Navigation – Plan du site
1994

Sauvian

Casse-Diables, zone 2
Responsable(s) des opérations : Daniela Ugolini, Christian Olive, Nelly Le Meur, Anne Hasler, Myriam Sternberg, David Canal-Barcalà et Olivier Ginouvès
Notice rédigée par : Daniela Ugolini et Christian Olive

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Fer

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1994 (SU)
Inventeur(s) : Ugolini Daniela (CNRS) ; Olive Christian (SRA) ; Le Meur Nelly (INRAP) ; Hasler Anne (INRAP) ; Sternberg Myriam (CNRS) ; Canal-Barcalà David (université de Barcelone) ; Ginouvès Olivier (INRAP)

1L'aménagement d'une zone commerciale à Sauvian [ZAC de la Porte, lieu-dit « Casse-Diables », (Fig. n°1 : SSituation du site de Casse-Diables, Zone 2, avec courbes de niveau)], commune située quelques kilomètres au sud de Béziers, a rendu nécessaires des recherches préalables (par Hervé Pomarèdes, en 1993), (Pomarèdes, Hervé ; Forest, Pierre. 1993.) qui ont mis en évidence un habitat de taille réduite d'époque protohistorique situé à environ 200 m de la villa romaine dite de « La Domergue » [(Ginouvès, Olivier., 1994.) et (Ginouvès, Olivier., 1994.)], [ (Fig. n°1 : SSituation du site de Casse-Diables, Zone 2, avec courbes de niveau), grand cercle]. Une opération de fouille préventive a été ensuite réalisée en 1994.

2L'occupation de l'âge du Fer n'avait pas vraiment été reconnue sur la commune de Sauvian, en dehors de quelques rares objets recueillis hors de tout contexte archéologique. La découverte de ce site au lieu-dit « Casse-Diables » a confirmé l'existence d'une installation humaine contemporaine de ces quelques fragments et a offert la possibilité d'une fouille exhaustive sur un établissement plus ou moins isolé dans la campagne biterroise.

3Une surface d'environ 1 000 m2 (Fig. n°1 : SSituation du site de Casse-Diables, Zone 2, avec courbes de niveau) a été entièrement décapée à la pelle mécanique, sur une profondeur d'une cinquantaine de centimètres, correspondant à la couche de terre arable. Malheureusement, le gisement était très gravement endommagé par les labours : au vu de l'arasement très avancé, l'effort a été concentré sur les points les mieux conservés, afin d'obtenir malgré tout le maximum de renseignements.

Le cadre géographique et géologique

4À 4 km au sud-ouest de Béziers, le site de Casse-Diables occupe une terrasse alluviale sur la rive droite de l'Orb [ (Fig. n°1 : SSituation du site de Casse-Diables, Zone 2, avec courbes de niveau) avec les courbes de niveau et (Fig. n°2 : Carte géologique de Sauvian. Le point rouge indique la position de la ferme de l’âge du Fer) carte géologique] et se trouve en bordure d'une cuvette naturelle comblée de limons au milieu d'un banc de galets affleurant. La cote actuelle NGF est comprise entre +9 m et +10 m. Au sud-ouest, un ruisseau, réaménagé récemment, reprend peut-être le cours plus ancien d'un drainage des eaux de ruissellement (antique ? naturel ?). Une rupture de pente très nette au niveau de la route départementale 19 (RD 19) marque la limite de la terrasse, qui est dominée par les hauteurs du plateau de l'Espagnac, culminant à environ 34 m NGF. L'Orb coule actuellement à environ un kilomètre au nord-est. Le site est donc placé dans un secteur surélevé et non inondable lors des crues de l'Orb.

Les vestiges

5L'établissement a connu aux moins deux phases, qui s'échelonnent depuis la fin du VIe s. ou le début du Ve s. jusqu'à la fin du IVe s. av. J.-C.

La phase I

6La première action humaine dans le secteur a été le creusement du puits n° 1 à partir du sol naturel complètement stérile. Très rapidement un petit habitat s'est constitué à sa proximité.

7Le puits n° 1 a été creusé à partir d'un niveau hétéromorphe non anthropisé : au sud un banc de galets, et au nord un banc de limon de couleur gris clair (Fig. n°3 : Plan de la phase I (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.)). De forme subquadrangulaire en surface (3,50 m de côté), le creusement est en entonnoir irrégulier (2 m de profondeur). Le fond, en forme de cuvette, a reçu un habillage sommaire en très gros galets tapissant les parois (Fig. n°4 : Coupe stratigraphique du puits n°1 (Ve s. av.J.-C.)). L'accès se faisait par des « paliers » en pente douce.

8Le pourtour du puits présentait un sol damé, constitué de galets de petite taille, et parsemé de fragments de vases à plat et de restes de faune. Très dense et épais à proximité du puits, il s'estompait progressivement vers l'extérieur, sur une distance d'environ 5 m du côté nord. La formation de ce sol est en étroite liaison avec l'utilisation du puits et l'étalement des galets du fond qui devaient remonter au fur et à mesure.

9Le puits est ensuite comblé (Fig. n°4 : Coupe stratigraphique du puits n°1 (Ve s. av.J.-C.)) par le déversement de gravats de toute sorte, de déchets culinaires, de galets, etc. Le mobilier recueilli permet de dater l'abandon de ce puits et son comblement de la première moitié du IVe s.

10Le seul espace bâti relativement bien conservé se trouvait dans la zone est. Les murs 1044 et 1045 formaient l'angle (incomplet !) d'un bâtiment qui devait compter, à l'intérieur, au moins un pilier (US 1046), (Fig. n°3 : Plan de la phase I (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.)). Les sols correspondant à l'espace délimité par ce bâti étaient particulièrement pauvres en mobilier archéologique.

11Dans la zone sud-est, la première fréquentation du site est concrétisée par la présence de quelques fragments de céramique et des charbons sur le sol naturel, dans lequel une petite rigole (US 1065) de direction sud-est – nord-ouest a été creusée, avec un pendage vers le nord (c'est-à-dire dirigé vers le bâti représenté par les murs 1044, 1045 et le pilier 1046), (Fig. n°3 : Plan de la phase I (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.)). La date d'installation et d'utilisation de cet ensemble se place dans le Ve s. Sa destruction devrait se situer vers la fin du même siècle ou au début du suivant.

12Les vestiges de la zone ouest (Fig. n°3 : Plan de la phase I (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.)) ne sont pas mieux conservés. Il s'agit essentiellement des restes d'un mur en galets (US 1006) et d'un petit dolium (US 1009). Entre le petit dolium et le puits, une sole de foyer de forme circulaire [ (Fig. n°3 : Plan de la phase I (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.)), SL] a été observée seulement en coupe. Elle se trouvait entre deux jetées successives de galets et sa position témoigne de la longue utilisation du puits et des activités (domestiques ? à ciel ouvert ?) qui se sont déroulées à sa proximité.

13Ces vestiges témoignent d'un habitat composé d'au moins un espace d'habitation (?) et, peut-être, d'une dépendance ou d'un second espace habité. On peut envisager que la pièce délimitée par les murs 1044, 1045 et le pilier 1046 couvrait, en fait, au moins le double de la surface conservée. Elle devait dessiner un espace carré (4 m de côté) avec un pilier central, pour une superficie d'environ 16 m2.

14Le mobilier indique que la fréquentation du lieu a commencé vers la fin du VIe s. ou le début du Ve s. av. J.-C., mais la véritable mise en place de l'établissement a dû avoir lieu légèrement après. Le puits n° 1 et les structures à proximité ont été utilisées sur une période de l'ordre de cent ans.

La phase II

15De profonds réaménagements affectent le site dans la première moitié du IVe s., qui vont complètement changer sa physionomie. De nouveau, et même plus gravement, l'état de destruction des vestiges empêche une approche globale suffisamment documentée.

16À cette période appartient une série importante de remblais qui recouvrent les vestiges antérieurs. Le puits n° 1 est comblé (Fig. n°4 : Coupe stratigraphique du puits n°1 (Ve s. av.J.-C.)) et son pourtour puissamment remblayé.

17La zone de l'ancien puits est alors investie par un habitat – très arasé – qui permet quand même de voir que toute la zone située au sud du mur 1002, construit à ce moment-là, est désormais bâtie.

18Créé pendant cette période, le puits n° 2 (Fig. n°5 : Plan de la phase II (IVe s. av. J.-C.)) se situe à environ 3 m au nord du mur 1002. De forme circulaire (4 m de diamètre), il est un peu plus grand que le puits n° 1 et sa forme est plus régulière (-3,50 m de profondeur). Creusé à partir d'un niveau d'utilisation disparu dans les labours, son fond était tapissé de façon régulière et systématique avec de gros galets. Le comblement était constitué de trois principales recharges (Fig. n°6 : Coupe stratigraphique du puits n° 2 (IVe s. av. J.-C.)).

19Ce puits ne se lie clairement à aucune autre structure présente. À titre d'hypothèse, on peut suggérer qu'il a fonctionné en même temps que les murs 1002 et 1004 et le four 1005. L'épaisseur relativement importante de la vase du fond laisse supposer qu'il est resté ouvert et inutilisé pendant une assez longue période avant d'être bouché.

20Il ne nous reste très que peu de vestiges du plan de cette phase (Fig. n°5 : Plan de la phase II (IVe s. av. J.-C.)). Le mur 1002, qui est long au moins de 5,50 m, respecte les directions relevées pour la phase précédente et devait être assez imposant. Quant au mur 1004, qui est légèrement en biais, il a été fortement endommagé par la charrue qui a pu en bouger les pierres.

21Le mur 1002, de direction est-ouest, se présentait comme un alignement lâche, très abîmé et ébranlé par la charrue (arrachement des blocs), de grosses pierres calcaires non équarries disposées les unes à la suite des autres en deux parements. Conservé sur une seule assise large de 0,50 m à l'endroit le mieux conservé, d'un point de vue stratigraphique il ne se liait à aucune autre structure présente. Il apparaît néanmoins clairement que son installation est postérieure à celle du puits n° 1. Un foyer lenticulaire (US 1024, 0,40 m de diamètre) à proximité du mur 1002, appartient à la période d'installation de celui-ci.

22La zone située à l'est a révélé les restes du mur 1004 (Fig. n°5 : Plan de la phase II (IVe s. av. J.-C.)), de direction nord-est - sud-ouest et dans un très mauvais état de conservation. Attesté sur une longueur de 0,70 m, il a une largeur de 0,40 m.

23Cinq mètres au sud du mur 1002, est apparu un mur en galets délimitait un four domestique de forme subcirculaire (diamètre : 0,70 m x 0,63 m) dont les parois étaient conservées, du côté sud, sur une hauteur de 0,18 m (Fig. n°7 : Four domestique (IVe s. av. J.-C.)). La sole (Fig. n°8 : Vue de la coupe du four domestique (IVe s. av. J.-C.)) était bien préservée et avait une épaisseur de 0,02 m à 0,03 m. Elle ne présentait pas de radier construit.

24À proximité immédiate du four, se trouvait une plaque d'argile cuite (us 1051) contenant de minuscules éclats de calcaire, recouverte par une couche argilo-limoneuse noire. Les contours suggèrent une forme ovoïde de 0,90 m de diamètre placée contre 1052 et 1010. La surface, très irrégulière, reposait directement sur la recharge de galets (US 1075).

25Particulièrement arasé, cet état ne permet pas une approche détaillée de l'habitat. Néanmoins, on peut dire que la deuxième phase a impliqué une réfection globale des bâtiments. Si les alignements des murs semblent conserver les mêmes directions que précédemment, l'aménagement des espaces a profondément varié : le puits n° 2 est construit apparemment hors les murs du bâti et l'espace d'habitation (?) se déplace (ou investit) la zone auparavant occupée par le puits n° 1.

Le mobilier

26Le faciès du mobilier est particulièrement intéressant, malgré un état de conservation plutôt mauvais (Ugolini, Daniela ; Olive, Christian ; Le Meur, Nelly ; Hasler, anne ; Sternberg, Myriam ; Canal-Barcalà, David. 1998.).

27La céramique non tournée est peu représentée et, pour les besoins culinaires, les vases tournés à gros dégraissant dominent, avec les formes caractéristiques de la zone Orb-Hérault. De même, les mortiers sont pour la plupart des produits biterrois, mais les massaliètes sont aussi bien attestés.

28La vaisselle de table est surtout en céramique à pâte claire (peinte ou non peinte) avec près de 60 % des individus en grande partie de fabrication régionale (Béziers, Hérault). Parmi les formes, on trouve surtout les coupes et les cruches, alors que les jarres sont peu représentées, conformément à ce qui s'observe à Béziers-même.

29La céramique grise monochrome (de fabrication biterroise) représente plus de 8 % des individus et les formes sont celles du service de table (plats à marli et gobelets carénés), [voir (Ugolini, Daniela ; Olive, Christian ; Marchand, Georges ; Columeau, Philippe. 1991.) et (Olive, Christian ; Ugolini, Daniela. 1997.) pour les comparaisons avec Béziers].

30La céramique attique et les autres céramiques importées sont rares.

31La consommation amphorique est relativement importante (15 % environ) et les amphores de Marseille sont de loin les plus abondantes, alors que les ibériques ne représentent que 10 % et les étrusques 4 % des individus. Les amphores grecques non massaliètes sont assez nombreuses.

32Les dolia sont attestés par une dizaine d'exemplaires soit 3 % du volume global des vases.

33Les objets métalliques sont rares et peu caractéristiques (au moins une fibule en bronze et un fragment de lame de couteau en fer). Une fusaïole et un jeton retaillé dans une panse de vase en pâte claire sont les seuls objets en terre cuite.

34La découverte d'un fragment de vase en verre sur noyau d'argile est assez exceptionnelle, d'autant plus qu'il s'agit de la deuxième pièce mise au jour à Sauvian.

Conclusion

35L'implantation de la « ferme » est de toute évidence liée aux possibilités hydriques du sous-sol et à la facilité de leur exploitation tant pour les besoins quotidiens que pour les importants moyens d'irrigation agricoles, comme en témoigne le creusement des deux puits, autour - ou à proximité - desquels sont construits des bâtiments.

36Les structures respectent des directions nord-sud – est-ouest : elles semblent donc orthonormées.

37Les techniques de construction observées indiquent l'emploi de matériaux disponibles sur place (les galets, l'argile) ou à proximité immédiate (les pierres calcaires). La mise en œuvre d'un pilier est originale, dans la mesure où l'habitat protohistorique contemporain méridional n'a pas eu recours à cette technique, du moins pour ce que l'on en sait à l'heure actuelle.

38Il est difficile de dire s'il s'agit d'une unité d'habitation unique ou si elle comprenait des dépendances séparées. Le bâti de la phase II, malgré le mauvais état des vestiges, laisse supposer une emprise d'au moins 10 m x 15 m.

39L'établissement de Casse-Diables devait couvrir à l'origine une surface totale (c'est-à-dire l'espace bâti et son environnement) de l'ordre de 400 m2 à 600 m2.

40Les analyses carpologiques soulignent la présence de céréales, probablement cultivées à proximité. La présence des puits, et donc d'eau en abondance, appuie l'hypothèse d'un terrain agricole - ou de jardins - facilement irrigable(s).

41Les restes de faune recueillis sont abondants : ils pourront sans doute donner des indices sur la consommation de viande des habitants, mais aussi sur les éventuelles possibilités d'élevage.

42Malgré un examen attentif, les restes d'ichtyofaune sont inexistants - ou ne se sont pas conservés. Toutefois, les coquillages marins (notamment moules, clams, huîtres) sont assez nombreux, ce qui implique et témoignent que les habitants entretenaient des contacts avec la mer, dont ils consommaient au moins certains produits.

43Le niveau de vie des habitants du site semble avoir été relativement élevé, au moins si l'on en juge par le mobilier. L'abondance des amphores - surtout massaliètes et grecques - atteste une consommation de denrées importées (vin, huile, etc.) de bon niveau par comparaison à celle de la ville contemporaine de Béziers. Le fragment de vase en verre – un vase à parfum – indique l'arrivée sur place de produits de luxe, ou tout au moins somptuaires.

44Le faciès céramique est très proche de celui contemporain de Béziers et les vases sont en majorité de production biterroise. Les vases « ibériques » ou « ibéro-languedociens » sont peu nombreux et les amphores ibériques et puniques ne représentent que 10 % de la consommation amphorique totale. Cela confirme encore une fois – si besoin était – la très faible présence de produits ibériques et ibéro-languedociens dans cette zone géographique.

45Très tourné vers Béziers quant à son faciès mobilier, l'établissement de Sauvian devait l'être aussi quant au débouché de sa production.

46La chronologie de l'occupation est basée sur un ensemble d'un peu plus de huit mille fragments céramiques et autres objets indiquant une fourchette comprise entre la fin du VIe s. ou le début du Ve s. et la fin du IVe s. av. J.-C. On ne peut alors éviter de souligner le parallèle chronologique parfait existant entre le premier Béziers [(Ugolini, Daniela ; Olive, Christian ; Marchand, Georges ; Columeau, Philippe. 1991.), (Olive, Christian ; Ugolini, Daniela. 1997.), (Ugolini, Daniela ; Le Meur, Nelly ; Hasler, Anne ; Olive, Christian. 1994.) et (Ugolini, Daniela. 1995.)] et l'établissement de Sauvian, qui renforce encore les liens déjà soulignés avec l'agglomération principale (Mazière, Florent ; Olive, Christian ; Ugolini, Daniela. 2001.).

47Le terroir exploité par la « ferme » ne peut être appréhendé à l'heure actuelle, même si divers indices confortent l'idée d'une campagne parfaitement maîtrisée et exploitée. On peut dire que la terrasse a été investie dans son ensemble dès la Protohistoire et il est intéressant de constater que, dans le même secteur, se sont succédé une exploitation agricole protohistorique et, quelques siècles plus tard, une villa romaine et cela sans compter la présence actuelle du domaine de La Domergue (Fig. n°9 : Vue aérienne du site. Dans le rectangle rouge, le site de l’âge du Fer ; à côté, la villa romaine). La persistance à travers les millénaires de l'occupation du sol sur la terrasse alluviale est la meilleure preuve de l'intérêt de ces terres pour l'agriculture. Il est d'ailleurs possible que l'occupation du sol pendant la Protohistoire sur la commune de Sauvian ait connu une certaine ampleur, car en deux endroits différents et éloignés de Casse-Diables – dont l'un a été occupé par une autre villa romaine – ont été trouvés un fragment de vase en verre et un fragment de céramique attique.

48Malgré la destruction opérée par les labours, ce site a fourni bon nombre de renseignements pour l'étude de l'installation humaine dans les campagnes biterroises entre la fin du premier âge du Fer et le début du Second. Jusqu'à sa fouille (et aux observations concernant l'ensemble de la terrasse alluviale), les données disponibles étaient extrêmement fragmentaires et, de ce fait, bien que lacunaires, celles recueillies ici sont d'une importance scientifique non négligeable. D'autre part, la mise en évidence de la quasi-superposition d'une exploitation moderne à une villa romaine, elle-même se superposant à un établissement rural protohistorique – qui est, à notre connaissance, un fait unique actuellement pour toute la région languedocienne, mais qui pourrait ne pas être un cas isolé en Biterrois – montre l'intérêt agricole de ces terres à travers les millénaires [(Ginouvez, Olivier. 1995.), (Jully, Jean-Jacques. 1993.), (Molinier M.. 1966.) et (Pomarèdes, Hervé ; Forest, Pierre. 1993.)].

Remerciements

49Cette opération archéologique de sauvetage, réalisée dans le cadre de l'INRAP, a pu avoir lieu grâce à l’engagement de plusieurs personnes et organismes. Nous tenons à exprimer notre reconnaissance à Jean-Luc Massy (alors conservateur régional de l’Archéologie du Languedoc-Roussillon) et à Martine Schwaller (conservateur du Patrimoine) qui a personnellement suivi le dossier du point de vue administratif ; à la ville de Sauvian et à ses services techniques ; à François Souq, à Hervé Pomarèdes et à Olivier Ginouvez (INRAP Méditerranée) ; ainsi qu'à P. Vidal (Viticulteur, Sauvian).

Haut de page

Bibliographie

Pomarèdes, HervéForest, Pierre. 1993 : La Domergue, Sauvian, Hérault; Repérages et diagnostic archéologiques, Avril-Mai 1993, Document final de synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, (Dactyl.).

Ginouvez, Olivier. 1994 : La Domergue, Document final de synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, (Dactyl.)

Ginouvez, Olivier. 1994 : Sauvian, ZAC de la Porte, La Domergue, Bilan scientifique régional Languedoc-Roussillon, p. 138-139

Ugolini, DanielaOlive, ChristianLe Meur, NellyHasler, AnneSternberg, MyriamCanal Barcalà, David. 1998 : « La "ferme" protohistorique de Sauvian (34). Casse-Diables, zone 2 (Ve-IVe s. av. J.-C.), in Stéphane Mauné (dir.), Recherches récentes sur les établissements ruraux protohistoriques en Gaule Méridionale, actes de la table-ronde de Lattes, mai 1997, Montagnac, éd. Monique Mergoil, p. 93-119. (Protohistoire européenne 2).

Ugolini, DanielaOlive, ChristianMarchand, GeorgesColumeau, Philippe. 1991 : « Béziers au Ve s. av. J.-C. : étude d'un ensemble de mobilier représentatif et essai de caractérisation du site », Documents d'archéologie méridionale, 14, p. 141-203.

Olive, ChristianUgolini, Daniela . 1997 : « La Maison 1 de Béziers et son environnement (Ve-IVe s. av. J.-C.) », in Daniela Ugolini (dir.), Languedoc occidental protohistorique. Fouilles et recherches récentes, VIe-IVe s. av. J.-C., Aix-en-Provence, PUP, p. 87-129. (Travaux du Centre Camille Jullian, n° 19)

Ugolini, DanielaOlive, ChristianMarchand, GeorgesColumeau, Philippe. 1991 : « Béziers au Ve s. av. J.-C. : étude d'un ensemble de mobilier représentatif et essai de caractérisation du site », Documents d'archéologie méridionale, 14, p. 141-203.

Olive, ChristianUgolini, Daniela . 1997 : « La Maison 1 de Béziers et son environnement (Ve-IVe s. av. J.-C.) », in Daniela Ugolini (dir.), Languedoc occidental protohistorique. Fouilles et recherches récentes, VIe-IVe s. av. J.-C., Aix-en-Provence, PUP, p. 87-129. (Travaux du Centre Camille Jullian, n° 19)

Ugolini, DanielaLe Meur, NellyHasler, AnneOlive, Christian. 1994 : Sauvian, Casse-Diables, Zone 2, Document final de synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier (Dactyl.).

Ugolini, Daniela. 1995 : « Béziers pendant la protohistoire (VIe s.-Ier s. av. J.-C.). Spécificités de l'occupation dans le cadre régional », in M. Clavel-Lévêque et R. Plana Mallart (éd.), Cité et territoire, actes du Ier colloque européen, Béziers, 14-16 octobre 1994, Paris, Les Belles Lettres, p. 149-168. (Annales de l'université de Besançon, 435).

Mazière, FlorentOlive, ChristianUgolini, Daniela. 2001 : « Esquisse du territoire de Béziers (VIe s. - IVe s. av. J.-C.) », in Martin Ortega A., Plana Mallart R. (dir.), Territori polític i territori rural durant l'edat del Ferro a la Mediterrània occidental, actes de la table ronde internationale d'Ullastret, Ullastret (E) 25-27 mai 2000, Girona, Mus. Arqueol. Catalunya-Ullastret, p. 87-114, (Monografies d'Ullastret, 2).

Ginouvez, Olivier . 1995 : « Un vaste site rural d'époque romaine récemment fouillé sur le territoire de la cité de Béziers », in M. Clavel-Lévêque et R. Plana Mallart (éd.), Cité et Territoire, actes du Ier colloque européen de Béziers ,1994, Paris, Les Belles Lettres, p. 169-173.

Jully, Jean-Jacques . 1993 : Céramiques grecques ou de type grec et autres céramiques en Languedoc méditerranéen, Roussillon et Catalogne. VIIe-IVe s. avant notre ère et leur contexte socio-culturel, 3 vol. Paris, Les Belles Lettres, 1560 p. 155 pl. (Ann. Litt. de l'Univ. de Besançon, 275)

Molinier M.. 1966 : Sauvian à l'époque gallo-romaine. Étude archéologique, diplôme d'État, enseignement supérieur, université de Montpellier, Montpellier, (Dactyl.).

Pomarèdes, HervéForest, Pierre. 1993 : La Domergue, Sauvian, Hérault; Repérages et diagnostic archéologiques, Avril-Mai 1993, Document final de synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, (Dactyl.).

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : SSituation du site de Casse-Diables, Zone 2, avec courbes de niveau

Fig. n°1 : SSituation du site de Casse-Diables, Zone 2, avec courbes de niveau

Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)

Fig. n°2 : Carte géologique de Sauvian. Le point rouge indique la position de la ferme de l’âge du Fer

Fig. n°2 : Carte géologique de Sauvian. Le point rouge indique la position de la ferme de l’âge du Fer

Auteur(s) : Extrait de la carte géologique du Languedoc-Roussillon, cédérom LRO3, carte n° 1040. Crédits : ADLFI (2003)

Fig. n°3 : Plan de la phase I (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.)

Fig. n°3 : Plan de la phase I (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.)

Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)

Fig. n°4 : Coupe stratigraphique du puits n°1 (Ve s. av.J.-C.)

Fig. n°4 : Coupe stratigraphique du puits n°1 (Ve s. av.J.-C.)

Auteur(s) : Hasler, Anne ; Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Hasler, Anne ; Olive, Christian (2003)

Fig. n°5 : Plan de la phase II (IVe s. av. J.-C.)

Fig. n°5 : Plan de la phase II (IVe s. av. J.-C.)

Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)

Fig. n°6 : Coupe stratigraphique du puits n° 2 (IVe s. av. J.-C.)

Fig. n°6 : Coupe stratigraphique du puits n° 2 (IVe s. av. J.-C.)

Auteur(s) : Hasler, Anne ; Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Hasler, Anne ; Olive, Christian (2003)

Fig. n°7 : Four domestique (IVe s. av. J.-C.)

Fig. n°7 : Four domestique (IVe s. av. J.-C.)

Auteur(s) : Ugolini, Daniela. Crédits : ADLFI - Ugolini, Daniela (2003)

Fig. n°8 : Vue de la coupe du four domestique (IVe s. av. J.-C.)

Fig. n°8 : Vue de la coupe du four domestique (IVe s. av. J.-C.)

Auteur(s) : Ugolini, Daniela. Crédits : ADLFI - Ugolini, Daniela (2003)

Fig. n°9 : Vue aérienne du site. Dans le rectangle rouge, le site de l’âge du Fer ; à côté, la villa romaine

Fig. n°9 : Vue aérienne du site. Dans le rectangle rouge, le site de l’âge du Fer ; à côté, la villa romaine

Auteur(s) : Ginouvèz, Olivier. Crédits : ADLFI - Ginouvèz, Olivier (2003)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : SSituation du site de Casse-Diables, Zone 2, avec courbes de niveau
Crédits Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. n°2 : Carte géologique de Sauvian. Le point rouge indique la position de la ferme de l’âge du Fer
Crédits Auteur(s) : Extrait de la carte géologique du Languedoc-Roussillon, cédérom LRO3, carte n° 1040. Crédits : ADLFI (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Fig. n°3 : Plan de la phase I (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.)
Crédits Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. n°4 : Coupe stratigraphique du puits n°1 (Ve s. av.J.-C.)
Crédits Auteur(s) : Hasler, Anne ; Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Hasler, Anne ; Olive, Christian (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. n°5 : Plan de la phase II (IVe s. av. J.-C.)
Crédits Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. n°6 : Coupe stratigraphique du puits n° 2 (IVe s. av. J.-C.)
Crédits Auteur(s) : Hasler, Anne ; Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Hasler, Anne ; Olive, Christian (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. n°7 : Four domestique (IVe s. av. J.-C.)
Crédits Auteur(s) : Ugolini, Daniela. Crédits : ADLFI - Ugolini, Daniela (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. n°8 : Vue de la coupe du four domestique (IVe s. av. J.-C.)
Crédits Auteur(s) : Ugolini, Daniela. Crédits : ADLFI - Ugolini, Daniela (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Fig. n°9 : Vue aérienne du site. Dans le rectangle rouge, le site de l’âge du Fer ; à côté, la villa romaine
Crédits Auteur(s) : Ginouvèz, Olivier. Crédits : ADLFI - Ginouvèz, Olivier (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11651/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Daniela Ugolini et Christian Olive, « Sauvian », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11651

Haut de page

Responsables d'opération

Daniela Ugolini

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Christian Olive

SRA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals