Navigation – Plan du site
2008

Saint-Gelais – Les Grands Bois, rue du Prieuré

Responsable(s) des opérations : Bénédicte Moutarde et Nelly Connet
Notice rédigée par : Bénédicte Moutarde

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204674

Date de l'opération : 2008 (EX)
Inventeur(s) : Connet Nelly

1Ce diagnostic fait suite à celui de la parcelle voisine faisant également l'objet d'un projet de lotissement au lieu-dit Les Grands Bois. Ces deux diagnostics ont été réalisés par la même équipe de l’Inrap et ont livré un ensemble de pièces d'industrie lithique qui a fait l'objet d'une même étude.

2La commune de Saint-Gelais se trouve en bordure méridionale de la Sèvre Niortaise. La  parcelle qui fait l’objet du diagnostic culmine sur un plateau calcaire enceint dans une boucle formée par la Sèvre Niortaise dont le tracé accuse des méandres assez marqués.

3Contrairement au centre bourg de Saint-Gelais, Les Grands Bois sont situés au sommet du replat du plateau faiblement incisé à l’est comme à l’ouest par de petits vallons secs formés par d’anciennes gouttières transversales alluviales versants vers la Sèvre Niortaise. La toponymie actuelle garde d’ailleurs l’empreinte de ces formations géologiques puisqu’on trouve La Vallée aux Draps, à l’est, immédiatement après Echiré, et La Vallée des Combes, à l’ouest.

4Concernant plus spécifiquement le terrain à diagnostiquer, il accuse un pendage général vers le sud-ouest, oscillant entre 58 m, 50m et 55 m NGF.

5À l’issue du diagnostic archéologique portant sur 4,3 ha et réalisé en cinquante neuf tranchées de sondage, ont été mis au jour outre quelques structures isolées, un premier fossé recoupé par un second qui suit un tracé divergeant. Un troisième fossé suit un tracé grossièrement parallèle avec une entrée et, ponctuellement, une palissade à poteaux remplace ce fossé. Ces fossés, enfouis sous 0,40 m de profondeur et conservés sur 0,80 m d’épaisseur en moyenne, ont livré du mobilier céramique en faible quantité et mal conservé, que nous inscrivons dans une chronologie lâche (néolithique ou protohistorique). Du mobilier afférant sûrement à cette occupation a glissé en bas de pente dans des colluvions venant s’accumuler en limite ouest de parcelle avec notamment un fragment de hache polie.

6D’autre part nous pouvons confirmer ici l’existence d’un site de plein air Paléolithique moyen/supérieur avec des éléments caractéristiques de l’industrie châtelperonienne étudiés par Nelly Connet. Ces indices sont principalement présents sur un replat couvrant le tiers du terrain le long de la limite sud de la parcelle. Ils sont également concentrés sur un point haut le long le la limite est de l’emprise. Les cinquante huit pièces lithiques sont donc quasiment exclusivement présentes sur les deux tiers sud-ouest du terrain. Globalement, la densité de ce mobilier est faible. Les tranchées les plus riches (six à sept pièces maximum) sont TR 2, 7, 21 et 26. Leur disposition ne laisse pas supposer un secteur de concentration comme cela était le cas lors du diagnostic précédent et la répartition du mobilier paraît beaucoup plus diffuse.

7L’ensemble provient d’une même séquence sédimentaire limoneuse, peu argileuse, orangée, avec de nombreux nodules ferro-manganiques, tout comme sur le diagnostic des Grands Bois, et est enfoui entre 0,50 m et 0,90 m de profondeur. Cependant la forte proportion d’outils (entre 40 et 50 %) laisse supposer qu’il s’agit là d’un fort indice de site d’occupation du Paléolithique.

8Nelly Connet, qui a réalisé l’étude du mobilier lithique issu des diagnostics des Grands Bois et de la Rue du Prieuré, reconnaît une certaine cohérence entre les deux ensembles, avec notamment des éléments d’industrie châtelperronienne, mais également d’autres vestiges du Paléolithique moyen et supérieur.

9Le diagnostic de la Rue du Prieuré a livré un corpus lithique sans doute pauvre en quantité et en densité, mais présentant un intérêt scientifique certain. Nelly Connet souligne le fait que les sites Châtelperroniens restent assez rares, surtout s’agissant de site de plein air. Sachant de plus que Saint-Gelais compte parmi les rares sites dans la moitié nord de la France, cela lui confère un caractère exceptionnel. Toutefois, et afin de nuancer ce propos, il faut également souligner l’importance de la proportion des nombreux outils (deux biface, notamment) et des quelques éclats peut-être davantage attribuables au Paléolithique moyen. Cela aussi peut présenter un intérêt. Enfin la chronologie de ces dépôts mériterait encore d’être affinée.

10MOUTARDE Bénédicte

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bénédicte Moutarde, « Saint-Gelais – Les Grands Bois, rue du Prieuré », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1186

Haut de page

Responsable d'opération

Bénédicte Moutarde

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals