Navigation – Plan du site
1994

Nîmes

56, rue Porte-de-France
Responsable(s) des opérations : Marie-Laure Hervé et Laurent Sauvage
Notice rédigée par : Marie-Laure Hervé et Laurent Sauvage

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU), Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1998 (SU) ; 1994 (SD)
Inventeur(s) : Hervé Marie-Laure (AFAN) ; Sauvage Laurent (AFAN)

1Plan général des opérations intra muros de Nîmes (Fig. n°2 : En noir, les principales fouilles réalisées entre 1965 et 1990 à l’intérieur de la ville du Haut-Empire, associées à quelques grands repères topographiques).

2Un projet de construction d’un immeuble collectif au 56, rue Porte-de-France (EX-577, 579) a été précédé par deux campagnes d’expertise archéologique en 1994 et 1998 . Le passage de l’enceinte augustéenne dans ce secteur était plus qu’assuré dans la mesure où les parcelles concernées sont mitoyennes de la porte de France : porte de l’enceinte augustéenne, dont la baie unique et l’amorce d’une tour semi-circulaire sont conservées en élévation aujourd’hui encore [(Monteil, Martial. 1999.) ; (Fiches, Jean-Luc ; Veyrac, Alain. 1996.)] (Fig. n°1 : Situation de la fouille du 56, rue porte de France).

3La démolition du bâti ancien a tout d’abord montré que la poursuite de l’amorce de tour en petit appareil visible en façade du 56, rue Porte-de-France était totalement détruite par des caves profondes.

4Les trois sondages réalisés par ailleurs (environ 100 m2) ont permis de restituer la courtine de l’enceinte augustéenne sur près de 25 m de long. Elle n’était plus matérialisée ici que par sa tranchée d’épierrement, comblée de fragments du blocage interne mêlés à un sédiment rare et pulvérulent (terres d’infiltration).

5Les abords immédiats de la courtine ont pu être partiellement observés. De part et d’autre, un sol brun-rouge recouvrant le substrat a livré quelques fragments de céramiques du courant du Ier s. avant notre ère ; témoignage d’un probable amendement à base d’engrais organique. Côté campagne, des niveaux d’éclats de taille et de remblais (0,55 m d’épaisseur), ainsi qu’une fosse accolée au rempart (ancrage d’une chèvre ou d’une perche d’échafaudage ?), sont à mettre en relation avec les travaux de construction de l’enceinte. Côté ville, une couche d’éclats de taille, d’épaisseur comparable à la précédente, a livré un petit lot de mobilier datable des années 10-30 apr. J.-C. Elle est surmontée par un dépotoir très homogène, daté vers 30 apr. J.-C. et épais de 0,80 m. Ce dernier est constitué de rejets d’origine domestique (céramiques fines ou communes, amphores, fragments de lampes ou de dolium, pesons, déchets alimentaires, charbons de bois, etc.) et d’apports liés à une activité métallurgique (scories de fer et trois fragments de loupes).

6Toujours intra muros, un puits d’1,80 m de diamètre minimum, a pu être partiellement dégagé. Son comblement, fouillé sur quelques dizaines de centimètres, a livré un peu de mobilier datable de la seconde moitié du Ier s. apr. J.-C. Non loin, un mur, construit à la perpendiculaire de l’enceinte, a été suivi sur 4 m de long. Il est en relation avec des niveaux de remblais datés du courant des XIVe s. – XVe s., ce qui sous-entend que la courtine était encore en élévation, au moins partiellement, à cette période. Cette information est confirmée par la présence de mobilier des XVIe s. – XVIIIe s. dans le comblement de l’épierrement.

Haut de page

Bibliographie

Monteil, Martial. 1999 : Nîmes antique et sa proche campagne, Étude de topographie urbaine et périurbaine (fin VIe s. av. J.-C. – VIe s. apr. J.-C.), Lattes (coll. Monographies d’archéologie méditerranéenne, 3), 528 p.

Fiches, Jean-Luc (dir.)Veyrac, Alain (dir.). 1996 : Nîmes, Paris, Académie des inscriptions et Belles-Lettres, coll. « Carte archéologique de la Gaule », 30-1, Pré-inventaire archéologique, 634 p., 31 p. de pl.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Situation de la fouille du 56, rue porte de France

Fig. n°1 : Situation de la fouille du 56, rue porte de France

Auteur(s) : Monteil, Martial. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial (2004)

Fig. n°2 : En noir, les principales fouilles réalisées entre 1965 et 1990 à l’intérieur de la ville du Haut-Empire, associées à quelques grands repères topographiques

Fig. n°2 : En noir, les principales fouilles réalisées entre 1965 et 1990 à l’intérieur de la ville du Haut-Empire, associées à quelques grands repères topographiques

Auteur(s) : Monteil, Martial. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Situation de la fouille du 56, rue porte de France
Crédits Auteur(s) : Monteil, Martial. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. n°2 : En noir, les principales fouilles réalisées entre 1965 et 1990 à l’intérieur de la ville du Haut-Empire, associées à quelques grands repères topographiques
Crédits Auteur(s) : Monteil, Martial. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marie-Laure Hervé et Laurent Sauvage, « Nîmes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11542

Haut de page

Responsables d'opération

Marie-Laure Hervé

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Laurent Sauvage

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals