Navigation – Plan du site
1989

Giroussens

Sainte-Colombe
Responsable(s) des opérations : Raymond Jard
Notice rédigée par : Raymond Jard

Entrées d’index

Chronologique :

Empire romain

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 - 1990 (SU)
Inventeur(s) : Jard Raymond

1Le remembrement de la commune, provoqué par le passage de la voie rapide Toulouse-Albi, a été à l’origine d’une intervention qui devait permettre de lever les contraintes archéologiques sur un secteur fortement menacé par des travaux de terrassement et qui avait fait déjà l’objet de découvertes fortuites (Gallia, 1966 : 446). Le site s’est avéré complexe et les constructions s’enchevêtrent et se superposent selon plusieurs schémas qu’il est possible de distinguer aussi bien sur le plan architectural que chronologique (Fig. n°1 : Plan de l'ensemble de l'établissement rural).

2Dans un premier état, que le fouilleur situe dans la deuxième moitié du Ier s. après J.-C., un bâtiment rectangulaire (longueur : 10 m, largeur : 8,50 m, épaisseur des murs : 0,40 m) est construit sur fondations de galets et se développe vers l’est par l’adjonction de trois appentis (?). Plusieurs structures en creux perceptibles dans la plus grande des pièces sont contemporaines de cette période. Ce sont des dépressions taillées dans le sol selon des formes et des volumes variables et dont les parois et le fond comportent des revêtements lutés d’argile cuite. On peut également y associer un massif maçonné de forme carrée (0,90 m de côté), désaxé vers le coin nord-ouest.

3Plus tardivement, dans le milieu du IIIe s. après J.-C., s’implante un ensemble de constructions (orienté nord-nord-est) liées à de profondes modifications architecturales, correspondant, d’après le fouilleur, à cinq phases successives : construction d’un grand bâtiment à l’ouest, bordé à l’est par un fossé. Après le comblement du fossé, une deuxième salle est construite (11 m x 10,50 m). Elle comporte deux bassins bâtis avec des parois en béton de tuileau et des joints d’étanchéité. Après leur désaffection, une seconde pièce vient s’accoler côté nord et recoupe les structures antérieures du Ier s. après J.-C. Puis un bassin circulaire (Ø 0,95 m) est construit dans le coin sud-ouest et subit de profonds remaniements (au moins trois états). Il est ensuite comblé, puis recouvert par un bassin rectangulaire (3 m x 1,35 m) enduit d’un béton de tuileau avec joint d’étanchéité (création d’un bassin sur toute la surface de la salle nord avec arasement d’un mur rajouté), enfin, abandon au milieu du IVe s. après J.-C. et réutilisation partielle de l’espace en tant que nécropole (trois sépultures d’enfant, dont deux à l’extérieur de l’établissement). À la « lecture » du plan, on pourrait se demander si la perception de ces différents états ne devrait pas être nuancée car beaucoup d’inconnues demeurent encore. Il conviendra de rester prudent dans l’interprétation, la complexité des superpositions, des recoupements et des destructions ne permet pas une analyse immédiate.

4La proximité des ateliers de Montans fait que la sigillée y est majoritaire et permet de suivre l’évolution topochronologique de l’établissement avec des états successivement flaviens et des IIe s. et IIIe s. après J.-C. : estampilles des potiers montanais, Albus, Aqutus, Celticus, Chresimus, Corius, Diogenus, Donicatus, Eponimus, Eppius, Felicio, Florus, Iucundus, Iullus, Litigenus, Malcio, Primus, Repentinus, Salve, Sixtus (intradécoratif), Valérius, Varius, mais aussi des débris de moules, Drag. 29, 37, etc. La céramique commune y est abondante ainsi que les monnaies dont les plus nombreuses correspondent à des as de la colonie de Nîmes (première, deuxième et troisième émission), de Claude (six as et un quadrans), un denier de Vespasien, un dupondius de Nerva, un sesterce de Sévère, un antoninien de Numérien et des folles du IVe s.

5À tout cela s’ajoutent des éléments de toiture (tegulae et imbrices dont une estampillée DAMA), plusieurs kilos de chevilles et de clous, une dizaine de serpes, des forces, des outils divers, des fragments d’amphores à huile Dr. 20, les éléments de plusieurs lampes à bec rond (du type 7a de J. Deneauve), trois fibules (type 3c et 14 ba de la classification de M. Feugère), des meules, un manche de simpulum (du type 4 de la classification de M. Castoldi et M. Feugère…).

6Nous nous trouvons donc en présence d’un établissement rural à vocation artisanale. La multiplicité et la particularité des aménagements qui en font sa caractéristique et qui perdurent au delà des modifications architecturales, montrent la pérennité d’une activité agricole encore difficile à définir.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de l'ensemble de l'établissement rural

Fig. n°1 : Plan de l'ensemble de l'établissement rural

Auteur(s) : Ruffat, H. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de l'ensemble de l'établissement rural
Crédits Auteur(s) : Ruffat, H. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Raymond Jard, « Giroussens », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11063

Haut de page

Responsable d'opération

Raymond Jard

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals