Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2013GuadeloupeLes Abymes – Belle-Plaine (CHU)

2013
Guadeloupe

Les Abymes – Belle-Plaine (CHU)

Fouille préventive (2013)
Responsable d’opération : Martijn van den Bel

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013

Numéro d’opération :

23840

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La fouille archéologique préventive du site précolombien « CHU Belle Plaine » a été réalisée en amont du projet du futur Centre hospitalier universitaire (CHU). Le site a été découvert lors d’un diagnostic archéologique Inrap en 2011 (cf. J. Briand, Les Abymes – Belle-Plaine, 2011 ; Briand 2012). L’objectif de cette opération était d’identifier la nature de cette occupation : habitat ou ses marges, par la fouille des structures en creux et l’étude de leur répartition spatiale. La phase post-fouille est encore en cours à la date de parution de cette notice, et l’on se contentera ici de présenter une image globale du site à partir de données partielles : répartition des structures en creux, étude de la céramique, et datations radiocarbones. Les autres analyses du mobilier lithique et des ossements, des sépultures, et des prélèvements de colonnes microstratigraphiques sont toujours en cours.

2Le site est localisé dans la partie occidentale de la Grande-Terre dans la plaine littorale des Abymes qui forme une zone intermédiaire entre le Grand Cul-de-Sac Marin à l’ouest et les mornes calcaires des Grands-Fonds à l’est. Le substratum est composé de roches volcaniques altérées de couleur rouge à orangée. Le site se trouve sur une petite élévation à 15 m d’altitude. À proximité émergent de petites collines calcaires isolées. Au nord-nord-ouest se trouvent des bas-fonds humides où une source alimente le cours d’eau de Belle-Plaine maintenant aménagé en canal. En bordure de cette zone marécageuse, à 1,5 km à l’ouest, se trouve l’habitat troumassoïde de « Belle Plaine » (Stouvenot 2010), qui constitue l’occupation précolombienne la plus proche de notre intervention, et qui paraît de surcroît contemporaine. L’étude géomorphologique ainsi que les tranchées archéologiques ont démontré que la parcelle concernée, utilisée depuis longue date pour la culture de la canne, avait été fortement perturbée par des terrassements agricoles décapitant la partie la plus élevée du terrain où les structures fouillées se sont avérées les moins profondes du site.

3Après décapage de l’emprise (6 348 m2) nous avons identifié et fouillé 321 structures en creux. Deux zones d’occupation séparées d’environ 50 m, ont été reconnues : (1) une Zone « Nord » avec une vingtaine de grandes fosses circulaires, deux sépultures et plusieurs trous de poteau, et (2) une Zone « Sud » avec une dizaine de fosses circulaires et des trous de poteau (fig. 1). Ces deux zones représentent vraisemblablement deux aires d’habitat et/ou d’activité distinctes. Pour l’instant, aucun plan de maison n’a été reconnu parmi les trous de poteau. Les fosses circulaires représentent les structures les plus marquantes du site. Il s’agit de fosses de différentes dimensions (entre 70 et 200 cm de diamètre pour des profondeurs comprises 20 et 80 cm) relativement pauvres en mobilier. On en distingue trois types selon leurs profils : en cuvette, à fond plat et coniques. En général, on peut noter que les fosses à fond plat se situent plutôt dans la Zone Nord et les fosses coniques plutôt dans la Zone Sud. Une autre caractéristique est la présence de gros blocs, galets ou fragments de galets volcaniques ou calcaires, posés au fond des fosses ou contre leurs parois (fig. 2). Les parois et fonds des fosses présentent toujours un aspect lisse, qui semble le résultat d’un travail soigné et bien fini évoquant un bassin. Pour la plupart des fosses nous avons pu constater visuellement un ou deux niveaux de remplissage : une couche principale de limon argileux homogène d’une couleur brun foncé contenant quelques fragments de charbon et de tessons, et une deuxième couche, d’une couleur plus foncée avec plus de charbon, se trouvant soit à la base de la fosse, soit au contraire au-dessus de la couche principale, ce qui suggère dans ce dernier cas un affaissement de la couche humifère superficielle dans la fosse partiellement comblée après son abandon. La texture homogène de ces remplissages, la faible quantité de mobilier et la présence de gros blocs fait penser à un comblement rapide, peut-être engendré par l’érosion très active sur le site comme nous avons pu le constater lors de la fouille. La répartition des fosses circulaires dans la Zone Nord se divise en deux aires secondaires dans laquelle on peut distinguer des alignements de plusieurs fosses ceci suggérant une organisation des fosses par rapport aux étapes d’un travail. Il est intéressant de noter que les fosses semblent accompagnées par des foyers repérés par une rubéfaction du sol. Ces foyers sont de petites fosses en cuvette de diamètres variant entre 74 et 40 cm. On suppose que l’activité liée aux grandes fosses pourrait être dépendante du feu. Ce site apparaît comme dédié à une activité très spécifique qui est probablement liée à son implantation dans l’environnement, et pouvant être un site secondaire ou satellite d’un site d’habitat.

Fig. 1 – Plan schématique : répartition des structures

Fig. 1 – Plan schématique : répartition des structures

Fig. 2 – Fosse circulaire (F74, Zone Nord) contenant des blocs de roche calcaire

Fig. 2 – Fosse circulaire (F74, Zone Nord) contenant des blocs de roche calcaire

Cliché : N. Biwer (Inrap).

4Le mobilier céramique est constitué principalement de jattes ouvertes ou légèrement fermées avec des bords à lèvres ourlées vers l’intérieur ou des bords inclinés vers l’intérieur à lèvre amincie (51 %) se prolongeant parfois par des panses carénées. On note la présence de parois frottées (scratching) sur le haut de leur face externe. Certaines jattes à lèvre épaissie vers l’intérieur (14 %) possèdent souvent un aplat rouge appliqué à l’intérieur. Les plaques à cuire sont peu représentées (2,4 %), leur diamètre est faible, ne dépassant pas 60 cm, caractéristique qui pourrait être liée à la fonction du site. Ces plaques possèdent des pieds, ce qui s’accorde avec une attribution post-saladoïde comme cela est reconnu pour les Iles-Sous-le-Vent (Allaire 1977, p. 312-313 ; Bright 2011, p. 185, 191). Ceci est conforté par la présence du scratching et de petits adornos anthropomorphes, éléments stylistiques de l’Âge Céramique tardif. Des observations de la pâte en lame mince ont montré l’omniprésence de chamotte, un dégraissant peu connu dans les Petites Antilles qui mérite plus d’attention car cette technologie pourrait évoquer des liens avec le continent sud-américain.

5Complétant cet ensemble, deux sépultures ont été retrouvées (fig. 3), avec un mode d’inhumation en position fœtale hyperfléchie comme cela est généralement le cas sur les sites précolombiens antillais. Les datations radiocarbones (N = 10) nous proposent une occupation entre 1000 et 850 BP, soit une période courte compatible avec l’attribution culturelle de la céramique aux séries troumassoïdes tardives (après 1000 apr. J.-C.) ou encore suazoïdes, sachant que la transition entre ces deux grands complexes céramiques est encore considérée comme plutôt confuse et mal définie.

Fig. 3 – Sépulture en fosse F89

Fig. 3 – Sépulture en fosse F89
Haut de page

Bibliographie

Allaire L. 1977 : Later Prehistory in Martinique and the Island Caribs: Problems in Ethnic Identification, thèse de doctorat, université de Yale, 397 p.

Briand J. 2012 : DOM, Guadeloupe, Les Abymes, Belle-Plaine, rapport de diagnostic archéologique, Bègles, Inrap GSO, 154 p.

Bright A.J. 2011 : Blood is thicker than water: Amerindian occupation and the intraand interinsular relationships in the Windward Islands, thèse de doctorat, université de Leiden, 296 p.

Stouvenot C. 2010 : Le dépotoir précolombien du site de Belle Plaine, une occupation troumassan-troumassoïde, Les Abymes, Guadeloupe Antilles françaises (fouille 2007), rapport de sondage archéologique, Basse-Terre, Direction des Affaires culturelles, Service régional de l’archéologie, 78 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan schématique : répartition des structures
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 2 – Fosse circulaire (F74, Zone Nord) contenant des blocs de roche calcaire
Crédits Cliché : N. Biwer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 3 – Sépulture en fosse F89
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martijn van den Bel, « Les Abymes – Belle-Plaine (CHU) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 24 février 2022, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/116146

Haut de page

Auteur

Martijn van den Bel

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Martijn van den Bel

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search