Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie199830 – GardVers-Pont-du-Gard – Carrière de l...

1998
30 – Gard

Vers-Pont-du-Gard – Carrière de l’Estel

Sondage (1992) et sauvetage urgent (1998)
Responsable d’opération : Mireille Vacca Goutoulli

Texte intégral

Date de l'opération : 1992 (SD) ; 1998 (SU)

1L’Estel fait partie d’un ensemble de carrières localisées sur le territoire de Vers. Située à 500 m en aval du pont du Gard, sur la rive gauche du Gardon, elle a approvisionné le chantier de construction du pont du Gard au Ier s. Ce n’est qu’au début du XVIIIe s., que la carrière de l’Estel sera rouverte et élargie lors de la construction du pont routier accolé au pont romain. La pierre exploitée dans la carrière est une molasse calcaro-gréseuse roussâtre.

2Suite à une première campagne de sondages, la fouille a été étendue en 1998 sous la direction de Mireille Vacca Goutoulli.

3L’exploitation antique présente des fronts de grande puissance au sud-ouest et un sol de carrière subhorizontal qui s’étend jusqu’à la rive du Gardon et qui facilitait l’évacuation des blocs par voie d’eau. L’un des points d’embarquement se faisait probablement au nord-est du site à partir du banc rocheux formant un quai. La présence d’une dépression, constituant sans doute une dérivation latérale secondaire de la rivière, a pu servir de chenal pour l’acheminement des matériaux sur des barges, avant leur remontée vers le pont du Gard.

4Le carroyage général de la carrière répond à une direction de l’exploitation d’est en ouest, les directions secondaires se justifiant par la présence de variations faciologiques dans les roches exploitées. À l’intérieur du site, ensevelis sous un amoncellement de déchets de taille, des fronts résiduels présentent un carroyage de direction divergente. Il semble que l’on puisse assurer pour cette laisse de carrière une fonction en relation avec une protection de l’exploitation contre les crues du Gardon, mais aussi un rôle de socle pour les engins de levage. À la fin du chantier, cette protection a été exploitée et partiellement détruite, provoquant l’arrivée de puissantes alluvions qui ont comblé le site.

5Un ensemble funéraire, dans lequel on a reconnu plusieurs fosses à incinération primaire et une inhumation, a été installé dans ces dépôts (dernier quart du Ier s. – milieu du IIe s.).

6Dans un ensemble de données techniques classiquement reconnues dans l’exploitation antique de la pierre, en particulier la forme de l’extrémité active de l’escoude à deux dents attribuées à l’époque augustéenne, de nouveaux éléments sont apparus. Des « encoches » sont recreusées profondément en certains points de l’arête frontale inférieure du bloc après son décollement par l’action des coins. Ces creusements correspondent, selon toute probabilité, à des logements destinés à fixer des crochets sur des élingues suspendues à des mats de levage. Ce dispositif permettait de soulever les blocs de grande dimension et de les placer plus facilement sur les rouleaux de bardage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Vacca Goutoulli, « Vers-Pont-du-Gard – Carrière de l’Estel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11721

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search