Navigation – Plan du site
1995

Portiragnes

Pont de Roque Haute
Responsable(s) des opérations : Jean Guilaine, Claire Manen, Jacques Coularou, François Briois, Isabelle Carrère, Jean Grimal et J. Saluste
Notice rédigée par : Jean Guilaine

Entrées d’index

Chronologique :

Néolithique ancien

Nature des opérations :

Sauvetage programmé (SP)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1995 (SP)
Inventeur(s) : Guilaine Jean (CNRS) ; Manen Claire ; Coularou Jacques (CNRS) ; Briois François (CNRS) ; Carrère Isabelle ; Grimal Jean ; Saluste J.

1Révélé à la suite d'un défonçage, le site du Pont de Roque Haute comportait une dizaine de fosses (dont l'une était probablement un silo à l'origine) et des cuvettes tronquées. Ces volumes avait été comblés secondairement de dépôts divers : céramique, vestiges lithiques, rebuts de faune, coquilles marines, cendres et restes charbonneux. Il est vraisemblable que ces aménagements étaient voisins d'un petit habitat – peut-être une unique construction – édifié à proximité. La présence en abondance de torchis et de déchets anthropiques semble donner corps à cette hypothèse. La part de l'agriculture (matérialisée par des meules, intactes ou cassées, en basalte, et par des restes carpologiques) et de l'élevage semble essentielle. Les caprins (89 % en nombre de restes) et bovins domestiques (5 %) composent l'essentiel de la faune. Le statut des suinés (1,5 %) est incertain. Cerf (1,5 %) et Chevreuil (1 %) ne jouent qu'un rôle accessoire.

2Le lithique comporte cent sept pièces, y compris le macro-outillage. La composante en silex est représentée par des produits lamellaires à section triangulaire ou, plus souvent, trapézoïdale, en silex blond translucide. La présence de petits nucleus à lamelles, d'esquilles et d'éclats de petite taille à réserve corticale indique une exploitation sur place de cette matière première. L'emploi de la pression est probable. Six éléments d'obsidienne correspondent à des fragments de lamelles débitées par pression. Le matériel lourd comporte des meules, déjà citées, des broyeurs et des molettes. Les formes céramiques sont limitées : bols et bouteilles. Il existe des fonds plats à côté de vases à base convexe. Les techniques de décoration sont assez variées : impressions obtenues à la coquille, au peigne, à la spatule, avec des matrices diverses, sillons d'impressions, incisions au trait ou en virgule. Les motifs obtenus à la coquille sont bien représentés, ce qui indique une sensible différenciation avec le site voisin de Peiro Segnado. La disposition du décor évoque l'Italie péninsulaire et se distingue très nettement du Cardial à décor de bandes de l'espace franco-ibérique. L'obsidienne pontine renforce cette impression. On est clairement en présence d'influx italiques ayant joué un rôle moteur dans la néolithisation du littoral bas-languedocien (Fig. n°1 : Céramiques d’affinités italiques).

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Céramiques d’affinités italiques

Fig. n°1 : Céramiques d’affinités italiques

Auteur(s) : Coularou, Jacques. Crédits : ADLFI - Coularou, Jacques (2003)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Céramiques d’affinités italiques
Crédits Auteur(s) : Coularou, Jacques. Crédits : ADLFI - Coularou, Jacques (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean Guilaine, « Portiragnes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11746

Haut de page

Responsable d'opération

Jean Guilaine

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals