Navigation – Plan du site
1995

Nîmes

Îlot Thérond
Responsable(s) des opérations : Marc Célié, Marie-Laure Hervé et Laurent Sauvage
Notice rédigée par : Marc Célié, Marie-Laure Hervé et Laurent Sauvage

Texte intégral

Date de l'opération : 1995 (SD) ; 1996 (SU)
Inventeur(s) : Célié Marc (AFAN) ; Hervé Marie-Laure (AFAN) ; Sauvage Laurent (AFAN)

1Plan général des opérations intra muros de Nîmes (Fig. n°3 : En noir, les principales fouilles réalisées entre 1965 et 1990 à l’intérieur de la ville du Haut-Empire, associées à quelques grands repères topographiques).

2Cette intervention a été motivée par la construction d’un immeuble résidentiel aux 39-43, avenue Jean-Jaurès, sur la moitié septentrionale d’un îlot formé par l’avenue et les rues du Mail, Ernest-Renan et de la Bienfaisance (EX-1021, EX-1023 à EX-1035, EX-1037 à EX-1039 et EX-1238 à EX-1241).

3La fouille a concerné une surface totale de 720 m2 et a livré des résultats d’un grand intérêt, malgré des conditions très difficiles : contraste entre les données fournies par le repérage et celles vues après décapage extensif ; mois de janvier 1996 le plus pluvieux depuis un siècle (Monteil, Martial. 1999. ).

Traces de plantation

4La phase d’occupation la plus ancienne se caractérise par des fosses allongées ou de formes plus ou moins circulaires, conservées là où le paléosol a été le moins affecté par les constructions postérieures (Fig. n°1 : Les fouilles de l’îlot Thérond : traces agraires du courant du Ier s. av. J.-C.). Bien que de types différents, ces traces de plantation sont apparentées par leur identité de comblement et leur cote d’apparition et paraissent s’intégrer à un réseau organisé selon une trame relativement orthogonale. Quelques céramiques éparses datent cette étape de mise en culture du courant du Ier s. av. J.-C. (Monteil, Martial et al. 1999.).

Rues et atelier de potier

5L’urbanisation du quartier est marquée par la mise place de deux rues empierrées perpendiculaires (Fig. n°2 : Les fouilles de l’îlot Thérond : plan de l’atelier de potiers vers le milieu du Ier s. apr. J.-C. Les deux vignettes inférieures montrent les traces d’un état antérieur mal conservé). Ces deux rues, dont le carrefour est restitué, définissent l’angle d’un îlot urbain dégagé sur 38 m x 41,50 m. La rue est-ouest est large de plus de 5 m et limitée du côté reconnu par un mur. Neuf recharges empierrées successives l’ont progressivement exhaussée de 0,80 m. Sa perpendiculaire, large de 5,80 m, est limitée, dès l’origine, par deux murs bordiers.

6En parallèle avec l’établissement des rues, dans le courant de la dernière décennie du Ier s. av. J.-C. ou du premier quart du Ier s. apr. J.-C., quelques rares vestiges montrent un premier état de constructions riveraines, sans doute peu différentes de celles, mieux reconnues, qui leur succèdent (voir infra).

7Dans le deuxième quart du Ier s. apr. J.-C., un égout collecteur est implanté dans l’axe de la rue nord-sud. Large de 0,89 m et haut d’environ 0,80 m, il dispose d’une couverture de dalles monolithes en calcaire froid juxtaposées. Sa mise en place s’accompagne d’un exhaussement des rues et, par contrecoup, de l’habitat situé en façade. Cette phase est également caractérisée par une série de réaménagements qui affectent l’îlot et qui montrent que la partie dégagée correspond à une seule unité – un atelier de potiers – qui couvre une surface de plus de 1 500 m2.

8Une cour centrale, subdivisée en deux parties (espaces 1 et 2), est entourée par une galerie (espaces 3 et 4), un possible accès sur rue (espace 7), des pièces à sols construits à l’est (espaces 5, 6, 8 et 9) et l’équivalent, peut-être associé à de nouveaux espaces ouverts, au nord (espaces 10 et 11). Cet ensemble est étroitement lié à des fours de potiers, ainsi qu’à plusieurs éléments qui participent de la chaîne opératoire de l’artisanat céramique.

9Au nord-ouest de la cour 1, qui s’étend sur plus de 400 m2, un puisard sert de point de convergence à quatre petits égouts. Il est voisin d’une vaste excavation (7,50 m de long minimum pour une largeur en surface de 3,60 m à 4 m et une profondeur de 0,45 m), volontairement comblée par un niveau drainant de cailloux et de fragments d’amphores. Cette structure technique pourrait être interprétée comme une zone de décantation, de séchage ou d’entreposage. Dans l’angle nord-est de cette même cour, un four, qui existe sans doute dès la phase d’occupation antérieure, est semi-enterré et dispose d’un laboratoire de forme circulaire (2,20 m de diamètre), prolongé au sud par un alandier (0,60 m x 1,70 m), tous deux construits en terre crue, et par une chambre d’accès délimitée par des murets en moellons calcaires liés au mortier. Le reste de la cour est parsemé de nombreuses fosses dont la plupart sont difficiles à interpréter. Deux d’entre elles présentent un comblement constitué d’un apport homogène d’argile plaisancienne jaune, sans inclusion d’aucune sorte. Cette argile a pu rentrer dans la composition des céramiques produites sur place. Une fosse à dolium a également été reconnue. Enfin, d’autres aménagements peuvent également être associés à l’atelier céramique : c’est le cas d’un trou de poteau et de son calage, d’une sole de foyer, et de plusieurs fonds d’amphores en place. Ces derniers éléments pourraient être rapportés aux activités de tournage des céramiques (tour situé à proximité d’une petite réserve d’eau et/ou d’argile).

10Vers l’est, la cour 1 communiquait sans doute avec une seconde cour (espace 2), couvrant une surface de 195 m2. Dans son angle sud-ouest, une construction circulaire en briques de terre crue (diamètre : 2 m) pourrait être interprétée comme une cuve de stockage. Dans un second temps, cette structure est oblitérée par un four de forme quadrangulaire (laboratoire d’une longueur intérieure de 1,80 m à 1,90 m ; alandier long de 1,20 m et large de 0,50 m à 0,60 m). Toujours vers l’est, la cour 2 semble communiquer largement avec un très probable accès charretier depuis la rue (espace 7).

11Au sud, les cours 1 et 2 sont limitées par une galerie, large d’environ 5,50 m, qui est subdivisée en deux secteurs au moins. L’espace 3 correspond à une pièce à sol de terre battue. L’extrémité occidentale de l’espace 4 est occupée par une vaste dépression qui s’apparente à celle reconnue dans l’angle nord-ouest de la cour 2 et a pu avoir une fonction technique comparable. Vers l’est, des fosses, dont un probable puits, et des tranchées linéaires restent difficiles d’interprétation.

12Le long de la rue nord-sud, une double série de deux pièces est disposée de part et d’autre de l’accès charretier. Les pièces 5 et 6 sont toutes deux pourvues d’enduits peints et de sols en terrazzo non décoré. La pièce 8 n’a livré aucun sol, mais est traversée par un petit égout. La pièce 9, enfin, est détruite par une vaste fosse datable du haut Moyen Âge. Dans la partie nord du site, la fouille a permis de relever un sol en béton de tuileau (espace 11) qui montre l’existence d’autres pièces longeant la cour 2.

13En dépit d’une vision lacunaire des vestiges et de quelques imprécisions chronologiques – on ignore par exemple si les deux fours ont fonctionné en même temps –, il est possible de décrire les grandes lignes de l’organisation de cette portion d’îlot. En périphérie de la zone de production, le long des murs de façade ouvrant sur les rues, prennent place des pièces, certaines à usage technique, d’autres, à caractère plus résidentiel. De dimensions modestes, dotées de sols en terre battue ou en terrazzo, elles servent sans doute pour certaines de lieux d’habitat, voire plutôt d’échanges (boutiques ?, bureaux ?). Au centre, un espace largement ouvert et subdivisé correspond aux activités de production. Sébastien Barberan (AFAN) a montré, sur la base des nombreux surcuits recueillis aux abords et dans les fours, que cet atelier produisait des amphores gauloises à pâte calcaire de type G2 [anciennement G1 variante B, (Laubenheimer, Fanette. 1985.)] et Dressel 2/4. Ces amphores sont destinées avant tout au transport du vin, bien que les Dressel 2/4 aient également pu contenir de la saumure. Leur production débute sans doute aux alentours du changement d’ère et s’interrompt, avec certitude pour un des fours, entre les années 50 apr. J.-C. et 75 apr. J.-C. À ces éléments s’ajoute l’absence de toute autre trace de production (vaisselle commune à pâte sableuse ou à pâte claire par exemple), à l’exception peut-être de tuiles (quelques surcuits).

14Dernières traces d’aménagements et destinée ultérieure

15Le four de la cour 1 est abandonné entre les années 50 apr. J.-C et 75 apr. J.-C. et condamné par la construction de murs qui définissent un réduit, équipé d’un probable foyer dans une amphore. L’autre four est recoupé, à une date indéterminée par un puits.

16L’abandon définitif de l’atelier, mais non sans doute des rues pour lesquelles nous n’avons aucune information, a pu être daté des années 75-125 apr. J.-C.

17Dans la partie nord-est du site, moins dégradée par les aménagements récents, l’ensemble des vestiges antiques (maison et rues) était recouvert par une couche de limon sableux gris très organique, atteignant une épaisseur conservée de 0,70 m. Il s’agit selon toute vraisemblance d’un sol pédologique qui s’est développé naturellement. Les quelques tessons qu’il a livrés couvrent une période allant du Ve s. au VIIIe s. Il est ponctuellement affecté, au niveau de l’espace 9 antérieur, par une vaste fosse, qui a essentiellement fourni de la céramique médiévale à cuisson réductrice datée des Xe s. et XIe s. Ces informations témoignent d’une occupation probablement agraire (épandages, fosse, etc.).

18Enfin, le bas Moyen Âge et l’époque moderne sont également représentés par un drain, quelques remblais et un groupe de sépultures d’individus de très probable confession protestante.

Haut de page

Bibliographie

Monteil, Martial. 1999 : Nîmes antique et sa proche campagne, Étude de topographie urbaine et périurbaine (fin VIe s. av. J.-C. – VIe s. apr. J.-C.), Lattes (coll. Monographies d’archéologie méditerranéenne, 3), 528 p.

Monteil, MartialBarberan, SébastienPiskorz, MichelVidal, LaurentBel, ValérieSauvage, Laurent. 1999 : « Culture de la vigne et traces de plantation des IIe s. et Ier s. av. J.-C. dans la proche campagne de Nîmes (Gard, France) », Revue archéologique de Narbonnaise, 32, p. 67-123.

Laubenheimer, Fanette. 1985 : La production des amphores en Gaule narbonnaise, Paris, les Belles Lettres, coll. « Annales littéraires de l'université de Besançon », 327, 466 p.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Les fouilles de l’îlot Thérond : traces agraires du courant du Ier s. av. J.-C.

Fig. n°1 : Les fouilles de l’îlot Thérond : traces agraires du courant du Ier s. av. J.-C.

Auteur(s) : Monteil, Martial ; Sauvage, Laurent. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial ; Sauvage, Laurent (2004)

Fig. n°2 : Les fouilles de l’îlot Thérond : plan de l’atelier de potiers vers le milieu du Ier s. apr. J.-C. Les deux vignettes inférieures montrent les traces d’un état antérieur mal conservé

Fig. n°2 : Les fouilles de l’îlot Thérond : plan de l’atelier de potiers vers le milieu du Ier s. apr. J.-C. Les deux vignettes inférieures montrent les traces d’un état antérieur mal conservé

Auteur(s) : Monteil, Martial ; Sauvage, Laurent. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial ; Sauvage, Laurent (2004)

Fig. n°3 : En noir, les principales fouilles réalisées entre 1965 et 1990 à l’intérieur de la ville du Haut-Empire, associées à quelques grands repères topographiques

Fig. n°3 : En noir, les principales fouilles réalisées entre 1965 et 1990 à l’intérieur de la ville du Haut-Empire, associées à quelques grands repères topographiques

Auteur(s) : Monteil, Martial. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Les fouilles de l’îlot Thérond : traces agraires du courant du Ier s. av. J.-C.
Crédits Auteur(s) : Monteil, Martial ; Sauvage, Laurent. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial ; Sauvage, Laurent (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. n°2 : Les fouilles de l’îlot Thérond : plan de l’atelier de potiers vers le milieu du Ier s. apr. J.-C. Les deux vignettes inférieures montrent les traces d’un état antérieur mal conservé
Crédits Auteur(s) : Monteil, Martial ; Sauvage, Laurent. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial ; Sauvage, Laurent (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig. n°3 : En noir, les principales fouilles réalisées entre 1965 et 1990 à l’intérieur de la ville du Haut-Empire, associées à quelques grands repères topographiques
Crédits Auteur(s) : Monteil, Martial. Crédits : ADLFI - Monteil, Martial (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marc Célié, Marie-Laure Hervé et Laurent Sauvage, « Nîmes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11698

Haut de page

Responsables d'opération

Marc Célié

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Marie-Laure Hervé

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Laurent Sauvage

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals