Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie199930 – GardCommune de Castillon-du-Gard

1999
30 – Gard

Commune de Castillon-du-Gard

Prospection inventaire (1998-1999)
Responsables d'opération : Loïc Buffat et Josselyne Guerre

Texte intégral

Date de l'opération : 1998 - 1999 (PI)
Inventeur(s) : Buffat Loïc (Collectivité territoriale) ; Guerre Josselyne (Collectivité territoriale)

1Une campagne de prospection-inventaire a été menée en 1998-1999 sur la commune de Castillon-du-Gard. Cette campagne était l’occasion de mener des prospections fines avec pointage des indices au réel (méthode Rapatel, Pierre-Yves Genty). Nous avons utilisé cette méthode à plusieurs reprises, notamment sur deux sites importants qui font l’objet de fouilles : la chapelle Saint-Christophe et la villa de la Gramière.

2Des prospections systématiques se sont déroulées en octobre 1998, puis de février à avril 1999. Nous avons choisi d’étudier d’abord les environs de la villa de la Gramière. Ces travaux de terrains permettent d’esquisser une première synthèse sur l’occupation du sol autour du site. La zone étudiée couvre environ 150 ha, soit plus ou moins 10 % du territoire communal. Sur ces 150 ha, la moitié est occupée par des garrigues. Au nord, se développent les premiers contreforts du massif urgonien des garrigues d’Uzès ; à l’ouest et au sud, les reliefs burdigaliens exploités pour leur calcaire coquillier (pierre de Vers ou de Castillon). Ces zones rocheuses, où il est difficile de mener des prospections, n’ont fait l’objet que d’observations ponctuelles.

3Les plus anciens sites repérés se rattachent au Néolithique ou au Chalcolithique (treize sites) (Fig. n°1 : Localisation des sites du Néolithique et du Chalcolithique, ainsi que de l’âge du Fer). Une grotte sépulcrale du Chalcolithique avait été découverte dans le secteur par le Spéléo Club Lassallien puis étudiée dans les années 1975 par Albert Colomer et Xavier Gutherz (relief de calcaire coquillier des Escaravassons). Cette grotte a livré un abondant mobilier (notamment plusieurs vases complets) se rattachant à la culture de Fontbouisse. Les prospections ont mis en évidence six sites néolithiques-chalcolithiques à 400 m au sud-est de la cavité. La rareté des éléments datables ne permet pas d’étudier les relations entre ces différents sites. Malgré ces problèmes de datation, il apparaît clairement que le secteur des Escaravassons a constitué un point de peuplement à cette période. Quatre autres sites potentiellement néolithiques ont été repérés plus à l’est, mais il est encore difficile de les interpréter et de les dater précisément.

4Les traces d’occupation de l’âge du Fer (Fig. n°1 : Localisation des sites du Néolithique et du Chalcolithique, ainsi que de l’âge du Fer) sont surtout localisées dans la partie centrale de la zone prospectée. Il s’agit de sites de petite dimension ne livrant généralement que quelques indices. Leur attribution à cette période reste dans certains cas incertaine. Ces sites sont marqués exclusivement par des concentrations de céramique non tournée, à l’exception d’un site (CG56) où l’on a recueilli un fragment d’amphore massaliète. Les sites se répartissent sur une dizaine d’hectares, à l’exception d’un (CG46), qui occupe une position légèrement excentrée (sud-ouest).

5L’époque républicaine est peu représentée dans la zone étudiée (Fig. n°2 : Localisation des sites républicains et du Haut-Empire). La seule occupation clairement reconnue correspond à un site, repéré en 1987 par Michiel Gazenbeek (Benoît, Jean et al. 1994.). La prospection du gisement avait alors livré des fragments d’amphore Dressel 1 et de Pascual 1. Le Haut-Empire est caractérisé par la présence de deux habitats. Le premier, situé à la Combe de Valsannière, semble être de dimensions assez modestes. Le mobilier qu’il a livré atteste une occupation du Ier s. au début du IIe s. Le second habitat correspond au site de la Gramière. Il n’est pas évident que ce site corresponde dès cette époque à une villa. Les éléments du Haut-Empire sont en effet concentrés au sud du gisement sur une superficie assez limitée (2 500 m2) (Fig. n°2 : Localisation des sites républicains et du Haut-Empire). Ces deux habitats sont apparemment en relation avec trois sites de petite dimension, peut-être des aménagements annexes (bâtiments ou structures agraires).

6Durant le Bas-Empire, le secteur est dominé par la grande villa de la Gramière. Ce site connaît peut-être un développement important à cette époque (Fig. n°3 : Localisation des sites du haut Moyen Âge et du Bas-Empire). Il absorbe probablement le territoire de l’ancien établissement de la Combe de Valsannière. Plusieurs concentrations de mobilier se développent autour de la villa (nécropole probable, annexes ou aménagements). La carte des épandages montre une forte représentation des témoins de l’Antiquité tardive au sud de la villa. On note aussi un épandage assez marqué dans le quartier de Valsannière, au sud d’un site ponctuel (annexe agraire ?).

7Le secteur de la villa de la Gramière reste durant le haut Moyen Âge le principal lieu de peuplement (Fig. n°3 : Localisation des sites du haut Moyen Âge et du Bas-Empire). On observe durant cette période un léger déplacement de l’habitat, qui occupe des zones plus méridionales. Le site devient sans doute rapidement un habitat groupé. L’un des éléments structurants de ce « hameau » sera la chapelle Saint-Caprais. Deux nouveaux sites apparaissent : il s’agit de petits gisements, l’un au nord-ouest, et l’autre au sud-ouest. Ces deux sites n’ont livré qu’une quantité modeste de céramiques et il n’est pas facile de les interpréter. S’agit-il d’aménagements en relation avec le village voisin (aires d’ensilage, bâtiments annexes) ou d’habitats indépendants ?

Haut de page

Bibliographie

Benoît, JeanFiches, Jean-LucGazenbeek, Michiel. 1994 : « Recherches le long de l'aqueduc de Nîmes dans la basse vallée de l'Alzon (Gard) », Documents d'archéologie française, 42, p. 151-162.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des sites du Néolithique et du Chalcolithique, ainsi que de l’âge du Fer

Fig. n°1 : Localisation des sites du Néolithique et du Chalcolithique, ainsi que de l’âge du Fer

Auteur(s) : Buffat, Loïc. Crédits : ADLFI - Buffat, Loïc (2004)

Fig. n°2 : Localisation des sites républicains et du Haut-Empire

Fig. n°2 : Localisation des sites républicains et du Haut-Empire

Auteur(s) : Buffat, Loïc. Crédits : ADLFI - Buffat, Loïc (2004)

Fig. n°3 : Localisation des sites du haut Moyen Âge et du Bas-Empire

Fig. n°3 : Localisation des sites du haut Moyen Âge et du Bas-Empire

Auteur(s) : Buffat, Loïc. Crédits : ADLFI - Buffat, Loïc (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des sites du Néolithique et du Chalcolithique, ainsi que de l’âge du Fer
Crédits Auteur(s) : Buffat, Loïc. Crédits : ADLFI - Buffat, Loïc (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Fig. n°2 : Localisation des sites républicains et du Haut-Empire
Crédits Auteur(s) : Buffat, Loïc. Crédits : ADLFI - Buffat, Loïc (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. n°3 : Localisation des sites du haut Moyen Âge et du Bas-Empire
Crédits Auteur(s) : Buffat, Loïc. Crédits : ADLFI - Buffat, Loïc (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Buffat, Josselyne Guerre, « Commune de Castillon-du-Gard » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11862

Haut de page

Auteurs

Loïc Buffat

Collectivité territoriale

Articles du même auteur

Josselyne Guerre

Collectivité territoriale

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Loïc Buffat

Collectivité territoriale

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Josselyne Guerre

Collectivité territoriale

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search