Navigation – Plan du site
1997

Murviel-lès-Montpellier – Le Mas d'Oliviers (secteur extra-muros sud-ouest), four des Oliviers (parcelle 374, secteur B1)

Responsable(s) des opérations : Jean-Marie Touzard
Notice rédigée par : Patrick Thollard

Entrées d’index

Peuples et cités :

Gallo-romains

Chronologique :

Antiquité romaine

Nature des opérations :

Découverte fortuite (DF)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1997 (DF)
Inventeur(s) : Touzard Jean-Marie

1Un décaissement sur un des terrains du nouveau lotissement [ (Fig. n°1), site G] a mis au jour un four gallo-romain qui a pu faire l'objet d'observations rapides avant sa destruction partielle par les travaux.

2La chambre de chauffe était installée dans une fosse circulaire d'environ 0,95 m de diamètre (rétrécie à la base à 0,60 m) et de 0,65 m de profondeur, creusée dans le substrat géologique. Les parois étaient simplement tapissées d'une couche d'argile épaisse de 0,01 m à 0,04 m et débordant de quelques centimètres sur les bords de la fosse, à l'emplacement de la sole. L'alandier, détruit par les travaux récents, se trouvait au nord : ses dimensions exactes sont inconnues.

3La sole reposait sur un pilier installé à peu près au milieu de la chambre de chauffe. Conservé sur 0,50 m de hauteur, celui-ci est constitué d'éclats de tuiles et de dolium, grossièrement taillés et liés à l'argile. Son diamètre, 0,30 m à la base, se réduit progressivement à 0,22 m au sommet.

4Un fragment important de la sole a été retrouvé le long de la paroi sud, dans une position qui semble résulter de la destruction et l'effondrement de la structure. La sole est une galette d'argile épaisse d'un millimètre environ percée de carneaux légèrement coniques, disposés irrégulièrement à la surface. Elle présente la particularité d'être formée de quatre quarts de cercles façonnés à part et assemblés sans liant. Un des quartiers a pu être reconstitué entièrement (celui correspondant à la partie retrouvée effondrée). Il a un rayon de 0,60 m, ce qui prouve que le bord de la sole reposait sur le sol, à l'extérieur de la fosse. Rien n'a été retrouvé du laboratoire qui pouvait, d'ailleurs, être une structure temporaire refaite à chaque cuisson.

5Le comblement du four présentait deux niveaux distincts : au sommet, une couche d'abandon contenant un mobilier assez diversifié, correspondant davantage à un dépotoir d'habitat qu'à la destruction d'un four. À la base, le comblement comportait principalement des éléments de destruction de la structure avec un mobilier plus homogène constitué uniquement d'amphores et de céramique commune à pâte claire. La diversité des formes et des types ainsi que l'absence de ratés de cuisson ne permet cependant pas d'affirmer qu'il s'agit là des productions de ce four ni de celui d'une structure voisine.

6Aucun élément ne permet de donner une date précise pour le fonctionnement du four : la sigillée présente dans la couche d'abandon autorise une fourchette très large entre le Ier s. av. J.-C. et le Ier s. apr. J.-C., au moins. Rien ne vient non plus préciser le contexte de cette trouvaille (four isolé ou ensemble artisanal ?), les découvertes faites sur les parcelles voisines étant trop éloignées.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Patrick Thollard, « Murviel-lès-Montpellier – Le Mas d'Oliviers (secteur extra-muros sud-ouest), four des Oliviers (parcelle 374, secteur B1) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11829

Haut de page

Responsable d'opération

Patrick Thollard

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals