Navigation – Plan du site
1993

Nîmes – 4 rue Barnouin

Responsable(s) des opérations : Guilhem Fabre et Jean Pey

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité romaine

Nature des opérations :

Découverte fortuite (DF)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1993 (DF)
Inventeur(s) : Fabre Guilhem (CNRS) ; Pey Jean (Musée archéologique)

1Une exploration a été réalisée, en mars 1993, par Guilhem Fabre et Jean Pey [(Fiches, Jean-Luc. 1996.), p. 211, n° 67]. On y accède par un regard vertical antique recouvert d’un enduit bétonné réalisé au début du XXe s. Sa profondeur atteint 4,64 m entre la terrasse et le radier moderne qui recouvre celui de l’Antiquité. Le diamètre moyen est de 63 m x 63 cm. Le tronçon de canal est rectiligne sur 6,28 m de longueur ; sa direction est N 202°. Comme le regard, il est entièrement remaçonné, bétonné et recouvert d’un enduit qui s’écaille ponctuellement (piédroits, voûte, radier). Sa section en travers est ainsi plus faible que celle d’origine sur laquelle elle se moule :

2Les irrégularités relevées au niveau des piédroits soulignent la présence des concrétions en place qu’on n’a pas pu observer directement. Actuellement le canal est sec mais correspond à une ancienne citerne dont les niveaux d’eau sont particulièrement bien imprimés entre le chanfrein et la voûte en berceau. Il a malheureusement été impossible d’observer le contexte de son implantation (formations carbonatées du Hauterivien et clastoïdes) et donc de savoir s’il s’intègre, ou non, dans le tunnel segmenté de la Crucimelle levé par Benjamin Valz, et dont hélas il ne nous reste rien dans la littérature disponible. D’après les relevés, cette section se trouverait à l’entrée du tunnel, ou presque.

3Alain Veyrac a retrouvé, dans les archives de la bibliothèque Carré d’Art, un plan du XIXe s. qui correspond au secteur étudié. Sur celui-ci le mazet de l’Hospice est désigné sous le nom de mas des sœurs de l’Hôpital et l’on a soigneusement reporté sur la parcelle de terrain qui en dépendait, la position d’un regard appelé sans équivoque « regard de l’aqueduc ». Il est fort probable qu’il s’agit de celui repéré en 1993.

Haut de page

Bibliographie

Fiches, Jean-Luc (dir.)Veyrac, Alain (dir.). 1996 : Nîmes, Paris, Académie des inscriptions et Belles-Lettres, coll. « Carte archéologique de la Gaule », 30-1, Pré-inventaire archéologique, 634 p., 31 p. de pl.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Nîmes – 4 rue Barnouin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 19 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11795

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals