Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie199834 – HéraultMauguio – Claunepère

1998
34 – Hérault

Mauguio – Claunepère

Sauvetage urgent (1998)
Responsables d'opération : Claude Raynaud, Alexandrine Garnotel, Guilhem Colomer, Olivier Boudry, Jérôme Fernandez, Gilles Escallon et Luc Jallot

Texte intégral

Date de l'opération : 1998 (SU)
Inventeur(s) : Garnotel Alexandrine (AFAN) ; Colomer Guilhem (AFAN) ; Boudry Olivier (AFAN) ; Fernandez Jérôme (AFAN) ; Escallon Gilles ; Jallot Luc

1Dans la plaine languedocienne, à l'est de Montpellier, le lieu-dit Claunepère se trouve à deux kilomètres au sud-est du centre médiéval de Mauguio, dans un secteur rural en cours d'urbanisation. Différentes traces d'occupation humaine s'y répartissent du Chalcolithique au haut Moyen Âge sur environ mille mètres carrés fouillés. Le site archéologique s'étend probablement au nord et à l'ouest de la zone fouillée. Les vestiges d'une activité de stockage agricole du Chalcolithique nous sont parvenus sous la forme de quatorze fosses et silos. Les empreintes d'occupation humaine de Claunepère disparaissent ensuite jusqu'à la période romaine où deux fossés marquent le paysage. Puis il faut attendre le haut Moyen Âge pour trouver à nouveau des traces d'activités, funéraires cette fois, avec onze tombes. La fouille de sauvetage de ce site a été réalisée en juillet 1998 par Alexandrine Garnotel, avec le concours de Guilhem Colomer, Olivier Boudry et Jérôme Hernandez (équipe AFAN) sous la direction scientifique de Claude Raynaud (UMR 154, CNRS). Nous remercions Gilles Escallon et Luc Jallot pour l'étude de la céramique néolithique (Fig. n°1 : Plan du site (Mauguio, Claunepère)).

L'occupation néolithique

2L'ensemble des fosses et des silos qui témoignent de l'occupation néolithique de Claunepère se répartit topographiquement en trois groupes et typologiquement en deux séries : les silos et les fosses.

3La répartition spatiale en trois groupes ne coïncide pas avec la répartition par type. Le premier groupe se compose d'une cave et d'un grand silo (2 et 7), de deux cuvettes et d'un petit fond de silo. Il faut noter que ce groupe livre à lui seul la quasi-totalité du mobilier céramique du site. Le deuxième groupe comprend un grand silo vide de tout mobilier ainsi que deux petites fosses contiguës dont l'interprétation reste difficile. Le troisième groupe réunit six petites fosses de faibles dimensions pouvant être interprétées comme des silos de petit volume.

4La répartition typologique en deux grandes séries : sept fosses et sept silos, de tailles différentes permettent de constater que l'aire néolithique de Claunepère n'est pas uniquement destinée au stockage de longue durée.

5Le silo 7 est une grande fosse de contour circulaire de 1,80 m de diamètre. La forme de cette fosse, aux parois concaves et au fond plat présentant deux surcreusements, la fait interpréter comme un silo amputé de sa partie supérieure. Son comblement est constitué d'un sédiment brun homogène, limono argileux, où deux couches se distinguent par leur granulométrie, la couche profonde étant gravillonneuse. Ce silo contient quelques petits blocs de calcaire tendre dont un fragment de meule et de nombreux tessons ainsi qu'un vase polypode à socle écrasé au fond de la couche supérieure du remplissage. Ce type de silo est usuellement considéré comme une structure de stockage à long terme.

6La grande fosse n° 2 affecte grossièrement ovale longue de 2,96 m et large de 1,92 m. Sa profondeur maximale conservée est de 1,26 m. Entamant le substrat, son fond est creusé de plusieurs cuvettes semblables à des fonds de silo. Son comblement composé de sédiment argilolimoneux contenait de nombreux tessons de céramique modelée posés à plat ainsi que des blocs de calcaire tendre et quelques galets. La fouille de cette fosse révèle une dynamique de remplissage en dépotoir, les éléments les plus lourds, des blocs de calcaire dont trois fragments de meule, comblant les fonds des cuvettes, alors que les tessons se répartissaient essentiellement dans les deux couches supérieures. La fréquence des tessons posés à plat conduit à les interpréter comme des lambeaux de sols piégés témoignant de la poursuite de l'occupation. L'interprétation de cette fosse 2 comme cave repose sur sa similitude avec les fosses de la Plaine des Chrétiens à Montpellier, qui offrent de dimensions comparables et des cuvettes identiques ces dernières étant destinées à recevoir des vases ou des paniers. Couvertes ou fermées, ces caves sont accessibles aisément et fréquemment et servent à un stockage à court terme.

7Bien que la fouille n'ait livré aucune structure d'habitation, la présence de cette cave et le voisinage des petites fosses (24, 27 et 28), qui témoignent d'une activité de transformation ou de conservation temporaire, suggère la proximité d'un habitat.

8Le mobilier céramique, essentiellement contenu dans les structures 2 et 7, se rattache dans son ensemble un faciès fontbuxien. Le remplissage de la cave 2 livre un petit bord noir à cannelures fines superposées, caractéristique de la culture Fontbouisse. On note également l'absence totale de carène. Le silo 7 contenait un vase tripode à fond plat ou coupe à pied fenestré incomplet signant un contexte fontbuxien pur. Ce vase est associé à des éléments plus anciens. L'ensemble du mobilier se rattache donc au Néolithique final par l'absence de carène et de décor caractéristique du Chalcolithique local et par la présence de coupes en calotte de sphère et d'épaisses lamelles de silex à section trapézoïdale. La céramique est lisse à l'exception de quelques cordons lisses simples ou multiples, elle ne peut donc, hormis les exemples cités plus haut, se rattacher à un Fontbouisse classique. Il s'agit plus probablement soit d'un faciès de transition identique à La Pétrole (Lunel) ou au Mas de Cannes (Mudaison) soit d'un faciès propre à la plaine de Lunel-Mauguio.

Les fossés antiques

9Par leur typologie et leur disposition, les fossés 6 et 15 appartiennent sans nul doute à un réseau cadastral fossoyé, peut-être au réseau Sextantio-Ambrussum, repéré dans le secteur de Mauguio par Gérard Chouquer. L'étude de leur orientation s'intégrera dans une recherche globale sur la microrégion. Le fossé 6 présente un pendage d'un centimètre par mètre, d'est en ouest, vers le ruisseau voisin de la Capoulière. Le pendage du fossé 15 est équivalent, son axe s'oriente du sud vers le nord. On observe que la partie sud du fossé 15 est très arasée, jusqu'à trois mètres de l'angle avec le fossé 6. Ceci permet de restituer un point haut vers le sud du site, actuellement écrêté. Le comblement de ces fossés résulte de l'effondrement des parois et ne donne que peu d'information sur la date de leur abandon. Malgré l'absence de rapport stratigraphique direct entre les fossés et les tombes, la disposition de ces dernières peut aider à approcher la date d'abandon du parcellaire. À première vue, le cimetière du VIe s. s'inscrit dans l'angle d'une parcelle et on note qu'aucune tombe ne recoupe les fossés. Mais on observe que les axes des rangées de tombes et ceux des fossés divergent nettement. Cette constatation peut laisser penser que les limites parcellaires fossoyées ne marquaient plus le paysage lors de l'installation du cimetière au VIe s.

Les tombes du haut Moyen Âge

10La faible proportion de tombes conservées limite bien sûr les observations mais permet néanmoins de dessiner une image des rites funéraires en usage à Claunepère. Ces onze tombes sont orientées est-ouest et alignées en deux rangées. Ce groupe est isolé en zone agraire, à l'écart de l'habitat correspondant dont aucune trace n'a pu être repérée.

11Ces tombes sont des coffrages de pierre, rectangulaires et larges, à parois fines. Le fond et les parois, ainsi que les couvertures de ces coffrages sont faits de lauzes de calcaire. Aucune de ces tombes ne présente de joint au mortier. Ces tombes sont caractéristiques du type 7.2 de la typochronologie des sépultures du sud-est de la Gaule, type daté avec assurance des VIe s. et VIIe s. Cette architecture tombale est fréquente dans la région pour la période wisigothique.

12Les sujets inhumés reposent tous en décubitus dorsal, tête à l'ouest, bras le long du corps. Ces coffrages de pierre sont des tombes individuelles et non des ossuaires ni des sépultures collectives, la majorité d'entre elles n'hébergent qu'un seul individu. Certaines ont cependant été réutilisées, comme la tombe 11 qui contient un adulte et un immature, la tombe 29 et la tombe 16 abritant chacune deux adultes. Ces trois tombes témoignent donc d'une pratique des réductions et inhumations multiples, connue dans la région dès la fin du Ve s. Il est évidemment tentant d'y voir des regroupements familiaux au sein de ce petit cimetière communautaire, le manque d'espace ou le coût des droits d'inhumation ne pouvant être invoqués pour expliquer la présence de plusieurs individus dans la même tombe.

13Quatre de ces tombes contiennent du mobilier métallique, pièces d'habillement ou objets personnels accompagnant le défunt.

  • Dans la tombe 1, un homme a été inhumé avec ses objets personnels en position d'usage. Ce mobilier comprend un porte armement, un fermoir d'aumônière, une pierre à briquet en silex placés contre la hanche droite du sujet et une boucle de ceinture ronde, en bronze, à ardillon scutiforme, reposant sur la taille. La boucle porte des traces importantes d'oxyde de fer ;

  • Une boucle de ceinture en bronze, de très petit format, se trouve dans le comblement de la tombe 11 ;

  • La tombe 13 livre une boucle de ceinture en fer ainsi qu'une pointe triangulaire épaisse, en fer aussi ;

  • Dans la tombe 14, une boucle ronde, en fer, à ardillon, repose sur le bassin du sujet inhumé.

14Il ne s'agit pas de dépôts funéraires mais de pièces en position d'usage dans la tradition des inhumations habillées. On notera l'absence d'épingles de linceul.

15Il est possible que les autres sépultures aient aussi contenu un semblable mobilier, disparu lors de leur destruction. Ces éléments suggèrent une datation du VIe s. pour l'ensemble, la forme de la boucle de la tombe 1 datant plus précisément de la première moitié du VIe s.

16La datation fondée sur le mobilier est corroborée par l'architecture des tombes et les pratiques funéraires observées.

17Cet ensemble de tombes est comparable au groupe funéraire de Dassargues (Lunel, Hérault), daté lui aussi du VIe s. Ici, comme à Lunel, il s'agit d'une petite nécropole privée, accueillant les membres d'une communauté réduite occupant un habitat isolé. L'absence d'édifice religieux, à proximité, n'a rien de surprenant compte tenu de la période car les rites entourant la mort, notamment le choix de la sépulture, appartiennent pour quelque temps encore au domaine privé et l'inhumation dans le champ ecclésial n'est pas encore incontournable.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan du site (Mauguio, Claunepère)

Fig. n°1 : Plan du site (Mauguio, Claunepère)

Auteur(s) : Garnotel, Alexandrine. Crédits : ADLFI - Garnotel, Alexandrine (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan du site (Mauguio, Claunepère)
Crédits Auteur(s) : Garnotel, Alexandrine. Crédits : ADLFI - Garnotel, Alexandrine (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Raynaud, Alexandrine Garnotel, Guilhem Colomer, Olivier Boudry, Jérôme Fernandez, Gilles Escallon, Luc Jallot, « Mauguio – Claunepère » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11664

Haut de page

Auteur

Alexandrine Garnotel

AFAN

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Claude Raynaud

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Alexandrine Garnotel

AFAN

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Guilhem Colomer

AFAN

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Olivier Boudry

AFAN

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jérôme Fernandez

AFAN

Gilles Escallon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Luc Jallot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search