Navigation – Plan du site
1989

Cavalerie (La)

Le Cenel
Responsable(s) des opérations : X Perrier

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité romaine

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1989 - 1990 (SU)
Inventeur(s) : Perrier X

1À la suite d'un remembrement, un gisement gallo-romain jusqu'alors inconnu a été mis au jour et il s'avérait urgent de le dégager avant qu'une remise en culture ne vienne détruire les vestiges encore subsistants, déjà bien arasés par les travaux antérieurs. Le plan de deux bâtiments (Fig. n°1 : Plan d’ensemble des bâtiments) à vocation agricole a pu ainsi être révélé en bordure d'une dépression et d'une mare (ou point d'eau) qui serait à l'origine de cette implantation attestée dès le Ier s. avant J.-C. (amphores vinaires italiques Dr. 1).

2La première construction (A) de forme quadrangulaire (16 m x 13 m) est bâtie sur des fondations en tranchées (0,50 m à 0,55 m de large pour une profondeur de 0,20 m à 0,30 m) ou fondée directement sur le substrat rocheux affleurant. Certaines parties des murs conservés encore en élévation permettent de s'assurer des techniques de construction : blocs équarris liés au mortier et de grandes dimensions pour les parements, blocs laissés à l'état brut pour les blocages intérieurs. L'espace ainsi délimité est conçu à partir d'un plan de façade ouvert au sud qui se subdivise en trois pièces de faible ampleur : à l'ouest, pièce (4,10 m x 3,10 m) avec sol de béton rose dont la séparation avec la pièce axiale n'est marquée que par un cloisonnement et par un faible dénivelé du sol ; couloir plutôt que pièce au sol empierré (4,10 m x 2,55 m) qui matérialiserait l'accès principal à l'habitation; enfin à l'est une dernière pièce (4,15 m x 4,10 m) au sol de terre battue. La partie arrière du bâtiment contre laquelle s'appuient ces trois pièces correspond à un vaste espace (11,20 m x 10,50 m) non couvert, sans doute une cour.

3Le deuxième bâtiment (B) orienté au nord-est se rapporte à une construction barlongue (32 m x 6,70 m) aux murs bâtis avec des blocs calcaires non appareillés épais de 0,50 m à 0,55 m. Une coupure (1,60 m de long) dans le mur nord semble être une porte qui permettait d'accéder à la partie d'habitation signalée par les éléments effondrés d'une toiture (tegulae et imbrices) recouvrant un sol d'utilisation.

4Le reste du bâtiment paraît n'avoir eu aucune couverture et les seuls indices qui peuvent en assurer l'utilisation sont deux foyers adossés au mur sud (l'un est contemporain de la période d'utilisation, l'autre postérieur) et des emplacements de trous de poteaux alignés en avant de chaque mur.

5Le matériel recueilli dans le bâtiment (A) est essentiellement représenté par des céramiques sigillées provenant de La Graufesenque (Drag. 17/19, 27, 24 estampillé Salve et de Iulus, 18, 33, Hermet 2/12c, 33, Ritt. 5, 8, 12, Déch. 67, mais aussi Drag. 29 estampillé Front, 30, 37 du style de Crestio, de Frontinus ou de Mercato, de L. Cosius ; des céramiques communes, de la verrerie du type Isings 1, bouteille).

6Dans le bâtiment (B) beaucoup de sigillées où les Drag. 37 sont majoritaires. On y reconnaît les styles décoratifs de L. Cosius, de Mercato, mais aussi de décorateurs plus récents tels que C. Bassus, L.T. Secundus, Natalis et des productions lisses correspondant aux formes Drag. 18 (estampillés Severus, L.T. Secundus, C. Calsus, 27 (signés Vitalis), Hermet 24, 19, Drag. 33. Les céramiques communes sont également bien représentées avec des vases à parois fines (à dépression, sablé).

7La typochronologie qui peut être appliquée permet de suivre le schéma d'évolution architectural des deux constructions et le processus de transfert d'un bâtiment vers l'autre : construction du bâtiment (A) vers 20 à 30 après J.-C. avec des modifications vers 50 à 60 après J.-C. et une occupation qui se prolonge tout au long du Ier s. et sans doute jusque dans le tout début du IIe s. Le bâtiment est ensuite abandonné en tant qu'habitat au profit du deuxième bâtiment (B) construit à la fin du Ier s. et qui est occupé durant toute la première moitié du IIs. après J.-C.

8Les fouilles ont permis de mettre en évidence deux dépotoirs, l'un appuyé sur une barre rocheuse, l'autre constitué en limite d'un alignement de pierres. Très riches en matériel céramique, ils sont un des indicateurs complémentaires de la chronologie du site.

9Dépotoir est : céramiques sigillées de La Graufesenque, Drag. 29 tibériens, Ritt. 5, Drag. 17, associées à des productions plus tardives du Ier s., Drag.  27, 4/22, 30, Déch. 63, Ritt. 12 avec les estampilles de Vitalis, Virtus et Crestio, Knorr 78, Déch. 67, Drag. 37 du style de Frontinus ou de Calvus, etc., ce qui permet de dater la constitution de ce dépotoir vers le début du Ier s. avec une période d'utilisation maximum vers les années 50 à 60.

10Dépotoir sud : céramiques communes, verreries, mais surtout de la sigillée de La Graufesenque (Drag. 29 tardifs, 30 du style de Germanus et de Masclus, 37 attribué à Mercato, 67, Déch. 63 et aussi Hermet 2/12, Drag. 15/17 tardifs, 18, 27, 33, Curle 11, Drag. 35/36 tous datables des Flaviens mais associés à du matériel postérieur du début du IIe s. après J.-C. (Herm. 19, 33 et 90). L'absence de formes précoces traduit alors une utilisation postérieure au milieu du Ier s.

11L'intérêt de cette recherche est triple. Il porte d'une part sur la certitude que nous avons affaire à un établissement rural gallo-romain de faible ampleur et d'autre part sur l'identité architecturale qui lie cette « ferme » à d'autres exemples bien connus des campagnes gallo-romaines. En outre, il convient de s'interroger sur la présence d'indices d'implantation antérieurs à notre ère, indices qui sont plus fréquents qu’il n’y paraît mais qui n'ont jamais fait l'objet de réflexion. Le contexte régional échappe enfin à une recherche qui privilégiait jusqu'alors la pars urbana des villae.

12Ce n'est sans doute pas un hasard si ce type de problématique s'est développé en Aveyron où des points de comparaison très forts peuvent maintenant être trouvés avec l'établissement agricole de Cordenade (Gallia Informations, 1989 : 90, fig. 19). Hors région, ils s'identifient à des bâtiments de même nature reconnus par exemple dans le vicus de Bliesbruck en Moselle (Gallia, 1986 : 291, fig. 4) et à des fermes indigènes, signalées en Gaule par J. Ferdière.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan d’ensemble des bâtiments

Fig. n°1 : Plan d’ensemble des bâtiments

Auteur(s) : Perrier, X. Crédits : GI, 1997- ; CNRS Éditions 1998 (1990)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan d’ensemble des bâtiments
Crédits Auteur(s) : Perrier, X. Crédits : GI, 1997- ; CNRS Éditions 1998 (1990)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Cavalerie (La) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10848

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals