Navigation – Plan du site
1995

Mudaison

Place de la République
Responsable(s) des opérations : Claude Raynaud
Notice rédigée par : Claude Raynaud

Entrées d’index

Peuples et cités :

Fontbouisse culture

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1997 (SU) ; 1995 (SU)
Inventeur(s) : Raynaud Claude (CNRS)

1À l'angle nord-est du cœur du village de Mudaison, la démolition d'édifices et le réaménagement de la place de la République offrait d'une part la possibilité d'étudier les abords de l'église Sainte-Assiscle et d'autre part de préciser les origines et les étapes de la formation du village. Les recherches se sont réalisées dans de bonnes conditions, en deux tranches, en 1995 puis en 1997.

2Le village se situe dans la plaine littorale du bas Languedoc, 12 km à l'est de Montpellier, 5,5 km au nord du rivage de l'étang de l'Or. Le site répond à une constante du peuplement régional, tel qu'il s'est fixé depuis la fin du haut Moyen Âge : les villages se développent sur les glacis quaternaires, unité intermédiaire entre la zone palustre encadrant la lagune et les collines calcaires qui émergent quelques kilomètres au nord.

3Mentionné en 1099 dans les textes (loco de Mutationibus, Gallia christ. VI, inst. c. 187) le site fut longtemps considéré pour cette raison comme une mutatio, relais sur une voie antique [Hamlin, 1983 : 256, (Hamlin, Franck R ; Cabrol, André Abbé. 1983.)]. La prospection systématique de la commune et l'analyse de la morphologie paysagère invitaient cependant à nuancer l'interprétation, le village se situant à l'écart des itinéraires antiques localisés plus au sud (Favory, François ; Malvis, Jean-Michel ; Mercier, Catherine ; Raynaud, Claude ; Roger, Karine. 1993.). Les seuls éléments antiques aux abords sud du village résidaient dans deux annexes agraires, l'une du Ier s., l'autre du IVe s. (Clos des Olivettes). D'autres indices aux abords nord révélaient une occupation à partir du Xe s. Parallèlement, l'analyse du plan villageois montrait l'existence d'une enceinte quadrangulaire médiévale [ (Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien), rue des Remparts]).

Exposé des résultats de 1995

4L'observation de tranchées de voirie sur l'ensemble du secteur soumis aux travaux a permis dans un premier temps de repérer à l'ouest et au sud de l'église les vestiges de l'ancien cimetière paroissial, déplacé au XIXe s. D'autres tranchées, à l'est et au nord de l'église, n'ont pas révélé la moindre trace de sépulture ni d'habitat [ (Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République), tranchées 5 à 8].

5Deux sondages ont été pratiqués parallèlement contre le pignon de l'église qui présentait un appareil de type roman sur une part de son élévation, amplement remaniée lors de la reconstruction de l'édifice dans le goût baroque dans les années 1770 (Fig. n°3 : Plan détaillé du sondage 1 (1995)).

Sondage 1

6Au sud de la porte de l'église, ce sondage large de 1,5 m longe le mur pignon sur 3 m. Outre la fondation de ce mur, qui sera décrite globalement dans le sondage 2, cette fouille a révélé une stratigraphie [la même que dans le sondage 2, voir fig. 11] et un groupe de sépultures (Fig. n°4 : Relevé de la façade de l'église Saint-Assiscle).

Stratigraphie

  • Couche 0 : sur 0,10 m à 0,15 m d'épaisseur, sol actuel, macadam sur un radier de concassé et de gravier, englobant à la base des matériaux composites (tuile, poches de recoupe, ossements remaniés, céramique XIXe s.).

  • Couche 2 : sol brun-rouge limono-argileux remanié (Arnal, 1984 ; unité 39 : fersiallitique sur encroûtement carbonaté), englobant quelques inclusions (fragments de tuiles canal, éclats et petits moellons de calcaire). Seule la couverture du coffre 1 apparaît au sommet de la couche, puis à mi-profondeur les tombes 3, 4', 6, 7 et 10). Contact progressif avec la couche 3. Les fragments de poterie recueillis, peu abondants, se rapportent à une occupation entre les IXe s. et XIe s.

  • Couche 3 : sol fersiallitique limono-argileux, recoupé au sommet par les sépultures inférieures, faiblement anthropisé en surface (pas de mobilier, petits charbons de bois) puis vierge en profondeur. Inclut quelques concrétions calcaires provenant du niveau sous-jacent, à contact progressif.

  • Encroûtement calcaire : sous le paléosol, accumulation de nodules de taille centimétrique, faiblement cimentée. Sondé sur 0,10 m d'épaisseur.

Sépultures du niveau supérieur

7[ (Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République), A]

  • Tombe 1 : alignée parallèlement au mur de l'église, d'orientation nord-sud. 0,35 m sous le sol actuel, couverture de dalles de molasse calcaire, sans liant mais ajustées avec soin ; coffre anthropomorphe (mensurations internes : 2,02 m de longueur, 0,375 m de largeur aux épaules) resserré aux pieds (0,24 m de largeur), muni d'une logette céphalique, l'ensemble ajusté sans liant. Les dalles, sciées, présentent une homogénéité de débit (0,12 m ou 0,14 m d'épaisseur ; 0,60 m à 0,80 m de longueur ; 0,35 m à 0,36 m de largeur). Le matériau, blanc et dense, semble provenir des affleurements miocènes de Baillargues ou Saint-Brès. Sous un dépôt de fin limon d'infiltration qui ne comble pas totalement l'espace sépulcral, apparaît une couche d'ossements brisés et d'esquilles, épars. À différents niveaux au sein de la couche, on rencontre neuf clous de fer de section ronde, sans ordre évident mais plutôt rapprochés des parois du coffre. Il s'agit probablement des vestiges d'un ou de plusieurs cercueils dont on n'a observé aucun témoin en place. Cette couche a livré une monnaie et un fragment de poterie glaçurée qui situent l'ultime réduction funéraire à partir du milieu du XVIIe s. (patard de cuivre émis à Avignon sous Innocent X (1644-1655). Poids : 0,65 g ; module 0,015 m ; épaisseur 0,0007 m ; coins à 5 heures ; droit : deux clefs en sautoir dans le champ ; légende : une abeille, IN(NOCENTIVS X PO M)A ; revers : croix dans un quadrilobe, légende : (S PETRVS ET) PAUL(VS AMEN). Notons que cette espèce, frappée d'une croix et des armes papales, a été préférée aux monnaies équivalentes, deniers et doubles tournois de Louis XIII ou des seigneuries de Dombes ou d'Orange, qui circulaient alors en abondance dans la province de Languedoc. Peut-être ce choix s'explique-t-il par la volonté de déposer un objet à connotation religieuse. Le coffre quant à lui se rattache typologiquement à un groupe connu entre les XIIe s. et XIVe s.

8Au-dessous repose un seul sujet, partiellement conservé : seuls les membres inférieurs sont en place, en décubitus dorsal. Os très friables. Le corps est posé à même la terre, le fond du coffre n'étant pas dallé et ne semblant pas avoir comporté d'aménagement périssable.

  • Tombe 2 : il n'en subsiste qu'un fond de poterie, probable dépôt funéraire brisé et déplacé lors de la construction du coffre 1. La production, pégau en pâte détritique grise, se rattache aux Xe s. et XIe s. (CATHMA, groupe 4, type indéterminé) , mais on a aussi recueilli, à même les ossements, un fragment de dourque en céramique frise calcaire décorée d'un cordon à impressions résillées, attribuable au XIVe s. ou XVe s.

  • Tombe 3 : nouveau-né inhumé entre la logette du coffre 1 et la fondation de l'église. Aucun aménagement, aucune fosse identifiée, aucun mobilier.

  • Tombe 4' : lauze de calcaire tendre, remaniée de la couverture de la tombe 4 sous-jacente. Avec trois petites lauzes posées de chant et formant un coffre sommaire, elle couvre un nouveau-né en place (décubitus dorsal) à côté des ossements regroupés d'un adulte réduit. Aucun mobilier.

  • Tombe 6 : contre le mur de l'église et partiellement couverte par la tombe 3, deux tuiles canal couvrent l'inhumation d'un jeune enfant. Le corps est déposé en décubitus dorsal sur une troisième tuile, les jambes et les pieds à même le sol. Aucun mobilier.

  • Tombe 7 : contre le mur et dans le prolongement de la tombe 6; la tuile qui couvrait initialement la sépulture a été déplacée, ainsi que cinq petites lauzes dont la position initiale ne peut être définie. Ossements épars d'un nouveau-né. Mêlés au comblement.

  • Tombe 10 : nouveau-né en décubitus dorsal, sans protection conservée, dans une fosse oblongue difficilement observable. Aucun mobilier.

Sépultures du niveau inférieur

9Contrairement aux tombes supérieures, toutes postérieures au mur de l'église contre lequel certaines s'appuyaient, les tombes profondes sont antérieures à la construction du mur, dont le mortier et certains moellons ont ponctuellement recouvert et scellé les lauzes de couverture des tombes 9, 11 et 12. Les tombes 4 et 5, plus éloignées du mur, n'ont pas été touchées par ces travaux. Une fois dégagées les dalles de couverture et repéré le contour des fosses, seule la sépulture 9 a été fouillée jusqu'au fond. Le dégagement des autres tombes aurait nécessité de doubler la surface du sondage, ce qui demeurait incompatible avec les délais consentis par le déroulement du chantier.

10Tandis que les tombes supérieures présentaient une diversité d'orientation et d'architecture ainsi qu'un mauvais état de conservation, les tombes inférieures se distinguent par une orientation rigoureuse et sont parfaitement conservées. Leur structure, analogue dans les cinq cas rencontrés, se différencie radicalement des constructions supérieures: il s'agit de fosses anthropomorphes [ (Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République), C] couvertes d'un ou deux rangs de lauzes de mollasse grossièrement jointes, qui pourraient provenir de la même zone que les matériaux de l'église, mais ne sont ni taillées ni sciées [ (Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République), B]. Les fosses ont été creusées jusqu'à entamer l'encroûtement calcaire sous-jacent au paléosol.

  • Tombe 9 : sous les lauzes (0,30 m à 0,55 m), fosse resserrée vers les pieds, totalement colmatée par un fin sédiment limoneux d'infiltration. Seuls les membres inférieurs ont pu être fouillés dans l'emprise du sondage. Les connexions lâches des métatarsiens dénotent une décomposition en espace creux. Aucun mobilier.

Sondage 2

11Au nord de la porte de l'église, ce sondage, large de 1,5 m, longe le mur pignon sur 2 m. Il a permis d'observer la même stratigraphie que dans le sondage 1, ici non remaniée du fait de l'absence de tombes. Contre la fondation de l'église (mur 1), de structure différente par rapport au sondage 1, s'appuie un refend perpendiculaire se prolongeant au moins sur 8 m vers l'ouest où l'on a pu l'observer dans une tranchée (Fig. n°3 : Plan détaillé du sondage 1 (1995)).

  • Mur 1 : mur pignon. Dans le sondage 2, sur 1,1 m de haut, fondation en appareil grossier, dominante de moellons en molasse jaune, associés à quelques moellons de calcaire dur, tous sommairement équarris (Fig. n°4 : Relevé de la façade de l'église Saint-Assiscle) ; assises très irrégulières ayant nécessité de nombreux éclats de calcaire dur pour le calage; ensemble lié au mortier maigre de sable, gravier et chaux (prélevé). Dans le sondage 1, sur 1 m de haut, fondation identique à l'élévation : appareil soigné de gros moellons de calcaire dur équarris, liés au mortier maigre (Fig. n°7 : Relevé pierre à pierre de la façade de l'église, partie sud). L'assise de base repose sur un lit du même mortier, dans une saignée entamant sur 0,08 m l'encroûtement calcaire formant substrat.

12Dans les deux sondages, l'élévation est parementée en moellons de calcaire dur, bien équarris et calibrés (hauteur des assises de 0,14 m à 0,21 m). L'ensemble est soigneusement assisé et lié par un mortier maigre à sable de carrière, ocre (prélevé). À partir de la troisième assise, sans changement d'appareil, le parement marque un retrait de 0,09 m mettant en relief deux lésènes conservées sur 1,1 m et 1,25 m de haut. Aujourd'hui englobés dans la façade, ces piliers marquaient initialement les angles de l'édifice, la fondation s'interrompant à leur niveau (respectivement 0,12 m et 0,25 m après les lésènes nord et sud) [ (Fig. n°4 : Relevé de la façade de l'église Saint-Assiscle) et (Fig. n°6 : Histogramme des assises du parement de l'église romane)]. Dans cet appareil soigné à dominante gris foncé, s'intercalent des assises en molasse beige, moellons sciés présentant un fin layage en chevrons. L'insertion de ce matériau ne semble pas aléatoire car elle introduit un jeu chromatique, le rythme des assises claires se resserrant progressivement vers le haut, comme le montre l'histogramme des modules [ (Fig. n°6 : Histogramme des assises du parement de l'église romane) ; M = molasse]. De bas en haut, on trouve successivement six assises de calcaire dur (1-6), une assise de molasse (7), quatre assises de calcaire dur (8-11, l'assise 9 inclut quelques moellons de molasse), une assise de molasse (12, composite), trois assises de calcaire dur (13-15), une assise de molasse (16), deux assises de calcaire dur (17-18), une assise de molasse (19), une assise de calcaire dur (l'assise 20 est composite), une assise de molasse (21).

13Cet ensemble homogène tranche sur la construction générale, mise à nue lors de la restauration de ces dernières années. La régularité des assises, leur faible hauteur, le layage des moellons de molasse, la présence des lésènes aux angles, tout concorde pour identifier une construction d'époque romane. Celle-ci se trouve confirmée par la stratigraphie des sondages : le terminus post quem est fourni par les sépultures carolingiennes sur lesquelles s'appuie la fondation, tandis que le terminus ante quem ne peut être postérieur au XIIIe s., date probable de construction de la tombe 1 contre la fondation.

  • Mur 3 : la technique de construction rompt brutalement avec l'ordonnance romane à partir de la vingt-deuxième assise, qui correspond à la reconstruction du XVIIIe s. [ (Fig. n°4 : Relevé de la façade de l'église Saint-Assiscle) et (Fig. n°7 : Relevé pierre à pierre de la façade de l'église, partie sud)]). La façade s'est trouvée élargie de 1,5 m de part et d'autre des lésènes qui marquaient les angles de l'édifice primitif. La fondation de cet élargissement s'appuie sur le mur 1 et plonge moins profondément, s'interrompant dès l'affleurement de l'encroûtement calcaire. Dans la partie basse, la construction se singularise par ses assises irrégulières mêlant gros éclats, moellons de calcaire dur et tendre, essentiellement des réemplois du premier édifice comme le montre la présence de plusieurs moellons à layage en chevrons. L'ensemble est lié par un mortier maigre à gravillons de rivière. Sur plus de 1,5 m de haut, l'élévation ne se distingue pas de la fondation : assises irrégulières plaquées contre les lésènes d'angle, sans chaînage. La construction se fait plus soignée au niveau de l'interruption des lésènes primitives, à partir duquel on a réalisé un appareil en gros parpaings disposés en alternance de carreaux et boutisses, imitation approximative de l'opusmonspeliensium. Au-dessus, certaines assises sont chaînées avec le parement du mur 1. Les stigmates de l'ouverture de la porte baroque demeurent bien visibles tout autour des piédroits et du linteau de cette dernière, avec un bourrage d'éclats ou de petits moellons et de larges raccords de mortier.

14Mur 2 : adossé à la fondation du mur 1, ce refend reprend certaines caractéristiques du mur 3 : fondation sur 0,60 m de profondeur, jusqu'au substrat, 1 m d'épaisseur, matériaux composites, assises irrégulières [ (Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République), sondage 2, grisé]. Le mortier se distingue néanmoins, recoupe et chaux à mâcles blanches, friables, à joints débordants sur la face des blocs. Moins épaisse (0,7 m), l'élévation a conservé deux assises, plus régulières qu'en fondation mais toujours composites. Cette construction puissante ne semble pas appartenir à une habitation et appelle comme comparaison un mur analogue entourant l'église de Lunel-Viel, pérennisant le plan de l'enceinte fossoyée carolingienne [Raynaud, 1989 : 112, murs 34 et 65), (Raynaud, Claude. 1996.)]. Postérieur à l'église romane, ce mur a été retrouvé en 1997 plus à l'ouest et il constitue un élément de l'enceinte carrée qui enserre le cœur du village [ (Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République), sondages 2 et 4, grisé]. Aucun élément de datation plus précis n'a pu être recueilli au contact de ce mur postérieur à l'église romane.

15L'ensemble des matériaux utilisés dans les différentes phases de construction de l'église Saint-Assiscle sont aisément accessibles dans un rayon de 3 km à 5 km au nord de Mudaison. On trouve, en effet, entre les communes de Castries et Saint-Brès nombre d'affleurements du Valanginien inférieur ou moyen, calcaire dur légèrement argileux, lité en bancs réguliers de 0,11 m à 0,20 m d'épaisseur facilitant l'extraction et le débit (carte géologique Lunel, n2a). Le module des moellons utilisés révèle en effet une mise en œuvre du matériau après un simple équarrissage. La molasse provient quant à elle des bancs Burdigaliens qui ont fait la notoriété des carrières de Castries et Beaulieu (mur 1). Minoritaire dans la construction initiale (murs 1 et 2), ce matériau devient exclusif dans la reconstruction au XVIIIe s. (mur 3).

Sondage 3

16Préalablement aux travaux d'aménagement, le bâtiment de l'ancienne poste avait été démoli. L'espace ainsi libéré devant être aménagé en terre-plein stabilisé, en contrebas de la place, la parcelle fut décaissée sur 0,70 m environ, sous surveillance archéologique. L'ensemble des niveaux terrassés correspondait à des remblais et sous œuvre des XIXe s. et XXe s. Après les terrassements, une tranchée permit de relever un tronçon supplémentaire du mur 2 observé dans le sondage 2 et de constater que les vestiges du cimetière avaient été détruits, dans l'extrémité orientale de la parcelle, par le creusement de cuves modernes [ (Fig. n°3 : Plan détaillé du sondage 1 (1995)), tranchée 4]. Par contre, un sondage-tranchée traversant sur 12 m de long le reste de la zone excavée mit en évidence de nouvelles sépultures médiévales, ainsi qu'un large fossé de la période chalcolithique [ (Fig. n°3 : Plan détaillé du sondage 1 (1995)), sondage 3].

Stratigraphie

  • Couche 0 : gravats de démolition de l'ancienne poste.

  • Couche 1 : remblai de matériaux de construction modernes (tuile, éclats de calcaire, mortier de chaux). Niveau de construction de l'ancienne poste. Aucun mobilier.

  • Couche 2 : paléosol limono-argileux remanié, englobant quelques fragments d'os humains bouleversés anciennement. Aucun mobilier.

  • Couche 3 : paléosol limono-argileux fersiallitique in situ. Aucun mobilier.

  • Couche 4 : sédiment limoneux, nombreux fragments d'os humains et dalles de sépultures bouleversées anciennement. Aucun mobilier.

  • Tombe 5 : fosse en pleine terre observée en coupe seulement, contenant un sujet adulte en décubitus dorsal, sous une couverture de lauzes de molasse. Bien conservée, la sépulture est établie à cheval sur le comblement du fossé 8 et sur le paléosol remanié. L'espace sépulcral est comblé d'un fin sédiment limoneux brun foncé. Aucun mobilier.

  • Tombe 6 : sépulture sous lauzes analogue à la tombe 5 mais bouleversée anciennement. Aucun mobilier.

  • Tombe 7 : à proximité de la tombe 6, la réduction d'un sujet adulte, dont les ossements ont été déposés en fagot au fond d'une fosse à profil en auge. Aucun mobilier.

  • Fossé 8 : creusement dissymétrique, paroi évasée et érodée à l'est, paroi abrupte à l'ouest. L'écoulement s'effectuait donc préférentiellement de l'est, peut-être à partir d'une levée de terre accentuant le relief, mais dont l'arasement des couches hors du fossé n'a pas permis de vérifier la réalité. Sur le fond plat et régulier, à faible pendage du sud vers le nord, s'est accumulé une colluvion brune foncée très organique, provenant de l'érosion du paléosol à la périphérie du fossé mais incluant des matériaux exogènes : quelques éclats de calcaire dur, de petits galets siliceux. L'abondance du mobilier céramique, des vestiges de faune et des poches de charbon de bois permet de rattacher ce fossé à un habitat voisin qui n'a pu être localisé ni dans nos sondages ni dans l'examen des tranchées. Ce mobilier, étudié par Luc Jallot, appartient à un faciès littoral de la culture de Fontbouisse. L'homogénéité du sédiment révèle un comblement rapide peut-être consécutif à la transformation ou à l'abandon d'un habitat voisin.

Exposé des résultats de 1997

17Les travaux de la deuxième tranche d'aménagement concernaient la rue de la Poste et la partie occidentale de la place. Notre intervention s'est développée dès le décaissement des revêtements modernes et des niveaux remaniés, réalisé sous notre surveillance et stoppé dès qu'apparaissaient des structures bâties, couches ou creusements. Ces observations ont révélé l'arasement ou le remaniement sur une large part de la rue et sur la moitié sud-ouest de la place, les zones les mieux conservées faisant l'objet de deux sondages et d'une grande aire de 230 m2 [ (Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République), sondages 4 et 5, aire 6].

  • Paléosol 3 : sol fersiallitique limono-argileux, recoupé par l'ensemble des creusements et des constructions ainsi que par les sépultures, faiblement anthropisé en surface (pas de mobilier, petits charbons de bois) puis vierge en profondeur. Inclut quelques concrétions calcaires provenant du niveau sous-jacent, que l'on atteint par un contact progressif. Bien conservé autour de l'église (fouilles 1995), ce sol est inexistant dans la partie ouest de la place où il a été entièrement tronqué par les travaux subactuels.

  • Substrat 25 : sous le paléosol 3, colluvion ancienne à encroûtement calcaire, accumulation de cailloutis calcaire émoussé, de taille centimétrique, faiblement cimenté. Sondé sur 0,10 m d'épaisseur.

Sondage 4

18Un premier sondage de 2 m à 3 m de large a été implanté à l'extrémité nord de la rue de la Poste, dont il occupait toute l'emprise, afin d'étudier le prolongement du mur 2 déjà localisé dans le sondage 2 en 1995. Outre la fondation de ce mur, le sondage a révélé une stratigraphie et deux sépultures (Fig. n°5 : Plan détaillé du sondage 4 (1997)).

  • Couche 0 : sur 0,10 m à 0,15 m d'épaisseur, sol actuel, macadam sur un radier de concassé et de gravier, englobant à la base des matériaux composites (tuile, poches de recoupe, ossements remaniés, céramique XIXe s.).

  • Mur 2 : il reprend les caractéristiques du tronçon dégagé en 1995 : fondation sur 0,60 m de profondeur, jusqu'au substrat, 1 m d'épaisseur, gros blocs de molasse sommairement équarris, disposés en assises irrégulières, mortier de recoupe et chaux à inclusions blanches, friable, à joints débordants sur la face des blocs. En retrait de 0,10 m à 0,15 m de chaque côté, l'élévation a conservé deux assises, plus régulières qu'en fondation, en gros parpaings de Saint-Geniès (selon monsieur Martin, adjoint au maire et ancien carrier à Saint-Geniès). Ce nouveau tronçon entérine l'hypothèse de 1995 d'une fonction défensive. Postérieur à l'église romane, ce mur constituait l'enceinte carrée enserrant le cœur du village [ (Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République), points 1 à 5]. Aucun élément de datation n'a été recueilli dans le mur lui même, mais on notera qu'il recoupe les tombes 18 et 19 et qu'il est recoupé par le fossé 16/17.

  • Sol 14 : (équivalent au sol 1 du sondage 1) : sur 0 ,20 m d'épaisseur, exhaussement progressif d'un sol de terre battue ; matrice de sol limono-argileux, englobant de nombreuses inclusions (fragments de tuiles canal, éclats et petits moellons de calcaire, recoupe, galets, céramique et verre du XXe s.).

  • Sol 15 : paléosol entièrement remanié lors de l'aménagement de la rue ; limon argileux brun, très organique englobant d'abondants matériaux (tuile ronde et éclats calcaires), très humide, avec des tâches verdâtres dénotant une hydromorphie limitée. Mobilier céramique dominé par les céramiques glaçurées des XVIe s. et XVIIe s. Au-dessous apparaît le substrat 25.

  • Fossé 16/17 : recoupant le mur 2, creusement large de 1,6 m à 1,8 m pour 0,7 m de profondeur observée (le fond est masqué par une adduction d'eau en usage), parois irrégulières dénotant un usage prolongé et un curage répété (US 17). Comblement homogène par remblaiement : limon brun avec d'abondants matériaux (tuile canal et molasse, poches de mortier) s'apparentant au sol 15 (US 16). Le fossé se poursuit vers le sud jusqu'au sondage 5 et vers le nord jusqu'à l'angle de la place. Mobilier rare et résiduel de la phase du haut Moyen Âge.

  • Tombe 18 : sépulture à fosse anthropomorphe traversant le paléosol 3 et la partie supérieure du taparas 25. Aucune couverture n'est conservée mais la présence de dalles est seule à même d'expliquer le comblement lent et fin, incluant des éclats de calcaire, de petits charbons de bois, ainsi que deux fragments de céramique kaolinitique du haut Moyen Age. Contient un adulte inhumé en décubitus dorsal, en place mais tronqué par le creusement de la fondation du mur 2 : jambe et pied gauche, jambe droite et ilion sont restés en connexion.

19Partiellement recouvert par la réduction des premiers occupants, comportant deux crânes, un os iliaque droit, un fémur droit et un gauche, un sternum.

20Le rare mobilier, la structure tombale et la position stratigraphique invitent à rattacher la sépulture à la phase d'inhumation initiale, des Xe s. et XIIe s.

  • Tombe 19 : sépulture à fosse anthropomorphe en majeure partie détruite par le creusement de la fondation du mur 2. Phase d'inhumation initiale : Xe s. au XIIe s.

Sondage 5

21À l'extrémité sud de la rue, sondage de 2 m x 2 m dont la stratigraphie reproduit celle du sondage 4.

  • Sol 14 : analogue au sondage 4, de 0,35 m à 0,55 m sous la chaussée actuelle.

  • Fossé 16/17 : analogue au sondage 4, de 0,55 m à 1 m sous la chaussée actuelle.

Aire ouverte 6

22Le décaissement de l'ensemble de la place a révélé une concentration de vestiges dans la partie nord-est de la place tandis que l'autre moitié apparaissait stérile ou ponctuellement remaniée par les réseaux actuels. Nous avons donc déterminé une aire ouverte de 240 m2, dans laquelle nous avons procédé au nettoyage et à la fouille exhaustive des structures conservées (Fig. n°8 : Plan détaillé de l'aire 6 (en grisé les tranchée)).

  • Couche 0 : remblai de matériaux de la chaussée moderne. Mobilier hétérogène XVIIe s. auXXe s.

  • Fossé 8 : sur13 m de long, prolongement du fossé chalcolithique découvert en1995 :

23a : limon argileux brun orangé, compact et homogène, rares inclusions de galets siliceux brûlés et aucun mobilier ;

24b : lentille de taparas enrobé de limon analogue à la couche a, aucun mobilier ;

25c : même composition avec des inclusions plus grosses, de0,04 m à0,05 m, aucun mobilier ;

26d : même sédiment à galets plus gros pouvant aller jusqu'à0,10 m, mobilier céramique et fragment de torchis).

27Le mobilier recueilli dans deux sondages de 2 m, moins abondant qu'en 1995, confirme la faciès Fontbouisse de l'occupation (Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien0).

  • Fossé 9 : parois dissymétriques ; paroi nord régulière, presque verticale, paroi sud irrégulière et oblique, très dégradée par l'érosion ; fond creux, sans pendage net dans le tronçon de 1 m sondé (Fig. n°9 : Coupes stratigraphiques du fossé 8 (A-C), du fossé 9 (D-E) et du sondage 4 (F)). Comblement colluvial progressif, de paléosol lessivé (limon argileux brun foncé, rares inclusions, pas de tuile). Mobilier abondant dominé par les productions de Saint-Quentin, attribuables au XVIe s. (bols à pouciers à glaçure jaune).

  • Remblai 10 : puissant niveau de terre limoneuse brun clair, avec d'importantes poches cendreuses et d'abondants et gros fragments de tuile ronde, des poches de mortier; comble une vaste dépression irrégulière, coalescence des silos 11, 12, 20 et 21 demeurés vides après leur abandon et gravement dégradés par le ruissellement. Le comblement des silos ne se distingue pas de la couche 10 qui s'apparente à un dépotoir domestique par l'abondance du mobilier céramique [cinq cent onze fragments, (Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien1)] et des déchets de faune (quatre-vingt-huit os ou fragments d'os). Lot homogène de la première moitié du XIVe s.

  • Silo 11 : fosse circulaire (diamètre 1,25 m à 1,32 m), fond plat à contact arrondi. Comblement analogue au remblai 10. La céramique glaçurée ainsi que sa position stratigraphique l'associent aux silos du XIVe s.

  • Silo 12 : fosse circulaire partiellement arasée jusqu'au fond (diamètre 1,25 m), fond creux à contact arrondi. Comblement de limon brun foncé très organique. Mobilier du haut Moyen Âge mais sa position stratigraphique l'associe aux silos du XIVe s.

  • Fosse 13 : grande excavation de forme irrégulière (6,3 m au minimum de longueur, au moins 4 m de largeur ; parois évasées et fond creux bosselé recoupant le taparas. Comblement limoneux brun foncé à gris, riche en tuiles et pierres. Isolée dans un secteur où les sols sont profondément remaniés par les aménagements modernes. Aucune fonction n'a pu être déterminée pour ce creusement dont le mobilier se situe aux XVIe s. et XVIIe s. (glaçurée jaune).

  • Sol 14 : calade observée en plusieurs points de la place, dont elle constitue le premier sol conservé. Gros galets et moellons de calcaire dur, liés par un mortier de chaux très compact, ailleurs par une chape de sable jaunâtre fin, colmatant les interstices. Rare mobilier du XIXe s.

  • US 15 : voir sondage 4.

  • Fossé 16/17 : voir sondage 4.

  • US 18-19 : voir sondage 4.

  • Silo 20 : fosse circulaire dégradée au sommet après l'effondrement de l'encorbellement (diamètre 1,15 m à 1,3 m), fond creux à contact arrondi. Comblement supérieur analogue à la couche 10, amas pierreux (éclats de molasse et de calcaire microcristallin, fragments de tuile) enrobé de limon brun. Comblement inférieur limoneux très cendreux, à rares inclusions. Mobilier peu abondant du XIVe s.

  • Silo 21 : fosse circulaire dégradée au sommet après l'effondrement de l'encorbellement (diamètre 1,2 m à 1,3 m), fond plat à contact arrondi. Comblement voisin du précédent, avec un niveau supérieur analogue à la couche 10 et un comblement inférieur de limon argileux verdâtre, tassé, à rares inclusions. Mobilier peu abondant du XIVe s.

  • Silo 22 : fosse circulaire très irrégulière, à parois évasées et fond creux (diamètre 0,8 m à 0,9 m); recoupée à l'est par le silo 21. Comblement limoneux brun foncé très organique, à rares inclusions autres que quelques poches de terre rubéfiée. Deux grandes marmites néolithiques sont écrasées in situ (Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien0).

  • Silo 23 : fosse circulaire à parois verticales (diamètre 1,3 m), fond plat à contact arrondi. Comblement de fin limon cendreux, incluant de rares cailloux. Recoupé par le fossé 9 et à l'est par le silo 24. Mobilier peu abondant du haut Moyen Âge.

  • Silo 24 : fosse circulaire à parois verticales (diamètre 1,3 m à 1,45 m), fond plat à contact arrondi. Comblement de fin limon cendreux, incluant quelques cailloux. Recoupé par le fossé 9. Mobilier peu abondant du haut Moyen Âge.

  • Substrat 25 : voir supra.

  • Silo 26 : fosse circulaire à parois évasées vers le bas, avec début d'encorbellement au sommet (diamètre 0,9 m au sommet, 1,2 m au fond), fond plat à contact arrondi. Comblement pierreux enrobé de fin limon brun foncé, avec une grande lauze à mi-profondeur, probablement le bouchon de l'orifice initial (calcaire dur, 0,3 m x 0,4 m). Ponctuellement recoupé par le silo 27 à l'est, ce silo est néanmoins le mieux conservé de la série. Mobilier abondant du haut Moyen Âge.

  • Silo 27 : fosse circulaire à parois évasées et très dégradées (diamètre 1,4 m à 1,5 m), fond plat à contact arrondi. Comblement de fin limon gris foncé, charbonneux, rares inclusions de pierres. Abondant mobilier du haut Moyen Âge, regroupé par poches.

  • Fosse 28 : creusement circulaire irrégulier à profil en cuvette (diamètre 0,6 m à 0,7 m) ; comblement de charbon de bois pur, intégralement prélevé. Aucun mobilier ni indice stratigraphique permettant de proposer une interprétation et une datation.

  • Fosses 29-33 : creusements oblongs irréguliers, de 0,5 m à 0,7 m de large pour 1,5 m (fosse 29), 1,7 m (fosse 31) ou 3,5 m de long (fosses 32-33). Parois verticales et fond plat irrégulier, entamant le substrat d'encroûtement calcaire sur 0,15 m à 0,25 m de profondeur. Comblement homogène de limon brun clair, sans inclusion, provenant du paléosol. Saignées de plantations, fondations d'une architecture de terre et bois ? La présence d'un trou de poteau au contact des fosses 32 et 33 conforte la seconde hypothèse mais celle-ci demeure gênée par l'arasement du sol, entièrement disparu, et par la limite de fouille interdisant le dégagement complet de la structure. Cependant, l'absence de continuité vers le fossé 8 invite à penser que la construction était disposée nord-sud, avec une longueur de 5,5 m pour une largeur qui ne devait pas excéder 4,5 m. Le mobilier est peu abondant mais homogène et se rattache à la culture de Fontbouisse, ce qui rapproche cet aménagement de structures comparables mises au jour à Mauguio [Jallot, 1994 : 53, (Jallot, Luc. 1994.)].

  • Silo 34 : fosse circulaire à parois évasées et fond creux à contact arrondi (diamètre1,1 m), fond plat à contact arrondi. Comblement de fin limon brun foncé, très organique, rares inclusions de pierres. Rare mobilier du haut Moyen Âge.

  • Silo 35 : fosse circulaire à parois verticales (diamètre1,4 m), fond plat à contact arrondi. Comblement de limon brun foncé, rares inclusions d'éclats calcaires. Abondant mobilier du haut Moyen Âge, avec une serpette en fer, un galet affûtoir et une fusaïole taillée dans un fragment de tuile.

  • Fondation 36 : construction en parpaings mécaniques, fondation d'un poids public du début duXXe s.

Complément d'analyse du bâti

28L'identification d'un tronçon d'enceinte appelait une analyse plus précise de l'ensemble du bâti ancien, dans le périmètre carré délimité par la rue des Religieuses, le Jeu-de-Ballon, la rue des Remparts et la place de l'Église. En trois points, malgré les enduits de ciment moderne, s'identifie le palimpseste d'un puissant mur, arasé ou ennoyé dans les maçonneries modernes, en discordance avec les constructions civiles :

  • rue des Religieuses, mur épais de1,02 m, visible sur 3 m de haut aux angles de deux bâtiments, de part et d'autre d'une courette [ (Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien), point 3];

  • débouché de la rue du Courreau dans la rue des Remparts, mur épais de1,06 m, visible jusqu'aux toits aux angles de deux bâtiments de part et d'autre de la rue, avec un chasse roue du côté nord [ (Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien), point 4];

  • rue des Remparts, mur épais de1,05 m, visible jusqu'au premier étage d'un bâtiment [ (Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien), point 5].

29Il ne subsiste plus aucun doute désormais sur l'existence d'une enceinte carrée au centre du village, enceinte dont l'angle nord-est était constitué par l'église Saint-Assiscle. La datation demeure par contre très floue : postérieure à l'église romane sur laquelle elle s'appuie, la muraille demeure dépourvue de connexion stratigraphique pouvant fixer un terminus ante quem. Le fossé 17 recoupe le mur, probablement lors de l'ouverture ou de la transformation de la rue de la Poste, mais son comblement a livré un mobilier bien insuffisant pour fixer la date d'arasement du mur, dans cette rue.

30À l'intérieur de l'enceinte, l'architecture civile ne conserve aucun témoignage de l'occupation médiévale. Les éléments les plus anciens apparaissent à l'angle des rues de la Halle et des Religieuses, dans l'ancien presbytère à voûtes d'arête au rez-de-chaussée et tour-pigeonnier. Divers éléments de modénature et encadrements d'ouverture orientent vers les XVIe s. et XVIIe s. On observe aussi rue des Religieuses des éléments sculptés d'une balustrade renaissance, ainsi qu'une fenêtre à meneaux murée. Le rez-de-chaussée de ce bâtiment possède des voûtes d'arête à nervures moulurées. Ailleurs, quelques éléments décoratifs du XVIIIe s. subsistent, mais c'est essentiellement le XIXe s. qui marque les façades (la visite à l'intérieur des maisons n'a pas été systématique).

Conclusion : apports à l'histoire du village

31L'intervention sur la place de Mudaison a largement renouvelé les connaissances relatives aux origines et à l'évolution du village.

32En prélude à ces données, se confirme la présence d'un habitat chalcolithique ceinturé par un fossé, dont une cabane, très arasée par les aménagements modernes, a pu être identifiée dans l'aire 6. De l'autre côté de ce fossé, dans une zone contiguë, une fosse témoigne, malgré son isolement, de la proximité d'une aire de stockage agricole que les limites de la fouille n'ont pas permis de mieux cerner. Malgré leur modestie, ces éléments d'architecture de terre et la céramique associée contribuent ainsi à définir ce faciès littoral de la culture chalcolithique.

33L'ampleur des dégagements opérés confirme par ailleurs l'absence du moindre indice d'occupation gallo-romaine, invitant à abandonner l'hypothèse d'une mutatio au bord d'une voie antique. Le loco de Mutationibus traduit bien une réalité médiévale.

34En revanche, l'installation au IXe s. ou au Xe s. se trouve amplement documentée par les sépultures antérieures à l'église romane, par le mobilier de sept silos, avec une nouvelle série de céramiques peintes carolingiennes dont on mesurait mal jusqu'à présent la diffusion hors de la vallée du Vidourle (CATHMA Languedoc. 1993.). Curieusement, la fonction du secteur fouillé se trouve analogue à celle de l'occupation préhistorique : en lisière de l'habitat se développe une aire d'ensilage. C'est l'illustration d'un modèle désormais classique dans la région, comme l'ont montré successivement les fouilles de Lunel-Viel, Dassargues (Lunel), Saint-Gilles le Vieux (Bouby, Laurent ; Olive, Claude ; Maufras, Odile ; Mercier, Catherine. 2002.) : une partie des récoltes, probablement destinée aux semis, est conservée hors des habitations où les silos demeurent généralement absents, ce qui invite à envisager d'autres formes de conservation plus adaptées à la consommation domestique. Quant à l'habitat lui-même, aucun indice ne permet de le situer : rien n'autorise à affirmer qu'il occupait déjà l'emplacement du village même s'il s'agit de l'hypothèse la plus évidente. Quand et comment l'habitat se fixe-t-il ? L'exemple voisin de Lunel-Viel révèle une stabilisation ancienne, probablement dès les VIe s. ou VIIe s., mais les créations plus tardives n'ont-elles pas connu elles aussi une phase initiale d'instabilité ? C'est en ce sens que les prospections systématiques réalisées sur un autre site voisin, Saint-Denis-de-Genestet (Lansargues), en soulignant la succession de deux noyaux, l'un contemporain de la fondation de l'église, aux IXe s.-XIe s., le second établi au cours du XIIe s. (Garnier, Bruno ; Garnotel, Alexandrine ; , Catherine ; Raynaud, Claude. 1995.). Seuls de nouveaux sondages dans le centre de Mudaison apporteraient des éléments de réponse à cette question majeure sur la genèse du village méditerranéen.

35L'ubiquité de ces fosses d'ensilage en dit long sur l'importance de la production des céréales, mais aussi des légumineuses, dans le cycle agraire du haut Moyen Âge. Regrettons à ce titre que les silos, à Mudaison comme en bien des cas, livrent si peu d'indices sur leur contenu initial, avant leur réutilisation comme dépotoirs : aucune semence carbonisée n'a pu être observée. Cette prépondérance des structures de conservation ne doit pas pour autant oblitérer d'autres productions aux vestiges moins palpables ou moins nombreux. C'est le cas en particulier de la vigne, trop rarement décelée à cette époque pour que l'on ne souligne pas la découverte d'une serpette de vigneron dans un silo de Mudaison (Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien1). De même l'élevage demeure méconnu et la petite série d'ossements de faune découverte à Mudaison permettra d'étoffer une documentation encore très limitée.

36Les XIIe s. et XIIIe s. ne sont pas représentés sur la fouille, sans que l'on puisse en déduire un abandon du site. Les textes sont là pour souligner la continuité de l'occupation : le lieu est mentionné deux fois dans le même acte du début du XIIe s., sous les deux formes Mudazon et Mutationibus(Rouquette, Julien. 1912-1927.) en 1134 un Johannes de Mudazonus et sa famille donnent une vigne en alleu (Cartulaire d'Aniane, 241), (Durand, Aline. 1986-1987.), enfin en 1150 Mudazons apparaît dans une liste d'albergue au compte de Dalmace de Castries (Cartulaire Guilhems, 576) (Société archéologique de Montpellier. 1884-1886.).

37C'est dans la première moitié du XIVe s. que sont creusés de nouveaux silos, en tous points comparables aux précédents, dans un secteur qui a conservé sa position extérieure à l'habitat. Le problème se pose de dater la construction de l'enceinte, assurément postérieure à celle de l'église romane mais encore mal cernée. L'hypothèse la moins aventureuse serait d'insérer cet évènement dans la série des fortifications entre le milieu du XIIIe s., peut-être liées aux troubles des Pastoureaux, avec l'extension des remparts de Lunel dans la décennie 1250, et le milieu du XIVe s., avec les bandes de routiers de la guerre de Cent Ans, qui voit s'édifier l'enceinte de Marsillargues dans la décennie 1360. La forme quadrangulaire de l'enceinte et la relégation de l'église dans un angle constituent autant d'indices probants, mais là encore des compléments de fouille s'imposent pour compléter cette archéologie du village. De nouveaux travaux de rénovation permettront peut-être de compléter le dossier documentaire.

Haut de page

Bibliographie

Hamlin, Franck R.Cabrol, André Abbé. 1983 : Les Noms de lieux du département de l'Hérault : nouveau dictionnaire topographique et étymologique, Mèze-Montpellier, André Cabrol, 435 p.

Favory, FrançoisMalvis, Jean-MichelMercier, CatherineRaynaud, ClaudeRoger, Karine. 1993 : « Limitations antiques et morphologie parcellaire dans le Lunellois (Hérault) : données de fouilles récentes », Revue archéologique de Narbonnaise, 26, p. 139-170, 23 fig.

Raynaud, Claude. 1996 : « Les campagnes rhodaniennes : quelle crise ? », in Le IIIe s. en Gaule Narbonnaise : données régionales sur la crise de l'Empire, Sophia-Antipolis, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques, p. 189-212, 15 fig.

Jallot, Luc. 1994 : « Lès en Languedoc oriental », Archéologie en Languedoc, 18, p. 49-69, 15 fig.

CATHMA Languedoc. 1993 : « Céramiques languedociennes du haut Moyen Âge (VIIe s.-XIe s.), Archéologie du Midi médiéval, XI, p. 11-228.

Bouby, LaurentOlive, ClaudeMaufras, OdileMercier, Catherine. 2002 : « Gard », s.l., Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse, tome 3, p. 945-972.

Garnier, BrunoGarnotel, AlexandrineMercier, CatherineRaynaud, Claude. 1995 : « De la ferme au village : Dassargues du Ve s. au XIIe s. (Lunel, Hérault) », Archéologie du Midi médiéval, 13, p. 1-78.

Rouquette, Julien. 1912-1927 : Cartulaire de Maguelone, I, Julien Rouquette éd., 6 vol., Montpellier, Librairie Louis Vallat, p. 97-98.

Durand, Aline. 1986-1987 : « Propositions de datation pour quelques documents du cartulaire d'Aniane », Études sur l'Hérault, n.s., 2-3, p. 35-36.

Societe archéologique de Montpellier. 1884-1886 : Liber instrumentorum memorialum : cartulaire des Guilhems de Montpellier, Societe archéologique de Montpellier, J. Martel imp., 859 p.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien

Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADKLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République

Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°3 : Plan détaillé du sondage 1 (1995)

Fig. n°3 : Plan détaillé du sondage 1 (1995)

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°4 : Relevé de la façade de l'église Saint-Assiscle

Fig. n°4 : Relevé de la façade de l'église Saint-Assiscle

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°5 : Plan détaillé du sondage 4 (1997)

Fig. n°5 : Plan détaillé du sondage 4 (1997)

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°6 : Histogramme des assises du parement de l'église romane

Fig. n°6 : Histogramme des assises du parement de l'église romane

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°7 : Relevé pierre à pierre de la façade de l'église, partie sud

Fig. n°7 : Relevé pierre à pierre de la façade de l'église, partie sud

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°8 : Plan détaillé de l'aire 6 (en grisé les tranchée)

Fig. n°8 : Plan détaillé de l'aire 6 (en grisé les tranchée)

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°9 : Coupes stratigraphiques du fossé 8 (A-C), du fossé 9 (D-E) et du sondage 4 (F)

Fig. n°9 : Coupes stratigraphiques du fossé 8 (A-C), du fossé 9 (D-E) et du sondage 4 (F)

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°10 : Céramiques fontbuxiennes de la fosse 22

Fig. n°10 : Céramiques fontbuxiennes de la fosse 22

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Fig. n°11 : Céramiques glaçurées du dépotoir 10 et serpette du silo 35

Fig. n°11 : Céramiques glaçurées du dépotoir 10 et serpette du silo 35

Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : PPlan du centre de Mudaison : report des éléments d'enceinte sur le plan napoléonien
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADKLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Fig. n°2 : Localisation des fouilles sur la place de la République
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. n°3 : Plan détaillé du sondage 1 (1995)
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. n°4 : Relevé de la façade de l'église Saint-Assiscle
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. n°5 : Plan détaillé du sondage 4 (1997)
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. n°6 : Histogramme des assises du parement de l'église romane
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. n°7 : Relevé pierre à pierre de la façade de l'église, partie sud
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. n°8 : Plan détaillé de l'aire 6 (en grisé les tranchée)
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. n°9 : Coupes stratigraphiques du fossé 8 (A-C), du fossé 9 (D-E) et du sondage 4 (F)
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. n°10 : Céramiques fontbuxiennes de la fosse 22
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. n°11 : Céramiques glaçurées du dépotoir 10 et serpette du silo 35
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11597/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Claude Raynaud, « Mudaison », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11597

Haut de page

Responsable d'opération

Claude Raynaud

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals