Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995InterdépartementalA51 Sisteron-Grenoble, tronçon Si...

1995
Interdépartemental

A51 Sisteron-Grenoble, tronçon Sisteron-La Saulce

Prospection inventaire (1994-1995), évaluation, sauvetage urgent et sauvetage programmé (1995)
Responsables d'opération : Maxime Guillaume, Aurélie Dumont, C. Aubra, Stéphane Fournier, Isabelle Ganet, Michel Brenet et Philippe Bet

Notes de la rédaction

Notice publiée dans Gallia Informations 2000-2001 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05680-2.

Texte intégral

1La poursuite de la liaison autoroutière A51 entre Marseille et Grenoble avec la construction du tronçon Sisteron-La Saulce a généré entre 1994 et 1995 une série de diagnostics suivis des premières opérations de fouille (ces dernières ont continué jusqu’à la fin 1997).

2Le tracé emprunte sur une trentaine de kilomètres la vallée de la moyenne Durance depuis la clue de Sisteron jusqu’au débouché du bassin gapençais.

3Cette vallée, axe principal de pénétration des Alpes du Sud, a déjà subi des « dégradations » archéologiques irréparables. En effet, dans un couloir encore étroit, se sont superposés une route nationale, un canal hydraulique et un canal EDF. L’emprise de l’autoroute louvoie entre ces divers aménagements, avec comme conséquence principale l’extrême morcellement des sites.

Contexte géomorphologique

4D’un point de vue lithologique, il faut distinguer trois ensembles structuraux homogènes :

  • au nord et à l’ouest, les massifs montagneux du Dévoluy et des Baronnies, constitués essentiellement de calcaires et de calcaires marneux qui fournissent une importante charge aux torrents et formations de pente ;

  • à l’est, le secteur du Sasse-Grand Vallon, dont le relief et la lithologie favorisent des formes d’érosion majeure donnant un paysage très découpé ;

  • au centre, l’anticlinorium de Laragne, en majeure partie traversée par l’A51, vaste dépression formée de marnes de Jurassique recevant de larges formations alluviales et torrentielles.

5Les différentes périodes froides du pléistocène ont largement contribué au façonnement du paysage. Au Würm, la vallée de la Durance était occupée par un vaste glacier qui s’est avancé jusqu’au Poët, nourri par des formations moindres correspondant aux actuels affluents de la rivière. Ce n’est que tardivement (vers 18 000 BP à 20 000 BP) que le glacier s’est retiré en abandonnant ses moraines. Les plus méridionales (vers Le Poët) montrent le maximum de l’avancée glaciaire. Latéralement, les versants, affectés par une forte dynamique érosive, se couvrent d’éboulis cryoclastiques. L’activité fluviatile est également très présente, comme le montrent les larges formations torrentielles qui tapissent les piémonts (fig. 1). L’Holocène est marqué par une incision verticale des vallées liées à une amélioration climatique depuis le Tardiglaciaire et par le développement, sur les versants, de formations de pente (colluvions, cônes torrentiels) souvent fines et qui fossilisent l’essentiel des vestiges archéologiques découverts dans la région.

Fig. 1 – Croquis géographique des Rousses et de la montagne de Crigne

Fig. 1 – Croquis géographique des Rousses et de la montagne de Crigne

Échelle : 1/25000.
1, substrat calcaire ou marneux ; 2, lignes de crête ; 3, escarpements calcaires ; 4, moraines rissiennes ; 5, moraines würmiennes ; 6, éboulis tardiglaciaires ; 7, formations de pente actuelles polygéniques ; 8, coluvions ; 9, terrasses et cônes torrentiels würmiens ; 10, rebords de terrasses ou de cônes torrentiels würmiens ; 11, terrasses et cônes torrentiels holocènes ; 12, rebords de terrasses ou cônes torrentiels holocènes ; 13, terrasses ou cônes torrentiels historiques ; 14, rebords de cônes torrentiels historiques.

Dessin : C. Jorda.

Les établissements antiques

6À l’époque antique, le val de Durance reliait par la voie Domitienne deux chefs-lieux de cité Segustero (Sisteron) et Vapincum (Gap). Sur son parcours, les itinéraires antiques mentionnent la station d’Alabons sise à l’emplacement de l’actuel Monêtier-Allemont. La traversée de part en part par le ruban autoroutier de ce territoire laissait espérer une moisson d’informations abondantes. La réalité du terrain fut tout autre. Seuls trois établissements ruraux furent repérés et aucun élément de la station d’Alabons (fig. 2).

Fig. 2 – Carte de localisation des sites fouillés sur le tronçon A51

Fig. 2 – Carte de localisation des sites fouillés sur le tronçon A51

Dessin : J. Isnard, M. Guillaume.

7Au sud, Saint-Martin se situe au flanc d’une butte morainique à 15 km au nord de Sisteron. Parfaitement exposé, ce petit établissement a été détruit aux trois quarts par le percement de la route nationale et du canal EDF. Aussi, la fouille a-t-elle porté sur l’extrémité orientale de l’établissement sur une superficie de 800 m2. Les murs, très arasés, ne sont conservés que sur trois assises au maximum (fig. 3). Ils délimitent trois espaces :

  • le premier a pu être exploré sur un peu plus de 10 m2 seulement, sa fonction demeure inconnue en l’absence de vestiges de sols ;

  • le deuxième espace, reconnu sur 18 m2, ne possède aucun aménagement interne hormis un remblai posé directement sur la moraine et renfermant du mobilier du ier s. apr. J.‑C. ;

  • le troisième et dernier espace est ouvert au sud. Il ne possède aucune trace de sols.

Fig. 3 – Upaix, Saint-Martin : ensemble des structures bâties de la ferme antique

Fig. 3 – Upaix, Saint-Martin : ensemble des structures bâties de la ferme antique

Cliché : M. Guillaume.

8En marge de l’espace bâti sur le côté, une grande fosse creusée dans la moraine montre l’origine des galets utilisés pour la construction. Devant l’habitat se trouve un silo cylindrique de 2 m de diamètre pour une profondeur de 2,30 m avec des parois tapissées d’argile grise. Encore plus bas dans la pente, des traces de cultures ont été mises en évidence sous la forme de sept raies de plantation.

9Saint-Martin, malgré la « pauvreté » des structures conservées, présente les caractéristiques d’une ferme.

10Construite sans doute dans le courant du ier s. apr. J.‑C., elle est abandonnée au début du iie s.

11Le site de Près Saint-Martin n’est séparé du précédent que par une centaine de mètres et un ruisseau, le Béal de Lorette. Installé sur la terrasse würmienne de la Durance, il est encore plus arasé que Saint-Martin. Une assise unique de mur en galets de plus de 8 m de long est la seule structure bâtie du site (fig. 4). Tout autour se répartissent des fosses, à priori de manière aléatoire. L’indigence du mobilier recueilli interdit une attribution chronologique certaine à l’époque antique. En effet l’assise du mur mêle des fragments de tegulae aux galets, ce qui se pratique encore jusqu’aux ixe s. et xe s. Le comblement des structures en creux n’a pas livré de céramiques plus caractéristiques, mais simplement des fragments méconnaissables très érodés et, pour une structure, un tesson de céramique de l’Uzège.

Fig. 4 – Upaix, Saint-Martin : mur en vue verticale

Fig. 4 – Upaix, Saint-Martin : mur en vue verticale

Cliché : M. Guillaume.

12Le site de Près Saint-Martin rejoint alors l’ensemble de sites que l’on qualifiera d’installations éphémères : le mur en pierre sert sans doute d’appui à un auvent en bois. Cet espace abrité, les agriculteurs l’utilisent peut-être pour un stockage temporaire des cultures, suivant immédiatement la récolte avant le transport vers la ferme ou la villa. On peut y ranger les outils nécessaires à la journée de travail et y effectuer de petites réparations. En d’autres termes, ce site évoque nos cabanons contemporains.

13Le troisième site fouillé représente le stade le plus évolué de la production agricole du monde romain : la villa. Celle de Saint-Ariès se situe à la périphérie du vicus d’Alabons, à 1 km environ, et à proximité immédiate de la voie principale à qui elle est reliée par un chemin propre. Le choix de l’implantation de la villa a été dicté également par la présence d’un vallon.

14La campagne de fouille de 1995 n’a porté que sur un cinquième de l’établissement, en l’occurrence son extrémité orientale (fig. 5). La campagne de fouille suivante a permis d’améliorer un peu la compréhension de ce site.

15La villa s’organise en quatre ailes de bâtiments autour d’une cour centrale.

Fig. 5 – Ventavon, Près Saint-Martin : plan des vestiges de la villa

Fig. 5 – Ventavon, Près Saint-Martin : plan des vestiges de la villa

Dessin : J. Isnard, M. Guillaume.

16L’aile occidentale, détruite au début du siècle par la construction d’un canal, est donc mal connue. Elle était consacrée aux travaux agricoles et artisanaux, comme l’indiquent une cuve, un foyer et une zone d’activités métallurgiques.

17La fonction de l’aile orientale, détruite par la construction de la route nationale, a livré une succession de pièces à la fonction inconnue.

18L’aile septentrionale, elle aussi endommagée par la construction du canal, comprend des thermes dont le système de canalisation a été ultérieurement réaménagé.

19L’aile méridionale se compose essentiellement d’une pièce à laquelle on accédait par des marches, son sol étant en contrebas.

20Devant le bâtiment, une grande fosse recueille les eaux usées de la villa, une autre a servi de dépotoir dans lequel on a jeté une grande quantité d’os de bœuf.

21Sur le plan chronologique, deux états distincts se sont succédé : construction d’un premier établissement dans le courant du iie s., suivi d’une phase d’abandon au iiie s. La villa telle que l’a révélée la fouille serait issue de la reconstruction du site et son abandon définitif daterait de la fin du ive s. ou du début du ve s.

Le réseau viaire

22En marge des établissements ruraux antiques, une étude en archives puis de terrain sur le réseau viaire du val de Durance a tenté de retrouver les principaux tracés de l’époque moderne, médiévale et si possible antique (fig. 6).

23À travers les sources consultées – les terriers du Poët et d’Upaix du xviie s., les cartes de Nicolas de Fer (1693), de C.-F. Cassini de Thury (1744-1789), un recueil de dessins aquarellés du xviiie s., le cadastre napoléonien et les séries G (clergé séculier avant 1790), C (administration provinciale avant 1790), O (administration et comptabilité communale) et S (travaux publics et transports) – se dégagent plusieurs points stratégiques qui furent vérifiés par des sondages.

Fig. 6 – Carte de l’évolution des chemins au cours de l’époque moderne

Fig. 6 – Carte de l’évolution des chemins au cours de l’époque moderne

Dessin : J. Isnard, A. Dumont.

24Nous présenterons les deux principaux.

25Au lieu-dit de la Petite Sainte-Anne (sur la commune du Poët) passe un chemin parallèle à la route actuelle et à la Durance. Il est encore noté sur les cartes IGN vieux chemin royal et correspond au tracé de l’ancienne grande route de Provence.

26La fouille a fait apparaître une chaussée empierrée de 6,30 m de large. Bordée par une bande de gros blocs alignés, elle se compose d’une première couche de galets de grande taille recouverte par un mélange de terre et de galets plus petits (fig. 7). Aucun fossé n’a été mis en évidence, ni d’ailleurs de recharge de chaussée.

27Le seul mobilier mis au jour est constitué de clous à tête bombée à quatre pointes, type fréquent sur les chemins et interprétés comme élément de harnachement.

Fig. 7 – Le Poët, La Petite Sainte-Anne : vue de la chaussée empierrée du « vieux chemin royal »

Fig. 7 – Le Poët, La Petite Sainte-Anne : vue de la chaussée empierrée du « vieux chemin royal »

Cliché : A. Dumont.

28La datation de cette portion de chemin demeure délicate à établir : il existe déjà au xviie s. mais depuis combien temps ? Est-il possible qu’un tel chemin utilisé depuis le Moyen Âge n’ait connu aucune réfection, ni recharge de sa chaussée ?

29Au droit de la villa de Saint-Ariès, entre elle et la Durance, l’ancienne route de Provence est encore visible dans les vergers. Elle a été sondée avant la traversée du torrent de Pont-Frache.

30Sous le chemin de terre actuel se trouve une chaussée empierrée munie d’une bordure et large de 6 m. Similaire à celle de la Petite Sainte-Anne, elle est complétée par une allée latérale, large de 1,20 m contre sa bordure ouest. Les mêmes clous ont été trouvés ici aussi, mais en plus une monnaie de Constance II (348-361). Ce seul point n’autorise pas à donner une origine antique à cette route. D’ailleurs, les mentions historiques plaident plutôt en faveur d’une route passant en piémont, voire sur les crêtes et non en plaine. De plus, la topographie confirme les sources historiques : les principaux cours d’eau rencontrés sont de régime torrentiel et connaissent des crues d’une grande violence. L’un d’entre eux, le Beynon, qui sépare les communes d’Upaix et de Ventavon a incisé la terrasse ancienne de la Durance sur près de 50 m de profondeur. Il est alors plus facile de franchir ces obstacles en les prenant plus haut sur leur cours.

Les réseaux d’irrigation

31Le bouleversement le plus profond que connaît cette région se produit vers la fin du siècle dernier. Jusque-là l’économie agricole repose sur de maigres cultures céréalières et une part importante de vigne. Production d’autosubsistance, elle ne permet pas toujours d’éviter les disettes et très rarement de s’enrichir.

32La construction en 1881 du canal de Ventavon (fig. 8), puis surtout du canal de la Société des Forces Motrices de la Haute-Durance (SFMHD), apporte l’eau qui manquait cruellement jusqu’alors. Ces deux ouvrages engendrent la réalisation de réseaux avec de nombreuses rigoles secondaires. Étalée sur plus de quarante ans, leur construction laisse des traces propres à chaque époque.

Fig. 8 – Étude des canaux d’irrigation : carte schématique des installations du canal de Ventavon et des canaux industriels

Fig. 8 – Étude des canaux d’irrigation : carte schématique des installations du canal de Ventavon et des canaux industriels

D’après un rapport des Ponts et Chaussées, aux Archives départementales de Gap.

Dessin : J. Isnard.

33La première partie du canal de Ventavon démontre une volonté forte d’aménagement organisé par l’État. Les ouvrages sont massifs, en béton armé et habillés d’un parement de pierres pour l’esthétique. La portion construite entre 1924 et 1939 est plus fonctionnelle : l’aqueduc ne mesure plus que 1 m de large (contre 2 m précédemment) et a perdu son habillage de pierres. Quant aux ouvrages d’art de la SFMHD, leur nature industrielle en fait des constructions d’une autre dimension. L’ouvrage le plus remarquable est l’aqueduc du Grand Béal à Monêtier-Allemont. Construit en 1907, il mesure environ 50 m de long (fig. 9). Tout ce système d’irrigation par gravité va favoriser le développement de l’arboriculture ; le passage dans les années 1970 à l’aspersion, s’il sonne le glas des ouvrages anciens, accélère encore le processus. Les vergers couvrent la plaine et apportent avec leurs fruits une manne financière inconnue jusque-là.

Fig. 9 – Étude des canaux d’irrigation : photographie ancienne montrant les étayages en bois de l’aqueduc du Grand Béal à Monêtier-Allemont

Fig. 9 – Étude des canaux d’irrigation : photographie ancienne montrant les étayages en bois de l’aqueduc du Grand Béal à Monêtier-Allemont
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Croquis géographique des Rousses et de la montagne de Crigne
Légende Échelle : 1/25000.1, substrat calcaire ou marneux ; 2, lignes de crête ; 3, escarpements calcaires ; 4, moraines rissiennes ; 5, moraines würmiennes ; 6, éboulis tardiglaciaires ; 7, formations de pente actuelles polygéniques ; 8, coluvions ; 9, terrasses et cônes torrentiels würmiens ; 10, rebords de terrasses ou de cônes torrentiels würmiens ; 11, terrasses et cônes torrentiels holocènes ; 12, rebords de terrasses ou cônes torrentiels holocènes ; 13, terrasses ou cônes torrentiels historiques ; 14, rebords de cônes torrentiels historiques.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 – Carte de localisation des sites fouillés sur le tronçon A51
Crédits Dessin : J. Isnard, M. Guillaume.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 3 – Upaix, Saint-Martin : ensemble des structures bâties de la ferme antique
Crédits Cliché : M. Guillaume.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 4 – Upaix, Saint-Martin : mur en vue verticale
Crédits Cliché : M. Guillaume.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k
Titre Fig. 5 – Ventavon, Près Saint-Martin : plan des vestiges de la villa
Crédits Dessin : J. Isnard, M. Guillaume.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 6 – Carte de l’évolution des chemins au cours de l’époque moderne
Crédits Dessin : J. Isnard, A. Dumont.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 7 – Le Poët, La Petite Sainte-Anne : vue de la chaussée empierrée du « vieux chemin royal »
Crédits Cliché : A. Dumont.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Titre Fig. 8 – Étude des canaux d’irrigation : carte schématique des installations du canal de Ventavon et des canaux industriels
Légende D’après un rapport des Ponts et Chaussées, aux Archives départementales de Gap.
Crédits Dessin : J. Isnard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 9 – Étude des canaux d’irrigation : photographie ancienne montrant les étayages en bois de l’aqueduc du Grand Béal à Monêtier-Allemont
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/109309/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Guillaume, Aurélie Dumont, C. Aubra, Stéphane Fournier, Isabelle Ganet, Michel Brenet, Philippe Bet, « A51 Sisteron-Grenoble, tronçon Sisteron-La Saulce » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 23 septembre 2021, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/109309

Haut de page

Auteur

Maxime Guillaume

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Maxime Guillaume

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Aurélie Dumont

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

C. Aubra

Stéphane Fournier

Drac PACA (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Isabelle Ganet

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Michel Brenet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Philippe Bet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search