Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2011GuadeloupeBasse-Terre – Fort Delgrès

2011
Guadeloupe

Basse-Terre – Fort Delgrès

Opération préventive de diagnostic (2011)
Responsable d’opération : Anne Jegouzo
Notice rédigée avec Fabrice Casagrande

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

23651

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le projet de mise en valeur par le Conseil général du fort Delgrès, à Basse-Terre, a fait l’objet d’une demande de diagnostic anticipé. La création d’un réseau viaire avec parking, de tranchées pour les eaux pluviales et pour la mise en lumière est en effet prévue tout autour du fort, dans le fossé du corps de place. L’intérieur de la fortification doit profiter d’une mise en lumière générale reposant sur un large réseau de tranchées. Ainsi l’emprise totale du fort fait l’objet de la prescription, soit 45 200 m2. Cinquante et un sondages ont été réalisés sur l’ensemble de la zone. Pour concilier les limites du projet et la prescription, elles ont été implantées à l’emplacement des futures tranchées et routes (fig. 1).

Fig. 1 – Plan du Fort Delgrès et localisation des sondages du diagnostic

Fig. 1 – Plan du Fort Delgrès et localisation des sondages du diagnostic

DAO : Cabinet Axo.

Rapide contexte historique

2Vers 1650, 15 ans après l’installation française sur l’île de Guadeloupe, Charles Houël fait édifier sur les hauteurs de la future cité de Basse-Terre un premier fort d’aspect féodal : un donjon carré accompagné par la suite de 4 redents qui dessinent un plan en étoile. Dès 1667, cette maison forte est entourée de parapet et d’un rempart taluté.

3Entre 1703 et 1722 le fort subit d’importantes modifications avec la création vers l’est du grand cavalier.

4Le donjon d’origine est alors détruit. J.-B. Labat fait réaliser une demi-lune devant la porterie et des citernes ouvertes qui coupent le fort en deux.

5Entre 1722 et 1740, le fort bénéficie des progrès architecturaux des fortifications avec l’introduction du système bastionné. Le bastion de Basse-Terre est réalisé. Divers bâtiments liés au fonctionnement interne sont également construits dans l’enceinte de l’ancien fort, comme le logement des officiers et de la garnison.

6Après de nombreux projets d’agrandissement, le fort connaît son apogée architectural entre 1785 et 1794. Il présente alors le plan conservé aujourd’hui, quelques bâtiments et fortifications ayant disparus depuis.

7Comme tout fort qui se respecte, le fort Delgrès est à plusieurs reprises le lieu de combats : avec les Anglais d’une part en 1691, puis en 1703 et en 1759 où il tombe à leurs mains durant 4 années, et d’autre part en 1802 avec la révolte de Louis Delgrès et de ses troupes après le rétablissement de l’esclavage.

8Au cours du xxe s. le fort connaît un désarmement progressif. Après avoir été vendu comme bien public en 1912, servi de caserne et d’entrepôts à bananes, il est classé au titre des Monuments historiques en 1977.

Les résultats

9Cette opération de diagnostic s’est révélée aussi riche en vestiges archéologiques que le laissait le présager le contexte d’implantation, le fort Delgrès. Si la vision lacunaire propre à ce type d’expertise ne permet pas de comprendre l’ensemble et l’évolution de la topographie de cette fortification, elle dévoile néanmoins un fort potentiel archéologique.

10À l’extérieur du fort, l’étude a mis en évidence un fossé sec à fond plat bénéficiant d’une cunette pour l’évacuation des eaux. S’il est en général peu comblé, certaines zones de dépotoirs sont conservées. Elles recèlent un riche mobilier militaire et domestique, témoin de l’occupation du fort pendant trois siècles. Si cette étude du mobilier apporte en effet des datations pertinentes, elle dévoile également les pièces d’artillerie utilisées dans la défense et l’attaque du fort (fig. 2 et 3), la vaisselle commune ou de qualité d’une garnison, ainsi que des éléments d’uniforme, jusqu’au bouton de sous-vêtement.

Fig. 2 – Mobilier métallique en lien avec les canons : crochet de retrait, rondelle et esse

Fig. 2 – Mobilier métallique en lien avec les canons : crochet de retrait, rondelle et esse

Clichés et DAO : F. Casagrande (Inrap).

Fig. 3 – Baïonnette à lame triangulaire correspondant au modèle de 1717

Fig. 3 – Baïonnette à lame triangulaire correspondant au modèle de 1717

Les dimensions resteront identiques jusqu’à l’an IX.

Clichés : F. Casagrande (Inrap).

11Toujours à l’extérieur du fort, en avant de la porterie, la double caponnière – aujourd’hui disparue – est attestée par la mise au jour du fossé la séparant de l’escarpe. Contre l’escarpe du bastion du génie, deux bâtiments probablement tardifs et à usage domestique sont aussi avérés.

12Plus au sud, les sondages réalisés le long du chemin couvert ont mis en évidence un vaste ensemble bâti stratifié. Il est associé aux différentes phases de construction, remaniement et transformation de la batterie appelée aujourd’hui Caroline (fig. 4). En dépit de l’identification générale de la batterie, les plans de cette fortification avec ses murs et ses sols restent à comprendre. De même, certaines constructions semi-circulaires pouvant être interprétées comme les limites de plateforme de tir ou les fondations de rails d’orientation d’affûts côtiers restent à étudier plus précisément.

Fig. 4 – Vestiges probables de la batterie Caroline

Fig. 4 – Vestiges probables de la batterie Caroline

Cliché : A. Jegouzo (Inrap).

13À l’intérieur du fort, presque tous les sondages se sont révélés positifs, présentant très bien conservés. Une cour pavée semble être aménagée entre la porterie et le pavillon des officiers. Toutes les façades de bâtiment semblent également bénéficier d’un trottoir dallé avec caniveau. Ces derniers ainsi et que d’autres conduits ont dévoilé un réseau hydraulique important. Il traverse le fort du nord au sud, est également réparti à tous les étages et alimente les citernes ; une partie de son tracé et de ses modifications reste à découvrir.

14Enfin de nombreuses maçonneries ont été découvertes. Elles illustrent à travers ces bâtiments abandonnés et détruits les transformations architecturales du fort. L’étude comparative des données archéologiques avec les sources iconographiques des vestiges affleurant et s’est révélée riche d’enseignements. Certaines constructions restent néanmoins inédites et les plans anciens souvent trop succincts. Les niveaux de circulation, l’organisation interne des bâtiments, les édifices enterrés ne sont malheureusement pas représentés. De nombreuses questions restent en suspens : quelle est la fonction et le plan du bâtiment semi-enterré à l’est de la prison ? Comment s’organise-t-il avec les édifices limitrophes ? Comment la citerne est-elle alimentée ? Quelle est l’évolution du bâtiment devant la grande poudrière ? Comment sont conservées les casernes situées sous la rampe du bastion de Basse-Terre ?

15Le suivi de travaux réalisés lors de l’installation des réseaux dans la partie basse du fort a permis de confirmer la présence des bâtiments anciens comme des espaces de circulation repérés lors du diagnostic.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du Fort Delgrès et localisation des sondages du diagnostic
Crédits DAO : Cabinet Axo.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 722k
Titre Fig. 2 – Mobilier métallique en lien avec les canons : crochet de retrait, rondelle et esse
Crédits Clichés et DAO : F. Casagrande (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 3 – Baïonnette à lame triangulaire correspondant au modèle de 1717
Légende Les dimensions resteront identiques jusqu’à l’an IX.
Crédits Clichés : F. Casagrande (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116591/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 4 – Vestiges probables de la batterie Caroline
Crédits Cliché : A. Jegouzo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/116591/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jegouzo, Fabrice Casagrande, « Basse-Terre – Fort Delgrès » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 24 février 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/116591

Haut de page

Auteurs

Anne Jegouzo

Inrap

Articles du même auteur

Fabrice Casagrande

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Jegouzo

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search