Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201607 – ArdècheBidon – Grotte de Saint-Marcel

2016
07 – Ardèche

Bidon – Grotte de Saint-Marcel

Sondage (2016)
Responsable d’opération : Marie-Hélène Moncel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Le réseau karstique de la grotte de Saint Marcel est à la fois un site archéologique et paléontologique connu depuis la fin du xixe s., avec des traces d’occupations humaines (Paléolithique moyen au niveau du porche actuel, bergerie du Néolithique et de l’âge du Bronze, nécropole protohistorique dans la galerie d’entrée) et avec la présence de vestiges paléontologiques (ours, cervidé), anthropologiques (dents) et archéologiques (céramiques protohistoriques) dans les galeries « les plus accessibles ».

2Fin août 2015, des membres du spéléo-club de Saint-Marcel, sous la conduite du découvreur Gabriel Scherk, ont repéré des restes osseux d’ursidés dans une petite coupe (30-40 cm maximum de hauteur), anciennement créée par l’élargissement progressif, par petits paliers, de l’entrée d’un boyau argileux descendant sur quelques mètres. L’ensemble est situé à l’extrémité de la galerie d’entrée, à environ 300 m du porche. Les restes osseux étaient situés dans une petite alcôve à l’aplomb du passage naturel qu’il faut escalader pour franchir le décrochement. La paroi rocheuse et son recouvrement stalagmitique sont griffés à deux emplacements et les parties saillantes présentent des traces de plages de polis d’ours, ce qui témoigne de l’existence d’une bauge d’ours dont on connaît d’autres exemples dans les diverticules de cette même galerie.

3En octobre 2015, une seconde intervention a permis de nettoyer et de rectifier a minima la coupe existante sur environ 1 m de long et 30 cm de hauteur, pour permettre une meilleure compréhension de la sédimentation. Il a été observé un ensemble supérieur (10 cm d’épaisseur) constitué d’argile plastique compacte. Un second ensemble inférieur (20 cm d’épaisseur) est constitué d’argile granuleuse avec des liserés de manganèse. Il contient des éléments grossiers : débris de calcaire altérés, ossements épars. Un crâne d’Ursus spelaeus ou deningeri serait en place. Bien visible dans la coupe, un éclat de silex (Paléolithique moyen) est trouvé dans la coupe sur chant, à l’interface ensemble supérieur/ensemble inférieur.

4La découverte de cet éclat de silex étant exceptionnelle, un sondage d’1 m2 environ a été ouvert en mai 2015 à l’aplomb de la paroi, en reculant la coupe de la découverte. Il a été réalisé dans le cadre du PCR sur les occupations du Paléolithique moyen des marges sud-est du Massif central (Jean-Paul Raynal et Marie-Hélène Moncel).

5Un niveau sédimentaire bien individualisé et en place est clairement visible avec des ossements disposés à plat dégagés à différentes profondeurs (fig. 1). Il est composé d’argiles litées grises avec lits de manganèse à partir de 15 à 30 cm de la surface du sol. Contre la paroi rocheuse, des os ont été retrouvés en position verticale ou oblique. Lorsque l’on s’éloigne de la paroi, la densité des ossements décroit.

Fig. 1 – Vue du sondage avec la coupe de l’intervention, les argiles litées et le fragment de stalagmite

Fig. 1 – Vue du sondage avec la coupe de l’intervention, les argiles litées et le fragment de stalagmite

Cliché : M.-H. Moncel (CNRS).

6À ce jour, sur le mètre carré fouillé, une soixantaine de restes osseux a été dégagée. Ce sont tous des restes d’ursidés (adultes et juvéniles) (fig. 2). Ils ont été coordonnés à la fouille en trois dimensions, dans le but d’identifier d’éventuelles phases successives d’occupation et de réaménagement de la bauge. Un tamisage des sédiments a été également effectué, mais aucun reste de microfaune n’a été récupéré.

Fig. 2 – Crâne d’ursidé en cours de dégagement

Fig. 2 – Crâne d’ursidé en cours de dégagement

Cliché : M.-H. Moncel (CNRS).

7Un fragment de stalagmite a été retrouvé en place à 70 cm de profondeur (étude en cours).Trois charbons de bois ont été prélevés en vue d’une datation 14C, dont deux dans les argiles litées.

8Deux éclats de silex ont été, à ce jour, découverts dans ce secteur. Un éclat Kombewa en silex patiné de 3 cm de long a été récolté en surface, à proximité de la zone d’intervention.

9Un second éclat en silex patiné de 4 cm de long, provenant d’un débitage de type discoïde, a été découvert en place dans la coupe au niveau du premier niveau ossifère (fig. 3). Aux vues de leurs caractéristiques techniques, ils peuvent être rattachés à du Paléolithique moyen.

Fig. 3 – Éclat de silex découvert en place dans la coupe

Fig. 3 – Éclat de silex découvert en place dans la coupe

Clichés : M.-H. Moncel (CNRS).

10La présence d’occupations humaines du Paléolithique moyen est connue à ce jour au niveau du porche de l’entrée naturelle de Saint-Marcel, à l’entrée de la galerie où a été découverte la bauge. Les traces d’occupations humaines répétées au cours du Paléolithique moyen ont été dégagées par les fouilles de René Gilles. Le site a livré une longue séquence comprise entre le MIS 5 à la base et le MIS 3 pour l’essentiel du remplissage (Moncel 1998 ; Moncel et al. 2004 ; Szmidt et al. 2010). Les comportements de subsistance montrent une chasse spécialisée aux cervidés avec un débitage discoïde dominant (Daujeard 2004).

11Rares sont les cavités dans la région, et en général, qui livrent les preuves d’une fréquentation du karst profond par les Néandertaliens. En attente des résultats taphonomiques, l’hypothèse à discuter et à argumenter sera celle d’un passage ponctuel possible de Néandertal dans cette galerie profonde, facilement fréquentable, dans le prolongement de l’entrée naturelle où ils étaient installés, pour profiter des restes d’ursidés abandonnés dans une bauge. Il devra aussi être envisagé d’autres phénomènes (naturels ?) pour expliquer l’arrivée des deux éclats de silex à cette distance de l’entrée. Pour la région, une fréquentation éloignée de la lumière du jour par Néandertal est attestée à la grotte du Figuier avec des occupations dans les salles 2 et 3, situées cependant seulement à 20-30 m de l’entrée actuelle (Moncel et al. 2012). Le site de Bruniquel dans le sud-ouest de la France est l’exemple le plus spectaculaire, avec la preuve d’une présence humaine très éloignée de l’entrée de la cavité ; les travaux récents attestent de la fréquentation profonde, pour des raisons certainement autres qu’alimentaires, du karst profond dès plus de 100 000 ans par Néandertal (Jaubert et al. 2016).

Haut de page

Bibliographie

Daujeard C. 2004 : Stratégies de chasse et modalités de traitement des carcasses par les Néandertaliens de la grotte Saint-Marcel, Ardèche : fouilles R. Gilles, ensemble 7, Paleo, 16, p. 49-70.

Jaubert J., Verheyden S., Genty D., Soulier M., Cheng H., Blamart D., Burlet C., Camus H., Delaby S., Deldicque D., Edwards R.-L. 2016 : Early Neandertal constructions deep in Bruniquel Cave in southwestern France, Nature, 534 (7605), p. 111-114.

Moncel M.-H. 1998 : Les niveaux moustériens de la grotte de Saint-Marcel d’Ardèche (Ardèche, France) – Fouilles René Gilles. Reconnaissance de niveaux à débitage discoïde dans la vallée du Rhône, BSPF, 95 (2), p. 141-171.

Moncel M.-H., Daujeard C., Crégut-Bonnoure E., Fernandez P., Faure M., Guérin C. 2004 : L’occupation de la grotte de Saint-Marcel (Ardèche, France) au Paléolithique moyen : stratégie d’exploitation de l’environnement et type d’occupation de la grotte. L’exemple des couches i, j et j’, BSPF, 101 (2), p. 257-304.

Moncel M.-H., Puaud S., Daujeard C., Lartigot-Campin A.-S., Millet J.-J., Theodoropoulou A., Crégut-Bonnoure E., Gély B., Vercoutère C., Desclaux E., Roger T., Bourges F. 2012 : La Grotte du Figuier (Saint-Martin-d’Ardèche) : bilan des travaux récents sur un site du Paléolithique moyen et supérieur de la moyenne vallée du Rhône (sud-est de la France), BSPF, 109 (1), p. 35-67.

Szmidt C., Moncel M.-H., Daujeard C. 2010 : New data on the late Mousterian in Mediterranean France: First radiocarbon (AMS) dates at Saint-Marcel Cave (Ardèche), CR Palevol, 9 (4), p. 185-199.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue du sondage avec la coupe de l’intervention, les argiles litées et le fragment de stalagmite
Crédits Cliché : M.-H. Moncel (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Fig. 2 – Crâne d’ursidé en cours de dégagement
Crédits Cliché : M.-H. Moncel (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Titre Fig. 3 – Éclat de silex découvert en place dans la coupe
Crédits Clichés : M.-H. Moncel (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108879/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Moncel, « Bidon – Grotte de Saint-Marcel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108879

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Moncel

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Hélène Moncel

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search