Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2018MartiniqueCommune de Saint-Joseph

2018
Martinique

Commune de Saint-Joseph

Prospection inventaire (2018)
Responsable d’opération : Jeanne Cazassus-Bérard

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

427

Nature de l'opération :

prospection inventaire
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : JCB Lyannaj

Texte intégral

1La mise à jour de la Carte archéologique de la commune de Saint-Joseph s’inscrit dans le cadre de la convention territoriale de développement culturel signée en 2017 entre la commune de Saint-Joseph et la Dac Martinique et dans la perspective de la mise en place de zones de présomption de prescriptions archéologiques.

Historique des recherches

2L’enquête conduite par Jean Benoist et Christian Crabot au tournant des années 1950 et 1960 a permis de dresser un état des lieux de l’occupation foncière en Martinique. La Carte des exploitations et des industries agricoles de la Martinique en 1960 et l’atlas foncier qui en découle recense pour le territoire de Saint-Joseph, 12 habitations, dont 4 anciennes distilleries, et 4 conserveries d’ananas.

3Le Groupe de Recherche en Archéologie Industrielle de l’Université des Antilles-Guyane a initié une série d’études au tournant des années 1980 et 1990. 6 habitations et distilleries (le Chalet, Hôtel des Plaisirs, Séaille, Durand, Fantaisie, La Capoul) ont fait l’objet de mémoires aux qualités inégales mais dont certains comportent des données inédites (mémoire orale). L’Atlas historique du patrimoine sucrier de la Martinique publié en 1990 qui en découle recense et localise, essentiellement sur la base de sources cartographiques et des enquêtes de terrain, 17 sites, liés à la filière cannière, datés du dernier quart du xviiie s. au milieu du xxe s.

4La Carte archéologique recensait, en 2017, 31 entités archéologiques correspondant à 25 sites, habitations et distilleries, des périodes moderne et contemporaine.

Méthodologie

5La mission a consisté à vérifier la documentation des sites archéologiques recensés sur le territoire de la commune par la Carte archéologique, compléter ces données par le dépouillement de l’unique rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, des mémoires, études, sources imprimées, et par l’analyse de sources cartographiques et textuelles ciblées, procéder enfin aux contrôles de terrain afin d’apprécier et/ou préciser l’état de conservation des sites recensés ou potentiels et leur localisation, dans la limite de leur accessibilité.

Bilan documentaire

6L’étude documentaire a permis de compléter le corpus. L’occupation précolombienne des terres intérieures est attestée mais demeure mal caractérisée. E. Revert signale la découverte « d’outils » et de « pierres taillées » sur le territoire de la commune, en particulier dans le quartier de la « Chapelle sans croupion » (quartier Chapelle).

7Les hauteurs des rivières Lézarde, Jambette et du Lamentin sont concédées au début du xviiie s. 9 entités, 7 concessions et 2 établissements coloniaux, sont recensés. Les premiers foyers durables de l’occupation coloniale s’égrènent d’est en ouest depuis la confluence de la rivière Lézarde et de la rivière Blanche jusqu’à Rabuchon. On compte, dans le dernier quart du xviiie s., sur le territoire de Saint-Joseph, 25 habitations coloniales dont 8 habitations sucrerie, 1 habitation caféière et 16 indéterminées.

8L’occupation du territoire connaît de nouvelles mutations au tournant des xixe et xxe s. avec le développement de la production rhumière et la mise en place de l’usine centrale de la Rivière-Blanche. Aux côtés de l’usine distillerie, on dénombre 6 habitations distilleries, 7 distilleries et 7 habitations. Il demeure, dans la première moitié du xxs., au moins 5 habitations, 6 distilleries et 2 habitations mixtes dispersées sur l’ensemble du territoire communal.

9Enfin, on peut noter la découverte ancienne d’un ensemble funéraire de la période coloniale.

Prospection inventaire

10L’opération de prospection inventaire s’est déroulée dans le courant du mois de décembre. Après une reconnaissance systématique des objectifs sur photographies aériennes, 26 cibles, sites ou entités particulières ont fait l’objet d’une vérification de terrain. Les observations ont été largement limitées par l’inaccessibilité des parcelles identifiées par l’étude documentaire (couvert végétal, clôtures, accès refusé, occupants absents) et par le caractère à la fois dense et diffus de l’occupation actuelle du territoire.

11La réalité du terrain rend compte des diverses formes et des enjeux de la conservation du patrimoine archéologique de Saint-Joseph.

12L’occupation précolombienne ou pré coloniale attestée par une découverte fortuite, n’a pas été confirmée malgré le contexte favorable constitué par la vallée de la rivière Blanche. Cette absence de témoins, au demeurant discrets dans ces terres intérieures, peut aussi s’expliquer par les considérables bouleversements du paysage comme par les occupations postérieures. Pour autant, le mode d’occupation de ce territoire et du quartier Chapelle en particulier pourrait être compatible avec la conservation partielle du gisement dit de la Chapelle sans croupion.

13Ce même secteur compris entre les rivières Blanche et Lézarde est aussi celui qui recèle le plus de potentialités pour documenter l’aménagement du territoire de la deuxième phase d’extension du domaine colonial au tournant des xviie et xviiie s. et la mise en place d’habitations dévolues à des productions dites secondaires au xviiie s. La plupart des habitations sucrerie de cette période sont réaffectées au siècle suivant.

14Les sites liés à la filière cannière des xixe et xxe s. sont sans surprise ceux qui ont été les plus affectés par les mutations récentes.

15L’habitation La Jambette relève de l’Inventaire. L’habitation et distillerie Le Chalet est partiellement conservée ainsi que l’Hôtel des Plaisirs, l’habitation Rivière Lézarde et l’habitation Jonction. Les habitations Desfourneaux, Rivière Monsieur, pourraient être partiellement conservées. De l’habitation La Rosière, il ne subsiste que la distillerie. Il reste quelques vestiges en élévation de la distillerie Rivière Blanche no 2. L’habitation et distillerie Capoul est désaffectée.

16Les distilleries Fantaisie et Salubre, Rivière l’Or ont été détruites et la distillerie Prospérité semble aussi avoir disparu. L’habitation Séaille a été lotie. L’habitation puis distillerie Belle Étoile, les habitations Bourk, Choisy, L’Allée, Charmille, Choco et probablement l’ensemble sépulcral de la Rivière Blanche ont été détruits par les aménagements récents. Enfin l’usine de la Rivière Blanche est partiellement absorbée dans les réaménagements récents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Cazassus-Bérard, « Commune de Saint-Joseph » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 février 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/113133

Haut de page

Auteur

Jeanne Cazassus-Bérard

JCB Lyannaj

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jeanne Cazassus-Bérard

JCB Lyannaj

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search