Navigation – Plan du site
1996

Roquemaure – La Ramière

Responsable(s) des opérations : Hervé Pomarèdes et Hervé Petitot
Notice rédigée par : Hervé Pomarèdes et Hervé Petitot

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage programmé (SP)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1996 (SP)
Inventeur(s) : Pomarèdes Hervé (AFAN) ; Petitot Hervé (AFAN)

1Les recherches sur le site de la Ramière ont été réalisées dans le cadre des interventions préalables à la construction du TGV Sud-Est. Couvrant une superficie de 12 000 m2, la première opération de fouilles extensives (la Ramière 1) a essentiellement porté sur l’étude d’une villa gallo-romaine (Barberan, Sébastien ; Maufras, Odile ; Petitot, Hervé ; Pomarèdes, Hervé ; Sauvage, Laurent ; Thernot, Robert. 2002.)  (Fig. n°1 : Vue des décapages réalisés sur les établissements antiques, depuis le nord) et sur celle de bâtiments modernes (Jandot, Céline. 2002.) situés sur le versant sud du roc de Peillet (Fig. n°2 : Vue des bâtiments modernes du Roc de Peillet (XVIIe s. – XIXe s.) établis en partie sur les constructions antiques, depuis le sud). Deux petits ensemble de vestiges protohistoriques (Georjon, Catherine. 2002.) et néolithiques (Georjon, Catherine. 2002.) ont également été appréhendés. Au sud-ouest, deux interventions complémentaires (la Ramière 2 et 3) ont permis de préciser la configuration de l’espace agraire aux abords de l’établissement antique.

2Le site se localise sur une légère éminence d’une ancienne terrasse alluviale du Rhône (26 m NGF), en rive droite du fleuve et au sud d’une petite butte calcaire, le roc de Peillet. L’unité paysagère dans lequel il est implanté est marquée par la confluence du Rhône et de la Tave et constitue un bassin de près d’un millier d’hectares qui s’étend vers le sud jusqu’à la montagne de Saint-Geniès, et vers l’ouest, jusqu’aux premiers reliefs pliocènes.

La période augustéenne : premiers aménagements antiques et structuration de l’espace rural

3Les vestiges attribuables à la période augustéenne se répartissent sur une surface de 225 m2, située immédiatement au nord d’une haie, mise en évidence grâce à un alignement de fosses de plantation. L’ensemble comprend une construction circulaire, de 3,60 m de diamètre et tangente à l’axe de la haie, ainsi qu’un bâtiment rectangulaire très mal conservé et disposé perpendiculairement à cet axe. Le bâtiment circulaire, conservé sur deux assises de moellons, est doté de quatre fours circulaires et d’un plan de travail fait de fragments de tegulae. Il abrite donc les éléments d’une activité nettement spécialisée. La panification des farines pour l’alimentation des équipes travaillant dans les champs voisins nous apparaît être une interprétation raisonnable sachant que la structuration de l’espace agricole fait l’objet, durant cette période, d’investissements sans précédents. Cette structuration est notamment marquée, au sud de la haie, par plusieurs grands ensembles de fosses de plantation de section quadrangulaire qui limitent un chemin (NL 32° 5’ O) et deux « vergers » (environ NL 5° E et NL 12° 4’ E). L’image originale de la genèse d’une exploitation agricole ressort de cette lecture extensive et de cette documentation originale.

Deuxième quart du 1er s. apr. J.-C. : une première ferme de dimensions modestes

4Les bâtiments antérieurs ont été dérasés lors de la construction de trois ensembles peu étendus et de la mise en réserve des terrains disponibles (plus d’un hectare) entre la haie et le roc de Peillet au nord. Le premier ensemble, au nord-ouest, correspond à un réseau de quelques murs non isoclines, participant d’aménagements en terrasse ou d’enclos, dont la vocation reste indéterminée. Les constructions marquent quant à elles l’emprise d’une petite unité d’habitation. Son plan est restituable grâce à la symétrie axiale qui le régit. Il s’agit d’un corps de bâtiment de plan carré, subdivisé en plusieurs pièces réparties autour d’une petite cour centrale faisant office de puits de lumière et d’impluvium.

5Sur son côté oriental, cet ensemble est flanqué de deux volumes bâtis. Les aménagements les mieux conservés sont deux petites pièces équipées de sols de tuileau encaissés et d’une petite chambre de chauffe, de forme oblongue, bâtie en briques (Fig. n°3 : Fondation de la chambre de chauffe du defrutarium, partiellement détruite par la construction d’un mur postérieur). Ces installations étroitement associées, peuvent être interprétées de différentes manières. La présence d’un petit complexe thermal ou artisanal, doté de deux bassins (ou étuves) et d’une chaudière, peut être envisagée. Cependant, l’intégration de ces installations au sein de contextes de production plus tardifs (celliers à dolia), milite en faveur d’aménagements dévolus à une production viticole. La chambre de chauffe pourrait, dans ce cas, correspondre à un defrutarium servant au traitement du moût (réduction par cuisson). Quant à la présence, dans le bâti, de deux éléments remployés provenant d’une installation de pressage, elle constitue un indice supplémentaire d’une activité de fabrication de vin ou d’huile assez précoce sur le site.

Du milieu du Ier s. apr. à la fin du IVe s. apr. J.‑C. : permanence des investissements et développement de la villa

6À la fin du Ier s. apr., la villa de la Ramière occupe environ 5 000 m2 (Fig. n°4 : Plan des vestiges de la villa vers la fin du Ier s. apr. J.-C.). La création de nouveaux corps de bâtiment s’accompagne d’un changement d’orientations. Leur construction s’inscrit cependant dans un processus de développement du bâti engagé à partir des premiers états. Ce nouvel établissement révèle une organisation polynucléaire assez marquée où chaque ensemble s’adapte aux contraintes imposées par les constructions anciennes, par les espaces mis en réserve pour l’édification d’autres bâtiments et par la topographie. Le découpage de l’espace rural observé aux abords de l’habitat ne révèle, de son côté, aucun changement majeur, ce qui conforte l’hypothèse de sa stabilité et de sa pleine exploitation durant le Ier s.

7La partie résidentielle de la villa a été localisée grâce à une analyse déductive du plan de l’établissement, limitée par l’absence d’éléments discriminants comme pavements ou infrastructures de chauffage… Elle est composée de trois corps de bâtiment, construits autour d’une petite cour ouvrant sur le nord. L’ensemble prend place au centre de l’établissement. Une configuration assez proche est attestée à la villa de Sargans en Suisse (Ferdière, Alain. 1988.).

8Les bâtiments d’exploitation et les communs se répartissent en deux complexes distincts, situés au nord et au sud de la partie résidentielle. Ils renferment apparemment des activités spécialisées et intègrent des milieux convenant à leur vocation. L’unité artisanale septentrionale est composée de deux bâtiments de petites dimensions, disposés perpendiculairement l’un à l’autre. À l’angle de ces deux constructions, un four de tuilier est édifié. Typologiquement, ce four s’apparente aux fours de tuiliers du type IIE’ (Le Ny, Françoise. 1988.) équipés d’une sole et de murets de soutènement, implantés dans une fosse où l’absence de murs maçonnés est notable.

9Au sud-ouest de la partie résidentielle de la villa, se déploie un corps de ferme occupant une surface de près de 1 350 m2. Il est composé, pour l’essentiel, d’un local sous appentis (plaustra) qui peut avoir servi à remiser du matériel (sellerie, attelages, charrues), parquer des animaux de trait ou de bât, etc. et d’un chai contenant vingt quatre dolia. Cette capacité de stockage passe à 48 unités à partir du deuxième quart du IIe s. Plus tardivement encore, le nombre de dolia augmente de quelques exemplaires. Cet accroissement est peut-être à mettre en relation avec une certaine réussite économique fondée sur la production de vin.

10En effet, cette production vinicole et sa commercialisation trouvent des arguments dans la présence de sarments conservés à l’état de charbons de bois, dans celle de dolia poissés et dans l’important flux d’amphores gauloises sur le site.

11Pour autant, on ne peut exclure catégoriquement la fabrication d’huile d’olive dans la mesure où on observe une nette partition parmi ces installations. Cependant, la rareté des indices permettant d’attester la présence d’un pressoir, l’absence de taxons d’olivier parmi les macrorestes végétaux et l’importation régulière d’amphores à huile appelle à la prudence. Tout au plus pourra-t-on proposer l’existence d’une production d’appoint, destinée aux seuls besoins de l’établissement.

12Une des caractéristiques de la villa de la Ramière est l’exploitation de vastes parcelles complantées. Cependant, plusieurs petites unités topographiques ont également été exploitées autour de l’habitat pour répondre éventuellement, à des productions vivrières ou à des cultures soignées : à l’ouest, on note la présence de petites parcelles limitées par un réseau de fossés. Au nord, sur un épais glacis de colluvions, on observe quelques lambeaux de fossés, trois petits groupes de fosses de plantations ainsi qu’une petite citerne captant les eaux d’infiltration. Enfin, dans la partie sud-est de l’habitat, la couverture sédimentaire antique est marquée par des amendements ; un bassin avec cuveau (Fig. n°5 : Vue du bassin avec cuveau, interprété comme fouloir, depuis l’ouest) et un puits y sont également implantés. La position du bassin, interprété comme fouloir à raisins, à proximité des bâtiments de stockage, laisse envisager, sur le modèle de certaines maisons de Pompeï (Jashemski, Wilhemine. 1979.), la mise en culture de vignes à l’intérieur même de l’établissement.

13Entre la fin du IIe s. et le milieu du IIIe s., les marques de restructurations se multiplient dans l’établissement (Fig. n°6 : Plan des vestiges de la villa : IIIe s. et IVe s. apr. J.-C.). Plusieurs chantiers se succèdent tout au long du IIIe s. et durant la première partie du IVe s., comme l’illustrent la construction d’une salle à abside et celle d’un dernier bâtiment d’exploitation. Comme au milieu du Ier s., il semble cependant que ces travaux intègrent le cadre d’une occupation continue à l’inverse de ce qui survient à Saint-André-de-Codols, par exemple, où l’ensemble des infrastructures du IIe s. est éradiqué pour laisser place à une importante villa (Pomarédes, Hervé ; Barberan, Sébastien ; Maufras, Odile ; Sauvage, Laurent. 1996.). Malgré tout, comme à Nîmes, le IIIe s. correspond à une période d’épanouissement qui se traduit par des programmes architecturaux et des investissements liés à des profits importants, probablement d’origine agricole. Le plan de la villa de la Ramière, réorganisé suivant un axe de symétrie majeur, porte alors les stigmates d’une occupation de longue durée, caractérisés par des orientations, peu à peu divergentes et par l’extension de locaux agricoles sur l’emprise des champs.

14Dès la première moitié du IIIe s., on note, au nord, la construction d’une aile imposante, bordée, du côté cour, par un portique. Durant la première moitié du IVe s., une abside de plan outrepassé est adossée à la façade nord de cette aile. La partie résidentielle, sous l’effet de cette extension, occupe alors toute la moitié septentrionale de la villa. Cette partie présente un plan de 52 m x 50 m de côté et s’organise autour d’une cour centrale. Dans sa partie méridionale, elle reste apparemment composée par les trois corps de bâtiments plus anciens. Aux marges de ce premier complexe, deux ensembles de pièces de service sont également conservés malgré quelques modifications.

15Dans l’unité de production méridionale, la cour ne subit apparemment pas de transformations, si ce n’est dans sa partie sud où l’on observe la construction de deux nouvelles pièces bordant une porte charretière. La présence d’un cellier équipé de dolia durant cette période reste hypothétique. En effet, malgré les différentes phases de réaménagement du chai qui illustrent une assez longue durée d’utilisation, la stratigraphie conservée ne permet pas d’affirmer que les dolia sont toujours utilisés après la fin du IIe s. Il semble possible cependant, compte tenu de l’abandon assez tardif d’un fouloir, que l’activité viticole garde encore une certaine importance au cours du IIIe s. au moins. Trois nouveaux bâtiments d’exploitation sont construits sur l’emprise d’un des vergers méridionaux. Ce processus, correspondant à un épisode important de l’expansion de la villa, peut être situé dans la deuxième moitié du IIIe s.

16À l’est enfin, un nouvel ensemble de constructions, constitué de trois ailes, est bâti autour d’une cour intérieure. L’étude de cet ensemble s’est appuyée sur la lecture d’un plan tronqué par l’érosion et sur une stratigraphie résiduelle altérée par les travaux agricoles récents. La fonction exacte de ce dernier reste donc imprécise. Son isolement de la partie résidentielle et ses liaisons physiques apparentes avec les pièces de services, les communs et l’espace agraire nous autorisent à l’intégrer aux communs. Du reste, sa position particulière en bordure de pente, et sa probable ouverture vers l’est, sous-tendent des activités en liaison avec la plaine d’inondation du Rhône et ses ressources. Il confère à la villa des relations logiques avec celle-ci et peut-être aussi avec un paléochenal que l’étude géomorphologique de Rémy Arthuis envisage en pied de pente. Une possible zone d’embarcadère pourrait donc être associée à ces constructions.

Fin IVe s. – début VIe s.  apr. J.‑C. : un habitat polynucléaire marqué par des activités artisanales

17Les vestiges de cet état sont disséminés sur l’ensemble de la surface de la villa (Fig. n°7 : Plan des vestiges connus de l’établissement : fin IVe s. – début VIe s. apr. J.-C.) et sur la pente sud-ouest du roc de Peillet. La part croissante du grès et le recours aux remplois de blocs taillés (tambours de colonnes) révèlent l’utilisation de matériaux prélevés sur des élévations ruinées. Cependant, les nouveaux bâtiments sont adossés à des murs antérieurs encore en élévation. La cohérence générale de l’implantation et la chronologie relative de ces aménagements disparates nous échappent. Ce nouvel habitat a pu se développer à partir de plusieurs pôles indépendants à moins que les travaux agricoles récents n’aient détruit certaines constructions les unissant. Les activités agricoles n’ont pas laissé de traces, si ce n’est celles d’un séchoir ou d’un fumoir établi dans le four de tuilier. En contrepartie, des activités artisanales nouvelles sont identifiées : un petit atelier de potier est aménagé et une forge est installée dans les ruines de la partie résidentielle (Maufras, Odile ; Fabre, Laurent. 1998.). Le dernier trait marquant de cette période est la mise en place d’inhumations, pour partie regroupées en un ensemble cohérent au nord du site, pour partie disséminées sur l’ensemble de la surface fouillée, aux marges des constructions. Les sujets inhumés sont, pour la plupart, des enfants immatures (Blaizot, Frédérique. 1987.).

Milieu VIe s. — milieu VIIe s. apr. J.-C. : une concentration originale de l’habitat

18C’est bien dans les ruines de ces différents ensembles que s’implante, au début du haut Moyen Âge, un nouvel établissement de seulement 300 m2 (Fig. n°8 : Plan des vestiges connus de l’établissement : milieu VIe s. — milieu VIIe s. apr. J.-C.). Il s’organise autour d’une petite cour limitée, au nord, par un bâtiment de 25 m de long subdivisé en plusieurs pièces. Au sud-est, un autre bâtiment n’a conservé que deux de ses murs. Une sépulture d’enfant, installée dans un coffre, prend place contre le parement du mur oriental de la cour. À l’ouest, un « fond de cabane » est aménagé, perpendiculairement au bâtiment, sans que l’on puisse dire s’il s’agit d’une installation complémentaire, ou d’une ultime phase d’occupation après abandon des bâtiments initiaux. Les aménagements conservés dans l’habitat sont peu nombreux. Le plus remarquable consiste en une fondation puissante, faite de blocs de grès disposés selon un plan carré de 3 m de côté environ. Le caractère massif de cet aménagement est le seul élément tangible permettant de restituer la présence d’une installation originale (moulin, tour ?).

19Plus à l’ouest, trois fosses (silos ?) prennent place, non loin desquelles trois sépultures, dont une double inhumation d’adultes, ont été relevées. Un hypothétique second « fond de cabane » est rattaché à cet ensemble. La modestie du plan, la diversité des vestiges et la présence d’amendements légèrement plus au nord (jardins ?) invitent à restituer le maintien sur le site d’un petit établissement agricole. Son statut semble cependant fort différent de celui des villae précédentes.

Quelle villa pour quel domaine ?

20À la fin du Ier s. apr. J.-C., la villa de la Ramière présente une organisation relativement complexe, marquée par plusieurs campagnes de construction. Les installations les plus anciennes, datées de la période augustéenne, ont participé de la mise en valeur de l’espace agraire et, fort probablement, de la genèse de l’exploitation agricole.

21La partie résidentielle est organisée autour d’une petite cour centrale et est orientée vers le nord. Cette exposition est assez peu logique en comparaison avec les autres établissements antiques connus dans la région, généralement ouverts au levant. Pourtant, cette résidence paraît bien adaptée au contrôle et à la coordination des tâches, rendus possibles par un réseau de cheminements intérieurs qui met en communication les différents corps de ferme tout en les limitant. L’implantation des bâtiments d’exploitation, dispersés autour de l’habitat, semble tenir compte quant à elle, de la position des zones de ressources. La villa de cette période semble plus fonctionnelle que confortable.

22Dès le milieu du IIIe s., l’évolution de la villa est marquée par la reconstruction de la partie résidentielle. Les travaux, liés à des aménagements d’apparat (galerie, abside…), se poursuivent dans la première moitié du IVe s. mais sont limités à nouveau, par plusieurs corps de bâtiments anciens et par la topographie. À l’inverse de la villa de Saint-André-de-Codols (Nîmes), qui se développe également sur près d’un hectare, la reconstruction complète de l’établissement de la Ramière a donc été exclue, traduisant ainsi des capacités d’investissement moins importantes ou orientées différemment. Cette villa correspond-elle réellement au lieu de résidence d’un propriétaire terrien ou participe-t-elle d’un réseau d’exploitations subordonnées à une autorité installée dans un véritable centre domanial ou dans une agglomération ?

Mutations et abandon progressif de l’établissement, un repère régional ?

23La période comprise entre la fin du IVe s. et le début du Ve s. est marquée par une nette rupture dans l’organisation de l’habitat. Cette rupture va encore s’amplifier au VIe s. puisque seules des ruines et de modestes installations sont alors appréhendées. Ce phénomène de mutation progressive de l’établissement s’accompagne d’activités économiques jusque-là inédites dans le périmètre fouillé. Le séchage ou fumage de denrées, la production de céramiques communes ainsi que les vestiges d’une petite forge sont attestés au Ve s. et de nouvelles formes d’occupation (fonds de cabane) s’y substituent au VIe s.

24Dès la fin du IVe s. ou au début du Ve s., le système d’exploitation n’apparaît plus fondé sur les capacités de l’établissement antérieur car les investissements consentis entre le IIIe s. et la première moitié du IVe s. ne sont apparemment plus rentabilisés (à l’inverse de ceux des périodes plus anciennes). De même, les dépenses pour l’entretien d’un tel ensemble (terres et corps de bâtiment) ne semblent plus justifiées. L’hypothèse d’un maintien ou d’un repli des propriétaires sur leurs terres ne peut donc être, ici, facilement validée.

25Faut-il cependant mettre en relation l’émergence de ce type d’établissement rural avec le rôle nouveau de l’exploitation agricole consistant à réorganiser l’agrosystème et la fiscalité ? L’hypothèse proposée par Christophe Pellecuer en suivant les travaux de Jean Durliat est séduisante pour donner un sens à ces modestes occupations édifiées ou maintenues sur des terres toujours assujetties à l’administration centrale (Pellecuer, Christophe. 1996.). Cependant elle reste, ici, difficile à confirmer. Cette hypothèse peut-elle, du reste, occulter celle qui consiste à considérer la présence de nouveaux occupants établis sur un établissement en friche ?

26Car cette forme d’occupation semble tout de même correspondre à un « habitat de substitution » révélateur d’une période de crise (Leveau, Philippe ; Sillières, Pierre ; Vallat, Jean-Pierre . 1993.). Par sa taille réduite et sa modeste capacité de production, celui-ci nous interpelle également sur les difficultés économiques de l’exploitation.

27S’il y a bien crise à la Ramière, quelles en sont les origines ? Doit-elle être mise en relation avec des conditions climatiques nouvelles, marquées par des précipitations plus abondantes qui font obstacle au drainage et à la mise en culture des terres basses (Berger, Jean-François. 1996.) ? Doit-on reconnaître dans l’hypothèse « fiscaliste » des conditions géopolitiques nouvelles impliquant l’instabilité des circuits commerciaux et la rentabilité de l’exploitation ?

28La combinaison de ces facteurs pourrait avoir provoqué, à la Ramière, la « rupture » que l’on observe dans une grande majorité de villae de Gaule Narbonnaise. Cette tendance ne se vérifie pour autant pas de la même façon ni au même moment selon les établissements, et des situations paradoxales sont même mises en évidence. Certaines villae comme Pataran à Aigues-Vives dans le Gard (Roger, Karine. 1993.) ou Saint-Julien-les-Martigues dans les Bouches-du-Rhône (Rivet, Lucient. 1993.) voient l’implantation de nouveaux habitats dès la fin du IVe s. alors que d’importants investissements ostentatoires, réalisés dans la lignée des précédents, sont engagés dans la partie résidentielle de la villa de Saint-André-de-Codols à Nîmes, à la fin du IVe s., ou encore dans celle des Prés-Bas à Loupian, au Ve s. (Pellecuer, Christophe ; Pomarèdes, Hervé. 2001.).

29Ces mutations, à nuancer d’un établissement à l’autre, peuvent donc être également liées aux opportunités du commerce local ou microrégional. L’étude des exploitations méridionales tardives doit, par conséquent, être menée avant tout au cas par cas, en tenant compte de ce paramètre.

Haut de page

Bibliographie

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue des décapages réalisés sur les établissements antiques, depuis le nord

Fig. n°1 : Vue des décapages réalisés sur les établissements antiques, depuis le nord

Auteur(s) : Pomarèdes, Hervé. Crédits : ADLFI - Pomarèdes, Hervé (2004)

Fig. n°2 : Vue des bâtiments modernes du Roc de Peillet (XVIIe s. – XIXe s.) établis en partie sur les constructions antiques, depuis le sud

Fig. n°2 : Vue des bâtiments modernes du Roc de Peillet (XVIIe s. – XIXe s.) établis en partie sur les constructions antiques, depuis le sud

Auteur(s) : Pomarèdes, Hervé. Crédits : ADLFI - Pomarèdes, Hervé (2004)

Fig. n°3 : Fondation de la chambre de chauffe du defrutarium, partiellement détruite par la construction d’un mur postérieur

Fig. n°3 : Fondation de la chambre de chauffe du defrutarium, partiellement détruite par la construction d’un mur postérieur

Auteur(s) : Petitot, Hervé. Crédits : ADLFI - Petitot, Hervé (2004)

Fig. n°4 : Plan des vestiges de la villa vers la fin du Ier s. apr. J.-C.

Fig. n°4 : Plan des vestiges de la villa vers la fin du Ier s. apr. J.-C.

Auteur(s) : Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert (2004)

Fig. n°5 : Vue du bassin avec cuveau, interprété comme fouloir, depuis l’ouest

Fig. n°5 : Vue du bassin avec cuveau, interprété comme fouloir, depuis l’ouest

Auteur(s) : Petitot, Hervé. Crédits : ADLFI - Petitot, Hervé (2004)

Fig. n°6 : Plan des vestiges de la villa : IIIe s. et IVe s. apr. J.-C.

Fig. n°6 : Plan des vestiges de la villa : IIIe s. et IVe s. apr. J.-C.

Auteur(s) : Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert (2004)

Fig. n°7 : Plan des vestiges connus de l’établissement : fin IVe s. – début VIe s. apr. J.-C.

Fig. n°7 : Plan des vestiges connus de l’établissement : fin IVe s. – début VIe s. apr. J.-C.

Auteur(s) : Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert (2004)

Fig. n°8 : Plan des vestiges connus de l’établissement : milieu VIe s. — milieu VIIe s. apr. J.-C.

Fig. n°8 : Plan des vestiges connus de l’établissement : milieu VIe s. — milieu VIIe s. apr. J.-C.

Auteur(s) : Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue des décapages réalisés sur les établissements antiques, depuis le nord
Crédits Auteur(s) : Pomarèdes, Hervé. Crédits : ADLFI - Pomarèdes, Hervé (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. n°2 : Vue des bâtiments modernes du Roc de Peillet (XVIIe s. – XIXe s.) établis en partie sur les constructions antiques, depuis le sud
Crédits Auteur(s) : Pomarèdes, Hervé. Crédits : ADLFI - Pomarèdes, Hervé (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11872/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. n°3 : Fondation de la chambre de chauffe du defrutarium, partiellement détruite par la construction d’un mur postérieur
Crédits Auteur(s) : Petitot, Hervé. Crédits : ADLFI - Petitot, Hervé (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11872/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. n°4 : Plan des vestiges de la villa vers la fin du Ier s. apr. J.-C.
Crédits Auteur(s) : Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11872/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. n°5 : Vue du bassin avec cuveau, interprété comme fouloir, depuis l’ouest
Crédits Auteur(s) : Petitot, Hervé. Crédits : ADLFI - Petitot, Hervé (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11872/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. n°6 : Plan des vestiges de la villa : IIIe s. et IVe s. apr. J.-C.
Crédits Auteur(s) : Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11872/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. n°7 : Plan des vestiges connus de l’établissement : fin IVe s. – début VIe s. apr. J.-C.
Crédits Auteur(s) : Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11872/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. n°8 : Plan des vestiges connus de l’établissement : milieu VIe s. — milieu VIIe s. apr. J.-C.
Crédits Auteur(s) : Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Lelièvre, Valérie ; Thernot, Robert (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11872/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Hervé Pomarèdes et Hervé Petitot, « Roquemaure – La Ramière », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11872

Haut de page

Responsables d'opération

Hervé Pomarèdes

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Hervé Petitot

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals