Navigation – Plan du site
2008

Saintes – Chemin de la Croix-Boisnard

Responsable(s) des opérations : Bastien Gissinger
Notice rédigée par : Bastien Gissinger

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204455

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Les parcelles diagnostiquées se situaient immédiatement au sud de l’amphithéâtre romain de Saintes. Elles couvraient initialement une surface de près de 16 500 m2 . Néanmoins, une partie seulement était accessible et fut traitée (9 500 m2 ). La densité de vestiges y était assez moyenne, et leur état de conservation, très médiocre dans l’ensemble. Le diagnostic a pourtant permis de mettre au jour un certain nombre de structures antiques.

2La pente est forte, de l’ordre de 9,4 % en moyenne, ce qui explique une érosion importante et de fortes colluvions en bas de pente.

3Des portions de murs de pierre plus ou moins bien conservés, de 0,60 m de largeur en moyenne, formaient des ensembles bien identifiables. Quatre bâtiments clairs, un cinquième qui le fut un peu moins bien, et des éléments d’autres constructions, ont été repérés. Ces murs étaient tous fondés sur des remblais denses, posés en préalable, qui permettaient de rattraper la forte pente et de bâtir chaque construction sur un niveau horizontal. Ce procédé permis l’économie d’une fastidieuse retaille de la colline.

4Ces bâtiments semblent avoir été construits dans la première moitié du Ier  siècle de notre ère. De dimensions comparables, les bâtiments semblent appartenir à une même phase de construction, hormis un petit édicule qui semble avoir été bâti après la démolition d’un plus grand bâtiment, au sein duquel il se situe. Ils répondent à des dimensions canoniques mesurées en pieds romains. Plusieurs murs de ces constructions ont été intégralement épierrés.

5À l’extrémité nord de l’emprise, en bordure de l’amphithéâtre, un mur parementé et stuqué au nord (côté amphithéâtre), de 0,63 m de largeur, était construit dans le substrat géologique (M 24). Il faisait probablement office de mur de soutènement, empêchant les terres arrachées par les eaux de pluie, de se déverser dans l’amphithéâtre. Ce mur reprenait très exactement l’axe principal du long côté de ce dernier, soit environ 57,9° ouest par rapport au nord géographique. Les bâtiments sont eux-mêmes axés sur cette ligne directrice.

6On constate ainsi une grande cohérence architecturale et chronologique entre l’amphithéâtre, ce mur « d’enclos » ceignant le vallon au sud, et les bâtiments mis au jour. Ils faisaient probablement partie du même programme architectural.

7Un peu plus à l’est, un mur sensiblement identique au mur précédent dans sa conception, divergeait toutefois en cela qu’il était bâti non dans le substrat géologique mais sur un remblai daté du Ier  s. (M 31). Il est probable qu’il soit postérieur au premier mur (s’agit-il d’une réfection ou d’une extension ?). L’axe n’est pas le même, pourtant le mortier comme les dimensions les rapprochent.

8En avant de ce mur vers le nord, et antérieurement à sa construction, un chemin longeant le creusement du vallon a été taillé dans la roche. Le « front de taille » de l’immense entonnoir dans lequel fut bâti l’amphithéâtre, a été repéré à l’extrême limite nord de l’emprise. Une petite rigole taillée dans la roche longe ce niveau de circulation et drainait les eaux de pluie afin qu’elles ne se déversent pas dans l’amphithéâtre.

9Plusieurs fosses détritiques des Ier  s. et IIe  s. ont été repérées. Elles ont livré un mobilier céramique abondant. À noter la présence d’un puits, non intégralement fouillé, du Ier  s., comblé en même temps, semble-t-il, que le bâtiment 3 à côté duquel il fut installé.

10Un fossé antique a été repéré, très érodé. Un autre fossé, apparemment moderne, se situe dans la partie est de l’emprise, mais aussi une fosse, ainsi que des restes de maçonneries modernes, parfois récentes, et des remblais dans la partie haute du site.

11Ce diagnostic a permis de démontrer la présence d’une occupation contemporaine de l’amphithéâtre antique. Les bâtiments mis au jour dont la fonction nous échappe pour l’heure (boutiques ?), de même que les murs ceignant l’amphithéâtre dont le pendant avait été anciennement identifié au nord, participent d’un même programme architectural destiné à monumentaliser les abords de l’édifice de spectacle, par l’utilisation de constructions régulières en paliers, se jouant des contraintes topographiques et modelant la colline à l’image de la volonté des bâtisseurs.

12GISSINGER Bastien

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bastien Gissinger, « Saintes – Chemin de la Croix-Boisnard », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1101

Haut de page

Responsable d'opération

Bastien Gissinger

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals