Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2004GuadeloupeBaie-Mahault – Morne à Savon

2004
Guadeloupe

Baie-Mahault – Morne à Savon

Sondage (2004)
Responsable d’opération : Thomas Romon
Notice rédigée avec Christian Stouvenot et Gérard Lafleur

Entrées d’index

Année de l'opération :

2004

Numéro d’opération :

23139

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le Morne à Savon est localisé sur la rive occidentale de la rivière salée, en face de Pointe à Pitre, sur la commune de Baie-Mahault. Il a joué un rôle durant les guerres franco-anglaises de la fin du xviiie s. Situé à proximité du camp Saint-Jean, une batterie avait été élevée à son sommet. Auguste Lacour rapporte que l’armée de Victor Hugues y a fusillé 350 colons royalistes. Si l’anecdote et l’emplacement de cette batterie étaient connus, ce n’est qu’en 1998 que Christian Stouvenot a identifié la présence d’os humains dans la pente orientale du morne.

2Une première intervention a été programmée, du 9 au 15 avril 2004 afin d’évaluer le potentiel du site et l’état des vestiges conservés. Elle a aussi permis d’accueillir des étudiants en maîtrise d’histoire de l’université des Antilles-Guyane (UAG). Cette opération aurait été incomplète sans la collaboration de Gérard Lafleur, qui a collecté les données historiques concernant ces événements.

3L’intervention a débuté par un relevé topographique sommaire afin de réaliser un fond permettant de localiser précisément les vestiges repérés au cours de la prospection systématique du secteur. Il s’agit principalement de mobilier d’époque coloniale : céramique, verre et quelques objets en fer. Des ossements humains ont été reconnus au sommet de l’extrémité orientale du morne (fragment de calva) ; en bas de pente, à l’angle sud-est du morne (plusieurs os longs sans connexion apparente) ; en bas de pente, sur le bord oriental, à l’extrémité nord du morne (hemi-thorax et ceinture pelvienne avec des connexions ainsi que de petits éléments erratiques [phalanges, patella…]).

4Neuf sondages, totalisant 7,5 m ont été fouillés. Les quatre premiers ont été implantés au niveau des zones ayant révélé des restes humains. Les trois situés dans l’angle sud-est du morne (S1 au sommet, S3 à mi-pente et S2 en bas de pente) se sont révélés négatifs. Les ossements retrouvés à cet endroit étaient en position secondaire dans un colluvionnement récent. Leur origine n’a pu être précisée. Le sondage S4 a consisté à reprendre la coupe d’érosion naturelle de la pente sur 2 m, sur le bord oriental du morne où apparaissaient des ossements humains. Sa surface est d’environ 1 m. Il a livré les restes de 3 individus incomplets, en connexion, orientés perpendiculairement à la pente pour l’individu 1 et dans le sens de la pente (extrémité céphalique vers le haut) pour les individus 2 et 3. Les parties manquantes ont été détruites par l’érosion. La dynamique de mise en place des dépôts est complexe et nécessiterait d’ouvrir de plus grandes surfaces pour être comprise. Enfin, cinq sondages de vérification, d’un demi mètre carré chacun, ont été réalisés. Quatre sont sur un même axe dans le sens de la pente au-dessus du sondage S4 et le dernier à l’est du sondage S3. Ces cinq sondages sont négatifs.

5Cette opération a permis de circonscrire la zone où des restes humains, sans aucun doute liés aux événements militaires de la fin du xviiie s., sont encore enfouis. Cette zone mesure environ 5 m. Elle est située directement à l’est du sondage S4. Sa situation, en pente, et la nature des vestiges nécessiteront une logistique particulière (échafaudage) et une équipe aguerrie aux techniques de l’anthropologie de terrain. Des travaux complémentaires sont aussi indispensables afin de compléter cette première intervention. Il faudra préciser l’origine des ossements retrouvés dans l’angle sud-est du morne et sonder le remblai situé à l’ouest du sondage S4.

6Il ne faut pas perdre de vue que ces vestiges sont menacés à très court terme, à la fois par l’érosion et par l’expansion de la zone industrielle de Jarry. Il faut aussi rappeler qu’un cimetière dont il ne reste aucun marqueur de surface est indiqué sur la carte IGN de 1950, entre le Morne à savon et l’impasse Émile-Dessout.

Fig. 1 – Fouille d’un squelette

Fig. 1 – Fouille d’un squelette
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fouille d’un squelette
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Romon, Christian Stouvenot et Gérard Lafleur, « Baie-Mahault – Morne à Savon » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 02 mars 2022, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/118395

Haut de page

Auteurs

Thomas Romon

Inrap

Articles du même auteur

Christian Stouvenot

Dac Guadeloupe (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Gérard Lafleur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Romon

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search