Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201607 – ArdècheAnnonay – Travaux de rénovation p...

2016
07 – Ardèche

Annonay – Travaux de rénovation place de la Liberté, rue de la Deûme

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Sylvie Bocquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Bocquet S. 2016 : Annonay (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) travaux de rénovation, place de la Liberté, rue de la Deûme, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé place de la Liberté s’inscrit très en amont de son projet de réaménagement par la municipalité d’Annonay. Ce secteur occupe le cœur de la ville médiévale et moderne et accueillait jusqu’en 1910-1913 l’église paroissiale Notre-Dame d’Annonay, ultime évolution de l’ancienne église Sainte-Marie. Cette dernière est mentionnée dès le début du ixe s. en tant que siège d’un archiprêtré et deviendra, avant 1123, l’un des plus importants prieurés de l’ordre de Saint-Ruf dans le diocèse de Vienne. Le diagnostic intéresse la genèse de ce quartier annonéen, voire éclaire celle de la ville médiévale, importante bourgade du Vivarais, établie sur un site à la rencontre de routes reliant le Velay, le Massif Central et le Forez à la vallée du Rhône et au Lyonnais, mais méconnue du point de vue de l’archéologie.

2Initialement, le projet et la prescription du SRA couvraient 4 600 m2, englobant les rues mitoyennes de la place de la Liberté, à l’exception de la rue de la Deûme. Les évolutions du projet ont resserré la prescription à une superficie de 3 000 m2. Finalement, en raison des réserves inhérentes aux réseaux d’alimentation, aux emprises de voiries et au maintien du marché, la surface accessible au diagnostic porte sur 623 m2. Trois sondages y ont été réalisés, totalisant une surface d’étude ouverte de 117,13 m2, ce qui représente 18,8 % de la surface accessible et 4 % de la surface prescrite. Cinq grandes périodes peuvent définir l’évolution du secteur.

3Le site d’Annonay se caractérise par une topographie accidentée, de collines plus ou moins escarpées, surplombant les défilés de la Cance et la Deûme. Le secteur de la place de la Liberté, entre 338 m (à l’ouest) et 331 m NGF (à l’est), est porté par un socle granitique (période 1), qui émerge aujourd’hui rapidement sous les sols contemporains. Il imprime une double pente d’ouest en est (332,80 m à 331,60 m NGF), et, moins marquée, du nord au sud.

4La stratigraphie sus-jacente, sans doute sous l’influence de ce dénivelé marqué, apparaît faible, ou mal conservée. À l’échelle du diagnostic, la puissance stratigraphique de la place n’excède pas 1,60 m (et souvent beaucoup moins), entre le rocher granitique et le sol de l’année 2016.

5La période 2 couvre le Moyen Âge central. Les plus anciennes traces de mise en valeur du site consistent en, au moins, une tombe qui avoisine trois autres inhumations (altitude supérieure : 331,79 m NGF). Elles entaillent, au sud de la place, le substrat rocheux dans un secteur où celui-ci décline. Les dates obtenues sur le squelette de la femme d’âge mûr ou âgée de la seule sépulture fouillée de ce groupe (fig. 1), cohérentes avec les observations sur les pratiques funéraires et le mobilier extrait du comblement de la fosse d’inhumation, indiquent deux pics de probabilités à 95 %, vers 775-790 et vers 800-980 apr. J.‑C. (Bêta-435481). Même si l’on retient, plus raisonnablement, la date la plus récente, il est vraisemblable que cette tombe appartienne au cimetière (primitif ?) de l’église Sainte-Marie, devenue l’église Notre-Dame. Les tombes non fouillées, de même orientation ouest-nord-ouest – est-sud-est, en fosse et ne se recoupant pas, peuvent s’inscrire dans un contexte funéraire similaire. Une cinquième tombe relève d’une chronologie postérieure, mais toujours avant la mise en place d’un remblai associé à du mobilier céramique des xie-xiie s.

Fig. 1 – Plan et profils de la fosse de la sépulture Sp19 du sondage 3 (1/10) ; vue de la sépulture Sp19 et du squelette Sq 20

Fig. 1 – Plan et profils de la fosse de la sépulture Sp19 du sondage 3 (1/10) ; vue de la sépulture Sp19 et du squelette Sq 20

Cliché et DAO : S. Bocquet (Inrap).

6À l’ouest du site, une fosse (fig. 2 et 3) creusée dans le granite, de plan circulaire (3,06 m x 1,60 m min. x 0,80 m) et intégrant un canal-alandier inférieur de plan rectangulaire (2,60 m min. x 0,64 m x 0,30 m), évoque un atelier de fonderie (altitude supérieure : 332,50 m NGF). La structure a servi à la fabrication, in situ et en fosse, d’un moule à cloche, dont il subsiste l’amorce en terre argileuse rubéfiée du noyau, abandonnée après la coulée et l’enlèvement de la cloche. Le four de fusion du métal et les sols d’atelier ne sont pas connus. D’après les premières observations, la cloche, fabriquée à partir d’un alliage cuivreux, devait avoir un diamètre compris entre 1 m et 1,28 m, pour une hauteur non estimable, supérieure à 0,80 m. La structure ne livre qu’un tesson de céramique médiévale, qui ne peut inciter qu’à proposer un terminus post-quem. Le mode de fabrication du moule et de la cloche évoquant les descriptions techniques de V. Biringguccio (dans La Pirotechnia, publié en français en 1536) tendrait à indiquer une date avancée dans le Moyen Âge ou l’époque moderne (période 2 ou 3). Faut-il dans ce contexte se rappeler le contrat d’engagement, en 1335, à fabriquer et à installer dans le clocher de l’église une cloche dite de bonne qualité et bien sonnante, faite avec le métal d’une vieille cloche de trois quintaux (ADA G 67), ou la cloche mentionnée en 1474 « dans la grande tour » (ADA G 29, annexe 1.1) ou encore la reconstruction de l’église Notre-Dame à la fin du xvie s. ?

Fig. 2 – Vue de la fosse de coulée de l’atelier de fonte de cloche

Fig. 2 – Vue de la fosse de coulée de l’atelier de fonte de cloche

Cliché : G. Ackx (Inrap).

Fig. 3 – Mobiliers et résidus de fabrication extraits de la fosse 37 du sondage 1

Fig. 3 – Mobiliers et résidus de fabrication extraits de la fosse 37 du sondage 1

Clichés : S. Bocquet (Inrap).

7À 2,30 m au nord, une autre fosse (non fouillée) renvoie à une seconde structure de combustion (son pourtour est rubéfié), mais il ne peut être précisé si elle fonctionne avec la précédente.

8La période 3 évoque l’époque moderne (xviie-xviiie s.), mais traduit également l’ampleur des démolitions contemporaines du site paroissial et prieural de Notre-Dame. L’église et les bâtiments prieuraux ont en effet été peu abordés. Deux maçonneries, en médiocre état de conservation, subsistent dans les emprises des sondages. La première, moderne et postérieure à une fosse des xviie-xviiie s. contenant des ossements humains en connexion de deux ou trois individus, n’est pas définissable. La seconde, axée ouest-nord-ouest – est-sud-est, sans caractéristiques architecturales particulières, possède une largeur de 1,40 m qui désigne un solide mur de fondation (altitude supérieure : 332,02 m NGF).

9Sa datation reste problématique mais les levés cadastraux plus tardifs, de la seconde moitié du xviiie s. (ADA C 785 1) et du xixe s. (ADA 3P 2756-13), apportent néanmoins un début probant de réponse puisque leur confrontation avec le plan masse du diagnostic superpose cette maçonnerie au mur gouttereau sud de l’église Notre-Dame. Il faut sans doute privilégier ici un vestige, ténu, de l’église reconstruite après les guerres de religion, vers la fin du xvie s.

10La période 4 (1910-1913) introduit un fort hiatus dans les traces d’occupations archéologiques accessibles dans les sondages du diagnostic. Elle renvoie à la transformation radicale du secteur par la démolition de l’église Notre-Dame, après 1910 et, au plus tard, en 1913. Cette étape se matérialise par une succession de remblais de démolition, un foisonnement néanmoins peu volumineux au regard des dimensions imposantes de l’église et, sans doute, reliquat d’un recyclage des matériaux vers la nouvelle église Notre-Dame, achevée vers 1912 et implantée à moins de 200 m au nord-ouest.

11L’aménagement de la place a duré jusqu’aux années 1920. Elle comprend principalement à l’ouest la création d’un escalier monumental à double volée, qui met en scène une statue en pied de l’Annonéen Marc Séguin (1786-1875).

12La période 5 (après 1913) reflète l’aménagement des parkings successifs qui investissent jusqu’à nos jours cet espace public, plus ou moins arboré selon les décennies, et dont l’évolution très superficielle se suit sur les nombreuses cartes postales rassemblées aux archives et à la bibliothèque municipale d’Annonay.

13Au final, il apparaît que la démolition de l’église Notre-Dame, puis la création de la place de la Liberté, ont profondément affecté le sous-sol et les occupations bâties et funéraires de ce secteur. Pour autant, les dénivellations de la surface du socle granitique ont préservé des traces d’occupations anciennes sinon primitives du site religieux. La frange orientale de la place, plus basse et où une accumulation sédimentaire a pu subsister, laisse de fait présumer une réserve de données non négligeable.

14L’opération fournit d’ores et déjà les premiers résultats archéologiques relatifs au centre de la ville médiévale d’Annonay, et peut-être, toute prudence gardée face à l’exiguïté des surfaces étudiées, nourrit l’hypothèse de son origine ecclésiale, puisque aucun indice d’occupation antérieure ne peut être avancé.

Haut de page

Bibliographie

Chomel F. 1995 : Annonay pas à pas, pierre à pierre : vagabondage à travers les rues et les siècles, Annonay, éditions du Vivarais.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan et profils de la fosse de la sépulture Sp19 du sondage 3 (1/10) ; vue de la sépulture Sp19 et du squelette Sq 20
Crédits Cliché et DAO : S. Bocquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 2 – Vue de la fosse de coulée de l’atelier de fonte de cloche
Crédits Cliché : G. Ackx (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Titre Fig. 3 – Mobiliers et résidus de fabrication extraits de la fosse 37 du sondage 1
Crédits Clichés : S. Bocquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108780/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bocquet, « Annonay – Travaux de rénovation place de la Liberté, rue de la Deûme » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108780

Haut de page

Auteur

Sylvie Bocquet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Bocquet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search