Navigation – Plan du site
1990

Lespugue

Le château
Responsable(s) des opérations : Bernard Jolibert
Notice rédigée par : Bernard Jolibert

Entrées d’index

Chronologique :

Temps Modernes

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 (SU)
Inventeur(s) : Jolibert Bernard

1Dans la chapelle du château de Lespugue, dont les ruines surplombent les gorges de la Save, des terrassements clandestins avaient tout à la fois révélé l'existence et affecté la conservation d'un pavement de galets affleurant par endroits. Une intervention limitée dans son extension et sa profondeur a eu pour objet le relevé du pavement très ruiné et son étude afin de dégager des propositions de conservation et d'une éventuelle mise en valeur.

2La chapelle est, dans son dernier état,un modeste bâtiment rectangulaire à chevet plat dont l'intérieur mesure 12,60 m de longueur pour 7,66 m de large. Un petit local (4,10 m x 2,30 m) qui a pu constituer une chapelle latérale ou une sacristie, lui est accolé au nord, en bordure de l’à-pic.

3L'examen des élévations permet de distinguer au moins deux phases de construction : le mur gouttereau sud et la plus grande longueur du mur ouest, ainsi que le local accolé au nord, appartiennent à un premier état dans lequel la largeur de l'église était de 5,60 m seulement. Le mur nord, qui vient partager l'extension primitive de la « sacristie » et un mur appuyé contre le chaînage arraché du mur occidental, sont plus étroits que les murs du premier état et portent la largeur de l'édifice à 7,66 m. La configuration du chevet du premier état de l'église, complètement ruiné et situé en limite de la zone d'intervention, n'a pas été déterminée.

4L'entrée se faisait au sud, au travers d'un seuil de 1 m de large. La présence de marches taillées dans le rocher, à gauche du seuil, et celle d'un retrait d'assise dans le mur occidental à 2,40 m de hauteur, indiquent l'existence d'une tribune. Le pavement présente des décors, obtenus par la sélection de galets provenant du lit de la Save, en deux panneaux inégalement conservés correspondant à l'espace de la nef et à celui du chœur : des galets de forme allongée composent par leur alignement le décor lui-même ; le remplissage est réalisé de galets plus petits, de forme arrondie ou disposés en épi. Le décor principal du sol de la nef est une rosace à six pétales entremêlés d'une étoile dont chaque branche s'achève en une fleur de lys.

5L'ensemble des monnaies et des fragments de céramique découverts entre les galets du pavement appartient à la première moitié du XVIIe s., de même qu'un tesson de bol glaçuré à décor peint sur engobe pris dans le mortier d'un mur du deuxième état : le pavement est ainsi contemporain des revêtements similaires observés au plan régional, notamment dans les abbayes de Moissac, de l'Escaladieu ou de Saint-Savin.

6Trois sondages, très ponctuels, à l'emplacement des excavations clandestines, ont permis de découvrir un tronçon du mur nord du premier état,conservé en fondation, et quelques éléments mobiliers attribuables au XIVe s.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bernard Jolibert, « Lespugue », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11075

Haut de page

Responsable d'opération

Bernard Jolibert

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals