Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201607 – ArdècheLe Teil, Rochemaure – Contourneme...

2016
07 – Ardèche

Le Teil, Rochemaure – Contournement nord du Teil (RN 102)

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Cyril Gaillard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Gaillard C. 2016 : Le Teil et Rochemaure (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) contournement nord du Teil, RN 102, rapport de diagnostic, Bron, Inrap, 2 vol.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic menée sur le tracé du contournement nord-ouest du Teil a porté sur 9,86 des 15,03 ha de l’emprise. Réalisée dans une zone où les prospections de surface avaient démontré un fort potentiel archéologique, elle a permis de confirmer ces données et d’appréhender toute une partie de ce secteur ardéchois restée vierge d’intervention.

2Les 140 tranchées ouvertes au cours de l’opération ont facilité la reconnaissance des limites spatiales et topographiques importantes de ce paysage. Les données géomorphologiques recueillies ont mis en évidence une morphogénèse très active dans les secteurs traversés par l’emprise, matérialisée par une succession de crises sédimentaires sur les versants, entrecoupées de phases de relative stabilité morphologique, favorables aux occupations humaines.

3Globalement positif d’un point de vue archéologique, ce diagnostic aura permis de confirmer l’attrait des populations anciennes pour ce territoire.

Fig. 1 – Plan de zonage de l’emprise du fuseau routier

Fig. 1 – Plan de zonage de l’emprise du fuseau routier

DAO : C. Gaillard (Inrap).

4Datées du Néolithique, les traces les plus anciennes ont été repérées près de la ferme de Mayouet. Elles concernent une dizaine de tessons de céramique non tournée et militent en faveur d’investissements discrets ou d’un épicentre resté inaccessible.

5Les témoignages relatifs à l’âge du Bronze ont été décelés au cœur d’un talweg, près du château de Joviac. La stratigraphie enregistrée à l’occasion des sondages montre une alternance de couches plus ou moins anthropisées, mises en place par divers processus de ruissellement au cours du Bronze moyen et du Bronze final 1. Ces niveaux contiennent de la céramique en abondance, et des fragments de torchis avec traces de clayonnage, qui évoquent sans aucune ambiguïté, l’existence d’une occupation pérenne, vraisemblablement implantée sur le versant oriental de la Montagnole.

6La période de l’âge du Fer (fig. 2) est documentée par deux grands fossés, une fosse, et peut-être aussi par un chemin creux, dont l’origine protohistorique est probable. À défaut d’avoir livré des structures en place telles que des trous de poteaux ou des restes de sablières basses, les fragments de torchis et de plaques-foyères témoignent, comme pour le Bronze final, de l’existence de cabanes en matériaux périssables dans ou à proximité de l’emprise. Les céramiques collectées en grand nombre s’apparentent à ce que l’on enregistre généralement sur les habitats des ve et ives. av. J.‑C. L’emplacement de ce site, sur les terres productives de la plaine teilloise et à l’écart des zones inondables, permet d’envisager cette occupation comme étant un petit établissement de plaine, tourné vers l’exploitation de son terroir.

Fig. 2 – Zone 4, localisation des vestiges protohistoriques (ou supposés comme tels) avec niveau d’apparition

Fig. 2 – Zone 4, localisation des vestiges protohistoriques (ou supposés comme tels) avec niveau d’apparition

DAO : C. Gaillard (Inrap).

7Concernant l’époque antique, l’ensemble le plus explicite consiste en un petit groupe de fosses à résidus de crémation du iie s. apr. J.‑C. (fig. 3). Malgré l’importance des perturbations contemporaines limitant la lecture de ces vestiges au sous-sol, la fouille de deux d’entre elles a offert un mobilier abondant et varié (vases brûlés et non brûlés, clous…). Un niveau de sol, situé à proximité, est marqué par la présence de charbons et de plusieurs pans de vases cassés une deuxième fois sur place (pratiques para-funéraires ?). Aux marges de cet ensemble, deux fossés isoclines ont également été cartographiés. L’analyse de leur stratigraphie témoigne d’un entretien régulier, signe probable d’une utilisation sur une assez longue durée.

Fig. 3 – Localisation, vue générale et coupe de la fosse à résidus de crémation SP3015

Fig. 3 – Localisation, vue générale et coupe de la fosse à résidus de crémation SP3015

Cliché et DAO : C. Gaillard (Inrap).

8Dans le secteur de Saint-Pierre, les restes d’un dépôt de crémation ont également été découverts dans le comblement d’un talweg. Si la situation de ce niveau n’a pas permis d’identifier et d’analyser de manière précise les gestes funéraires, l’étude du mobilier fixe son enfouissement entre 150 et 200 apr. J.‑C.

9Le chemin creux observé à Joviac reprend vraisemblablement l’axe d’un itinéraire plus ancien. Tout comme son origine, son abandon n’est pas facile à évaluer. Le mobilier présent dans la bande de roulement suggère que ce dernier a fonctionné jusqu’à la seconde moitié du iie s. ou jusqu’au iiie s. apr. J.‑C.

10La seule structure pouvant être rapporté à l’Antiquité tardive a été découverte près du groupe de fosses à résidus de crémation et concerne une portion de mur daté du ve ou du vie s. apr. J.‑C. L’interprétation de cette structure demeure énigmatique ; son état de conservation et son positionnement en limite d’emprise ne permettent pas d’apprécier son état original.

11L’analyse des compoix et des registres conservés aux Archives départementales de l’Ardèche montre que ces campagnes ardéchoises ne subissent pas de modification majeure pendant les périodes médiévale et moderne. Le secteur, quadrillé par un réseau de plusieurs fermes, est alors essentiellement tourné vers l’agriculture ou la viticulture.

12Présente sur l’emprise, la ferme de Mayouet a été érigée au cours du xviiie s. L’étude de ses façades et des différents espaces bâtis a permis de distinguer deux états de construction, le second témoignant de sa transformation en magnanerie vers 1880. Les structures archéologiques les plus récentes ne se résument qu’à de rares éléments de structuration (fossés, bornage) ou de mise en valeur du territoire (drains, fosse de plantation, mur de terrasse, épis de dérivation).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de zonage de l’emprise du fuseau routier
Crédits DAO : C. Gaillard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 2 – Zone 4, localisation des vestiges protohistoriques (ou supposés comme tels) avec niveau d’apparition
Crédits DAO : C. Gaillard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 3 – Localisation, vue générale et coupe de la fosse à résidus de crémation SP3015
Crédits Cliché et DAO : C. Gaillard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Gaillard, « Le Teil, Rochemaure – Contournement nord du Teil (RN 102) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/109109

Haut de page

Auteur

Cyril Gaillard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cyril Gaillard

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search