Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2012GuadeloupeVieux-Habitants – La Grivelière

2012
Guadeloupe

Vieux-Habitants – La Grivelière

Fouille préventive (2012)
Responsable d’opération : Patrick Bouvart

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

23770

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1Les bâtiments occupent un morne dans la vallée de la Grande Rivière (fig. 1). Cette intervention précède d’importants travaux de restauration qui seront conduits par la région Guadeloupe, propriétaire de ce site protégé au titre des Monuments historiques depuis 1987. Les investigations archéologiques sur le site remontent à 1996, sous la direction de Gérard Richard (Richard 1996 ; 1997). Elles portent alors sur la maison principale. En 2010, une opération concerne des cases de travailleurs et un « petit boucan » (Bouvart et al. 2010). L’intervention de 2012 prend en compte cinq entités : un grand boucan ou « maison du géreur », une mûrisserie, une terrasse de séchage, la cuisine de la maison principale et une supposée « ancienne prison ». Les résultats cumulés sont aujourd’hui suffisamment explicites pour autoriser de nouvelles interprétations, voire associer les faits archéologiques à des contextes historiques renseignés par quelques archives.

Fig. 1 – Site actuel de la Grivelière localisé sur le plan de la commune de Vieux-Habitants découpé en sections cadastrales

Fig. 1 – Site actuel de la Grivelière localisé sur le plan de la commune de Vieux-Habitants découpé en sections cadastrales

Source : cadastre.gouv.fr

DAO : Hadès.

2Les résultats de nos recherches amènent à reconsidérer l’origine de l’appellation « La Grivelière », qui était le nom d’une habitation probablement localisée en aval du site actuel, sur la section AL de la commune (fig. 1) et qui résultait d’après les archives de la fusion de 3 habitations antérieures datant du xviiie s. (Bouvart 2014). Un glissement de toponyme au début du xxe s. aurait attribué par erreur ce nom de « La Grivelière » à la caféière objet de cette étude.

3Les plus anciennes structures de l’habitation n’ont pas toutes été clairement identifiées (phase I) (fig. 2). Plusieurs solins en maçonnerie observés dans des sondages ou sous la maison principale appartiennent à des bâtiments disparus implantés différemment de ceux d’aujourd’hui. L’année de ces constructions et leurs fonctions ne sont pas renseignées. La première période d’occupation est en revanche cernée grâce à des dépotoirs formés en contrebas, avant l’aménagement de la terrasse de séchage et des cases de travailleurs. Le mobilier confirmerait une présence pérenne dès le milieu du xixe s. Un terminus post quem est établi par le rejet d’un vase produit à Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne, entre 1824 et 1836. L’interprétation de ces rejets doit néanmoins être nuancée par l’éventualité d’une longévité plus ou moins longue d’utilisation. L’occupation semble en tout cas très limitée jusqu’au début du xxe s., tant peu de vestiges s’y rattachent. La seconde phase n’est pas encore datée. Une terrasse est aménagée à l’entrée actuelle du site. Elle sert d’assise à un bâtiment sur solins maçonnés. Elle recouvre l’arase d’une maçonnerie attribuée à la phase I.

Fig. 2 – Plan topographique du site actuel de la Grivelière figurant les bâtiments et zones de fouille

Fig. 2 – Plan topographique du site actuel de la Grivelière figurant les bâtiments et zones de fouille

1 à 8, cases des travailleurs ; 9, entrée primitive du site ; 10, entrée actuelle du site ; 11, logement de gardien ; 12, hangar à tiroirs (petit boucan) ; 13, « ancienne bonifierie » ; 14, déceriseuse ; 15, bonifierie ; 16, maison principale ; 17, terrasse de séchage ; 18, maison du géreur (grand boucan) ; 19, hangar de torréfaction ; 20, hangar ; 21, cuisine de la maison principale ; 22, cuisine de la maison du géreur.

DAO : Hadès.

4La troisième phase est une réorganisation générale du site. Les travaux font totalement disparaître les constructions antérieures. Des plateformes sont aménagées par d’importants terrassements. L’ensemble des bâtiments est édifié dans un état comparable à celui pris comme parti de restauration par les Monuments historiques. Les constructions sont majoritairement en bois. Les maçonneries sont limitées aux murs de soutènement de terrasse, caniveaux et solins. La maison principale est établie devant une terrasse de séchage et un hangar de torréfaction. Elle est augmentée d’une cuisine indépendante. à proximité, un grand boucan à tiroirs est construit en bord de ravine. L’étage sert d’habitation pour le géreur. Une cuisine externe est également maçonnée à proximité. Le bâtiment de la phase II est remplacé par un second boucan à tiroirs, plus petit. La bonifierie et la déceriseuse pourraient être installées à la même période. La construction des logements des travailleurs en contrebas est certainement l’une des dernières préoccupations. Le terminus post quem de l’une de ces cases est donné par une monnaie frappée en 1922. Elle provient d’un remblai destiné à établir la plate-forme. Cette datation contribue à identifier François Crescent Pagesy comme le commanditaire. Celui-ci acquiert le domaine des successeurs d’Alexandre-Auguste Perriollat en 1919 (Richard 2000).

5L’édifice communément appelé « anciennes prisons » est interprété ainsi en raison de son plan carré et d’une élévation maçonnée subsistante. Son étude a révélé un piédroit, assurant l’existence d’une fenêtre. L’attribution à un édifice carcéral est donc erronée. En outre, elle ne concorderait pas avec une construction des années 1920. La dernière utilisation connue est un logement pour un gardien.

6Les questionnements sur l’origine de la Grivelière et l’hypothèse d’un glissement de toponyme résultent en premier lieu du constat d’une absence de vestiges du xviiie s. et d’une faible ampleur de ceux attribuables au xixe s. Les quelques bâtiments attribués à la phase I ne suffisent pas pour loger 150 travailleurs et ne correspondent pas non plus aux 11 cases à cultivateurs mentionnées en 1896. Au final, le choix d’implantation, la hiérarchie des bâtiments et la logique de leur disposition relèveraient peut-être d’une tradition, mais ils ne constituent pas le témoignage d’une exploitation agricole basée sur l’esclavage. Il n’est pas question de nier cette histoire. Au contraire, l’éclairage apporté sur les conditions d’hébergement des travailleurs des années 1920 permet d’appréhender plus facilement celles des esclaves, puis des travailleurs indiens ou chinois.

Haut de page

Bibliographie

Bouvart P., Dieulafait F., Larre F., Losier C., Vallauri L. 2010 : Habitation La Grivelière, Vieux-Habitants (Guadeloupe), rapport de fouille préventive, Balma, Hadès, 2 vol., 228 p.

Bouvart P. 2014 : La Grivelière, une habitation caféière à la Guadeloupe, Monumental, 2014-1, p. 92-95.

Richard G. 1996 : Habitation-caféière « La Grivelière », Commune de Vieux-Habitants, rapport de recherches archéologiques, Basse-Terre, Région Guadeloupe, 14 p.

Richard G. 1999 : Richard G. : Vieux-Habitants, la Grivelière, Bilan Scientifique Régional de la Guadeloupe 1997, p. 42-43.

Richard G. 2000 : La Grivelière, habitation-caféière de Vieux-Habitants, in Begot D., Hocquet J.-C. (dir.), Le Sucre, de l’Antiquité à son destin antillais, Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane, 1998, Paris, CTHS, p. 243-263.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Site actuel de la Grivelière localisé sur le plan de la commune de Vieux-Habitants découpé en sections cadastrales
Légende Source : cadastre.gouv.fr
Crédits DAO : Hadès.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 2 – Plan topographique du site actuel de la Grivelière figurant les bâtiments et zones de fouille
Légende 1 à 8, cases des travailleurs ; 9, entrée primitive du site ; 10, entrée actuelle du site ; 11, logement de gardien ; 12, hangar à tiroirs (petit boucan) ; 13, « ancienne bonifierie » ; 14, déceriseuse ; 15, bonifierie ; 16, maison principale ; 17, terrasse de séchage ; 18, maison du géreur (grand boucan) ; 19, hangar de torréfaction ; 20, hangar ; 21, cuisine de la maison principale ; 22, cuisine de la maison du géreur.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116535/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Bouvart, « Vieux-Habitants – La Grivelière » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 24 février 2022, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/116535

Haut de page

Auteur

Patrick Bouvart

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Bouvart

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search