Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2010GuadeloupeSaint-Claude – Desmarais, Cité de...

2010
Guadeloupe

Saint-Claude – Desmarais, Cité de la connaissance

Fouille préventive (2010)
Responsable d’opération : Fabrice Casagrande

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010

Numéro d’opération :

23547

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le vaste projet de construction de la Cité de la connaissance sur la commune de Saint-Claude se situe à l’emplacement des terrains autrefois occupés par l’ancienne habitation-sucrerie Desmarais.

2Il y subsiste encore un grand nombre de bâtiments encore en élévation (maison principale et annexe, distillerie, aqueduc et sa roue hydraulique, canal, hangar, cases des travailleurs) témoins de plus de 3 siècles d’activité. Une fouille préventive a été réalisée sur une emprise de 5 000 m2 dans la partie du terrain sur une parcelle mitoyenne du secteur bâti.

3Situé à 140 m d’altitude, le terrain se trouve sur un replat naturel sur un des versants de la Soufrière. Le substrat de ce replat est constitué d’avalanches ou de coulées pyroclastiques riches en blocs et cendres volcaniques qui ont piégé d’anciens sols et arbres, vestiges de forêts couvrant les pentes du massif de la Soufrière.

4L’origine de l’habitation Desmarais est relativement bien documentée en particulier grâce aux travaux de Gérard Lafleur (Lafleur 1991) qui relate l’histoire des colons implantés sur la commune de Saint-Claude. L’un d’eux, Jacob de Sweers, un des nombreux Hollandais chassés du Brésil par les Portugais, possède au moins depuis 1655, une habitation-sucrerie sur ce secteur, une des premières de la Guadeloupe, qui va prospérer grâce au savoir-faire acquis au Brésil. Après sa mort en 1671, la sucrerie passe entre les mains de Hubert de Loöer, un autre Hollandais, qui l’intègre à son habitation, cette dernière prenant le nom de l’Espérance. En 1712, après transmission à un nouveau Hollandais, Hubert Van Susteren, elle devient la propriété de François Godet-Desmarais qui en restera propriétaire jusqu’en 1845. La succession passera à la famille Laporte pour être ensuite vendue en 1872 à la famille Cabre, qui transformera cette sucrerie en distillerie (xxe s.), dont il subsiste toujours de nombreux éléments en place.

5On note sur le site des éléments qui remontent au moins à la période cédrosan-saladoïde, mais les vestiges les plus conséquents correspondent à une occupation durant le IIe millénaire apr. J.-C., durant la période troumassoïde.

6L’emprise fouillée a révélé 4 grandes fosses de 1,50 m de diamètre dont 2 contenaient des squelettes amérindiens. Leur comblement a livré de nombreux fragments de céramiques et autres objets de la vie quotidienne. Une fosse, plus petite, était également destinée à l’inhumation d’un autre individu. Le corps en position fléchie ne laisse aucun doute sur sa datation (fig. 1). Il s’agit d’un rite funéraire très caractéristique de la période précolombienne. Ailleurs, des concentrations de structures en creux dont certaines peuvent être interprétées comme des trous de poteau sont les vestiges d’un habitat aujourd’hui disparu.

Fig. 1 – Sépulture précolombienne

Fig. 1 – Sépulture précolombienne

Cliché : Inrap.

7Les premières traces d’implantation coloniale correspondent au creusement, sur au moins 1 m de profondeur, d’un large fossé qui traverse le terrain de part en part et se dirige vers la pente du morne.

8Ce fossé va être une première fois partiellement comblé par le rejet d’un grand nombre de céramiques de raffinage du sucre. Dans le lot se trouvaient des formes à sucre et des pots à mélasse produits à Sadirac (Gironde), caractéristiques des importations de la fin du xviie s., ainsi que des tuyaux en grès. Quelques tessons de poteries domestiques ont été aussi recueillis avec en particulier un tesson de plat en faïence de Nevers au décor caractéristique de la seconde moitié du xviie s. (décor a compendario). La partie supérieure de cette structure linéaire, qui a perduré longtemps dans le paysage, a servi ensuite de zone de rejets. Ces riches dépotoirs ont livré quantité d’objets liés à la vie quotidienne : restes alimentaires, petits objets métalliques, important mobilier céramique, avec pots de chambre, marmites, pichets, assiettes. Un remarquable pot à eau en faïence de Delft a été recueilli (fig. 2). Il est pourvu d’un décor camaïeu bleu qui peut être attribué à Pieter Adriaensz Kocks (1er quart du xviiie s.).

Fig. 2 – Pichet de faïence de Delft

Fig. 2 – Pichet de faïence de Delft

Début du xviiie s.

9C’est à cette époque que va être édifiée, à la limite de la rupture de pente, une nouvelle construction, composée de 2 espaces de taille inégale, dont une grande salle à l’est, sorte de terrasse couverte et bordée de poteaux quadrangulaires noyés dans la maçonnerie (fig. 3). Une épaisse couche de cendres et de charbons témoigne d’un incendie qui aurait détruit cet édifice. Ce bâtiment est bordé, au nord, par un aqueduc ou un canal maçonné qui devait alimenter un moulin en contrebas. Vers le milieu du xviiie s. une petite maison est construite dans les ruines de la précédente. Un radier composé de roches, de tessons de céramiques et de tuiles plates à crochet s’étend au nord sur quelques m carrés. Il pourrait s’agir d’une zone domestique plus ou moins couverte de type cuisine. Traditionnellement en Guadeloupe, ce type de petite case, couverte de tuiles afin d’éviter d’éventuels incendies accidentels, est propre aux cuisines établies à distance des maisons d’habitations.

Fig. 3 – Plan du fossé et des 2 états de construction

Fig. 3 – Plan du fossé et des 2 états de construction

DAO : Inrap.

10En bordure de l’emprise de fouille, à quelques dizaines de m des bâtiments étudiés, un petit ensemble sépulcral a été mis au jour. Il compte 7 inhumations en cercueil qui appartiennent vraisemblablement au cimetière familial de l’habitation. Il sera utilisé à la fin du xviie et pendant une grande partie du xviiie s. Des fragments de statues en céramique, dont la tête d’un enfant (fig. 4), ont été retrouvés sur le site et dans les niveaux de comblement de cet ensemble.

Fig. 4 – Tête d’enfant en terre cuite du xviiie s.

Fig. 4 – Tête d’enfant en terre cuite du xviiie s.

Cliché : Inrap.

11À proximité de la zone sépulcrale, une vaste fosse d’extraction de matériaux aux contours irréguliers et aux percements multiples a été creusée au début de l’occupation coloniale. Après son comblement partiel, elle sera aménagée avec un radier de petits blocs de roche volcanique pour servir de mare, comme l’indique l’accumulation d’argile grise à caractères hydromorphes caractéristiques d’une stagnation d’eau. Proche des habitations, ce type de mare pouvait être utilisée pour l’eau potable et pour les besoins domestiques et sanitaires. Traditionnellement dans ces « mares à boire », l’eau était puisée à distance, à l’aide d’une perche sur laquelle était fixée une calebasse. Le soin apporté à la conception de cette structure plaide en faveur de cette hypothèse. Les traces révèlent plusieurs types d’utilisations comme celui par exemple, d’abreuver les animaux. Dans la seconde moitié du xviiie s., elle est définitivement comblée avec des déchets. Elle servira aussi à enfouir des carcasses de grands animaux tels des équidés et des bovins.

12Dans le dernier quart du xviiie s. ou au début du siècle suivant, le secteur fouillé est transformé en zone agraire comme l’attestent de nombreuses fosses carrées d’anciennes plantations.

13La fouille préventive de cette partie de terrain a permis de reconnaître les vestiges liés à l’origine d’une des plus anciennes habitation-sucreries de Guadeloupe. La présence dans le remplissage du fossé (seconde moitié du xviie s.) de mobilier céramique, en particulier des tuiles de couverture, dont la typologie se rapproche de mobilier produit aux Pays-Bas, renforce les données historiques sur l’implantation hollandaise dans ce secteur de l’île aux premiers temps de la colonisation et de la transposition de leur savoir-faire acquis au Brésil avant leur expulsion en 1654 par les Portugais.

Haut de page

Bibliographie

Lafleur G. 1993 : Saint-Claude histoire d’une commune de Guadeloupe, Paris, Edition Karthala, p. 25-30.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sépulture précolombienne
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 2 – Pichet de faïence de Delft
Légende Début du xviiie s.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 3 – Plan du fossé et des 2 états de construction
Crédits DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 4 – Tête d’enfant en terre cuite du xviiie s.
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118004/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Casagrande, « Saint-Claude – Desmarais, Cité de la connaissance » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 28 février 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/118004

Haut de page

Auteur

Fabrice Casagrande

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Casagrande

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search