Navigation – Plan du site
1995

Vers-Pont-du-Gard

Pont à arcades de la Lône
Responsable(s) des opérations : Michel Gazenbeek

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité romaine

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1995 (SD)

1On avait observé des stalactites et même un plancher stalagmitique qui s’est développé entre les murs de bouchage, sous les arches 19, 20 et 27 de la Lône. L’existence de spéléothèmes susceptibles d’avoir enregistré des événements sismiques a été vérifiée, en 1995, sous les arches 19, 20 et 21. Au-delà des observations présentées ci-dessous, différents types d’analyses effectuées sur ces spéléothèmes, sont publiées (Combes, P. ; Paillet, Jean-Louis. 1997.).

Arche 20

2Le nettoyage de la coupe laissée en 1986 a confirmé qu’il existait deux planchers (C.1 et C.2), mais aussi que le plancher le plus ancien n’est pas continu. Par endroits, le second (C.2) repose directement sur les déchets de taille de la couche de construction (C.3 et C.5). De même, ce niveau de construction est composé de deux horizons distincts, séparés par une mince bande de matériel noirâtre (C.4), délimitant sans doute un niveau lié à la construction des piles et de l’arche (C.5), qui repose directement sur le sol naturel d’argile rouge d’altération (C.7) et un niveau contemporain des murs de bouchage (C.3).

3La coupe a aussi permis d’observer la formation du premier plancher stalagmitique. Sur ce niveau très mince, des stalactites brisées sont recalcifiées. L’ensemble est recouvert par le second plancher, sur lequel des stalactites brisées sont également recalcifiées.

Arche 19

4La partie dégagée du plancher, qui s’amincit rapidement de l’axe médian de l’arche vers la pile, a fait l’objet de plusieurs observations. D’abord, certaines stalagmites ont été brisées par la chute des claveaux. Ensuite, le plancher est parsemé de stalactites brisées, recalcifiées au sol ainsi que de stalactites non recalcifiées, provenant de la voûte effondrée. Il existe, en outre, deux types de stalagmites : l’un en calcite pure très dure, l’autre en dépôts carbonatés friables et de couleur laiteuse. Notons qu’une stalagmite formée dans le bouchage du trou d’homme fait partie de la première génération de stalagmites. La chute des claveaux a brisé des stalagmites et des stalactites qui sont répandues sur le plancher et qui ne présentent pas de traces de recalcification.

Arche 21

5Le plancher a été dégagé sur la seule partie nord. Il a été perturbé, notamment contre le mur de bouchage droit par l’activité de récupérateurs de matériaux. Il présente des stalactites brisées, reconcrétionnées en surface. Les fragments du plancher, rejetés au moment de l’épierrement du parement du mur de bouchage, montrent que ce plancher est double. Des stalactites prises sous les stalagmites, à la base du plancher y sont visibles. Ici, l’épaisseur du niveau de stalactites brisées, non reprises dans le plancher est de l’ordre de 10 cm.

Haut de page

Bibliographie

Paillet, Jean-LouisCombes, P.. 1997 : « Des traces de l’activité de la faille de Nîmes sur l’Augusteum de Nîmes », in Archéologie et sismicité. Autour d’un grand monument, le Pont du Gard, Juan-les-Pins, ADPCA, CRA de Valbonne.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Vers-Pont-du-Gard », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11646

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals