Navigation – Plan du site
1989

Vallée de l’Arros

Prospection inventaire
Responsable(s) des opérations : Robert Vié
Notice rédigée par : Robert Vié

Entrées d’index

Nature des opérations :

Prospection inventaire (PI)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 - 1990 (PI)
Inventeur(s) : Vié Robert

1La recherche entreprise avait pour but de réaliser l’inventaire d’une vallée jusqu’alors méconnue sur le plan archéologique. À partir de prospections au sol, de prospections aériennes ponctuelles et du dépouillement des sources écrites (Censiers du Comte de Bigorre de 1313 et 1429, livres terriers de l’Ancien Régime, archives notariales), tout en excluant des sites déjà bien connus, il a été ainsi possible de compléter la carte archéologique de ce département par ailleurs sous-développé sur le plan de la recherche.

2Pour la Protohistoire, et en dehors de l’oppidum du Castériou à Ozon (Gallia, 1966 : 445 et 1968 : 552) qui a encore livré des indices probant caractéristiques de l’époque romaine (tegulae, imbrices, traces d’une construction), il n’y a guère à signaler qu’un tumulus à Mauvezin, La Serre, qui faisait partie d’un groupe plus important détruit entre les deux guerres. Une fortification de plan rectangulaire (levées de terre associées à un fossé, 57 m x 40 m) à Bordes. Les Vignes de Miquéou (444 m d’altitude), n’a livré aucun vestige mobilier permettant de l’insérer dans un contexte chronologique précis (Protohistoire ou Moyen Âge).

3En ce qui concerne la période gallo-romaine, les résultats de fouille (amphores augustéennes à Cieutat, La Sannette ; petit bronze de la période des fils de Constantin, marbres à Esparros, Sarramer ; tegulae, imbrices, amphores et céramiques communes à Goudon, Le Charlas) attestent la présence d’établissement dont la nature reste imprécise.

4L’essentiel des informations provient en fait de la mise en évidence de nombreuses mottes castrales qui, si elles étaient déjà recensées dans plusieurs travaux universitaires n’avaient pas fait jusqu’alors l’objet d’une recherche extensive permettant de les intégrer dans la carte archéologique : Avezac-Prat-Lahitte, Cap-de-Massa ; Begole, Sarrabeyrouse ; mottes arasées de Bordes, l’Église et de Cabanac, Castet ; motte rectangulaire avec sa basse-cour du Castéra-d’Ozon ; motte rectangulaire (40 m x 46 m) doublée d’un fossé et d’une levée de terre à Chelle-Debat, Le Casteret et une autre à D’Aymangous ; Cieutat, Le Château ; Esconnets, Plagnet ; Jacque, Buélat ; Laméac, La Mothe ; Lhez, Château ; Lutilhous, Vigne et Mothe ; Osmets, La Maoute ; Peyraube-Château ; double motte avec basse-cour sur un éperon très étroit barré par un fossé à Tilhouse, Castet-Bieilh, etc.

5À Esparros, Castet et à Marsas-Castet, deux castrums sont situés en moyenne altitude (688 m et 809 m) sur des escarpements rocheux alors qu’une des originalités de cette recherche porte également sur la localisation précise de plusieurs villages désertés au Bas Moyen Âge (Begole, Sarrabeyrouse ; Mauvezin, Barratz ; Cieutat, Aroumé, etc.) et d’églises disparues (Berg, Bois l’Hermite ; Chelle-Debat, Pouey-Darré ; Goudon, Saint-Martin, etc.).

6L’intérêt d’une telle entreprise porte également sur la mise en évidence dans la commune d’Esparros à Sarramer, Coume-d’Inher, Col-de-Ouel-Lusant, Vallée de l’Artiguette, d’exploitations à ciel ouvert de minerai de fer (nombreuses dépressions de fort volume : 70 m x 18 m x 2 m ; une dizaine de 10 m à 20 m de diamètre ; 54 m x 3 m ; 80 m x 16 m x 3 m, etc.), mais aussi d’emplacements de fours à griller le minerai (présence de scories, charbons de bois, laitier) compris entre 843 m et 1270 m d’altitude. La réactualisation de ces découvertes est d’importance puisqu’elle replace le secteur géographique dans un contexte d’exploitation minière connu, antérieur au XVIIIe s. et curieusement oublié des recherches géologiques actuelles. D’autres fours à griller le minerai ont également été repérés à Asque, La Gourgue et à Hèches-Bouchidet et l’Artigue (laitier, scories, mais aussi céramiques antiques et médiévales) entre 520 m et 850 m d’altitude. Reste encore à signaler deux fours de verrier Hèches, L’Artigue et à Mauvezin, Beyrières, mentionnés sur la carte de Cassini, en 1769.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Robert Vié, « Vallée de l’Arros », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10976

Haut de page

Responsable d'opération

Robert Vié

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals