fossé sud nouvellement créé. Cet aménagement est daté du ve s.

Fig. 2 – Vue du bassin monolithe in situ

Fig. 2 – Vue du bassin monolithe in situ

Cliché : F. Gauthier (Inrap).

Période 3

4Au cours du siècle suivant, un nouveau découpage parcellaire est mis en place, dessinant un réseau comprenant un enclos, qui fonctionne dans sa durée aussi bien avec des fossés ouverts que des fossés palissadés. La mise en place de ceux-ci pourrait être en lien avec la construction à l’intérieur de l’enclos d’un bâtiment excavé, F14 (Gauthier 2014). Aucune structure en creux (fosses, silos, trous de poteaux…) n’est contemporaine de cette période, qui dure un siècle et demi.

Période 4

5Au milieu du viie s., l’espace connaît des transformations radicales : la plupart des fossés sont comblés. Des silos sont creusés à l’ouest du bâtiment reconstruit de fond en comble, et, enfin, une aire funéraire se développe au sud-ouest de l’emprise globale des trois interventions.

6Le bâtiment est lui-même comblé et l’ensilage s’étend de manière diffuse dans l’ensemble du secteur nord. Aucun silo n’est creusé au sud du fossé méridional de l’ancien enclos. À l’extrémité sud de l’enclos, des structures de chauffe, dont deux probables foyers, pourraient être liés au traitement des céréales.

7Parallèlement, une aire funéraire s’installe dans le quart sud-est. Si les fossés de l’époque précédentes sont comblés, les limites en négatif dessinées par les tombes témoignent d’une certaine continuité parcellaire avec le réseau mérovingien modifié à la marge.

8Les tombes sont en grande majorité des coffrages assemblés dans la fosse sépulcrale, maintenus par quelques blocs et recouverts de planches. Quelques coffrages mixtes et de très rares pleines terres complètent le corpus des contenants. Quelques logettes céphaliques et coussins ménagés au fond de la fosse constituent les rares aménagements qui se distinguent dans cet ensemble homogène.

9L’étude biologique de la population de la période montre un profil démographique très médiocre, avec de mauvaises conditions sanitaires et vraisemblablement alimentaires. Par ailleurs, les séquelles d’activité et la typologie des traumatismes évoquent plutôt une population de travailleurs, hommes comme femmes, d’agriculteurs et/ou d’artisans, comme le suggèrent également les outils contemporains découverts sur le site. Le statut des tombes et la date d’apparition d’une première église ne peuvent être déterminés avec certitude. Une hypothèse, étayée uniquement par la présence d’un fragment de vitrail mosaïque dans une tombe, permet d’envisager une première église avant la fin du viie s., ce qui est précoce pour un établissement rural. Une autre hypothèse, reposant sur des transformations de l’organisation de l’ensemble funéraire, renverrait vers le milieu du viiie s. Il s’agirait plutôt d’une église de fondation privée, comme c’est le cas majoritairement. L’ensemble funéraire se rétracte et se déplace en direction du sud-est.

Période 5

10Une nouvelle redistribution spatiale et fonctionnelle intervient au début du xe s., marquée par la disparition « totale » du cimetière dans l’emprise, le déplacement de l’ensilage, qui se développe dorénavant au sud, et, surtout, l’implantation d’un domaine, marqué par la construction de deux bâtiments excavés dotés de drains d’évacuation, de foyers et d’un petit bâtiment annexe (fig. 3). L’ensemble s’organise selon une trame orthonormée, en partie hérité du découpage mérovingien. Il s’agit d’une planification, avec un soin apporté aux constructions, notamment pour le bâtiment principal, doté d’un sol sur radier de solins liés à la terre. Le second bâtiment possède une structure interne à poteaux porteurs.

11Ce domaine s’organise de part et d’autre d’une cour. Les silos contemporains forment deux alignements relégués en périphérie des bâtiments. Les sols extérieurs ne sont pas conservés. Ce fait est valable pour toutes les périodes du site.

Fig. 3 – Plan de la période 5

Fig. 3 – Plan de la période 5

DAO : M. Brizard, F. Gauthier (Inrap).

Période 6

12Après l’abandon des bâtiments, l’ensilage gagne une partie des nouveaux espaces laissés vacants par le cimetière et occupe principalement une bande latérale est-ouest en milieu de pente, c’est-à-dire l’espace anciennement occupé par les maisons du xe s. L’ensilage semble à la fois diffus et concentré en quelques amas, dont l’emprise du bâtiment principal constitue un des centres.

Période 7

13Ce même espace va être réaffecté à l’habitat, avec la construction de quatre nouvelles constructions, moins excavées que les précédentes, tout en continuant d’accueillir des silos qui semblent perdurer jusqu’à l’abandon de ces constructions. Les maisons, dans trois cas sur quatre, reprennent l’emprise d’anciennes constructions, et une nouvelle maison en partie hors emprise s’installe à l’ouest non loin de la chapelle Saint-Don. On peut distinguer la maison du nord-est comme étant la plus « élaborée », avec de possibles élévations en pierre dont les bases sont bien conservées. Les deux constructions successives localisées en grande partie dans l’emprise du bâtiment principal du xe s., apparaissent moins soignées, plus composites et « bricolées » que les maisons orientales au contact du prieuré et de sa nouvelle chapelle. Cette dernière n’a pas fait l’objet d’étude approfondie mais elle est datée de la seconde moitié du xiie s. par les historiens de l’Art.

14Tous les bâtiments ont été restaurés, consolidés et dans certain cas reconstruit de fond en comble. À la fin du xiie s. ou au début du xiiie s., l’occupation est abandonnée et le terrain et occupé par des activités (agricoles ?) n’ayant pas laissé de traces.

15Il faut attendre le début de l’époque moderne pour assister à un nouveau découpage parcellaire avec le creusement de nouveau fossés conservés au nord (Gauthier 2014).

Haut de page

Bibliographie

Gauthier F. 2015 : Une occupation carolingienne à Saint Don (Riom), rapport de fouille archéologique, Clermont-Ferrand, Inrap.

Gauthier F. 2017 : Riom (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) 4 chemin des vignes, rapport de fouille archéologique, Inrap ARA, Clermont-Ferrand, Inrap.

Vernet G. 1995 : Sépultures médiévales et vestiges antiques. Sondages archéologiques dans les parcelles nos 640, 767 et 770 au lieu-dit La Chapelle Saint-Don à Riom (63), Afan, Clermont-Ferrand.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des trois fouilles archéologiques sur fonds de cadastre ancien
Crédits DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
Titre Fig. 2 – Vue du bassin monolithe in situ
Crédits Cliché : F. Gauthier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 3 – Plan de la période 5
Crédits DAO : M. Brizard, F. Gauthier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Gauthier, « Riom – 4 impasse des Roseaux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108375

Haut de page

Auteur

Fabrice Gauthier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Gauthier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search