Navigation – Plan du site
1996

Vers-Pont-du-Gard – Pont à arcades du pont Roupt

Responsable(s) des opérations : Michel Gazenbeek

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité romaine

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1996 (SD)

1Quatre sondages pratiqués au printemps 1996 au Pont Roupt ont livré des traces d’occupations sous la forme de foyers. À différentes époques, en effet, des arches bouchées en double mur ont été réutilisées comme abris, après destruction au moins partielle des murs.

2Sous l’arche 19, on n’a retrouvé qu’un lambeau d’argile rubéfiée, appuyé à la pile 18 et au mur gauche, qui a conservé plusieurs assises alors que ne subsiste du mur droit que le niveau de fondation. Les remblais n’ont livré que quelques tessons de céramique chalcolithique et un fragment de céramique kaolinitique.

3Sous l’arche 21, le sondage réalisé contre la pile 21 a montré que le mur droit avait conservé ici deux assises, ce qui a préservé un niveau d’occupation établi sur les lambeaux d’un plancher stalagmitique comportant des stalactites recalcifiées mais amputé de ses plus grosses stalagmites. L’aménagement d’un foyer avec des fragments de tegulae sur des dalles caractérise surtout l’occupation, marquée également par une épaisse couche de cendres (10 cm à 20 cm). Ce niveau était scellé par des remblais correspondant à la destruction du monument et à la mise en culture des terres. Le niveau d’occupation a livré les restes de deux céramiques qui permettent de le situer aux VIe s. et VIIe s.

4Sous l’arche 22, un petit sondage implanté contre le mur de bouchage côté droit a révélé l’existence d’un foyer sur dalles contre le parement intérieur de ce mur.

5Sous l’arche 23 et contre la pile 22, les bouchages ayant conservé une assise à gauche et trois à droite, une stratification semblable à celle de l’arche 21 a pu être observée. Le niveau d’occupation a aussi livré un foyer avec tegulae sur dalles. Mais le matériel ne peut être antérieur aux IXe s. – Xe s.

6Ces recherches ont aussi montré qu’un plancher stalagmitique se trouvait entre les bouchages, mais d’une façon dégradée en raison de l’érosion régressive du versant et des occupations plus récentes.

7Pour établir la pile 20 et le bouchage sur la molasse, les constructeurs ont creusé un sol peu épais de limon caillouteux dont la couleur noirâtre s’explique par une occupation chalcolithique. Les rejets du creusement ont été laissés à proximité. Le tout a été scellé par une couche de construction faite de brasier, de marnes et de nodules de chaux dont la surface contenait quelques morceaux de tuileau. Une couche humifère s’est développée par-dessus. Pile et bouchage ont été implantés à partir du même sol. La pile présente une fondation en blocage au mortier pauvre qui forme une semelle débordant de 15 cm. La fondation du mur, de même type, déborde seulement de 10 cm et s’appuie contre la précédente.

8Contre la pile 22, sous l’arche 23, on a observé les fondations des murs de bouchage après enlèvement du plancher stalagmitique qui reposait sur des marnes du Langhien. Ces fondations ont plus d’un mètre d’épaisseur mais leur base n’a pu être atteinte dans le sondage. La reprise de la fouille contre la face externe du mur droit a vérifié que la base de la fondation était à 1,30 m au-dessous du parement. On peut estimer que les deux murs ont été fondés de la même façon et profondément ancrés dans le sol en raison de la nature du substrat.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Vers-Pont-du-Gard – Pont à arcades du pont Roupt », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 19 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11869

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals