Navigation – Plan du site
2008

Puyréaux – Les Marais

Responsable(s) des opérations : Sébastien Ducongé
Notice rédigée par : Sébastien Ducongé

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204550

Date de l'opération : 2008 (SP)
Inventeur(s) : Ducongé Sébastien (COL)

1C’est grâce aux prospections aériennes de Patrick Joy, en juin 2004, qu’une vaste nécropole à enclos a été reconnue près du village du Châtelard sur la commune de Puyréaux, en Charente. Des découvertes réalisées au XX e s. avaient déjà permis de reconnaître la présence de deux sépultures sur des parcelles proches en cours d’exploitation par des sablières, mais rien ne laissait supposer la présence d’une telle nécropole. Le mobilier archéologique de ces sépultures, réexaminé dernièrement, permettait d’avancer une utilisation du site allant du V e s. (inhumation d’un guerrier) aux IV e s.-III e s. av. J.-C. (incinération en urne), soit dans la première moitié du second âge du Fer. Le fort potentiel de découvertes et l’intérêt scientifique de ce type de site et pour cette période dans une région où ces données font cruellement défaut, ont motivé les présentes recherches. Après des prospections géophysiques particulièrement satisfaisantes réalisées en décembre 2007 (financées par le SRA de Poitou-Charentes), une première campagne de fouille était engagée en se concentrant sur le double enclos circulaire avec fosse centrale. Une surface sub-rectangulaire d’environ 1 500 m 2 a été décapée et l’ensemble des structures découvertes a été fouillé, tout ou partie, dans la limite des six semaines du chantier.

2A ce jour, nous pouvons déjà répondre à plusieurs questions qui se posaient avant la fouille. Bien que dans un état de conservation globalement satisfaisant, le site est malheureusement touché par l’érosion des labours puisque, contrairement à ce que nous attendions, la terre arable (épaisse de 0,15 m à 0,30 m) repose directement sur le substrat et les structures archéologiques, d’où l’absence des niveaux de circulation. Malgré l’importante humidité des lieux, la possibilité de conservation de matériaux périssables est à exclure. En revanche, la conservation des ossements est bien meilleure qu’attendue et les analyses de pH réalisées sur les sédiments par Patrick Joy ont démontré leur caractère basique (de 7,92 à 8,11) : l’acidité des sables alluvionnaires est neutralisée par l’importante charge calcaire, du moins dans les strates supérieures de cette partie de la vallée.

3Contre toute attente, aucun des faits découverts en 2008 ne date de l’âge du Fer. Dans l’extrême angle sud-ouest de la fouille, le tracé de l’ancienne route qui menait encore au XIX e s. du bourg de St-Ciers à celui de Puyréaux a été repéré. Les indices d’un possible fossé en bordure de ce chemin pourraient faire remonter son existence au Moyen Âge. Seule la poursuite de la fouille à l’ouest permettra de l’étudier sérieusement. Dans l’angle sud-est, la présence d’un large fossé nord-sud a été confirmée. La fonction de celui-ci reste indéterminée mais il est à dater de l’époque gallo-romaine. Le squelette d’un chien a été découvert dans le remplissage de ce fossé.

4Les deux tiers accessibles d’un petit enclos circulaire (moins de 9 m de diamètre), très érodé et jusque là non repéré sur les documents, ont été fouillés, au sud, en limite de la route départementale. Aucun indice d’une sépulture n’a été observé. Les rares tessons découverts dans le remplissage du fossé à profil en U permettent de proposer une datation au Bronze final. Au sud-ouest de la fouille, un angle et une longue portion d’un enclos rectangulaire de type Langgräben ont livré quelques tessons datables du Bronze final (mobilier principalement découvert dans le comblement terminal du fossé). Une pointe de flèche à ailerons en silex est à rattacher au Bronze ancien. De ce fossé ont aussi été retirées deux grandes dalles de calcaires qui semblent avoir été endommagées et rejetées ensemble. Dans l’espace interne de cet enclos, seuls quatre trous de poteaux ont été fouillés, dont trois étaient alignés. Leur datation est indéterminée. La fouille du reste de ce grand enclos à l’ouest permettra d’en compléter le plan et les informations.

5Le plus grand des fossés circulaires, d’environ 18 m de diamètre, a été creusé en plusieurs portions se rejoignant plus ou moins, de profil en U. Pouvant atteindre les 2,50 m à l’ouverture et près d’1,40 m de profondeur, son remplissage n’est pas homogène et ne révèle pas la présence d’un talus externe et/ou interne. De la faune, des tessons et de larges portions de vases pouvant s’apparenter à des dépôts volontaires en fond de fossé semblent indiquer que celui-ci a été creusé et fréquenté au début du Bronze ancien. Cependant, le comblement terminal du fossé contient de nombreux tessons du Bronze final II et III et une tête d’épingle décorée, en alliage cuivreux, de même datation. Le petit fossé, d’environ 5 m de diamètre, présente une interruption marquant l’entrée, au nord. Conservé sur moins de 0,15 m de profondeur pour une quarantaine de centimètres d’ouverture, il est également à profil en U. Son remplissage trahit la présence d’une possible palissade de bois axiale. Quelques menus tessons y ont été découverts, n’apportant pas d’informations sur sa datation.

6Au centre des enclos, ce n’est pas une mais deux fosses sépulcrales qui ont été creusées. La plus ancienne n’a pas été fouillée mais les premiers indices indiquent la présence d’un seul corps, orienté tête à l’est et face vers le sud, probablement en position latérale gauche, entouré de pierres calcaires. La seconde fosse a été creusée en partie au-dessus de la précédente, retirant quelques pierres de celle-ci qui ont été réutilisées pour le nouvel aménagement. Cette seconde sépulture renfermait deux personnes, inhumées l’une après l’autre comme l’indique la réduction du premier corps (Fig. n°1 :  F.125 - Sujets 1 et 2. Bronze ancien). Ce dernier semble avoir été inhumé tête à l’ouest en position latérale droite. Le défunt portait une perle en pendentif. Seule la moitié inférieure du corps a été déplacée et déposée sur le haut. Les connexions anatomiques observées permettent de conclure que le corps n’était pas entièrement décomposé lors de la réduction. Le second corps a été déposé tête à l’est, en position latérale gauche, les membres inférieurs posés sur l’autre corps. Aucun autre artefact conservé que le pendentif ne semblait accompagner ces défunts. Cependant, une armature de flèche tranchante de type Sublaines du Néolithique récent était présente dans la fosse, comme deux petits tessons isolés, peut-être venus avec la terre de comblement de la fosse sépulcrale. En effet, il semble que les corps aient été déposés en espace vide, protégés par un plafond peut-être en bois au-dessus duquel avait été placées des pierres calcaires que l’on a retrouvées sur les squelettes. En attendant les datations par radiocarbone, seules les céramiques du plus grand des fossés apportent des éléments de datation. Les comparaisons régionales et les pratiques funéraires observées vont également dans le sens d’une datation de cet ensemble au Bronze ancien.

7L’ensemble sépulcral des Marais a donc été utilisé au moins du Bronze ancien à La Tène A. La partie fouillée en 2008 se situerait au « coeur » de la nécropole tandis que les sépultures de l’âge du Fer seraient en périphérie. Les découvertes de cette année, inattendues et exceptionnelles de par leurs datations, ne rendent que plus intéressantes encore les problématiques offertes par ce site.

8DUCONGÉ Sébastien

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 :  F.125 - Sujets 1 et 2. Bronze ancien

Fig. n°1 :  F.125 - Sujets 1 et 2. Bronze ancien

Auteur(s) : Ducongé, Sébastien (COL). Crédits : Ducongé, Sébastien (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 :  F.125 - Sujets 1 et 2. Bronze ancien
Crédits Auteur(s) : Ducongé, Sébastien (COL). Crédits : Ducongé, Sébastien (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sébastien Ducongé, « Puyréaux – Les Marais », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1090

Haut de page

Responsable d'opération

Sébastien Ducongé

COL

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals