Navigation – Plan du site
1993

Castelnaudary – La Ville (oppidum du Pech)

Notice rédigée par : Jean-Paul Cazès

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1998 (SU) ; 1996 (SU) ; 1993 (SU)

1Depuis une trentaine d’années, la surveillance de travaux d’urbanisme dans le quartier du Pech, qui s’étend sur l’emplacement de l’oppidum de Sostomagus, a permis de recueillir des données sur son occupation au second âge du Fer (Passelac, Michel. 1994). Outre les fouilles et observations réalisées par Michel Passelac (fosses à amphores, activité potière, etc.), la rénovation d’immeubles particuliers a récemment occasionné plusieurs découvertes.

2En 1993, un fond de fosse creusée dans le substrat (grès tendre) a été fouillé. De forme quadrangulaire (1,20 m x 1 m), elle n’était conservée que sur 0,30 m de profondeur. Il est par conséquent impossible d’évaluer le niveau de circulation contemporain et donc la profondeur initiale de la cavité. Le comblement, composé d’un sédiment organique comprenant de nombreux charbons de bois, a livré des céramiques gauloises et un fragment de coupe campanienne caractéristiques du IIe s. av. J.-C. La fosse a servi de dépotoir mais son utilisation initiale reste inconnue. Sa morphologie semble exclure une fonction de silo. Son comblement ainsi que le mobilier découvert dans les environs incitent à la situer dans un contexte d’activité domestique, au cœur de l’agglomération de Sostomagus.

3Le contexte domestique de la première fosse a été confirmé en 1998 par la découverte d’une autre structure située à une dizaine de mètres. Il s’agit d’un puits similaire au précédent, apparu sous un remblai de terre végétale dont la partie inférieure s’est constituée dès l’âge du Fer. Ce puits avait été partiellement détruit lors du creusement d’un puits moderne, toujours utilisé. Creusé dans le substrat, avec un plan sensiblement carré d’environ 1 m2, il avait une profondeur de l’ordre de 2,50 m.

4La partie inférieure du comblement, constituée durant son utilisation, recelait une grande quantité de céramiques gauloises, certaines modelées mais la plupart tournées, ainsi que des dolia du type de ceux fabriqués sur l’oppidum. On peut noter la rareté des céramiques d’importation, seulement représentées par un petit vase d’origine ampuritaine et de rares morceaux d’amphores italiques.

5Le remblai ayant servi à combler la partie supérieure du puits a livré un mobilier assez abondant et chronologiquement homogène. On peut noter la présence de quelques tessons de céramiques campaniennes et d’amphores italiques. Un morceau de calotte crânienne humaine y a aussi été découvert. L’étude du mobilier permettra de préciser la datation de cette structure, que l’on peut placer dans le courant du IIe s. avant notre ère, peut-être plus tôt pour le début de son utilisation.

6Sur le même site, mais à 70 m vers le sud, une structure en creux a été découverte en 1996. La partie supérieure du creusement avait déjà été entamée par l’aménagement ancien des lieux, mais, en bordure de parcelle, sa coupe a pu être observée jusqu’à un remblai ancien recouvrant son comblement. La fouille de la partie inférieure a montré qu’il s’agissait d’un puits de plan carré mesurant 1,10 m de côté. Sa profondeur initiale était de l’ordre de 3 m. La plus grande partie du comblement, très homogène, correspond à un remblai réalisé lors de l’abandon du puits. Elle a livré un abondant mobilier céramique, avec une forte proportion d’importations italiques. Après un net ressaut, le fond se rétrécissait et devenait circulaire pour se terminer en cuvette. Il était comblé de sable et de limon argileux provenant de l’érosion des parois lors de son utilisation. Le mobilier y était rare, se limitant à des récipients de puisage – deux cruches et une moitié d’amphore découpée et présentant des orifices destinés à la suspension. Les céramiques, qui restent à étudier en détail, permettent de dater l’abandon du puits dans la deuxième moitié du IIe s. avant notre ère.

7L’ensemble de ces découvertes et des observations plus ponctuelles confirment la densité de l’occupation de cette partie du site et, plus particulièrement, sa fonction d’habitat. Du point de vue chronologique, on note une forte représentation du IIe s. avant notre ère, qui correspond sans doute à une période essentielle de l’activité de l’oppidum.

Haut de page

Bibliographie

Passelac, Michel. 1994 : « Castelnaudary : Sostomagus », in Guilaine, Jean; Sacchi, Dominique; Vaquer, Jean (dir.), Aude des origines, Carcassonne, Archéologie en terre d'Aude, p. 140-141.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Paul Cazès, « Castelnaudary – La Ville (oppidum du Pech) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11639

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Paul Cazès

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals