Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201607 – ArdècheAlba-la-Romaine – Saint-Pierre 1

2016
07 – Ardèche

Alba-la-Romaine – Saint-Pierre 1

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Éric Durand

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Durand É. 2016 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) Saint-Pierre 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Suite aux récentes opérations Inrap réalisées au quartier Saint-Pierre (Ronco 2012 ; Durand 2013), un nouveau diagnostic archéologique a été implanté dans la plaine d’Alba, en limite occidentale de la ville antique. Les trois sondages mécaniques (276 m2) dont une tranchée avec « fenêtres » de 46 m de longueur, ouverts sur les 1 964 m2 de l’emprise accessible du projet de construction, ont révélé la présence de nombreuses structures archéologiques appartenant à cinq phases distinctes d’occupation.

2Complétant les données du diagnostic de 2012 ouvert en rive gauche du bief endigué, affluent de la Téoule, qui avaient mis en relief une occupation du Néolithique final (faciès Ferrières ancien), un seul silex résiduel (fossé tardo-laténien) est attribuable au Néolithique final. Deux structures en creux (F4 et F10) et un paléosol (US 4) sont en revanche clairement attribués au Néolithique moyen lors de l’opération 2016.

3Ce niveau de paléosol alluvial, au sens pédologique (E. Morin, Inrap), brunifié et structuré (structure grumeleuse) s’est développé au sommet d’un comblement alluvial inférieur (US 4). Il traduit globalement une phase de relative stabilité morphologique et sédimentaire du secteur étudié, antérieure et/ou contemporaine du Néolithique moyen. Observé sur 84 m de développement, il possède une épaisseur peu variable (0,15 à 0,25 m). La surface de son toit est relativement régulière et présente un léger pendage de 1,18 % : entre 195,78 m NGF à l’ouest (S1, log 3) et 194,79 à l’est (S3, log 1). Ce paléosol constitue également un niveau d’occupation archéologique, puisque de nombreux artefacts (26 fragments de céramique, 53 silex, faune), répartis sur 14 m de développement (42 m2) et datés du Néolithique moyen 2, ont été mis au jour à son sommet. Deux fosses (fig. 1) quasi contemporaines recoupent en partie cet horizon alluvial anthropisé. Il s’agit d’une fosse (F4) de forme oblongue (1,80 x 1,30 m) dont la coupe, conservée sur 0,18 m de puissance, présente un profil en cuvette à fond plat et des parois symétriques évasées. En dépit de l’absence de rubéfaction de ses parois, le comblement supérieur de cette fosse, composé de blocs et éclats de basalte brûlés/thermofractés, reposant sur un remplissage médian très charbonneux, évoque une activité de combustion (A. Beeching, université Lyon 2). La seconde structure est une fosse de rejet (F10) de grandes dimensions (1,37 x 1,25 m) dont le comblement supérieur, composé également de blocs et éclats de basaltes thermofractés liés par un limon argileux charbonneux, évoque plutôt la vidange d’un foyer (voisin ?) à pierres chauffées.

Fig. 1 – Vues en plan de la fosse chasséenne F10

Fig. 1 – Vues en plan de la fosse chasséenne F10

Clichés : É. Durand, C. Gaillard (Inrap).

4Globalement, l’échantillonnage lithique taillé contenu dans la fosse F10 et le paléosol (US 4) renverrait, d’un point de vue typochronologique, à la période du Chasséen ancien (S. Saintot, Inrap).

5Si la conservation d’un sol et de fosses chasséennes constitue une première pour la commune d’Alba-la-Romaine, le fait marquant de ce diagnostic concerne néanmoins la Protohistoire récente. En dépit de l’absence de marqueur chronologique probant (onze tessons de CNT atypique et ubiquiste), la mise au jour d’un fossé à profil en « V », observé en plan sur 58 m de développement (S1 et S2), interrompu par un hiatus de 8 m (accès/porte) marquerait, soit la présence d’un grand enclos associé à un établissement rural type ferme indigène (iie-ier s. av. J.‑C. ?), soit la présence d’un fossé drainant et d’une limite de parcellaire (champ cultivé). Son orientation sud-ouest – nord-est (15,3° Est) pourrait même avoir influencé l’organisation et la mise en place d’un parcellaire gallo-romain postérieur (É. Thévenin, Inrap). Conservé sur une largeur d’ouverture variant de 1,76 à 1,88 m et sur une puissance maximale d’1 m, le fossé présente une stratigraphie assez simple (trois à quatre remplissages) et ne retranscrivant peut-être qu’une partie du creusement/comblement total. Contrairement à la phase néolithique dont le paléosol est recoupé par le creusement du fossé, le(s) niveau(x) de « sols » protohistoriques ont en effet pu être tronqués par les alluvions historiques le scellant. S’il est indéniable que ce fossé a eu une fonction drainante, comme l’attestent les niveaux d’argile de décantation présents au fond du fossé (curage) en F11, une fonction de limite/protection peut également être envisagée. En effet, la nature et la couleur du/des comblement(s) supérieur (LA gris-jaune à jaune) correspondant aux deux horizons de l’encaissant (US 8 et 9 remobilisées ; stratigraphie inversée) permet d’attester la présence de cordons/levées de terre bordant le fossé (C. Gaillard, Inrap). Si la quantité insuffisante de malacofaune n’a pas permis de réaliser de datation radiocarbone (F11), la présence majoritaire d’espèces à tendance hygrophile (Succinella oblonga, Trochulus hispidus, Cochlicella acuta, Cochlicopa lubrica) indique clairement un milieu ouvert représenté par des prairies humides (Sophie Martin, Inrap) ? renvoyant de fait à la fonction de drain du fossé.

6L’Antiquité est, quant à elle, représentée logiquement par le prolongement méridional du fossé gallo-romain (F9) mis au jour en 2013 dans la parcelle 2034 située plus au nord. Repéré et conservé désormais sur 45 m de développement, il présente une orientation moyenne de 86° ouest, avoisinant celle du fossé d’Alba « La Grande Terre », daté du ier s. apr. J.‑C. Ce fossé a pu drainer les débordements du ruisseau de la Téoule et assainir en partie les abords occidentaux de la ville antique. La présence de la nappe phréatique dans la moitié est de l’emprise (S3) ne nous a toutefois pas permis cette année de couper cette structure fossoyée et de préciser sa chronostratigraphie. Cinq autres structures hydrauliques, dont un caniveau (F2) attribuable à de l’adduction (fourreau bâti en pierres sèches couvert de dalles marno-calcaires) et quatre drains non datés (F1, F3, F6 et F8) attestent la pérennité de l’occupation de ce secteur à l’époque moderne et/ou contemporaine.

Fig. 2 – Matériel lithique taillé attribué au Néolithique moyen (US 4, fosse F10)

Fig. 2 – Matériel lithique taillé attribué au Néolithique moyen (US 4, fosse F10)

1, 5, 8 et 11, éclats retouchés ; 2, grattoir sur éclat laminaire ; 3, burin d’angle ; 4, nucleus à lamelle semi-tournant ; 6 et 10, lamelles retouchées ; 7, burin d’angle sur éclat ; 9, lamelle brute à plus de trois enlèvements. 1 à 11, silex bédoulien du Vaucluse.

Cliché et DAO : S. Saintot (Inrap).

Fig. 3 – Plan général du fossé tardo-laténien (?) F5, 11, 7

Fig. 3 – Plan général du fossé tardo-laténien (?) F5, 11, 7

DAO : S. Couteau, É. Durand, N. Saadi (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Durand É. 2013 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Rhône-Alpes) Saint-Pierre, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Durand É. 2016 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) Saint-Pierre 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Durand É. 2017 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) chemin du moulin, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Ronco C. 2012 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Rhône-Alpes) Saint-Pierre, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vues en plan de la fosse chasséenne F10
Crédits Clichés : É. Durand, C. Gaillard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Fig. 2 – Matériel lithique taillé attribué au Néolithique moyen (US 4, fosse F10)
Légende 1, 5, 8 et 11, éclats retouchés ; 2, grattoir sur éclat laminaire ; 3, burin d’angle ; 4, nucleus à lamelle semi-tournant ; 6 et 10, lamelles retouchées ; 7, burin d’angle sur éclat ; 9, lamelle brute à plus de trois enlèvements. 1 à 11, silex bédoulien du Vaucluse.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 3 – Plan général du fossé tardo-laténien (?) F5, 11, 7
Crédits DAO : S. Couteau, É. Durand, N. Saadi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Durand, « Alba-la-Romaine – Saint-Pierre 1 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108728

Haut de page

Auteur

Éric Durand

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Durand

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search