Navigation – Plan du site
1989

Saint-Bertrand-de-Comminges « Lugdunum Convenarum »

Las Vignettes, thermes du Nord
Responsable(s) des opérations : Pierre Aupert et Raymond Monturet

Entrées d’index

Anthroponymes :

Tibère

Chronologique :

Empire romain

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 - 1992 (FP) ; 1989 (FP)
Inventeur(s) : Aupert Pierre ; Monturet Raymond

1Cet édifice (Fig. n°1 : Thermes du Nord. Plan de l’état IIb.), fouillé entre 1932 et 1938 par Bernard Sapène, a été restauré de façon systématique par les Monuments historiques en 1957, ce qui conduit à un état de restitution difficile à vérifier. Il convenait donc au-delà de ce constat, d’essayer d’établir des données stratigraphiques précises justifiant l’évolution architecturale de ce monument et de rechercher des points de comparaisons chronologiques afin de déterminer son unité de construction par rapport aux autres édifices publics de la cité [ (Fig. n°2 : Plan général) : plan général, site L]. Comme pour les thermes du forum, plusieurs sondages ont été effectués selon des emplacements raisonnés qu’il a suffit d’étendre en profondeur pour approcher une chronostratigraphie satisfaisante.

2Le premier sondage a été réalisé dans le caldarium, au travers du radier subsistant de l’hypocauste. Composé de deux couches de mortier (0,10 md’épaisseur chacune), il repose sur un puissant hérisson où alternent par couches des épaisseurs de cailloux et de galets. La datation du corps central de cet édifice n’a pu être approchée alors que le bassin semi-circulaire au sud a été nettoyé faisant apparaître quelques fragments de placage en marbre encore en place.

3Le deuxième sondage, beaucoup plus étendu, s’est appuyé dans la cour contre le mur ouest de la pièce chaude de plan circulaire et a atteint, sous 0,40 m de remblais modernes (liés à la restauration par les Monuments historiques), un niveau antique d’époque claudienne qui repose sur un sol de mortier blanc. Ce dernier s’engage sous une structure épaisse (1,80 m de largeur) constituée d’une forte densité de cailloux et d’éclats de pierres dont la base est réglée par une arase de cinq lits de briques. L’ensemble, difficile à interpréter, – sol de mortier blanc et massif séparé (0,10 m) du corps principal des thermes – paraît contemporain et peut s’apparenter à une première phase de construction des thermes, ainsi que l’égout collecteur de la natatio, restaurée en 1957, qui semble avoir percé ce sol. Il lui est donc postérieur. Ce qui appuie l’hypothèse, d’une dualité d’états qu’il est encore prématuré de dissocier.

4Il importait également de connaître les relations existant entre le sol de mortier blanc de la palestre et les boutiques ouvertes à l’ouest sur un cardo. Un troisième sondage a donc été implanté plus au sud ce qui a permis de restituer une coupe longitudinale de ce secteur. Dans la cour a été retrouvé le même remblai antique daté de 60 après J.-C. au plus tard qui se juxtapose au sol de mortier blanc percé de trous d’échafaudages consécutifs à la construction de la façade aveugle arrière des boutiques.

5À ce niveau, l’opération de fouille étendue en profondeur a entraîné une découverte majeure, celle de structures d’habitats en matériaux légers : argile rouge, comprenant des zones durcies où sont conservées les empreintes de branches parallèles et des fragments de terre crue, qui recouvrait à sa base les restes de poutres calcinées et de très nombreux clous. Ces restes effondrés de toiture et de parois se superposaient à une fondation de galets avec des vestiges en élévation de terre crue et étaient associés à une structure creuse irrégulière comblée d’importants éléments de torchis. Nous sommes ici en présence d’une habitation construite à l’époque augustéenne dont les éléments mobiliers retrouvés (sigillée italique, sigillée sud-gauloise, lampes) permettraient de situer son utilisation jusqu’à l’époque de Tibère. Dans la boutique et malgré les destructions occasionnées par les restaurations (tranchées de part et d’autre des murs), il a été possible de retrouver le remblai d’époque claudienne, de même que le solde mortier qui lui est contemporain. Le mur stylobate du portique est fondé moins profondément sur un remblai du milieu du IIe s. et correspond donc à un ajout postérieur.

6Les résultats de cette première campagne de fouilles établissent la présence d’un quartier d’habitation en matériaux légers d’époque augustéenne qui se développe sous l’ensemble de l’édifice et l’existence d’un état thermal antérieur qui avait été mal évalué précédemment. Nous savons maintenant que la palestre, les boutiques, le large massif à l’est de la cour, l’égout et la natatio représentent le premier état d’époque claudienne et que la construction du bloc thermal intervient ultérieurement (fin du Ier s. au IIe s. après J.-C.) avec l’arasement des boutiques et leur transformation par un xiste couvert ouvert sur la palestre.

7En 1990, l’opération de fouilles s’est étendue à d’autres secteurs de l’édifice (vingt-cinq sondages) afin d’essayer de définir la chronostratigraphie des différents états thermaux masqués, soit par des constructions postérieures ou partiellement détruites lors des restaurations de 1957. Ainsi, plusieurs sondages ont permis d’avoir une meilleure compréhension de l’évolution architecturale du secteur de la natatio où se présentaient trois salles accolées au péristyle de la piscine. Il s’agit en réalité d’ajouts postérieurs dépendant de l’ultime phase de construction établie sur le sol de signinum du péristyle reconnu grâce à la mise en évidence de son stylobate nord. Ainsi se montre dans son premier état un ensemble thermal où la natatio est entourée sur trois de ses côtés par un péristyle revêtu de plaques de marbre, couplé à un solarium.

8À l’opposé, dans la partie nord de la palestre, en dehors d’interventions qui confirment l’existence de latrines dont l’évacuation est drainée par l’égout venant de la natatio, un sondage profond a révélé une construction d’un solin bâti en dur dépendant de l’état augustéen. Un autre élément important est encore à signaler : le manque de jonction, ici, entre les deux structures puisque la non contemporanéité entre le bloc thermal et le mur nord de la palestre a été confirmée.

9Les nettoyages effectués dans diverses parties de l’édifice ont encore permis d’utiles observations : découverte d’un fragment d’autel votif épigraphe réutilisé en arrière du praefurnium et du caldarium qui se raccorde à un fragment trouvé par Bernard Sapène. La lecture indique, avec un manque sur le nom de la divinité ([…]/AUG/M-MANS[uetus]/TITULLINUS/V.S.L.M.), et la technique tout à fait originale de construction du mur sud de la natatio (briques posées de chant) est confirmée.

10En dehors de cette réaffectation chronologique et des évaluations architecturales qui en ont découlé, il convient de s’interroger sur la destination d’un bâtiment révélé par prospection aérienne en 1989 (C. Petit et G. Pradalié), immédiatement contigu à la façade arrière nord des thermes. C’est un bâtiment à plan en « U » (cf. infra, prospections aériennes), sans doute un sanctuaire à triple cella, consacré à trois divinités des eaux, ce qui expliquerait sa proximité avec les thermes et la présence inhabituelle dans des aires de services d’autels votifs. En fait, les sondages entrepris au nord du seuil nord des latrines ont été l’occasion d’infirmer la présence d’un decumanus entre les deux édifices, du moins dans un état tardif, en effet, il s’agit d’un espace sur lequel les latrines ouvrent à partir d’une large baie à colonnade. Cela revient à supposer que ces latrines dépendent plus du bâtiment en « U » que des thermes et assure pour deux autres portes situées sur la façade nord des thermes une relation immédiate entre ces deux monuments.

11Cette liaison parfaitement perceptible devrait être confirmée par la fouille des points de recouvrement des seuils, des canalisations et des raccordements de construction. Elle offre des points de comparaison particulièrement importants que Pierre Aupert met en relation en faisant de l’établissement thermal un lieu de cure,annexe du temple d’un dieu guérisseur. Il s’agirait alors d’un des rares exemples connus en Gaule.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Thermes du Nord. Plan de l’état IIb.

Fig. n°1 : Thermes du Nord. Plan de l’état IIb.

Auteur(s) : Aupert, Pierre ; Monturet, Raymond. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1992)

Fig. n°2 : Plan général

Fig. n°2 : Plan général

Auteur(s) : Paillet, Jean-Louis. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Thermes du Nord. Plan de l’état IIb.
Crédits Auteur(s) : Aupert, Pierre ; Monturet, Raymond. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1992)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. n°2 : Plan général
Crédits Auteur(s) : Paillet, Jean-Louis. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Saint-Bertrand-de-Comminges « Lugdunum Convenarum » », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10981

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals