Navigation – Plan du site
1993

Puisserguier – Le cratère corinthien de La Prade

Responsable(s) des opérations : Daniela Ugolini, P. Fédière et Gilbert Fédière
Notice rédigée par : Daniela Ugolini

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité grecque

Nature des opérations :

Prospection (PR), Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1993 (PR) ; 1993 (SD)
Inventeur(s) : Ugolini Daniela (CNRS) ; Fédière P. ; Fédière Gilbert

Introduction

1En 1991, suite au défoncement (0,60 m à 0,70 m de profondeur) d'une parcelle de la commune de Puisserguier où se trouvent les vestiges d'une villa romaine, une prospection a été menée par G. Fédière et P. Fédière (Fig. n°1 : Lieu de découverte du cratère corinthien de La Prade sur extrait cadastral de la commune de Puisserguier). Ils ont remarqué, au bord du chemin qui la longe, quelques tessons d'un cratère corinthien de la première moitié du VIe s. av. J.-C. Plusieurs passages leur ont permis de collecter d'autres fragments de ce même vase.

2Étant donné la valeur scientifique du vase, il était impératif d'essayer d'en retrouver le contexte archéologique. Une opération (prospection préalable et fouille), sous la direction de Daniela Ugolini, a été réalisée du 27 au 29 juillet 1993. Cinq sondages ont été effectués à l'emplacement de la plus grande concentration des fragments, signalé par les inventeurs, qui n'avait pas été touché par les labours.

3Le substrat géologique  un conglomérat de gravier lié par une argile très compacte  a été atteint partout à une profondeur d'environ 0,50 m à 0,60 m, mais aucune couche archéologique en place n'a pu être mise en évidence. Toutefois, quelques fragments de céramique appartenaient sans doute à la même période que le cratère :

  • 1 fragment d'amphore étrusque ;

  • 2 fragments de céramique grise monochrome ;

  • 1 fragment de céramique non tournée ;

  • 1 fragment de col du même cratère corinthien.

4À ces vestiges peuvent être ajoutés deux fragments d'os calcinés et un morceau de verre fondu (plus récent ?).

Le cratère corinthien

5On compte actuellement vingt et un fragments, dont certains jointifs, appartenant tous au même vase. La forme est restituée graphiquement selon la proposition de la figure 2 (Fig. n°2 : Le cratère corinthien de La Prade). Aucun fragment du pied ni des anses n'a été recueilli.

6Le vase serait haut d'une quarantaine de centimètres et le diamètre externe du bord d'un peu plus de 30 cm.

7Le bord du cratère possède un large marli légèrement tombant dont le côté vertical est cintré. Le col a une forme tronconique. L'épaulement est très tendu et s'arrondit ensuite en une panse de forme ovoïde. Le diamètre le plus large se trouve à peine au-dessus du milieu du vase.

8La pâte a une couleur jaune clair homogène, mais sous l'épiderme elle présente une nuance fortement rosée. Elle est très fine, dure, très légèrement feuilletée et micacée, de minuscules particules blanches confèrent à la surface un aspect par endroits granuleux.

9Les surfaces externes de la panse ont été sommairement lissées, mais les stries du tour demeurent sensibles. Les surfaces internes sont laissées brutes. Le bord a été lissé et égalisé avec beaucoup de soin, ainsi que les zones réservées et décorées.

10Le décor est réalisé par une série de bandes, de dimensions variables réservées et portant un motif, alternées à de vastes plages recouvertes de vernis noir. De fines bandes de couleur pourpre accentuent les zones décorées et interrompent les surfaces en noir. Les zones réservées ont reçu un engobe de couleur légèrement plus claire que la pâte, sur lequel a été réalisé le décor.

11Sur la facesupérieure du marli du bord, une série régulière de lignes obliques en zigzag, à vernis noir sur fond réservé, dessine des « escaliers » à neuf marches. Le côté vertical du marli a reçu la même décoration, mais ici les « escaliers » ne comptent que cinq marches. L'arête inférieure externe du marli est soulignée par une fine bande en vernis noir dilué et sa face inférieure est réservée. Le départ du col est marqué par une bande large de 4 mm à 5 mm de couleur pourpre.

12Le col semble entièrement recouvert de vernis noir. Au départ de l'épaulement, un léger décrochement est révélé par l'alternance d'une bande réservée et d'une bande noire. En dessous, on remarque une large bande réservée où se trouvait sans doute un décor figuré dont il ne reste qu'une bande verticale de couleur orangée sur laquelle on distingue des points noirs.

13Sous la frise, la panse présente des plages noires interrompues par des séries de deux ou trois fines bandes pourpres. Au milieu de la panse siège une deuxième frise réservée qui porte une décoration végétale : une chaîne d'anneaux reliés entre eux ; entre les anneaux des palmettes dont le coeur est, sur certains fragments, surpeint en pourpre. La réalisation du motif fait largement recours à l'incision : le cercle externe des anneaux, les traits supérieur et inférieur des bagues qui relient les anneaux entre eux, la double ligne qui délimite le coeur et les traits verticaux séparant les feuilles des palmettes. Sous cette frise on rencontre à nouveau une zone en vernis noir interrompue par des bandes pourpre. Le fond de la vasque présente une frise réservée décorée avec des dents de loup rayonnants en noir.

14L'intérieur du vase est entièrement verni en noir, mais le vernis est ici plus dilué qu'à l'extérieur, ce qui lui confère une nuance brunâtre et le rend plus fragile (très écaillé).

Chronologie proposée

15En l'absence d'un contexte archéologique précis, la chronologie du vase ne peut se baser que sur des critères stylistiques et formels.

16La forme générale, telle qu'elle semble pouvoir être restituée, correspond bien à celle des cratères du Corinthien moyen ou Corinthien récent I, qui ont généralement un col plus allongé et plus large et une panse plus élancée qu'aux périodes précédentes. La décoration en zigzag du bord apparaît sur les cratères au Corinthien moyen et est généralisée au Corinthien récent I. La frise végétale du notre vase est apparemment peu courante.

17On propose pour cette pièce une date autour du premier quart du VIe s. av. J.-C.

Le cratère de Puisserguier dans le cadre des importations corinthiennes en Gaule

18Les importations corinthiennes en Gaule sont quantitativement peu nombreuses et on compte rarement plus d'une ou deux pièces par site, avec quelques exceptions : Marseille, Saint.-Blaise et le mont Garou (Ugolini, Daniela (dir.) ; Fédière, G. ; Fédière, P. ; Olive, Christian. 1997.). Il s'agit en général de petits vases (coupes, aryballes, skyphoi et quelques cruches). Seulement à Marseille on observe une certaine concentration de pièces de grande taille, qui indique un marché d'objets de luxe - somme toute plutôt réduit - qui n'a intéressé que la métropole phocéenne [(Ugolini, Daniela (dir.) ; Fédière, G. ; Fédière, P. ; Olive, Christian. 1997.) : fig. 7].

19Dans ce contexte, le cratère de Puisserguier acquiert une importance particulière étant donné qu'il est le seul du Midi trouvé ailleurs que dans la basse vallée du Rhône, où les cratères sûrement corinthiens ont été tous trouvés à Marseille ou immédiatement à proximité. La présence d'une pièce si prestigieuse dans une probable tombe isolée et en un lieu si excentré par rapport à Marseille pose évidemment la question du sens qu'il convient de lui donner, ainsi que le problème du transporteur. On dira simplement que des travaux récents (2000) au centre ville de Béziers ont permis de mettre en évidence pour la première fois une séquence stratigraphique qui débute dans la première moitié du VIe s. av. J.-C. (Marière, Florent ; Olive, Christian ; Ugolini, Daniela. 2001.). Le mobilier recueilli (encore inédit) n'est pas caractéristique d'un contexte indigène et donne corps à l'hypothèse, avancée depuis déjà longtemps (Ugolini, Daniela ; Olive, Christian ; Marchand, Georges ; Columeau, Philippe. 1991.) et confortée depuis par de nombreux autres arguments (Olive, Christian ; Ugolini, Daniela. 2002.), d'une présence grecque non seulement précoce mais aussi massive.

Une tombe isolée ?

20Notre vase corinthien provient d'une probable tombe isolée. Le phénomène des sépultures hors des nécropoles compte actuellement peu d'exemples en Languedoc, d'ailleurs tous encore mal compris et qui, chronologiquement, se situent de préférence dans le deuxième quart du VIe s. (Ugolini, Daniela (dir.) ; Fédière, G. ; Fédière, P. ; Olive, Christian. 1997.). Leur dispersion géographique semble cantonnée à l'immédiat arrière-pays héraultais et audois, le long des chemins vers l'arrière-pays. Au vu de la richesse de leurs mobiliers, ces sépultures seraient celles de personnages émergents et leur isolement dans la campagne pose des interrogations quasiment insolubles.

Haut de page

Bibliographie

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Lieu de découverte du cratère corinthien de La Prade sur extrait cadastral de la commune de Puisserguier

Fig. n°1 : Lieu de découverte du cratère corinthien de La Prade sur extrait cadastral de la commune de Puisserguier

Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)

Fig. n°2 : Le cratère corinthien de La Prade

Fig. n°2 : Le cratère corinthien de La Prade

Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Lieu de découverte du cratère corinthien de La Prade sur extrait cadastral de la commune de Puisserguier
Crédits Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. n°2 : Le cratère corinthien de La Prade
Crédits Auteur(s) : Olive, Christian. Crédits : ADLFI - Olive, Christian (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Daniela Ugolini, « Puisserguier – Le cratère corinthien de La Prade », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11712

Haut de page

Responsable d'opération

Daniela Ugolini

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals