Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201607 – ArdècheGilhac-et-Bruzac – Château de Pie...

2016
07 – Ardèche

Gilhac-et-Bruzac – Château de Pierregourde

Prospection thématique (2016)
Responsable d’opération : Émilie Comes-Trinidad

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Côte-d’Azur

Comes-Trinidad É. 2017 : Gilhac-et-Bruzac (07-Ardèche) château de Pierregourde, prospection thématique et étude de bâti 2016, rapport final d’opération.

Texte intégral

1L’opération menée en 2016 à Pierregourde (Gilhac-et-Bruzac) s’inscrit dans le cadre d’une thèse d’archéologie médiévale, menée actuellement au sein du laboratoire du Cepam, et portant sur l’évolution des dynamiques de peuplement à la fin du Moyen Âge, en relation notamment avec l’abandon des pôles castraux. Les travaux de terrain ont permis de réaliser une première synthèse d’envergure sur la morphologie, l’évolution du château de Pierregourde et de son bourg du xiie au xviie s., ainsi que les modalités de leurs abandons durant l’époque moderne.

2Le site du château de Pierregourde, attesté dès le xiie s., est installé sur une vaste éminence rocheuse dont le relief général adopte un pendage nord-sud. L’opération de débroussaillage a livré un ensemble de 94 maçonneries réparties sur huit niveaux de terrasse, depuis les installations castrales du promontoire rocheux nord jusqu’aux terrasses d’habitat inférieures au sud-ouest.

3Les premières phases de construction réalisées à Pierregourde, attribuées au xiie s., se sont concentrées sur le château, installé sur la plate-forme rocheuse nord. Il semble que des blocs extraits sur place aient été employés. Une première tour chemisée peut avoir été construite sur le petit promontoire rocheux au nord, tandis que se développait, au sud, sur la terrasse inférieure, la basse-cour formée d’un logis et d’une enceinte maçonnée.

4Ensuite, le château semble bénéficier de nouveaux aménagements : l’enceinte est étendue vers l’est et un édifice quadrangulaire possédant un niveau inférieur voûté est installé dans l’angle sud-est. Le mur nord du logis est repris dans sa partie supérieure pour l’installation de cheminées dans l’aula et dans la camera (AD 26 E 1898) et est peut-être doté durant cette phase d’un enduit peint rouge. Un pan de muraille en grand appareil est bâti au sud pour former un système d’entrée surveillée au pied du logis. Le château semble doté très tôt d’une chapelle Saint-Blaise, que l’on place dans ou à proximité du logis, proche de la chambre du seigneur.

5Au pied du château se développe une plate-forme rocheuse à l’ouest, et qui a servi de carrière et de support à au moins un édifice. Cette éminence rocheuse domine une série de terrasses occupées par des bâtiments d’habitation, dont subsistent aujourd’hui huit édifices en élévation au sud et au sud-ouest sur les terrasses. Ce premier habitat, mentionné dès le xiiie s. (livre des reconnaissances des habitats du castrum, 1294 : AD 69 Ep 125 no 3) et décrit par les terriers des xive et xve s., présente un système d’organisation uniforme. Les habitations mitoyennes, formant des pâtés de maisons compacts, sont constituées d’un niveau d’habitation reposant sur un niveau inférieur de stockage servant également pour l’abri des animaux.

6L’habitat était ceinturé d’une muraille flanquée, à l’ouest et au sud, de tours semi-circulaires. Un système d’entrée à l’est était constitué d’un portail permettant à un chemin, relié à celui de Vernoux, de longer la plate-forme castrale et de pénétrer dans la basse-cour par l’entrée protégée au sud-ouest du logis. Deux autres rues desservaient les terrasses d’habitation et les reliaient, via la porte inférieure, aux vergers et cultures installés à l’extérieur du bourg, à l’est.

7Les bonnes conditions d’habitation créées par le seigneur dans le bourg ont entraîné le développement de l’habitat et ont attiré de nouveaux habitants : au xive s., plusieurs demeures s’installent hors-les-murs, à proximité de l’enceinte. Le bourg comprenait en effet deux places : la place de la Grand Porte à l’est, à proximité du grand portail, et la place du four à l’ouest, desservie par le chemin du portail inférieur.

8Le système de gestion de l’eau était également à la charge des habitants jusqu’en 1483. Un système de canalisation que l’on situe à l’est permettait d’apporter l’eau dans le bourg depuis une source. De même, à l’intérieur de l’habitat un système de récupération et gestion de l’écoulement des eaux de pluie a été repéré.

9Les moulins hydrauliques sont mentionnés dans le mandement de Pierregourde, mais il semblerait que le bourg ait été pourvu d’un moulin à vent, installé à l’est, à proximité de l’enceinte.

10Aux xvie et xviie s., le castrum subit plusieurs épreuves qui mènent à sa désertion progressive. Le bourg perd une partie de ses occupants, touchés par la peste à la fin du xve s. puis le fort se retrouve au cœur des conflits religieux qui déchirent le Vivarais. Une troupe protestante s’installe dès 1591 dans le château et procède sans doute à une campagne d’adaptation du château à la poliorcétique moderne : transformation des archères en archères-canonnières, reprises de la tour et de la muraille sud-ouest.

11Le château est en élévation en 1628 mais, lorsque la seigneurie est vendue en 1672, il est déjà en grande partie démoli et semble relativement déserté. Toutefois, une communauté d’habitants, qui a obtenu du seigneur la conservation du château au début du xviie s., promesse qui n’est finalement pas tenue, se maintient jusqu’au xixe s. : une dizaine de parcelles sont encore visibles sur le cadastre napoléonien.

12La désertion de l’habitat de Pierregourde a été un processus progressif, avec des phases d’abandon plus importantes (peste, conflits religieux). Au cours du xiiie s. et du xive s., le bourg attire des habitants, et notamment des personnes venant d’autres localités (Boffres, Gilhac,…), mais le phénomène semble s’inverser au cours du xve s. Au cours de ce siècle et du suivant, le bourg est progressivement déserté : l’installation des héritiers issus des habitants de Pierregourde dans des hameaux voisins (Gilhac, Chastan, Roustaing, Fenouillet) peut s’expliquer par la volonté d’acquérir des terres et de constituer des domaines proches à proximité de son habitation : en effet, au xvie s., les habitants du bourg n’exploitent que des terres (jardins, ouches) à proximité immédiate du château, tandis que les tenanciers dotés de terres dans le reste du mandement ne possèdent pas d’habitat à Pierregourde.

Fig. 1 – Plan général du site

Fig. 1 – Plan général du site

DAO : É. Comes-Trinidad (université Côte-d’Azur).

Fig. 2 – Vue générale du site depuis l’ouest

Fig. 2 – Vue générale du site depuis l’ouest

Cliché : G. Bouvier (mairie de Gilhac-et-Bruzac).

Fig. 3 – Plate-forme castrale supérieure, vue vers le sud-ouest

Fig. 3 – Plate-forme castrale supérieure, vue vers le sud-ouest

Cliché : É. Comes-Trinidad (université Côte-d’Azur).

Haut de page

Bibliographie

Comes-Trinidad É. 2016 : Occupation religieuse du bassin-versant de l’Eyrieux d’après les sources historiques (1ère partie : xie-xive s.), Boutières en Histoire, 9, p. 51-68.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du site
Crédits DAO : É. Comes-Trinidad (université Côte-d’Azur).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2 – Vue générale du site depuis l’ouest
Crédits Cliché : G. Bouvier (mairie de Gilhac-et-Bruzac).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Titre Fig. 3 – Plate-forme castrale supérieure, vue vers le sud-ouest
Crédits Cliché : É. Comes-Trinidad (université Côte-d’Azur).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/108919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Comes-Trinidad, « Gilhac-et-Bruzac – Château de Pierregourde » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/108919

Haut de page

Auteur

Émilie Comes-Trinidad

Université Côte-d’Azur

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Comes-Trinidad

Université Côte-d’Azur

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search