Navigation – Plan du site
1990

Gourdan-Polignan

Grotte de l'Eléphant
Responsable(s) des opérations : Carole Fritz

Entrées d’index

Peuples et cités :

Magdalénien

Chronologique :

Paléolithique supérieur

Nature des opérations :

Relevé d'art rupestre (RE)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 - 1991 (RE)
Inventeur(s) : Fritz Carole

1À la suite de la découverte, en 1989,de surfaces gravées dans le cadre des fouilles dirigées par Jacques Virmont,Carole Fritz et Gilles Tosello ont procédé à des relevés pariétaux, précédés de minutieux nettoyages et traitements des parois. Françoise Chavigner a moulé les zones 2 à 4 (Rhodorsil RTV).

2Les zones gravées se situent dans la partie ouest et est de la cavité, entre 10 met 20 m du porche, soit sur un ancien plancher stalagmitique recouvrant des entablements calcaires (zones 1, 3, 4 et 5), soit sur les parois (zone 2). Seules les deux premières sont localisées dans un renfoncement de la grotte (Grande Salle)et ne sont pas éclairées par la lumière du jour (Fritz, 1991).

3Excepté la zone 5, de loin la plus intéressante, les zones 1 à 4, constituées de portions très résiduelles de parois gravées, n'ont révélé que des tracés apparemment non figuratifs ou incomplets – sauf en zone 1 où peut se reconnaître une tête de capridé –, état largement redevable aux fouilles de Piette ou de ses successeurs.

4Zone 1- Il s'agit des premières gravures identifiées, localisées sur un vestige de plancher stalagmitique suspendu, lui-même partiellement recouvert par un lambeau de sédiments bréchifiés contenant des vestiges du Magdalénien supérieur et daté de 12020 ± 100 BP.

5Cette petite surface de calcite (0,60 m x 0,40 m) est entièrement recouverte de fines gravures composant des faisceaux ou bandeaux de traits linéaires ou multiples. Dans cet enchevêtrement non figuratif, se détache une très belle tête de bouquetin avec une corne annelée l'identifiant comme un mâle, une barbiche, une oreille incisée et un œil aisément identifiables.

6Zone 2- Paroi verticale, calcitée et détériorée (0,80 m x 0,70 m). Groupements de traits indéchiffrables qui ont pu appartenir à des figures animales.

7Zone 3- Surface gravée résiduelle,située sur une coulée stalagmitique malheureusement détruite par les fouilles anciennes. Malgré la précision des relevés, aucun profil animal ni signe géométrique, n'ont pu être isolés bien que certaines associations évoquent des détails de pelage, de crinière, de contours appartenant à des ensembles soit très incomplets soit inachevés.

8Zone 4- Coulée stalagmitique à surface érodée (1 m x 0,30 m) sur laquelle n'ont subsisté que des portions de gravures interrompues par la destruction partielle.

9Zone 5- Coulée stalagmitique gravée sur environ 2 m2, qui a échappé à la pioche des anciens fouilleurs. Sa surface était recouverte par les déblais Piette et cernée d'impacts de pioches, barres à mine et arrachements divers. Elle est dominée par la figuration d'un grand cheval autour duquel gravitent d'autres animaux de dimensions plus réduites (Fig. n°1 : Grand cheval (panneau V)) : un cheval et un renne de modules comparables et se suivant, ainsi que des tracés incomplets (un arrière-train) ou résiduels d'animaux indéterminés (cheval vertical ? crinière, corne, etc.).

10Par ses dimensions (0,50 m x 0,40 m), une exécution particulièrement soignée et un souci anatomique du détail, la grande figure d'équidé (Fig. n°2 : Croquis de lecture du grand cheval (panneau V)) est en fait assez complexe puisque plusieurs profils gravés se superposent (deux sinon trois). Il s'agissait de toute évidence d'un animal entier. Le petit renne, également tronqué dans sa partie postérieure, est plus simple dans sa réalisation avec sa ramure qui vient rencontrer le mufle du grand cheval. Quant au « petit cheval », il est limité à sa partie antérieure : tête surmontée d'une belle crinière et amorce de patte avant. Comme pour le grand cheval, les naseaux sont précédés de traits évoquant le souffle, la ganache, le toupet, sont précisément figurés.

11La technique par gravures fines, le style général ainsi que certains détails semblables aux représentations peintes de Niaux ou gravées des Trois-Frères sont compatibles avec une attribution au Magdalénien moyen-supérieur (Fritz, 1991). La datation indirecte du plaquage archéologique situe de toute façon cet ensemble pariétal avant la seconde partie du Magdalénien récent, soit antérieur à 12000 BP.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Grand cheval (panneau V)

Fig. n°1 : Grand cheval (panneau V)

Auteur(s) : Fritz, Carole ; Tosello, Gilles. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Fig. n°2 : Croquis de lecture du grand cheval (panneau V)

Fig. n°2 : Croquis de lecture du grand cheval (panneau V)

Auteur(s) : Fritz, Carole ; Tosello, Gilles. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Grand cheval (panneau V)
Crédits Auteur(s) : Fritz, Carole ; Tosello, Gilles. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. n°2 : Croquis de lecture du grand cheval (panneau V)
Crédits Auteur(s) : Fritz, Carole ; Tosello, Gilles. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Gourdan-Polignan », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11005

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals