Navigation – Plan du site
2008

Rochefort – Les Fonderies royales

Responsable(s) des opérations : Léopold Maurel
Notice rédigée par : Léopold Maurel

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204474

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Dans le cadre de la réhabilitation des Fonderies royales de Rochefort en vue de l’installation des sièges sociaux d’institutions et associations, la réalisation d’un diagnostic archéologique a été demandée par le service régional de l’Archéologie.

2Ce bâtiment, édifié en 1668, correspond aux anciennes fonderies royales de l’arsenal de Rochefort qui abritaient une batterie de fours permettant la fabrication de canons. Cette fonderie, équipée de trois grands fourneaux, commença à fonctionner en 1669. On y coulait les grosses pièces d'artillerie en bronze pour la flotte de Rochefort, mais également pour l'ensemble de la marine française. Son activité déclina au début du XIXe  s., lorsque la fonderie de Ruelle prit de l'importance.

3En 1838, le bâtiment fut partiellement converti en atelier de construction de machines à vapeur pour les navires. En 1894, les bâtiments furent délaissés et la fonderie et l'atelier furent transportés à l'intérieur même de l'arsenal.

4Le bâtiment est en pierre de taille sur fondations en moellon, en rez-de-chaussée, couvert partiellement en tuile mécanique et ardoise. Une partie de l'élévation latérale le long de la rue du Docteur-Pujos est couronnée d'un fronton orné de trophées maritime et militaire. Plusieurs plans issus des archives de Vincennes permettent d’apporter un éclaircissement certain sur l’évolution du bâtiment. Les différents plans corroborent l’histoire de celui-ci, et notamment le changement fonctionnel qui s’opère dans la première moitié du XIXe  s.

5L’opération de diagnostic a consisté à effectuer des sondages sous la surveillance d’un archéologue dans le cadre de la mise en place des tranchées d’enfouissement des réseaux d’écoulements, d’une largeur de 0,50 m pour une profondeur variable de 0,40 m à 0,90 m. La réalisation du diagnostic n’a pas manqué de mettre au jour de nombreux faits archéologiques dont la plupart sont en lien avec l’activité de fonderie du bâtiment. Cependant, dans bien des cas, et en raison de l’étroitesse de la tranchée (0,50 m), les vestiges on fait l’objet d’observations rendant difficile l’interprétation des découvertes (Fig. n°1 : Plan de masse ) .

6Pour autant, plusieurs faits confirment les données fournies par les plans anciens, notamment en termes de localisation des fours. Cependant, de nombreuses maçonneries absentes des plans ont été mises au jour plus particulièrement lors des premiers sondages. Il faut donc envisager un certain nombre d’aménagements ayant existé mais ne figurant sur aucun plan. C’est le cas de plusieurs murs interprétés comme des cloisons entre les piliers mis au jour dans le sondage 3. Le sondage 6 a livré des éléments de blocs de taille en calcaire entre lesquels un remblai très instable vient combler une cavité parementée pouvant constituer une aire d’accès à un four. Cette aire peut être interprétée comme un « goulard » permettant l’accès des combustibles dans la zone de chauffe.

7De plus, et au-delà des structures d’élévations, un sol en béton ainsi que des remblais et couches de rejets d’activités demeurent préservés dans un bon état de conservation et à une très faible profondeur (sondage 3). Même s’il a été difficile d’établir avec certitude à quelle phase d’occupation ces couches appartenaient, il n’en reste pas moins qu’elles témoignent de l’activité métallurgique et des multiples aménagements qu’elle engendre.

8Le four mis au jour dans le sondage 8 semble apparaître sur des plans à partir du début du XIXe  s. La réalisation d’une recherche documentaire devrait permettre d’en savoir plus sur la fonction exacte de cette structure. Le puits du sondage 9, quant à lui, fait partie des aménagements liés au fonctionnement des fonderies, tout du moins comme semble l’attester sa présence sur des plans des XVIIe  s. et XVIIIe  s. En revanche, la citerne mise au jour dans ce même sondage n’apparaît sur aucun des plans même les plus tardifs. Enfin, si les plans anciens permettent de localiser avec une précision relative l’emplacement des fours, il n’en demeure pas moins vrai que la plupart des structures archéologiques liées au fonctionnement même des Fonderies ne peuvent être appréhendées qu’à l’issue d’investigations archéologiques.

9MAUREL Léopold

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de masse 

Fig. n°1 : Plan de masse 

Auteur(s) : Maurel, Léopold (COL). Crédits : Maurel, Léopold (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de masse 
Crédits Auteur(s) : Maurel, Léopold (COL). Crédits : Maurel, Léopold (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Léopold Maurel, « Rochefort – Les Fonderies royales », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1156

Haut de page

Responsable d'opération

Léopold Maurel

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals