Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201607 – ArdècheSaint-Martin d’Ardèche – Abri du ...

2016
07 – Ardèche

Saint-Martin d’Ardèche – Abri du Maras

Fouille programmée (2016)
Responsable d’opération : Marie-Hélène Moncel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Moncel M.-H. 2016 : Abri du Maras (Saint-Martin-d’Ardèche) Ardèche, section A parcelle 1378, propriétaire : commune de Saint-Martin d’Ardèche, bilan des opérations 2014-2016, troisième année 2016, autorisation tri-annuelle (2004-2016).

Texte intégral

1La campagne 2016, troisième année de l’opération triannuelle 2014-2016, a porté sur trois secteurs majeurs du site (fig. 1) :

  • carrés F6 (dégagement de la base de la couche 5 et dégagement du substrat) et F7 niveau 4.2 (dégagement de la surface de la couche 5 sup) ;
  • carrés G6 à J6 et carré N6 (dégagement de la base du niveau 4.2 et de l’amas de dalles sur lequel repose le niveau 4.2) ;
  • carrés L-M 9 à 13 (tranchée est) avec prolongement de la séquence (niveau 4.2 en surface et fouille de la couche 5 sup et couche 5).

2L’ensemble des données stratigraphiques acquises à ce jour est en cohérence avec les données chronologiques (ESR, U-Th, TL, OSL, sur dents, silex brûlés et sédiments). La séquence est datée de la fin du MIS 5 au début du MIS 3. Fortement dilatée dans la partie est du site, elle montre la récurrence des occupations et la succession de phases sédimentaires avec de fortes variations latérales dans des contextes environnementaux variés, avec ou non une claire discordance, et des phases d’effondrement majeur de l’abri.

Fig. 1 – Vue générale des fouilles de l’abri du Maras

Fig. 1 – Vue générale des fouilles de l’abri du Maras

Clichés : M.-H. Moncel (CNRS).

Secteur ouest. Carrés F6 et F7

3Lors des campagnes 2014 et 2015, le dégagement du substratum dans les carrés E6 et E7 avait permis de prolonger la coupe longitudinale D/E et d’identifier les limites des couches 5 supérieure et 5. Un foyer avait été dégagé dans le carré F6 en 2015. La campagne 2016 a permis de terminer la fouille du carré F6 (base de la couche 5) et le substrat a été atteint. Le matériel est pauvre et le démantèlement du substrat calcaire est à nouveau visible à la base.

4En E6 et F6, le substratum a pu être atteint, la base de la couche 5 jusqu’à la cote -400 cm environ. Sur le substratum vient reposer la couche 6. La conformation du substratum est bien visible et elle est tout à fait analogue à ce qui peut être observé tout au fond de l’abri. Le calcaire se débite en dallettes disposées sur chant. Ce pendage vertical tend à évoluer en direction du vallon.

5Pour le carré F7, le dégagement de la base du niveau 4.2 s’est poursuivi et le sommet de la couche 5 supérieure caillouteuse et rouge a été atteint. Ceci a permis de relever la morphologie de la surface de la couche 5 supérieure, surface chaotique et tronquée certainement par des processus d’érosion (discordance). La base du niveau 4.2 repose directement sur la couche 5 supérieure dans cette partie du site, avec une lentille sédimentaire supplémentaire peu caillouteuse dénommée couche 4 base, et présente seulement dans la partie ouest du site.

6Les profils confirment le fort pendage des couches dans cette partie du site et l’érosion différentielle entre le sommet de la couche 5 supérieure et la base de la couche 4.

Carrés G, H, I, J et N6 (fouille du niveau 4.2)

7La poursuite du dégagement de la base du niveau 4.2 sur la bande 6 a permis de mettre au jour l’amas de dalles marquant une phase d’effondrement majeur de l’abri. Ce dégagement a concerné de 10 à 15 cm de sédiments. Les projections de matériel confirment la densité de matériel reposant sur ce dallage et son individualisation du niveau sus-jacent 4.1, séparé par un niveau loessique presque stérile.

8La surface constituée d’un amoncellement de dalles calcaires emballées dans un sédiment jaune a été relevée et les côtes altimétriques notées. Cet effondrement se retrouve en partie au niveau de la tranchée L-M 9-13, reposant sur la couche 5 supérieure tronquée (discordance).

9Le matériel lithique est constitué de produits Levallois (lames, pointes et éclats) en silex, identiques à celui du niveau 4.1. Les plus grands produits sont apportés alors qu’un débitage a lieu sur place sur grands éclats. L’approvisionnement en silex proviendrait d’un périmètre de 30 km autour du site.

10Les restes osseux montrent la prédominance du renne, associé, plus largement que dans le niveau 4.1, à du bison et cheval, entre autres. Les restes osseux sont moins fragmentés.

Tranchée est. Carrés L-M/9-13

11La fouille de la tranchée ouverte dans les bandes L et m en avant du site, et s’étendant dans le vallon actuel bordant le site, s’est poursuivie (fig. 2). L’objectif est toujours d’identifier la séquence complète de la partie est du site et la comparer avec celle de la partie ouest (coupe D/E).

Fig. 2 – Vue de la tranchée L-M en avant du site et mise en évidence des couches 5 et 6

Fig. 2 – Vue de la tranchée L-M en avant du site et mise en évidence des couches 5 et 6

Cliché : M.-H. Moncel (CNRS).

12La fouille n’a pas encore atteint le substratum. Les sédiments de la surface sont des colluvions sub-actuelles. Ils recouvrent des sédiments pouvant être attribués au niveau 4.2 et comportant un rare matériel archéologique. La coupe L-M/8-9 permet d’effectuer le lien avec le secteur central. La base de la coupe L-M/8-9 a livré un faciès caillouteux à matrice limoneuse brune et organique. Elle recouvre en avant de la tranchée, dans les carrés L13, une couche à matrice rouge et comportant des blocs de grandes dimensions.

13Dans la tranchée, ces faciès superposés apparaissent de façon discontinue entre les blocs d’effondrement distribués sur le flanc du versant. La comparaison des faciès sédimentaires décrits dans chacune des deux tranchées permet de rapprocher les deux ensembles de limons caillouteux de la tranchée est avec les dépôts de la couche 5 sup de la tranchée ouest et, sans doute, de la couche 5 et sa base.

14Les dépôts de la base de la couche 4 (niveau 4.2) reposent en discordance sur le sommet de la couche 5, vraisemblablement couche 5 supérieure. La surface de la couche 5 est parsemée de nombreux gros blocs provenant de l’effondrement de l’abri et pouvant être rapportés à l’amas de dalles et blocs marquant la base du niveau 4.2. En effet, sous la couche superficielle, il est possible de rapprocher les limons carbonatés riches en granules et petites pierres avec ceux de la couche 4.

15Le remplissage est clairement tronqué par l’érosion actuelle et une seconde phase d’érosion entre la couche 4 et la couche 5. La couche à matrice rouge est située directement sous la couche 5 supérieure et couche 5, sans claire discordance.

16Les carrés de la tranchée L-M ont livré du matériel lithique et faunique à toutes profondeurs et en densité variable selon les carrés, sauf à la base de la couche à matrice rouge identifiée dans le carré L13, sous la couche brune. Les projections permettent pour le moment d’identifier éventuellement plusieurs sous-niveaux dans la couche 5 supérieure et couche 5.

17La disposition du matériel permet de confirmer un faible pendage des dépôts de la couche 5 supérieure et couche 5, à l’inverse des rares éléments pouvant être rattachés au niveau 4.2 et qui indiquent probablement un glissement de matériel (peu nombreux) à partir du bord de l’abri suite au recul du plafond de l’abri. La coupe de cette tranchée montre une stratigraphie qui reste monotone et où les dépôts rencontrés sont essentiellement des limons caillouteux.

18L’opération triannuelle 2014-2016 permet d’aboutir à une première synthèse des stratégies de subsistance du niveau 4.1, incluant un travail sur les traditions bouchères (Vetesse 2014). L’étude des comportements techniques et des remontages conduit à une première comparaison des occupations successives des niveaux 4.1 et 4.2 (Moncel et al. 2014 et 2015) dans leur cadre chronostratigraphique (Puaud et al. 2015 ; Richard et al. 2016).

Fig. 3 – Restes d’un bois de cervidé (couche 5)

Fig. 3 – Restes d’un bois de cervidé (couche 5)

Cliché : M.-H. Moncel (CNRS).

Haut de page

Bibliographie

Moncel M.-H., Chacon Navarro M.-G., La Porta A., Fernandes P., Hardy B., Gallotti R. 2014 : « Middle Palaeolithic technical behavior in a rock shelter in southeastern France: the Abri du Maras », Quaternary International, Special Issue (Behavior, Late Middle Palaeolithic, Huw Grocutt), 350, p. 180-204.

Moncel M.-H., Alué E., Bailon S., Barshay-Szmidt C., Bearez P., Crégut E., Daujeard C., Desclaux E., Debard E., Lartigot-Campin A.-S., Puaud S., Roger T. 2015 : « Evaluating the integrity of palaeoenvironmental and archaeological records in MIS 5 to 3 karstic sequences from southeastern France », Quaternary International, 378, p. 22-39.

Puaud S., Nowak M., Pont S., Moncel M.-H. 2015 : « Volcanisme et Préhistoire : des téphras identifiés dans le remplissage sédimentaire de l’abri du Maras (Ardèche, sud-est de la France) », CR Palevol, 14, p. 331-341.

Richard M., Falguères C., Pons-Branchu E., Bahain J.-J., Voinchet P., Lebon M., Valladas H., Dolo J.-M., Puaud S., Rué M., Daujeard C., Moncel M.-H., Raynal J.-P. 2015 : « Contribution of ESR/U-series dating method to Late Middle Palaeolithic sites chronology of Middle Rhône valley, Southeastern France », Quaternary Geochronology, 30, p. 493-497.

Vetesse D. 2014 : Types de fracturation de la grande faune de l’Abri du Maras (niveau 4.1). Identification des traditions bouchères au Paléolithique moyen, mémoire de Master, université de Lyon 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale des fouilles de l’abri du Maras
Crédits Clichés : M.-H. Moncel (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 2 – Vue de la tranchée L-M en avant du site et mise en évidence des couches 5 et 6
Crédits Cliché : M.-H. Moncel (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Restes d’un bois de cervidé (couche 5)
Crédits Cliché : M.-H. Moncel (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109060/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Moncel, « Saint-Martin d’Ardèche – Abri du Maras » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/109060

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Moncel

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Hélène Moncel

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search