Navigation – Plan du site
1991

Villariès

Entre le Ségala et Pinel
Responsable(s) des opérations : Joseph Falco
Notice rédigée par : Joseph Falco

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (SD)
Inventeur(s) : Falco Joseph

1En complément de l’opération de fouille programmée, menée entre 1981 et 1990 sur le site du prieuré grandmontain de Notre-Dame-de-Pinel, une intervention conduite par Joseph Falco a intéressé un terrain situé à 220 m à l’ouest des bâtiments conventuels, sur lequel les observations de surface permettaient de localiser un atelier de briqueterie.

2Les constructions du prieuré, fondé vers 1167, ont fait exclusivement appel à des matériaux de terre cuite, tant pour les briques des murs, la couverture, les revêtements de sol que pour les éléments décoratifs (colonnes, chapiteaux) : elles ont nécessité la production d’une masse de matériaux qui a pu rendre indispensable la création d’un atelier particulier.

3La découverte des vestiges de trois fours rectangulaires dont les parties excavées (alandiers, chambre de chauffe) et une partie de la sole sont presque intégralement conservées est venue confirmer cette hypothèse. Leurs structures sont très comparables, même si des dimensions différentes et quelques variantes en ce qui concerne la disposition des alandiers et des chambres de chauffe viennent les distinguer.

4Le four 1, qui apparaît comme le plus ancien, présente, dans l’axe longitudinal, deux alandiers opposés, voûtés de briques en plein cintre sur une longueur de 0,90 m, dont l’ouverture atteint 1,10 m de haut pour 0,80 m de large. La chambre de chauffe (8,80 m2), équipée de six voûtains dont la partie supérieure constituait une partie de la sole de la chambre de cuisson (13,70 m2), pouvait être partagée en deux par un mur et élevé dans l’axe transversal.

5Le four 2 a été installé sur l’emprise du four 1, et en réutilise les murs ouest et est au prix de l’occlusion des alandiers dont l’extrémité est murée, le reste comblé par des rebuts et des débris de briques mélangés de cendre. La salle de chauffe, partagée en deux parties par un muret longitudinal sur lequel s’appuient deux séries de sept voûtains, mesure 4,05 m x 3,80 m. Les petits côtés sont prolongés par deux alandiers jumelés qui occupent les emplacements des murs nord et sud du four 1 (dimensions 1,50 m de longueur ; 0,90 m de hauteur sous cintre ; 1,30 m de largeur).

6Des modifications sont intervenues sur le four au cours de son utilisation, sous la forme de la construction d’un muret qui partage transversalement chambre de chauffe et laboratoire, et de la démolition des deux voûtains du milieu. Deux fours indépendants sont ainsi créés, capables de fonctionner de façon individuelle ou simultanée, qui permettent sans doute une adaptation souple à la demande de fabrication. La partie supérieure des voûtains a été rechargée pour racheter les déformations intervenues en cours de cuisson, et la sole d’argile lissée porte l’empreinte d’un chargement de briques posées de chant.

7À proximité des fours 1 et 2 ont été découverts les vestiges d’un troisième four dont la chambre de chauffe (4,20 m x 3,50 m) est partagée par quatre séries de cinq voûtains espacés de 0,25 m. Elle s’ouvre vers le sud par deux alandiers de longueur inégale (1,50 m x 2,05 m) dont l’ouverture atteint 1,10 m de hauteur pour 1,15 m de largeur.

8Les rebuts de la production découverts dans le comblement cendreux des fours et des alandiers (une majorité de briques,mais également des tuiles, des éléments de dallage et de canalisation), semblables à ceux mis au jour sur le site du prieuré, confirment que l’implantation de l’atelier à la fin du XIIe s. ou dans le XIIIe s., bien eu pour objet la construction de l’église et des bâtiments conventuels. Le résultat de l’analyse archéomagnétique des prélèvements d’argile cuite effectués sur les fours est susceptible de préciser la date et les étapes de cette réalisation,et seront utilement confrontés aux datations proposées à l’issue de la fouille du prieuré.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Joseph Falco, « Villariès », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 07 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10897

Haut de page

Responsable d'opération

Joseph Falco

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals