Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201607 – ArdècheAlba-la-Romaine – Saint-Pierre 2

2016
07 – Ardèche

Alba-la-Romaine – Saint-Pierre 2

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Éric Durand

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Durand É. 2016 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) Saint-Pierre 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Suite aux récentes opérations Inrap réalisées au quartier Saint-Pierre (Ronco 2012 ; Durand 2013 ; Durand 2016), un nouveau diagnostic archéologique a été implanté dans la plaine d’Alba, en limite occidentale de la ville antique. Les deux sondages mécaniques (236 m2) dont une tranchée avec « fenêtres » de 50 m de longueur (S1), ouverts sur les 2 000 m2 de l’emprise accessible du projet de construction, ont révélé la présence de nombreuses structures archéologiques appartenant à quatre phases distinctes d’occupation.

2Complétant les données des diagnostics de 2012 et 2016 qui avaient mis au jour une occupation du Néolithique final (faciès Ferrières ancien) et un site stratifié (paléosol) et structuré (deux fosses) du Néolithique moyen (Chasséen ancien), pour le premier, la seconde opération de janvier 2016 a mis en relief deux phases distinctes révélées par les études du lithique taillé (S. Saintot, Inrap) et de la céramique (F. Thiercelin-Ferber, Inrap).

3La période la plus ancienne du Chasséen ancien, déjà mise en valeur par le paléosol (US 4) et par deux fosses dont un foyer (F4), localisés 15 m plus au sud dans la parcelle voisine (A 2056), est représentée par trois structures en creux. Si les deux premières fosses (F7 et F10), observées seulement en plan, post-décapage, présentent des gabarits (1,5 x 1,25 m et 1,60 x 1,10 m) et des comblements (blocs et éclats de basaltes thermofractés dans limon argileux brun-gris charbonneux) semblables, renvoyant à des rejets de foyers, la troisième structure (F11) a été étudiée en coupe sur une longueur conservée de 2,1 m (berme sud de S1). Son profil présente un fond plat et des parois verticales à légèrement évasées, entaillant sur plus de 0,5 m la totalité du paléosol (US 4) et, en partie, l’horizon alluvial sous-jacent (US 8). En dépit de l’absence de rubéfaction des parois, la nature des trois remplissages très anthropisés (limon argileux très charbonneux avec brandons ; blocs de basalte thermofractés ; limon argileux avec rares charbons, galets, nombreuses céramiques, quelques silex et restes de bovidés) évoque clairement un foyer à pierres chauffées (A. Beeching, université Lyon 2).

4Cette phase ancienne est surtout révélée par l’étude de la céramique incluse notamment dans la fosse F10 (anse en ruban) ou dans le « foyer » F11 (petite écuelle carénée, mamelon perforé, anse en ruban, languette…). Deux outils en silex (troncature sur lamelle latérale et lamelle de mise en forme encochée et esquillée) permettent également d’attribuer la fosse F7 au Néolithique moyen 2. Parmi les quatorze silex, plusieurs lamelles débitées par pression, datables également de la même période, sont à signaler dans le paléosol (US 4), même si ce dernier présente plus d’éléments de la période postérieure. La phase transition fin Néolithique moyen 2/début Néolithique final, matérialisée exclusivement par les silex taillés, concerne le paléosol (US 4) et quatre nouvelles fosses (F3, F6, F8, F9), concentrées dans un périmètre de moins de 30 m2 (S1). Le niveau de paléosol alluvial (US 4), bien mis en exergue lors du diagnostic voisin (E. Morin, Inrap), traduit globalement une phase de relative stabilité morphologique et sédimentaire antérieure et/ou contemporaine du Néolithique moyen. Observé sur 67 m de développement, il possède une épaisseur peu variable (0,20 à 0,35 m). La surface de son toit présente un léger pendage de 1,18 % : entre 195,28 m NGF à l’ouest (S1, coupe F11) et 195,11 m à l’est (S2, log 1). Ce paléosol constitue également un niveau d’occupation archéologique, puisque des artefacts (neuf tessons de céramique, 42 silex dont une lamelle et un flanc de nucleus, neuf fragments de faune bovine) répartis sur 17 m de développement (50 m2), ont été mis au jour à son sommet.

5Quatre fosses dont un foyer, observées surtout en plan après décapage mécanique, recoupent en partie cet horizon alluvial anthropisé. Leurs plans présentent de grandes similitudes morphologiques : entre 1,2 x 1,05 m pour F3 à 1,5 x 1,2 m pour F6. Toutes sont comblées par un remplissage supérieur composé de blocs et éclats de basaltes chauffés liés à un limon argileux charbonneux anthropisé (lame, lamelle, perçoir-alésoir…) : fosses de rejet de foyer ou foyer stricto sensu ? Parmi ces structures, l’exemplaire F3, implanté en limite occidentale du site néolithique, a fait l’objet d’un sondage manuel et présente un profil très arasé (puissance 0,1 m). La stratigraphie a révélé néanmoins deux comblements superposés, témoignant de la présence d’un nouveau foyer en fosse : blocs et éclats de basaltes chauffés dans un limon argileux peu charbonneux incluant quelques silex (burin, lamelles, nucleus à éclats sub-discoïde…) et de la faune sur un niveau de limon argileux très charbonneux incluant de nombreux brandons.

6L’Antiquité est représentée logiquement par la section manquante du fossé gallo-romain (F15), mis au jour en 2013 dans la parcelle 2034 située plus au nord, et en 2016 dans la parcelle 2052, localisée au sud. Repéré et conservé désormais sur 45 m de développement, il présente une orientation moyenne de 86° ouest, avoisinant celle du fossé d’Alba « La Grande Terre ». Ce fossé a pu drainer les débordements du ruisseau de la Téoule et assainir en partie les abords occidentaux de la ville antique.

7En dépit de la présence de la nappe phréatique, cette structure fossoyée a pu être coupée sur plus d’1 m de puissance, sans toutefois pouvoir préciser sa chronostratigraphie. Elle présente donc une largeur d’ouverture conservée de 2,5 m, un profil en « U » à fond plat et parois dissymétriques évasées, et quatre remplissages successifs composés depuis le fond par deux niveaux de galets hétérométriques inclus dans une matrice sableuse oxydée, sous deux couches limono-argileuse oxydée, incluant quelques gros charbons de bois et de rares graviers.

8Sept autres structures hydrauliques, dont deux sections de caniveau (F1 et F12) attribuables à de l’adduction (fourreau bâti en pierres sèches couvert de dalles marno-calcaires) et quatre drains non datés (F1, F3, F6 et F8) dont certains trouvent leurs pendants dans la parcelle voisine (F2, F5, F13), attestent la pérennité de l’occupation de ce secteur à l’époque moderne et/ou contemporaine.

Fig. 1 – Voirie de la ville antique d’Alba et axe de cadastration (fossé) du site de Saint-Pierre

Fig. 1 – Voirie de la ville antique d’Alba et axe de cadastration (fossé) du site de Saint-Pierre

Atlas topographique des Villes de Narbonnaise, feuille Le Clos (resp. J. Dupraz).

DAO : É. Durand, P. Rigaud (Inrap).

Fig. 2 – Matériel lithique taillé attribué au Néolithique moyen 2 (F7) et final (F3, F8, F9)

Fig. 2 – Matériel lithique taillé attribué au Néolithique moyen 2 (F7) et final (F3, F8, F9)

Cliché et DAO : S. Saintot (Inrap).

Fig. 3 – Matériel lithique taillé attribué à la transition fin Néolithique moyen II/Néolithique final (F3, US 4)

Fig. 3 – Matériel lithique taillé attribué à la transition fin Néolithique moyen II/Néolithique final (F3, US 4)

1, burin d’angle sur éclat ; 2 à 4, lamelles irrégulières de mise en forme ; 6, fragment proximal de lamelle épaisse retouchée ; 7 à 12, fragments de lamelles épaisses ; 13, lamelle épaisse enquillée et retouchée ; 14, éclat de mise en forme retouché ; 15 et 16, pièces esquillées ; 17, flanc de nucleus à lamelles à retouches latérales ; 18, éclat de mise en forme. 1 à 18, silex du Crétacé inférieur du Vaucluse.

Cliché et DAO : S. Saintot (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Durand É. 2013 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Rhône-Alpes) Saint-Pierre, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Durand É. 2016 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) Saint-Pierre 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Durand É. 2017 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) chemin du moulin, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Ronco C. 2012 : Alba-la-Romaine (Ardèche, Rhône-Alpes) Saint-Pierre, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Voirie de la ville antique d’Alba et axe de cadastration (fossé) du site de Saint-Pierre
Légende Atlas topographique des Villes de Narbonnaise, feuille Le Clos (resp. J. Dupraz).
Crédits DAO : É. Durand, P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 2 – Matériel lithique taillé attribué au Néolithique moyen 2 (F7) et final (F3, F8, F9)
Crédits Cliché et DAO : S. Saintot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 3 – Matériel lithique taillé attribué à la transition fin Néolithique moyen II/Néolithique final (F3, US 4)
Légende 1, burin d’angle sur éclat ; 2 à 4, lamelles irrégulières de mise en forme ; 6, fragment proximal de lamelle épaisse retouchée ; 7 à 12, fragments de lamelles épaisses ; 13, lamelle épaisse enquillée et retouchée ; 14, éclat de mise en forme retouché ; 15 et 16, pièces esquillées ; 17, flanc de nucleus à lamelles à retouches latérales ; 18, éclat de mise en forme. 1 à 18, silex du Crétacé inférieur du Vaucluse.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Durand, « Alba-la-Romaine – Saint-Pierre 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108759

Haut de page

Auteur

Éric Durand

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Durand

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search