Navigation – Plan du site
1990

Recherches sur les monts de Lacaune

Recherches sur l'origine des matières premières minérales des statues-menhirs, menhirs et haches polies des monts de Lacaune (Tarn et Aveyron)
Responsable(s) des opérations : Christian Servelle

Entrées d’index

Chronologique :

Néolithique

Nature des opérations :

Prospection inventaire (PI)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 (PI)
Inventeur(s) : Servelle Christian

1Amorcée depuis trois ans sur le terrain et dans le secteur documentaire, cette étude globale des relations entre l'Homme préhistorique et le milieu minéral fut réalisée dans un espace géographique particulièrement favorable : les monts de Lacaune.

2La richesse en monuments et en vestiges lithiques datant de la fin du Néolithique ainsi que la diversité lithologique de la zone axiale jusqu'au bassin permien de Saint-Affrique, constituent un champ d'analyse privilégié. La première phase de cette recherche a consisté à étudier les catégories de vestiges et de monuments préhistoriques les mieux représentés. Il s'agit de l'outillage poli et des mégalithes (menhirs et statues menhirs confondus).

3La nature pétrographique des monuments mégalithiques a été déterminée précisément, d'autant que régnait la plus grande fantaisie dans les appellations lithologiques proposées depuis le XIXe s. Des prospections appropriées ont permis de délimiter des espaces d'approvisionnement potentiels pour les principales catégories de roches utilisées : granit, diorite, grès permiens, gneiss œillés, métabasites. La prospection méthodique de ces espaces a permis de découvrir un gîte de dalles de granit exploité par les Hommes préhistoriques. Des percuteurs en quartz et en granit ont été recueillis au pied de dalles portant des stigmates d'aménagement. La constitution d'une lithothèque de référence a notamment permis de constater que parmi les divers faciès de diorite existant dans la zone axiale de la Montagne Noire, un seul a été utilisé pour façonner les statues-menhirs et menhirs constituées de cette roche.

4Des observations concernant les stigmates imputables aux étapes successives du travail de dalles ont également permis de préciser la nature des outils utilisés (masses, outils pointus). Un piquetage régulier et rythmé succédait à un épannelage réalisé à grands éclats ; un polissage de la surface était appliqué en dernier lieu.

5La répartition spatiale des monuments selon leur nature pétrographique montre qu'elle ne coïncide pas avec la répartition des gîtes de dalles les plus proches. Les monuments en grès permiens, bien qu'ils ne franchissent pas la limite septentrionale de la zone axiale, sont éloignés de plusieurs kilomètres de leurs gîtes d'origine. En revanche, les dalles en diorite ont été transportées vers le nord, en bordure de la plaine de Laucate ou, plus loin encore, près de l'actuel hameau de Cantoul. De tels mouvements de dalles sont toujours surprenants : en effet, des raisons strictement utilitaires ne peuvent être invoquées et des interprétations d'ordre esthétique, social ou religieux ne sont pas à écarter.

6L'étude de l'outillage en pierre polie, récolté sur les stations de plein air de la région de Murat-sur-Vèbre, est révélatrice des relations complexes qu'entretenaient les groupes humains avec le milieu minéral mais aussi entre les communautés humaines voisines ou éloignées. Les potentialités en métavolcanites basiques sont importantes en quantité et en qualité. Bien que les lames de pierre polie en métabasite soient les plus abondantes, elles n'ont été que faiblement utilisées sur place. Parmi les divers faciès représentés, aucun n'a donné lieu à une exploitation d'envergure des affleurements. Aucun site comparable à ceux de l'Albigeois n'y a encore été découvert.

7À la faveur des réseaux d'échange développés avec les communautés installées autour des monts de Lacaune, les Néolithiques de cette région ont obtenu des lames de hache façonnées dans des roches d'origine lointaine. Les ébauches de cinérites fabriquées dans le Rouergue étaient particulièrement recherchées. Les éclogites et roches apparentées paraissent, pour la plupart, provenir des Alpes méridionales, bien que pour certaines d'entre elles, une origine rouergate ne puisse être totalement écartée.

8Plus qu'elles n'ont permis de répondre entièrement à certaines questions à propos des relations entre les hommes et leur environnement minéral, ces recherches ont fait naître des interrogations en nombre sur le comportement humain dont les modalités apparaissent d'une grande complexité.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Recherches sur les monts de Lacaune », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11060

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals