Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2016Projets collectifs de rechercheLe massif du Sancy à l’époque mod...

2016
Projets collectifs de recherche

Le massif du Sancy à l’époque moderne

Projet collectif de recherche (2016)
Responsable d’opération : Frédéric Surmely

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Les massifs volcaniques du Sancy et du Cézallier abritent une concentration extraordinaire de structures d’un type très particulier, mal connues à ce jour. Dans certains terroirs d’altitude, on peut en dénombrer des centaines (fig. 1).

Fig. 1 – Concentration de structures au lieu-dit Combe-Perret (commune d’Orcival), en bordure du lac Servières

Fig. 1 – Concentration de structures au lieu-dit Combe-Perret (commune d’Orcival), en bordure du lac Servières

Cliché : F. Surmely (SRA).

2Ces structures sont absentes du massif du Cantal (Surmely et al. 2012) et ne se retrouvent, en nombre bien inférieur, que dans les massifs des Monts-Dômes et du Forez. Elles sont connues localement sous le terme de tras, ou bien de peignes, en raison de la forme singulière qu’elles offrent en vision sommitale (fig. 1 et 2). L’étymologie du terme « tras » est l’occitan « trauc » qui désigne le trou. Le terme de peigne est utilisé pour la première fois dans une publication par J. Lhéritier (1937, p. 632).

Fig. 2 – Vue de deux structures, montrant l’association entre alignement (« peignes ») et case isolée

Fig. 2 – Vue de deux structures, montrant l’association entre alignement (« peignes ») et case isolée

Site de Maugue (Saulzet-le-Froid).

Cliché : F. Surmely (SRA).

3La morphologie générale est très caractéristique : un alignement de cellules individuelles, semi-enterrées, contiguës ou même jointives et s’ouvrant chacune sur un couloir d’accès. Du fait de leur caractère semi-enterré, de leur taille et de leur localisation géographique, les structures pastorales sont aisément repérables lors d’une simple prospection au sol et même des airs, à condition, bien évidemment, qu’elles n’aient pas été arasées par des travaux ou bien dissimulées par la végétation. Malgré cette abondance et ce caractère spectaculaire, les structures n’ont fait l’objet que de travaux très limités, entre 1880 et 1970.

4En 2012, une opération de prospection archéologique systématique, portant sur les vestiges mobiliers et immobiliers de toutes époques, a été l’occasion d’en dresser l’inventaire détaillé sur une partie des communes de Compains, Saulzet-le-Froid, le Mont-Dore et Besse-en-Chandesse (Surmely et al. 2012).

5Dans le cadre de cette opération et d’un mémoire de master de l’université de Clermont-Ferrand (Le Junter 2016), un travail d’inventaire exhaustif a été réalisé à partir des orthophotographies récentes de l’IGN sur le territoire de 27 communes du département du Puy-de-Dôme, couvrant l’ensemble du massif du Sancy et la partie nord du massif du Cézallier. En complément, les photographies aériennes anciennes de l’IGN ont également été examinées, ce qui a permis de repérer des structures arasées ou bien dissimulées aujourd’hui par le reboisement. Nous avons également eu accès à des photographies aériennes réalisées à l’instigation de Gabriel Fournier à la fin des années 1960 et qui concerne essentiellement la commune de Saulzet-le-Froid. Bien évidemment, cela n’intègre pas les structures qui ont pu être détruites plus anciennement. Des prospections pédestres ponctuelles complémentaires ont été faites dans certains secteurs mal couverts par les photographies anciennes et reboisés, comme les abords sud-ouest du lac de Servières, la montagne de l’Ouire (commune d’Orcival), le Bois de Maugue (commune de Saulzet-le-Froid : fig. 3) et les montagnes d’Anzat-le-Luguet. La localisation et la morphologie générale des structures ont été enregistrées à l’aide d’un GPS à précision infradécimétrique. L’ensemble des sites a été digitalisé, afin de permettre une analyse de leur localisation spatiale par SIG, à partir d’un MNT. C’est ainsi qu’ont pu être considérés les paramètres pouvant avoir influé dans le choix de la localisation : altitude, pente, proximité de lacs, etc. Il est à noter que d’autres paramètres n’ont pas été intégrés, en raison de leur probable variation au cours des âges, comme la proximité des zones boisées ou de l’habitat permanent. Une typologie morphologique a été établie, avec une distinction entre cellules isolées, cellules doubles et triples et peignes (à partir de quatre cellules accolées). Il existe également des cellules regroupées mais non accolées. Ces variations correspondent probablement à des fonctions et des âges différents.

Fig. 3 – Répartition spatiale des structures sur le site de Maugue-Védrine-Leyrenoux (commune de Saulzet-le-Froid), partiellement boisé à la fin des années 1960

Fig. 3 – Répartition spatiale des structures sur le site de Maugue-Védrine-Leyrenoux (commune de Saulzet-le-Froid), partiellement boisé à la fin des années 1960

Les structures en vert clair et sombre sont partiellement ou totalement recouvertes par la forêt et sont repérables sur les photos aériennes antérieures à 1968. Les structures en rouge, également masquées par la forêt, ont fait l’objet en outre d’un contrôle au sol. Les structures en noir sont en zone non boisée et sont toujours visibles en photographie aérienne.

DAO : F. Surmely (SRA), J. Le Junter.

6Enfin, une recherche en archives a été conduite, pour compléter la documentation existante. Elle a permis de collecter quelques documents inédits, tous datés du xviiie ou du début du xixe s., ce qui est le cas de la très grande majorité des archives connues antérieurement et de celles étudiées par V. Nicolas pour son travail sur les montagnes du sud du massif cantalien (Nicolas 2016). Ce caractère relativement récent des sources archivistiques nous semble important à souligner. Les documents n’ont pas permis d’éclaircir la fonction exacte des structures, qui reste à déterminer, même si son intégration à l’économie pastorale est certaine. Nos travaux ont été la base de deux articles parus (Surmely, Le Junter 2017 ; Surmely et al. 2018).

7Les structures pastorales qui parsèment les montagnes d’Auvergne constituent un enjeu patrimonial remarquable, du fait de leur importance quantitative, des questions qui restent posées sur leur datation et leur fonctionnement, et enfin des problèmes liés à leur préservation face à la mécanisation des pratiques agricoles et forestières. Notre étude a permis de détecter de nouveaux sites et de mieux connaître des sites déjà recensés. Elle a confirmé le lien de ces structures avec l’élevage bovin saisonnier. En même temps, le bilan des connaissances montre l’insuffisance criante des études de terrain récentes et détaillées.

8Assurément, de nouvelles recherches de terrain s’imposent. Même si l’archéologie classique de terrain est assurément la voie à privilégier, elle devra être complétées par l’étude des archives et l’analyse spatiale. Compte tenu du nombre des structures, de leur diversité morphologique et de leur probable étalement sur plusieurs siècles, il est évident que de nombreuses études, réalisées en divers lieux et sur une gamme représentative de différents types de structures seront nécessaires pour espérer reconstituer l’évolution et le mode de fonctionnement des structures et du système économique et social dans lequel elles étaient intégrées.

9Cela permettra de mieux connaître l’histoire de l’élevage dans des secteurs où ce dernier a constitué et constitue encore un des fondements de la vie économique et sociale des campagnes, au moins depuis la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Bibliographie

Le Junter J. 2016 : Modalités de localisation des structures pastorales de l’époque moderne (xive-xviie siècles) dans le massif du Sancy. Mémoire de master 2 de l’université de Clermont-Ferrand, dact, 75 p.

Lhéritier M. 1937 : La région des Monts-Dore, essai sur l’habitat, Revue de Géographie alpine, t. 25, p. 619-661.

Nicolas V. 2016 : Genèse d’un monde pastoral, le système d’estive sur la planèze méridionale du Plomb du Cantal, de la fin du Moyen Âge au milieu du xixe s., thèse de doctorat, université de Caen, 2 vol.

Nicolas V., Surmely F., Miras Y. 2012 : L’évolution des paysages et des architectures sur la planèze sud du Plomb du Cantal du xie au xixe siècle. Apport des données archéologiques, archivistiques et paléoenvironnementales, in Guillere C. (dir.) Le paysage rural au Moyen Âge, éd. du CTHS, p. 79-106.

Surmely F., Le Junter J. 2017 : Les structures pastorales des massifs du Sancy et du Cézallier (Puy-de-Dôme, France), Revue Archéologique du Centre de la France, t. 56.

Surmely F., Nicolas V., Franklin J., Linam R., Cabanis M. 2018 : The seasonal pastoral settlement in the middle mountains of the Auvergne region (France), during the modern Period (XV-XVIIIth centuries), in Costello E., Svenson E. : Tranhumance, actes du congrès EAA de Glasgow, p. 121-134.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Concentration de structures au lieu-dit Combe-Perret (commune d’Orcival), en bordure du lac Servières
Crédits Cliché : F. Surmely (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 – Vue de deux structures, montrant l’association entre alignement (« peignes ») et case isolée
Légende Site de Maugue (Saulzet-le-Froid).
Crédits Cliché : F. Surmely (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Répartition spatiale des structures sur le site de Maugue-Védrine-Leyrenoux (commune de Saulzet-le-Froid), partiellement boisé à la fin des années 1960
Légende Les structures en vert clair et sombre sont partiellement ou totalement recouvertes par la forêt et sont repérables sur les photos aériennes antérieures à 1968. Les structures en rouge, également masquées par la forêt, ont fait l’objet en outre d’un contrôle au sol. Les structures en noir sont en zone non boisée et sont toujours visibles en photographie aérienne.
Crédits DAO : F. Surmely (SRA), J. Le Junter.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108389/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Surmely, « Le massif du Sancy à l’époque moderne » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108389

Haut de page

Auteur

Frédéric Surmely

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Frédéric Surmely

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search